SOUTIEN AUX GRÉVISTES DES RAFFINERIES DE NORMANDIE /MANIFESTATION FÉMINISTE ET ANTIRACISTE DU 15 OCTOBRE 2022 A ST DENIS

Télécharger

Crédit photo LouiZart

Le 19 octobre dernier, une délégation parisienne de sudposte92 et d’Infocom CGT avec des étudiant-e-s de Nanterre s’est déplacée afin d’exprimer leur solidarité avec les raffineries normandes qui ont reconduit la grève, au lendemain de la manifestation interprofessionnelle contre les réquisitions et le cout de la vie.

Dans ce cadre, un chèque venant de la caisse de grève commune d’Infocom CGT et de Sudposte 92 de 5 000 € leur a été remis. Dans la foulée, une visite de solidarité aux grévistes de Safran Normandie actuellement en grève a été effectuée.

Nous entendrons un reportage réaliser ce 19 octobre lors de cette action de soutien. Avec les entretiens réalisés en compagnie d’un opérateur extérieur de la raffinerie TOTAL de Normandie ( Harfleur le Havre) suivi d’une interview d’une salariée gréviste de Safran Normandie.

Le 15 octobre 2022, Les associations et collectifs Vies Volées, Queers Racisé.e.s Autonomes, Nta Rajel, 1001 Queers, Collages contre islamophobie, Féministes contre le Cyberharcèlement, Pride des Banlieues, Collages Féministe Stains, Paris Queer Antifa, Commission antiraciste de SUD Éducation, Raízes Arrechas – Batucada lesbo-trans-féministe racisée., Les mutilé.e.s pour l’exemple, Diivines LGBTQI, FLIRT-Front de Libération Transfem, Décolonisons le féminisme, Libération Lesbienne, Saccage 2024, STRASS, ANKH, collectif LGBTQI+, Paye ton Militant Sexiste, tRace ta voix, Urgence Afghane, Perspective, Collectif Doulas radicales, Youth for climate IDF, Assemblée Féministe Montreuil, Queers Racisé.e.x.s Nantes, Not all men, Really, Osmose (Thionville), Collectif La Grenade (Metz) et Antifasciste 38 organisaient une marche féministe antiraciste à Saint-Denis.

Dans la seconde partie d’émission, nous entendrons le reportage réaliser ce samedi dans les différents cortèges de cette marche.

Appel : la marche féministe antiraciste/Cinéma des luttes : Ibis

Télécharger

Dans cet émission nous vous diffusons, dans une première partie, un reportage réalisé le dimanche 9 octobre 2022 sur le marché de st Denis en appel à la marche antiraciste féministe du 15 octobre prochain. Dans une deuxième partie d’émission, nous vous diffuserons les interviews réalisés suite à l’avant première du film ” la révolte des femmes de chambre” autour de la lutte menée à l’Ibis Batignolle contre la sous-traitance et les discriminations démarrée en 2019 et victorieuse en mai 2021.

L’appel de la marche:

“Le 2 octobre 2002, mourrait brulée vive Sohane Benziane à Vitry. Elle a été tuée par son ex compagnon, dans le local poubelle de son immeuble. Sa mort a bouleversé une génération de femmes de quartiers populaires, choquées par la violence des faits. Une mobilisation sans précédent a vu le jour pour dénoncer les féminicides, les violences sexistes et sexuelles dans nos quartiers, et ce avant le mouvement #MeToo. Cette colère légitime a pourtant été récupérée par le PS et son mouvement Ni Pute Ni Soumise.

Cette récupération d’Etat a ciblé les hommes des banlieues comme des barbares sexistes. Ce mouvement a voulu faire de la France et de sa République, le seul outil de libération possible des femmes des quartiers populaires. Depuis, nous vivons un conflit de loyauté qui nous condamne au silence, reproduisant le fameux “laver son linge sale en famille”.

Pourtant, tous les ans, nous continuons à compter nos mort·es et mutilé·es : Dinah, Alisha, Melissa, Farida, Fouad, Vanessa Campos… Les féminicides sont le haut de l’iceberg des violences faites aux femmes : agressions, harcèlements, suicides, corps abîmés par l’exploitation. Les femmes voilées subissent des violences racistes et sexistes spécifiques dans le contexte islamophobe actuel.

Il est temps d’organiser une riposte féministe antiraciste à la hauteur des enjeux.

Nous dénonçons :

  • L’impunité des hommes violents qui traverse tous les milieux, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat (Hulot, Darmanin, Abad…).
  • la vision raciste du féminisme d’Etat, ciblant clairement les hommes des quartiers populaires
  • Les structures patriarcales dans nos familles : violences, tabou sur les sexualités, éducation différente des filles et des garçons (charge administrative, travail domestique, gestion des enfants et des ancien.ne.s )
  • L’impunité des hommes violents et la culture du viol dans les milieux militants.
  • Le sexisme et le racisme dans les commissariats quand nous portons plainte pour violences. La justice n’est qu’une façade : les hommes violentent, la justice acquitte.
  • Les silences autour des violences policières vécues par les femmes et les lgbtqi+ dans nos quartiers et lors de manifestations.
  • L’impunité policière, les méthodes létales d’interpellation qui mutilent et tuent dans les quartiers. Le système carcéral tue aussi. Vérité et Justice pour les familles de victimes.
  • Le manque de moyens pour la formation des personnels de santé et d’éducation sur le sujet des violences, des sexualités, des LGBTQIphobies et du harcèlement scolaire. L’accès à la contraception et l’IVG doivent rester gratuits et accessibles dans tous nos quartiers.
  • Le manque de lieux gratuits pour notre réparation face aux traumatismes : congés maladie non rémunérés, coût excluant des prises en charge psy…
  • La précarité et les bas salaires enfermant les femmes dans un lien de dépendance avec leurs conjoints violents (papiers, logements, salaires, gestion de la garde et des pensions alimentaires, calcul AAH Allocation Adulte Handicapé·e).
  • Le racisme d’Etat subi par les femmes et/ou LGBTQI+ sans papiers, exilé.e.s : régularisation sans conditions de tou·tes les sans papiers, liberté d’installation et de circulation !
  • La précarisation des travailleur·euses du sexe par des lois putophobes. Soutien inconditionnel envers ces travailleur·euses, notamment trans, qui en paient le prix fort : harcèlements policiers, violences, assassinats…
  • L’échec du système scolaire dans nos quartiers et la misère sociale qui poussent la jeunesse à la prostitution, comme seule issue possible.
  • Les LGBTPhobies : PMA au rabais, les violences physiques, médicales et administratives sur les personnes trans, la mutilation des enfants intersexes. Les Prides des banlieues et Radicales doivent être des temps de mobilisations de toutes les forces antiracistes, en soutien avec les concerné·es.
  • La criminalisation des mouvements militants : antifascistes, antisionistes, Gilets Jaunes etc. Les féministes des quartiers populaires sont de tous ces combats : s’attaquer à un.e de nous, c’est s’attaquer à tou·tes

Nous marcherons donc le 15 octobre 2022 dans les rues de Saint Denis.

Nous marcherons pour que cesse notre silence collectif face aux violences : que notre bourreau soit l’État, intime ou nos camarades de lutte. Nous marcherons pour porter un féminisme populaire antiraciste, en rupture avec le féminisme d’Etat. Nous marcherons pour honorer les mort·es et pour protéger les vivant·es.

Nous marcherons pour mettre au centre des débats : nos combats, nos réparations et nos victoires.

Qu’avec les noms de : Zyed, Bouna, Adama, Lamine ou Yanis et toutes les victimes de la police résonnent aussi dans nos quartiers les noms de : Sohane, Fouad, Dinah, Melissa, Alisha, Farida, Vanessa Campos, Ivana… et toutes les victimes des violences sexistes, LGBTQIphobes et sexuelles.

Nos quartiers ne sont pas des déserts féministes !

Rendez-vous à la basilique de Saint-Denis le samedi 15 octobre à partir de 14 h pour une marche par et pour les habitant.e.s des quartiers populaires.

UNE CRITIQUE FÉMINISTE DE LA GESTATION POUR AUTRUI (GPA)

Télécharger

Cet été, durant les rencontres pour l’émancipation, qui se déroulaient sur la commune du Maquis près de Minerve, s’est tenue une présentation du livre «  Ventre à louer », pour une critique féministe de la GPA, animée par Ana-Luana Stoicea-Deram. Les influents et riches promoteurs du marché de la reproduction humaine œuvrent sans relâche à valoriser et à faire légaliser la vente d’enfants par des mères porteuses. Pourtant, la GPA (gestation pour autrui), produit de la techtechnicisation et de l’artificialisation des rapports humains parfois affublé d’un ersatz de terminologie féministe. La GPA implique un triple sacrifice : celui que la mère fait d’elle-même, celui de l’enfant et celui de l’égale dignité des êtres humains. Au delà des intérêts d’une infime partie de la population, la GPA pose une question qui nous regarde tous et toute ; dans quelle monde voulons nous vivre. C’est à cette question que cette modeste présentation tente de répondre.

 Si l’idéologie ultralibérale considère la vente de leurs capacités de reproduction comme un droit des femmes, ce livre montre qu’il s’agit plutôt d’une déshumanisation relevant du néopatriarcat. Celui-ci donne aux femmes le choix de subir des violences médicales, psychologiques et économiques, et transforme l’enfant en objet de fabrication et de transaction marchande, lui niant ainsi le statut de sujet.
Cette conviction anime l’ensemble des contributrices et contributeurs : universitaires, journalistes, pionnières et militantes de la lutte pour les droits des femmes, des lesbiennes et des homosexuels. La diversité des approches – théorique, historique, politique, scientifique et linguistique – et la variété des origines géographiques – nécessaire car il s’agit d’un commerce mondial – permettent une appréhension critique globale et approfondie de la GPA, faisant de ce livre une référence pour comprendre l’industrialisation de la fertilité humaine et le danger des forces du marché.

CONTACT : Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution
37 Avenue Pasteur 93100 Montreuil, Email :
abolition.gpa@gmail.com

La Charte : La maternité de substitution, dite « Gestation Pour Autrui » (GPA), pratiquée dans divers pays, est une mise à disposition du corps des femmes pour donner naissance à des enfants qui seront remis à leurs commanditaires.

Loin de n’être qu’un geste individuel, cette pratique sociale est mise en œuvre par des entreprises de reproduction humaine,  dans un système organisé de production, incluant des laboratoires, médecins, avocats, agences etc. Ce système a besoin de femmes en tant que moyens de production de sorte que la grossesse et l’accouchement deviennent des processus fonctionnels dotés d’une valeur d’usage et d’une valeur marchande et s’inscrivent dans le cadre de la globalisation des marchés du corps humain.

Là où aucune loi ne le protège, le corps des femmes est requis comme ressource pour l’industrie et les marchés de la reproduction. Certaines femmes consentent à s’engager dans un contrat qui aliène leur santé, leur vie et leur personne, sous des pressions multiples : rapports de domination familiaux, sexistes, économiques, géopolitiques.

Enfin, la maternité de substitution fait de l’enfant un produit avec valeur d’échange, de sorte que la distinction entre la personne et la chose s’en trouve annulée. Le respect du corps humain et l’égalité entre les femmes et les hommes doivent prévaloir sur les intérêts particuliers.

En conséquence, au nom des droits de la personne humaine, Nous, signataires de la Charte:

  • dénonçons l’utilisation des êtres humains dont la valeur intrinsèque et la dignité  sont éliminées  au profit d’une valeur d’usage ou d’une valeur d’échange, 
  • refusons la marchandisation du corps des femmes et des enfants, 
  • appelons la France et les autres pays européens à  respecter les conventions internationales de protection des droits humains et de l’enfant dont ils sont signataires, à s’opposer fermement à toute forme de légalisation de la maternité de substitution sur le plan national ou international. 

Nous les appelons en outre, au nom de l’égale dignité de tous les êtres humains, à agir avec fermeté pour faire abolir cette pratique au niveau international, notamment en promouvant la rédaction, l’adoption et la mise en œuvre efficace d’une convention internationale d’abolition de la maternité de substitution.

Membres actif.ves et associé.es de la coalition

CoRP (Collectif pour le Respect de la Personne). Association co-fondatrice de la Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution – FRANCE collectif-corp.com

CQFD Lesbiennes féministes. Association co-fondatrice de la Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution – FRANCE cqfd-lesbiennesfeministes.org

CADAC – Collectif des Associations pour l’Avortement et la Contraception. Association co-fondatrice de la Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution – FRANCE

L’Assemblée des Femmes. Association co-fondatrice de la Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution – FRANCE assembleedesfemmes.com

Marche Mondiale – FRANCE marchemondialedesfemmesfrance.org

BaGdam Espace Lesbien – FRANCE www.bagdam.org

CNFF (Conseil Nationale des Femmes Françaises) – FRANCE www.cnff.fr

Red Estatal contra el alquiler de vientres – ESPAGNE http://www.noalquilesvientres.com

Stoppt Leihmutterschaft – AUTRICHE www.stoppt-leihmutterschaft.at

No somos vasijas – ESPAGNE nosomosvasijas.eu

PDF Quebec – CANADA www.pdfquebec.org

Lobby suédois des femmes – SUEDE
sverigeskvinnolobby.se/en/

FINRRAGE Feminist International Network of Resistance to Reproductive and Genetic Engeneering – AUSTRALIE www.finrrage.org

Societatea de analize feministe AnA – ROUMANIE http://www.analize-journal.ro/

Se non ora quando libere – ITALIE www.cheliberta.it

Arcilesbica – ITALIE www.arcilesbica.it

Libres MarianneS – FRANCE https://www.facebook.com/LibMariannes/

CEL Centre Evolutif Lilith – FRANCE http://celmrs.neowordpress.fr

Zéromacho – FRANCE https://zeromacho.wordpress.com/

Mouvement du Nid – FRANCE http://www.mouvementdunid.org/

Regards de Femmes – FRANCE http://www.regardsdefemmes.fr/

Maison Des Femmes de Paris – FRANCE https://mdfparis.wordpress.com/

AERAFEM – Association pour l’ERAdication des Féminicides à l’Echelle Mondiale – FRANCE https://www.facebook.com/MEFAREA/

Collectif & Réseau féministe « RUPTURES » – FRANCE http://www.reseau-feministe-ruptures.org/

Collectif 13 droits des femmes – FRANCE http://collectif13.ddf.free.fr/

Federación de Mujeres Progresistas – ESPAGNE https://fmujeresprogresistas.org/

Federación de Asociaciones de Mujeres Separadas y Divorciadas – ESPAGNE http://www.separadasydivorciadas.org/

« Comisiόn para la investigaciόn de malos tratos a mujeres » – ESPAGNE http://http://malostratos.org/

« Stop Vientres de Alquiler » – ESPAGNE https://stopvientresdealquiler.wordpress.com/

FNCIDFF – « Fédération Nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des familles » – FRANCE http://www.infofemmes.com/v2/accueil.html/m/

Fondation Scelles » – FRANCE http://fondationscelles.org

Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée » – FRANCE https://elcem.typepad.com

Japan Colaition against surrogacy practice »  – Japon

European Network of Migrant Women » – Belgique https://www.migrantwomennetwork.org/

OBJECT « – Royaume-Uni » https://objectnow.org/

Nordic Model Now « Royaume-Uni » https://nordicmodelnow.org/

Quel avenir pour la maternité des lilas ?

Télécharger

les lilas 28 mai 2022 : fête de la maternité

Fondée en 1964, la maternité des Lilas est une institution féministe incontournable de l’Île-de-France qui ne pratique que des actes liés à la santé sexuelle : avortements, accouchements, soins de transition… La structure est gérée par une association accréditée par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Seine-Saint-Denis, mais elle fait face depuis déjà plus de dix ans à des difficultés financières. En cause, le mode de financement des établissements de santé dit de la tarification à l’activité (T2A).

Mis en place en 2005, ce nouveau mode de financement consiste à ne plus allouer un budget de fonctionnement sous la forme d’une enveloppe globale couvrant les besoins estimés, mais à ajuster en chaque année selon le total des soins facturés à la sécurité sociale : un moyen pour l’État de compresser sans arrêt le budget de la santé qui a joué un rôle important dans la dégradation du système public de santé depuis les années 2000.

Outre son effet de coupe budgétaire, cette réforme a également eu l’effet pervers d’instituer un rapport productiviste à la santé : pour éviter de voir leur enveloppe réduite, l’administration des hôpitaux est amenée à encourager les équipes soignantes à réaliser un maximum d’actes médicaux pour pouvoir facturer le plus possible à la sécurité sociale.

En matière d’obstétrique, cela se traduit par la volonté des hôpitaux de faire sortir les parturient.e.s trois jours après leur accouchement, incite le recours à la césarienne ou à l’épisiotomie, pourtant pas toujours nécessaires et souvent perçus comme de véritables violences par les femmes qui accouchent.

La maternité des lilas est la dernière petite maternité (niveau 1) à financement entièrement public en seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France et avec un taux de fécondité le plus élevé, particulièrement touché par les inégalités territoriales de santé.

L’ARS (agences régionales de santé) pourrait valider un projet de reprise par un groupe privé nommé AVEC. Ce groupe prévoit la fusion de la maternité des lilas avec la clinique Vauban situé à Livry-Gargan

Dans ce contexte, avait lieu, ce 28 mai 2022, la fête de la maternité dans le parc Lucie Aubrac au Lilas. L’actualité des luttes avait posé son micro pour capter cette journée de fête et de luttes. Dans l’émission de ce jour, nous entendrons les interviews d’ancienne et de nouvelle sages-femme, de parent et d’une syndicaliste de la maternité qui nous parlera des enjeux de la lutte.

Pour soutenir la maternité des lilas : https://www.change.org/p/soutien-%C3%A0-la-maternit%C3%A9-des-lilas-pour-%C3%A9viter-sa-fermeture

UKRAINE : Semaine de solidarité avec la résistance ukrainienne

Télécharger

Aujourd’hui dans cette émission du 1ᵉʳ juin, nous vous diffusons une rencontre qui avait lieu à la Brèche, librairie du NPA le 18 mai 2022, a l’occasion d’une semaine de solidarité avec la résistance ukrainienne.

Vous pourrez entendre Gilbert Achkar ( universitaire) revenir sur le contexte historique et internationale du déclenchement de l’invasion et notamment de la responsabilité de l’OTAN. Devis Forbach chercheur franco-Ukrainien revenir sur l’histoire récente de la construction d’un état Ukrainien et Daria Saburova chercheuse franco-Ukrainienne nous faire le retour du voyage d’une délégation international s’étant rendu sur place au début du mois de mai.

À ce sujet, nous diffusons un rapide compte rendu effectué à la suite de ce voyage : 

Une délégation de 26 participantEs de dix pays européens s’est rendue en Ukraine du 3 au 6 mai à la rencontre du mouvement social, féministe et syndical d’Ukraine et en coordination avec le Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine. Deux des participantEs français, Laurence Boffet et Roland Mérieux, en ont fait un court compte rendu.


Nous sommes arrivés à Lviv hier après-midi. Laurence Boffet ainsi que les parlementaires présents dans la délégation ont rencontré le parti Razem (gauche radicale polonaise, environ 7 % des voix aux dernières élections législatives, six députés) puis des associations qui tiennent une maison des solidarités à la frontière polonaise. Ensuite, nous avons rencontré des humanitaires polonais (anciens musiciens, organisateurs de festivals reconvertis en convoyeurs de tout, médicaments, repas, réfugiés).

Deuxième journée à Lviv Ce jeudi 5, en lien avec les camarades de Sotsialnyi Rukh [Mouvement social] qui militent pour un socialisme démocratique, nous rencontrerons, aujourd’hui et demain, des représentants syndicaux (en particulier du rail, services publics, santé, mineurs), des militants écologistes, féministes, LGBTQ+.

La matinée a été consacrée à une rencontre avec les responsables de Sotsialnyi Rukh. Ils nous ont présenté leurs activités, notamment sur les questions sociales et démocratiques que leur mouvement tente de mettre en œuvre et leur vision de la situation politique dans leur pays en état de guerre (soutien au président Zelensky et son gouvernement, bien que très critiques sur les questions sociales et écologiques).

Une déclaration commune est en cours de rédaction reprenant les larges convergences évoquées toute la matinée, déclaration proche de celle du texte du Réseau européen de solidarité à l’Ukraine avec un point complémentaire majeur pour eux, l’adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE.

L’après-midi a été consacré à des échanges avec les syndicats ukrainiens, qui se retrouvent essentiellement dans deux grandes confédérations (la Confédération des syndicats et la Confédération des syndicats libres). Étaient présentEs des représentantEs de différents secteurs d’activité (construction, transports, santé), ainsi qu’un syndicat nouveau et indépendant des deux confédérations qui défend les travailleurs pauvres de la santé, des mines et de l’énergie (nucléaire). Nous avons eu une description détaillée des luttes sociales avant la guerre pour les hausses de salaires, contre les conséquences du néolibéralisme sur les secteurs publics ou la santé, qui nous ont rappelé les nôtres…

Aujourd’hui, les syndicats sont tournés vers l’aide concrète aux travailleurs ukrainiens victimes de la dérégulation en ces temps de guerre (licenciements, non-paiement des salaires, voire travail gratuit, maintien de la sécurité et des infra­structures dans les transports ou le nucléaire). La question écologique a aussi été abordée par certains syndicats.

Troisième jour, rencontres avec des mouvements féministes, écologiques, de solidarité et libertaires. Dès le matin, une première réunion s’est tenue entre les femmes de la délégation européenne et des représentantes de trois organisations ukrainiennes féministes, intersectionnelles, LGBT. Un groupe de travail spécifique sur ces questions démarre dans le Réseau européen en lien avec ces groupes féministes.

Ces groupes se focalisent en particulier sur l’aide aux femmes qui ont besoin de soutien immédiat sur le plan financier, psychologique, mais aussi politique. Plusieurs contacts très concrets ont été pris lors de cette rencontre pouvant permettre ultérieurement de créer des ponts avec les Ukrainiennes de Lyon, mais aussi avec des mouvements féministes (au plan national) qui voudront les aider. La matinée s’est poursuivie avec la présentation des actions de ces mouvements féministes et d’entraide entre femmes.

Plusieurs centaines de milliers de femmes se retrouvent seules avec leurs enfants, avec ou sans travail, exilées en Pologne ou déplacées dans leur propre pays ; elles ont besoin d’une prise en charge au niveau de l’éducation des enfants, du travail, un logement, des soins médicaux ainsi que d’accès à l’avortement, que ce soit en Pologne, qui l’interdit, mais aussi en Ukraine, où c’est autorisé, mais aujourd’hui de plus en plus difficile à mettre en œuvre.

Au cours de l’après-midi, d’autres présentations ont été faites par des représentants de mouvements écologistes, qui sont favorables aux sanctions et qui se concentrent en particulier sur une demande d’embargo du pétrole et du gaz russes, en exigeant qu’ils ne soient pas remplacés par d’autres énergies fossiles. Un appel en ce sens est en train de circuler auprès des parlementaires du monde entier […].

Une représentante d’un mouvement LGBTQ a décrit les actions de solidarité qu’ils et elles ont mis en place pour tous et toutes à partir d’une coopérative qu’ils et elles géraient déjà avant la guerre. Selon elles et eux, une des justifications de la guerre avancée par les Russes est la défense des valeurs traditionnelles chrétiennes et par conséquent la lutte contre la domination LGBT sur l’Ukraine comme sur l’ensemble de l’Europe ; Zelensky étant « accusé » d’être gay ! Par ailleurs, la société ukrainienne est assez conservatrice et la guerre renforce les valeurs « viriles ». Ce collectif défend la visibilité de la communauté LGBTQ, y compris dans l’armée, travaille au consensus et prône une démarche non violente.

Troisième jour, suites, Un représentant des droits des Rroms est également intervenu. Leur mouvement est très structuré, car les Rroms d’Ukraine sont parmi les plus discriminéEs d’Europe. Leur défense avait démarré bien avant la guerre. Ils profitent du fait que l’Ukraine demande son adhésion rapide à l’UE pour exiger l’accélération de l’agenda 2021-2030 qui prévoit une amélioration du traitement du peuple rrom demandée par l’Europe à tous les pays membres.

Les associations rroms disposaient déjà avant la guerre de réseaux européens efficaces qu’ils mettent aujourd’hui à disposition de l’ensemble des UkrainienEs. Malgré le racisme, leur représentant reconnaît que l’aide spontanée des UkrainienEs a concerné aussi les Rroms ; des cas de maltraitance policière, comme à Lviv, ont été signalés. Dans cette ville, un cas de violence policière médiatisé a été utilisé par les Russes pour faire croire à des attaques envers les russophones d’Ukraine !

D’autres actions humanitaires ont également été présentées en association avec les mouvements libertaires. Ces réseaux sont a priori efficaces en termes de logistique de l’ouest vers l’est de l’Ukraine, mais aussi dans les zones sous occupation ou les zones de guerre. Partout ailleurs, ils proposent des abris, des hébergements, des lieux de stockage.

Des actions du côté de la défense territoriale ukrainienne sont également prises en charge par ces mouvements. Ils demandent des soutiens financiers, mais aussi de l’aide pour le soutien psychologique et pour répondre aux revendications des femmes qui peuvent aussi être ­réalisées depuis l’étranger.

Une représentante de ces mouvements nous a expliqué la question des trafics d’êtres humains, dans le cadre du travail forcé ou de l’exploitation sexuelle. L’Ukraine était déjà une grande pourvoyeuse de travail forcé, cela, c’est bien sûr renforcé depuis le début du conflit. […]

En conclusion de ces deux journées, une déclaration commune a été proposée par Vitalii Dudin au nom de Sotsialnyi Rukh, que nous avons adoptée.

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTES DU DROIT DES FEMMES : retour sur la manifestation parisienne

Télécharger

Le 8 mars est la Journée Internationale pour les Droits des Femmes. Elle trouve son origine dans les luttes des ouvrières et des suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote. En 1977, elle est officialisé par les Nations Unies comme la Journée Internationale des Femmes.

Cette année, les collectifs et associations qui participent de l’organisation de cette manifestation ont fait le choix d’une journée de grève des femmes avec une manifestation de la Gare du Nord à l’Hôpital Tenon. Nous vous diffusons un reportage réalisé lors de cette manifestation afin d’illustrer la diversité des personnes présentes et une partie des prises de paroles officielles. De plus, nous vous diffusons dans le corps du texte l’appel à cette journée, afin que vous puissiez mieux contextualiser cette mobilisation.
 

” La prise de conscience et les mobilisations féministes grandissent et font bouger les lignes partout dans le monde. Nous sommes debout, nous voulons décider de nos vies. Nous voulons l’égalité.

→ Nous voulons être reconnues dans nos métiers, bien payées, à égalité avec les hommes au travail !

Avec la crise sanitaire, les femmes sont toujours en première ligne, mal payées, majoritaires dans des métiers essentiels (soins, santé, services publics). Nous sommes touchées de plein fouet par la précarité, les bas salaires et le temps partiel subi. Notre travail est déconsidéré et invisibilisé. Aides à domicile, assistantes d’élèves en situation de handicap (AESH), enseignantes, soignantes, travailleuses sociales…Les grèves se multiplient dans les métiers féminisés. Faisons converger ces luttes le 8 mars pour imposer des revalorisations salariales, des emplois stables et durables et des perspectives de carrière ambitieuses ! Les femmes immigrées ou sans papiers sont surexploitées, peu reconnues socialement et peu susceptibles d’évoluer dans leurs emplois. Nous voulons qu’elles soient régularisées !

→ Nous voulons vivre dans une société sans violence sexiste et sexuelle ! Nous voulons être libres de nos choix sur nos corps !

#Metoo, notre mobilisation partout dans le monde bouscule les rapports de domination et met à mal le patriarcat. Nous refusons les violences sexistes et sexuelles que ce soit dans les bars (#BalanceTonBar), dans nos couples ou nos familles (#MeTooInceste), dans la santé (#StopVog, Stop violences obstetricales et gynécologiques), dans notre travail, les lieux scolaires universitaires (#metoofac), dans les fédérations sportives, la culture (#metootheatre), le journalisme, la politique (#metoopolitique).

Les femmes handicapées sont pénalisées par le manque de soins et freinées dans leur choix d’autodétermination de leur sexualité ou dans la possibilité de mettre au monde des enfants. Elles subissent d’autant plus les violences sexistes et sexuelles qu’elles soient d’ordre privé, institutionnel, médical ou économique (le versement de l’allocation d’adulte handicapé.e dépend des revenus du conjoint).

Nous dénonçons l’élection à la présidence du parlement européen d’une parlementaire anti-avortement et nous exigeons que le droit à l’IVG entre dans la charte des droits fondamentaux. En France, l’allongement du délai pour avorter doit enfin être voté, plus question d’être obligée de partir à l’étranger !

L’éducation non sexiste, la lutte contre les stéréotypes dans les manuels scolaires, contre le cyberharcèlement doivent enfin être effectives ! L’orientation ne doit plus être genrée, personne ne doit contrôler nos corps et la façon dont nous nous habillons !

→ Nous voulons avoir du temps pour nous, nous en avons assez d’assurer toutes les tâches à la maison, parce que c’est l’égalité et que nous le valons bien !

Nous refusons d’être les variables d’ajustement, celles qui sacrifient leur travail, qui enchaînent les doubles journées avec le ménage, les courses, la cuisine, etc. pour pallier les déficits de services publics et prendre soin des enfants ou des personnes dépendantes. Comble du mépris : notre travail est si dévalorisé que deux ans après le début de la crise sanitaire, le pouvoir fait toujours comme si on pouvait télétravailler tout en gardant les enfants ! Nous voulons une réduction du temps de travail pour toutes et tous, allongement du congé maternité et du congé paternité et d’accueil de l’enfant, nous voulons une meilleure rémunération du congé parental pour qu’il soit plus partagé, nous voulons un vrai service public de prise en charge de la petite enfance et de la dépendance !

Le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous ferons la grève féministe partout dans le monde pour

  • Affirmer notre solidarité avec les femmes du monde entier qui subissent la répression, la négation de leurs droits, à commencer par nos sœurs d’Afghanistan, violemment réprimées par les talibans et abandonnées par les pays occidentaux
  • Exiger des moyens pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, sachant que pour les seules violences conjugales, le Conseil Economique Social et Environnemental estime à 1 milliard l’investissement nécessaire. Afin de prévenir toutes les formes de violence, il est indispensable d’accompagner et protéger les victimes, de former toutes les personnes qui travaillent à leurs côtés, de sanctionner les agresseurs, de faire appliquer les lois existantes et de compléter la législation.
  • Exiger l’égalité salariale et professionnelle et dénoncer le fait que les femmes sont toujours payées un quart en moins. En France, c’est comme si nous arrêtions d’être payées chaque jour à partir de 15h40
  • Revendiquer la revalorisation des métiers féminisés, la fin de la précarité et des temps partiels et l’application de la loi qui – depuis 50 ans ! – prévoit un salaire égal pour un travail de valeur égale
  • Obtenir le rattrapage des pensions des femmes retraitées qui sont inférieures de 40% à celles des hommes
  • Exiger un investissement financier et un recrutement massif dans les services publics, notamment dans les secteurs du soin, du lien et de l’éducation pour socialiser les tâches domestiques !
  • Développer une éducation féministe et égalitaire qui lutte enfin contre les stéréotypes et les violences et qui donne à tou.te.s la possibilité de réussir leur parcours scolaire et professionnel
  • Exiger l’allongement des délais pour l’IVG et l’accès sur l’ensemble du territoire à des centres IVG

Ce 8 mars, nous serons à la veille des élections présidentielles. Le gouvernement et le patronat bloquent toute avancée et multiplient le féminisme washing. Pire, la réaction masculiniste s’organise relayée par l’extrême droite qui revendique un discours sexiste, raciste et LGBTophobe. Partout dans le monde, la première chose que font ces partis réactionnaires quand ils arrivent au pouvoir, c’est de remettre en cause les droits fondamentaux des femmes.

Alors que la « grande cause » d’Emmanuel Macron s’est avérée une vaste opération d’enfumage, que les idées misogynes relèvent la tête, nous donnons rendez-vous à toutes les femmes, à tous et toutes les féministes. Le 8 mars, on s’arrête tout.e.s. On se met en grève. Plus de bla bla, plus de promesses sans lendemain, des actes. Ne nous libérez pas, on s’en charge ! “

Appel lancé par : Action Aid Peuples Solidaires, Appel Femmes Debout, Assemblée des Femmes, Association Nationale des Etudes Féministes (ANEF), APEL-Égalité, ATTAC, Chiennes de garde, CGT, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV), CFD syndicale afghane, Collectif Tenon, Collectif bas les masques, Les Effrontées, Émission Remue Méninge féministe, Enfants d’Afghanistan, la FAGE, Féministes Tunisiennes, Femmes Egalité, Femmes Solidaires, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir – FDFA, Fffrac, FIDL, Fond pour les Femmes en Méditerranée, Fondation Copernic, FSU, Hero.ïnes 95, Latir Por Mexico, Las Rojas, Les Rosies, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie-LFID, Maison des femmes de Paris, Maison des Femmes Thérèse Clerc Montreuil, Marche mondiale des femmes France, Mariachi au féminin ArrieraSomos, Mémoire Traumatique et Victimologie, Mouvement Femen, Mouvement des femmes kurdes en France (TJK-F), Negar- soutien aux femmes afghanes, Nous Toutes, NUAWE, Osez le féminisme, Planning Familial, Plus jamais ça, RajFire, Réseau Féministe « Ruptures », Solidaires, Stop Violences Obstetricales et Gynécologiques, SKB, UNEF, Union Nationale des Familles de Feminicides (UNFF), Union citoyenne pour la liberté, Urgences Afghanes.

Soutien des partis politiques : EELV, Ensemble !, France Insoumise, Génération.s, NPA, Parti de Gauche, PCF, Parti Communiste des Ouvriers de France, Parti Socialiste, Place Publique, Union des Communistes Libertaires

8 mars : Les Peuples Veulent ! 3.0 /L’INTERNATIONALE FÉMINISTE

Télécharger

Du 12 au 14 novembre 2021 avaient lieu Les rencontres internationalistes « Les Peuples Veulent” pour une troisième édition à l’espace AERI 57 rue Etienne Marcel à Montreuil.

Des activistes du monde entier étaient attendu.e.s en novembre à Montreuil pour nous raconter leurs expériences, partager leurs idées, analyses et espoirs. Cette édition comprenait trois thèmes : Internationalismes d’hier et de demain/ Les voies du changement/ L’internationale Féministe. Tout au long de l’événement, un plateau radio organisé par FPP permettait de discuter et de présenter chacun.e.s de nos invité.e.s plus en détail.

Ainsi pour cette journée internationale de lutte pour le droit des femmes, nous décidons de vous diffuser deux montages. Tout d’abord un plateau radio réalisé avec la Coordinadora Feminista 8M (Chili). Ensuite, nous vous diffuserons la première partie du débat organisé lors de cet événement sur l’Internationale Féministe.

La vague de révolte féministe ne cesse de grossir dans le monde entier. Ces dernières années les combats féministes n’ont cessé de bouleverser l’ordre établi et d’imaginer un futur plus égalitaire pour toutes et tous.

Alors que certaines revendications sont parfois spécifiques aux contextes locaux, il existe plus que des résonances entre les luttes féministes en Amérique Latine, en Europe, au Moyen-Orient ou ailleurs. Ces mobilisations et la circulations des outils, des idées et des formes d’actions peuvent être comprises comme une expérience collective, à la fois locale et transnationale.

Ainsi, l’internationale féministe, ne serait-il pas une hypothèse révolutionnaire à part entier ?

Avec la Coordinadora Feminista 8M (Chili), Roula Seghaier (Liban, Tunisie), Arya Thomas (Inde), Somayeh Rostampour du Collectif98 (Kurdistan, Iran), Louise des Bombes Atomiques à Bure (France) – Syrian Feminist Society (Syrie) par zoom.

Vous pourrez retrouver l’ensemble du débat sur la chaine youtube de la cantine syrienne : https://www.youtube.com/channel/UC6mrrpePlPS8w6VhEgieyPQ

L’HÔPITAL EN COLÈRE / SIDA : journée mondiale

Télécharger

L’accès à une santé de qualité et de proximité est de moins en moins assuré malgré l’abnégation des personnels. L’hôpital public se désintègre avec partout des fermetures de lits, de services, en particulier d’urgence et de SMUR mais aussi en psychiatrie, en chirurgie, en médecine, en soins de suite … Le laisser-faire actuel privilégie le secteur privé, avec des conséquences dramatiques pour l’accès aux soins (dépassement d’honoraire, frais administratifs… Mais aussi recul de la proximité).

C’est une catastrophe sanitaire qui s’amplifie. La situation actuelle des hôpitaux a pour conséquence d’accroître les souffrances des malades, des personnes en situation de handicap, et de provoquer une surmortalité. Le renoncement aux soins s’accroît.

Le gouvernement ne peut se contenter de distribuer quelques millions ici et là pour tenter de calmer les esprits. L’hôpital public est garant de l’accès aux soins de toutes et tous.

Nous demandons un plan d’urgence pour l’hôpital public !

Un choc d’attractivité pour les personnels, par une vraie reconnaissance salariale, par une amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi en leur permettant de travailler conformément à leur éthique ce qui suppose de les écouter et de réformer la gouvernance. Il faut changer les systèmes de fonctionnement et de management basés sur des critères de performance et de rentabilité. Il n’y pas de soins sans humanité !
Un vaste plan de formation, de recrutement et la titularisation des contractuels.le.s :
La réouverture de tous les lits et services fermés et des ouvertures autant que de besoin.
L’établissement d’une vraie démocratie sanitaire unissant personnels et usagers-citoyens.
Les moyens financiers suffisants doivent en être donnés par une modification du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2022.

Face aux fermetures de lits et à un hôpital public « qui se désintègre », des associations, syndicats, collectifs de soignant.es et de citoyens appelait à une journée de mobilisations pour l’accès aux soins, le samedi 4 décembre 2021.

L’actualité des luttes se trouvait dans le cortège parisien, et nous vous proposons le reportage réalisé ce samedi 4 décembre. Nous pourrons entendre entre autre les paroles d’un médecin urgentiste au CHU d’Angers , d’une pédopsychiatre qui officie dans l’Essonne, le collectif grand Est…

Mercredi 1er décembre 2021, Act Up-Paris organisait la manifestation pour la journée mondiale de lutte contre le sida à Paris. Mot d’ordre : PRÉCARITÉ SANITAIRE, RIPOSTE COMMUNAUTAIRE.

Au-delà de l’invisibilisation, la chute du nombre de dépistages du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19 est le présage d’un retard dans la découverte de personnes contaminées, de leur mise sous traitement, de leur prise en charge, des impasses thérapeutiques et une hausse probable des contaminations, sans parler des effets délétères sur la santé mentale.

Dans cette seconde partie d’émission, nous vous proposons le reportage réalisé ce 1er décembre et nous entendrons les prises de paroles place de la Bastille et un entretien avec le collectif ACCEPTESS

Bonne écoute !

INDE : victoire du mouvement paysan indien

Télécharger

26 novembre 2021 : réunion au campement de la porte Tikri à Delhi

Nous passons cette heure d’émission en compagnie de Jacques Chastaing, pour revenir sur la victoire du mouvement paysan en Inde.

Le premier Ministre indien, Narendra Modi, voulait libéraliser l’agriculture. Après un an de colère et de mobilisation paysanne, il a annoncé vendredi 19 novembre 2021, de manière inattendue l’abrogation de la réforme.

Ces réformes prévoyaient de libéraliser les marchés agricoles donnant trop de pouvoir aux grands groupes. Les paysans indiens redoutaient également qu’à terme, ces lois ne marquent la fin des prix minimums garantis par l’État pour certaines denrées. Depuis l’adoption de ces réformes, les agriculteurs campaient aux portes de la capitale indienne. Ces mobilisations sont les plus importantes contestations depuis l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous en 2014.

La décision du SKM de continuer et amplifier la lutte, dessine l’émergence d’une organisation révolutionnaire originale et un changement de période où les classes populaires passent à l’offensive pour un monde meilleur et les classes bourgeoises se mettent en défensive, une tendance qu’on sent germer un peu partout, à la lumière de l’avant-garde du mouvement en Inde

Source: Jacques Chastaing

Forts de leur succès, un jour après que le premier ministre Modi, ait annoncé le retrait des lois anti-paysannes le 19 novembre 2021, les paysans par la voix du SKM (Front Uni Paysan, la coordination qui anime le mouvement) ont répondu par une gifle à Modi en décidant de continuer leur mouvement et de l’amplifier en maintenant tous les programmes de luttes annoncés, y compris ceux pour marquer le premier anniversaire de la manifestation des paysans le 26 novembre tout en faisant porter maintenant le centre de leurs revendications sur une sorte de salaire minimum garanti pour les 600 millions de paysans.

Le SKM exige en effet maintenant que l’État garantisse des prix satisfaisants contre les cours du marché mondiaux à une fois et demi le prix de production pour tous les produits agricoles et pour tous les paysans du pays. C’est une vieille revendication pour laquelle les paysans se battent depuis longtemps et c’est considérable. On estime en effet à l’heure actuelle que 30 % environ des paysans ne bénéficient pas du tout de cette garantie que justement Modi voulait détruire pour ceux qui en bénéficiaient encore en partie. Cette demande importante équivaudrait à une espèce de salaire minimum garanti pour les paysans, négocié avec les syndicats paysans ou leur coordination.

Le SKM exige également le retrait du projet de loi d’amendement sur l’électricité qui avec la privatisation envisagée par le gouvernement Modi mettrait fin au système de prix bas pour les paysans.

Le SKM a déclaré que les centaines de poursuites judiciaires contre des milliers de paysans doivent être retirées sans condition.

Il a également demandé que les familles des 700 paysans décédés durant le mouvement doivent recevoir une compensation et des emplois. Par ailleurs les 700 martyrs méritent également a-t-il dit qu’un hommage leur soit rendu lors de la session parlementaire et qu’un mémorial soit érigé en leur nom. Le SKM a également demandé des comptes dans les violences à Lakhimpur Kheri dans l’Uttar Pradesh, où une voiture appartenant au fils du ministre de l’Intérieur de l’Union, Ajay Mishra, a écrasé et tué quatre agriculteurs et un journaliste. Il a exigé que Ajay Mishra qui ne fait toujours l’objet d’aucune action en justice et reste ministre du gouvernement Modi, soit arrêté et renvoyé du Conseil des ministres.

Pour tout ces objectifs, le SKM a donc lancé un appel aux paysans des États du nord de l’Inde pour qu’ils rejoignent les différents campements de Delhi le 26 novembre. Des rassemblements seront organisés en même temps à travers toute l’Inde l’Inde pour marquer la journée. Dans les États éloignés de Delhi, le premier anniversaire sera célébré avec des défilés de tracteurs et de chars à bœufs dans les diverses capitales, ainsi que par d’autres manifestations.

En outre, le SKM a également exhorté les agriculteurs à faire du Mahapanchayat (Assemblée Générale de démocratie directe, pas tout à fait un soviet mais pas loin) qui se tiendra à Lucknow, la capitale de l’Uttar Pradesh, le 22 novembre, un grand succès avec un million de participants et d’y donner le maximum d’énergie.

Le 28 novembre, un gigantesque Mahapanchayat ouvrier et paysan sera également organisé à Mumbai (Bombay) dans le Maharashtra par une centaine d’organisations ouvrières, paysannes, associatives, citoyennes, ce qui est une première dans cette ville et cet État.

À partir du 29 novembre, une marche pacifique vers le Parlement avec 500 tracteurs sera organisée tous les jours jusqu’à la fin de la session afin de continuer à mettre les parlementaires sous pression et mobiliser ceux parmi eux qui disent soutenir le mouvement paysan en menaçant de faire perdre leur prochaine élection à toux ceux qui ne porteraient pas leur combat.

De même, les gares de péage autoroutières seront libérés de toute perception de frais.

En attendant, même s’ils restent méfiants, attendent que le Parlement ait voté le texte annoncé par Modi et se préparent aux prochains combats, partout l’état d’esprit est à la joie, et les paysans ont fêté avec intensité leur immense victoire notamment dans les campements paysans aux portes de Delhi.

POURQUOI LE RECUL SOUDAIN DE MODI ?

On peut se demander pourquoi Modi qui résistait depuis un an a tout d’un coup cédé, ce qui a surpris la presse aux ordres, toute déboussolée.

Bien sûr, la détermination des paysans et leur lutte massive et radicale ont bien sûr été l’élément majeur qui a fait reculer ce pouvoir d’extrême droite pourtant réputé inflexible face aux pauvres, bâti sur la haine des femmes, des castes inférieures, des religions non hindoues et dont le premier ministre Modi a fait ses armes dans un parti fasciste, le RSS et dont l’idéologue du parti n’hésite pas à se référer à Hitler ou Mussolini.

Mais il y a eu des éléments pour que Modi craque ces jours-ci.

Comme un signal politique de ce qui pouvait suivre, l’État du Télangana tout entier dont le gouvernement avait été un allié du BJP de Modi, a décidé le 18 novembre, de soutenir la lutte des paysans et des manifestations géantes ont été organisées à Hyderabad la capitale. Une tendance qui pourrait être générale puisqu’après le recul de Modi, les dirigeants des États et territoires de Delhi, Odisha, Jharkhand, Chattisgarh, Punjab, Maharashtra, Kerala, Rajasthan, Tamil Nadu et probablement d’autres à venir se sont félicités et ont demandé au gouvernement central de satisfaire aux nouvelles revendications des paysans.

Par ailleurs, le 22 novembre, les paysans avaient annoncé qu’ils attendaient un million de manifestants à Lucknow, la capitale de l’Uttar Pradesh, cœur du pouvoir du BJP . Cette manifestation aurait planté le dernier clou, disaient les paysans, dans le cercueil du BJP, avant sa défaite électorale probable dans cet État en début d’année prochaine – comme assurément au Pendjab, en Uttarakhand et peut-être encore au Manipur et Goa où ont lieu également des élections l’an prochain. L’échec électoral du BJP en début d’année prochaine notamment en Uttar Pradesh était prévisible au vu de la mobilisation paysanne montante dans ces États et au vu déjà de l’énorme défaite électorale au Bengale Occidental et dans les élections partielles en Uttarakhand du fait des actions du mouvement paysan malgré les énormes moyens qu’y avait mis le parti du pouvoir..

Cela aurait signifié la fin de toute autorité du BJP dans l’ensemble du pays, même s’il était resté formellement à la tête du pays jusqu’à son terme légal en 2024.

Les 26, 28 et 29 novembre, les paysans avaient également prévu toutes les mobilisations qui ont été décrites plus haut.

Mais peut-être et surtout, les paysans avaient annoncé conjointement avec les dix principales organisations syndicales ouvrières, une grève générale de deux jours consécutifs en début d’année prochaine lors de la session parlementaire sur le budget.

Une telle mobilisation générale de deux jours ne s’est jamais vu en Inde et aurait pu ouvrir la porte dans le climat actuel à bien des surprises.

En effet, pour le 26 novembre 2020, l’an dernier, avec un seul jour de grève générale, 250 millions de grévistes avaient participé à cette grève. Or les paysans en avaient profité pour lancer leur mouvement au niveau national alors que jusque là il était limité dans deux États, Pendjab et Haryana, en annonçant une seconde journée de grève une semaine après le 26 novembre. Dans la foulée, ils avaient organisé la marche sur Delhi qui s’était transformé en siège de la capitale avec des campements hébergeant jusqu’à 300 000 paysans et soutiens, syndicalistes, féministes, écologistes, étudiants, jeunes, indigènes, Intouchables, hindous, musulmans ou sikhs, faisant de ces campements des foyers permanents de fermentation de la révolution.

Cette grève générale de deux jours aurait donc pu être le point de départ d’un mouvement encore plus général dans tout le pays, d’autant que paysans et ouvriers à la base étaient déjà en train de la préparer activement ensemble dés maintenant.

L’affaiblissement général du régime en aurait dangereusement résulté pour les possédants.

Le cœur du pouvoir du BJP et sa vitrine résident en effet en Uttar Pradesh. Cet État géant – le plus grand de l’Inde avec 210 millions d’habitants quasi autant que le Brésil -, est dirigé par l’idéologue du parti, Yogi Adityanath, moine hindou fanatique et fascisant, faisant régner “l’Hindutva” dans l’État, le pire des régimes dictatorial et religieux mêlant les oppressions et divisions aussi exacerbées que violentes, de religions, de castes et de sexes. Une défaite démonstrative infligée en ce lieu par le mouvement populaire utilisant et détournant les élections à cette fin aurait signifié non seulement la défaite du BJP, mais aussi la défaite de tout le système idéologique de domination des riches indiens depuis des siècles avec leurs divisions des classes populaires entre sexes mais aussi entre mille religions et castes. Un basculement de l’histoire.

Car en effet, le soulèvement paysan n’est pas qu’économique, ce qui est aussi une révolution en soi.

LES PAYSANS INDIENS, DES PROLÉTAIRES ET DES FEMMES A L’IDÉAL SOCIALISANT

D’une part, sous l’effet de la mondialisation, comme partout dans le monde, avec l’augmentation de la paupérisation des campagnes et de l’exode rural, le travail agricole s’est profondément féminisé depuis quelques décennies et le monde paysan a été révolutionné dans ses habitudes par cette transformation.

D’autre part, par ce biais, le soulèvement paysan est lui-même l’héritier des valeurs d’un grand mouvement social, nommé Shaheen Bagh (du nom d’un quartier pauvre et musulman de Delhi). C’était un mouvement féminin et féministe mais aussi contre toutes les oppressions de religions et de castes, qui a eu lieu entre décembre 2019 et mars 2020, occupant massivement quotidiennement les places des grandes villes indiennes Il a été le premier grand mouvement à se lever contre Modi en s’opposant à une énième loi discriminatoire contre les musulmans et le premier à oser défier son système de haines de castes, religions ou sexes qui avait pourtant eu tant de succès électoral depuis 2014 et qui avait fait s’incliner tous les partis d’opposition et les avait tous amené eux aussi à suivre, peu pou prou, une telle idéologie réactionnaire. Quand le Covid et la répression avaient stoppé ce mouvement en mars 2020, le mouvement paysan sous les l’influence des paysannes en avait repris les valeurs humanistes dés ses débuts en juin 2020 au Pendjab et en Haryana puis les a porté et amplifié jusqu’à aujourd’hui donnant significativement une place centrale aux femmes, aux tribus indigènes, aux Dalits (Intouchables), aux jeunes et à l’alliance de toutes les religions musulmans, sikhs ou hindous en affichant clairement sa volonté de lutter contre toutes les oppressions.

Enfin, le mouvement paysan par ses nombreuses et fortes organisations syndicales combatives – très différemment de la plupart des organisations syndicales ouvrières – est l’héritier de toute l’histoire du socialisme indien et du Gandhisme de la période de l’indépendance et a maintenu en Inde le programme de l’autosuffisance alimentaire contre les groupes capitalistes agro-alimentaires.

À travers cela, se sont conservées, au moins en partie e dans certaines régions, par exemple au Pendjab et en Haryana, le cœur de la révolte, des structures étatiques de protection des paysans : pour l’essentiel, un prix des produits agricoles qui n’est pas dépendant du marché mondial, mais plus élevé (peut-être un des plus élevés au monde) et fixe qui est établi par l’État au cours de négociations avec les syndicats ; des marchés (mandis) d’État qui assurent la vente de ces produits agricoles aux prix fixés et les distribuent dans tout le pays ; la garantie de cent jours de travail salariés pour les paysans dans les périodes de faible activité agricole ; enfin, une démocratie directe à la campagne par des panchayats, des assemblées communales sous le contrôle d’Assemblées Générales de la population.

Tout cela faisait du monde paysan indien le dernier marché de taille qui ne soit pas entièrement ouvert à l’avidité des capitalistes. D’où l’enjeu des luttes qui s’y passent.

Ce n’est pas qu’une défaite de Modi, mais du capitalisme mondial.

Ainsi, si les 600 millions de paysans indiens ont moins de deux hectares et sont très pauvres, si la majorité de ces tout petits paysans sont aussi des ouvriers agricoles dans de plus grandes exploitations et s’ils sont enfin nombreux à être en même temps encore des salariés dans les communes et villes, un état d’esprit socialisant s’est maintenu chez ces prolétaires de la terre, et avec eux dans leurs organisations. Ainsi la moitié des 40 membres du SKM, la coordination paysanne qui anime le soulèvement, sont des militants communistes, libertaires, socialistes révolutionnaires ou syndicalistes radicaux.

LE SYSTÈME ÉLECTORAL REPRÉSENTATIF CONTOURNE ET UTILISE PAR LE MOUVEMENT PAYSAN

Il faut comprendre aussi dans les choix de Modi – et derrière lui de la bourgeoisie indienne – que s’ils avaient laissé arriver la défaite électorale annoncée du BJP en Uttar Pradesh, le système électoral représentatif aurait été lui-même tout entier ébranlé par une utilisation, un contournement et au final une dévalorisation des élections représentatives par le pouvoir de la rue mobilisée.

Or, ce système électoral complète les outils de divisions religieuses, de castes et de sexes quand ces dernières ne suffisent pas pour soumettre le million de révoltes et rebellions qui animent très régulièrement la population de ce pays tellement éruptif.

Les centaines de partis nationaux ou régionaux de ce système électoral presque tous plus ou moins corrompus, ses élections incessantes parfois de dimensions américaines, ses médias en grand nombre, ses millions de roupies dépensées en campagnes électorales spectaculaires et ses centaines de milliers de petits bureaucrates ainsi que ses dizaines millions de partisans illusionnés permettent aux notables indiens et leurs médias de parler de la plus grande démocratie du monde, mais seulement pour mieux changer le décor du théâtre afin que la pièce soit toujours la même et que rien ne change en profondeur dans la propriété des biens du monde et l’exploitation du travail humain.

Or, comme déjà un peu au Bengale Occidental, une défaite du BJP en Uttar Pradesh, signifierait la fin de l’emprise des illusions électorales sur les opprimés, puisqu’il n’y a pas d’alternance au BJP. En effet, le Parti du Congrès, traditionnel parti gouvernemental de centre gauche et opposant d’alternance au BJP n’est pas le parti pour lequel les paysans appellent à voter. Il est tout autant discrédité. Les paysans appellent seulement à battre leurs plus grands ennemis du moment. Mais au Pendjab, c’est le Parti du Congrès. Du coup, dans cette région Sikh, ce n’est même pas un parti Sikh comme il l’est souvent qui sera élu, car trop institutionnel, ce sera peut-être l’AAP, le Parti de l’Homme Ordinaire, une sorte de Podemos qui soutient activement les paysans, qui sera élu, comme il l’a été déjà à Delhi. Bref, c’est le mouvement de la rue qui fait et défait les élus en fonction du fait qu’ils tiennent ou pas leurs promesses : en quelque sorte des élus révocables à presque tout moment, le vieux programme des socialistes révolutionnaires depuis la Commune de Paris.

C’est tout cela, la déconstruction du système de division des milieux populaires par la caste, le sexe, la religion, la remise en cause du système électoral représentatif et de ses illusion, la confiance dans l’énergie et l’intelligence populaire, que la révolution paysanne indienne envoie comme message dans le monde. Ce n’est pas le 1917 russe mais c’est une révolution en cours.

C’est cela que Modi et les riches indiens voulaient éviter en cédant un peu pour ne pas tout perdre.

Mais il n’est pas certain au vu de la décision du SKM de poursuivre la lutte, qu’ils ne perdront pas tout quand même.

ÉBRANLEMENT DU MONDE ET CHANGEMENT DE PÉRIODE

On imagine facilement les répercussions de la revendication de cette sorte de salaire minimum garanti pour les paysans, rendue crédible par le succès du mouvement, sur l’ensemble des paysans en Inde – 600 millions quand même et 800 millions de ruraux – mais aussi sur les quatre cent millions d’ouvriers précaires en Inde qui n’ont aucune protection ni garantie – et sur l’ensemble des paysans et pauvres du monde en commençant par ceux des pays de la périphérie indienne qui sont en train de se battre aujourd’hui comme au Sri Lanka ou au Pakistan mais aussi sur toutes les classes populaires en lutte aujourd’hui au Népal, Maldives, Birmanie qui regardent avec espoir ce qui se passe en Inde.

Des élections vont avoir lieu dans l’État du Manipur en Inde l’an prochain, à la frontière birmane, là où les frontières sont poreuses et là où l’armée birmane concentre actuellement ses attaques, craignant justement cette porosité et l’aide des ethnies côté indien à leurs frères du côté birman. Imaginons un instant que le BJP y soit battu et qu’y advienne un pouvoir sous l’influence des paysans révolutionnaires et des ethnies qui vivent de part et part de la frontière dans cette région. La lutte en Birmanie y serait probablement transformée.

On mesure aussi la profonde détermination des paysans au fait qu’un an après le début de leur lutte, 700 morts, d’innombrables efforts et sacrifices, le mouvement a encore l’énergie de ne pas accepter de se contenter de cette victoire qui est certes très importante politiquement mais sans grand effet socialement puisqu’elle ramène à ce qu’il y avait avant. Ce refus donne une idée de l’immense détermination des paysans et de l’effet que cela peut avoir sur tout le monde.

Les paysans ne se contentent plus de se défendre en cherchant à maintenir le statu quo, ils veulent plus et mieux, plus qu’ils n’ont jamais eu puisque même au moment de l’indépendance il n’y a jamais eu développé à l’échelle de tout le pays, ce système de prix garantis. Au cœur de leur combat, il y a les campements paysans de Delhi qui fonctionnent un peu comme des partis pour l’ensemble du mouvement. C’est là dans le croisement et l’échange de centaines de milliers de militants de tous bords, paysans, ouvriers, syndicalistes, communistes, libertaires, féministes, écologistes, jeunes, étudiants et intellectuels ou artistes, Intouchables ou tribus indigènes, que se forge l’envie et les moyens d’un monde meilleur.

C’est de cœur ardent, existant depuis un an, que partent les initiatives, les militants allant dans tous les coins du pays et insufflant en permanence courage, volonté et compréhension, la volonté offensive et non plus seulement défensive avec les syndicats, les associations, les combats locaux ou régionaux, professionnels ou parcellaires.

Tout cela, révélé par la décisions du SKM de continuer et amplifier la lutte, dessine l’émergence d’une organisation révolutionnaire originale et un changement de période où les classes populaires passent à l’offensive pour un monde meilleur et les classes bourgeoises se mettent en défensive, une tendance qu’on sent germer un peu partout dans le monde à la lumière de l’avant-garde du mouvement en Inde.

Jacques Chastaing 21.11.2021

Le poids du secteur agricole de l’Inde est considérable, assurant la subsistance de près de 70 % de 1,3 milliard d’habitants, et contribuant à 15 % environ de son PIB, soit 2 700 milliards de dollars. La « révolution verte » des années 70 a permis à l’Inde, pourtant régulièrement confrontée à des pénuries alimentaires, de devenir un pays excédentaire, aujourd’hui important exportateur.

Selon une enquête du ministère de l’agriculture sur la période 2015-2016, plus de 85 % des agriculteurs possédaient moins de deux hectares de terres, moins d’un agriculteur sur cent était propriétaire de plus de 10 hectares. L’Inde octroie en moyenne 32 milliards de dollars de subventions aux agriculteurs chaque année, selon le ministère des Finances.

Q : Quelle est la réalité des agriculteurs ?

Sécheresse, inondations, l’agriculture indienne subit des conditions météorologiques de plus en plus erratiques en raison du changement climatique. Selon un rapport du gouvernement du Pendjab (nord) publié en 2017, cet État aura épuisé toutes ses ressources en eau souterraine d’ici 2039. On compte un important endettement et taux de suicide chez les agriculteurs indiens (300 000 se sont suicidés depuis les années 1990). Selon de récentes données officielles, quelque 10 300 agriculteurs ont mis fin à leurs jours en 2019. Agriculteurs et travailleurs agricoles abandonnent en masse le secteur : 2 000 jetaient chaque jour l’éponge, selon le dernier recensement datant de 2011.

Q : Quels sont enjeux des réformes agricoles de Modi ?

Les gouvernements qui se sont succédé ont toujours fait de grandes promesses aux agriculteurs – qui constituent une cible électorale cruciale – et Modi n’a pas fait exception, en promettant de doubler les revenus des paysans indiens d’ici 2022. En septembre, le parlement a ainsi voté des lois qui autorisent les agriculteurs à vendre leurs productions aux acheteurs de leur choix, plutôt que de se tourner exclusivement vers les marchés contrôlés par l’État. Ces marchés avaient été créés dans les années 50 pour protéger les agriculteurs contre les situations d’abus et leur assuraient un prix de soutien minimal (PSM) pour certaines denrées.

Nombre de petits exploitants sont attachés au PSM, qui constitue pour eux un filet de sécurité essentiel, et se sentent désormais menacés par la libéralisation des marchés agricoles qu’engendrent les réformes. Ils redoutent la concurrence des grandes fermes qui risque de les obliger, pour écouler leurs marchandises, à les brader à vils prix aux grandes entreprises.

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES/PROPOS RACISTES A LA RATP

Télécharger

Ce samedi 20 novembre avait lieu à Paris la marche annuelle contre les violences sexistes et sexuelles (à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre).

Cette année la marche parisienne a réuni environ 50000 personnes selon les organisatrices, soit une des plus grandes manifestations féministes récentes en France

L’Actualité des luttes a promené son micro dans le cortège à la rencontre de
participantes et de participants, membres de collectifs ou non, pour donner à entendre leurs revendications et leurs approches de la lutte contre le patriarcat.

Le 19 novembre dernier, un rassemblement contre les discriminations à la RATP, organisé par Solidaires RATP a eu lieu afin de protester contre la mutation/promotion d’un agent convaincu de propos raciste proféré sur les réseaux sociaux en tenu d’agent de la RATP.

Dans cette seconde partie d’émission, nous pourrons entendre les prises de parole qui se sont tenu lors de ce rassemblement.

Un certain nombre de témoignages d’agents, exprimé leur expérience d’un racisme ancrée et dissimulé au sein de la régie publique ; qui va dès agents de sécurité au cadre de terrain ou administratif.

AU MEXIQUE COMME PARTOUT LE CAPITALISME DÉTRUIT TOUT

Télécharger

Paris ; le 18 octobre 2021

Le 18 octobre, nous recevions dans nos studios deux représentants du conseil national indigène ; Angel Sulub et Maria de Jésus Patricio Martinez.

Trois membres du Congrès National Indigène du Mexique étaient de passage à Paris, dans le cadre de la tournée européenne d’une délégation zapatiste. Ces représentants de peuples autochtones ont alerté sur les dommages causés par des méga-projets industriels, portés pour certains par des multinationales françaises. Face aux dégâts environnementaux à venir, la résistance de ces populations affectées s’organise. 

Les entreprises françaises responsables de la destruction de leur environnement sont en première ligne : EDF et Danone. « Ces méga-projets engagent une destruction grave de nos forêts, de nos terres, de notre eau », affirme Angel Sulub, représentant du peuple maya. « On appelle cela une spoliation de la vie. Parce que ces méga-projets sont destructeurs de nos terres », abonde, assise à ses côtés, Maribel Cervantes, représentante du peuple populuca. Derrière eux, une carte du Mexique est projetée, sur laquelle sont épinglés tous ces grands chantiers actuels.

Né en octobre 1996, suite au soulèvement des zapatistes, le Congrès National Indigène (CNI) regroupe des délégués des divers peuples autochtones mexicains. Leur credo : « Jamais plus un Mexique sans nous ». Maria de Jésus Patricio Martinez en est la porte-parole. Guérisseuse Nahua, elle fut la première femme issue d’un peuple autochtone à se présenter à une élection présidentielle mexicaine, en 2018. Leur venue à Paris a été organisée par la délégation zapatiste présente en Europe dans le cadre de leur « Voyage pour la Vie ».

 EDF et Danone pointé du doigt au Mexique

Dans le sud du Mexique, EDF porte un vaste projet d’implantation d’éoliennes, Gunaá Sicarú. « Prisée pour la puissance et la constance de ses vents, la commune d’Union Hidalgo demeure un véritable eldorado pour les leaders mondiaux du secteur énergétique », retrace l’ONG CCFD Terre Solidaire. Dans un rapport paru en juin 2021, l’ONG pointe les manquements de l’État français, principal actionnaire d’EDF. Avec ses 115 éoliennes, le projet affectera le territoire des habitants d’Union Hidalgo, « issus à 90 % du peuple autochtone zapotèque, pour qui le rapport à la terre et à la nature est sacré », rappelle l’ONG.

Au centre du Mexique, Danone est aussi dans le viseur des représentants des peuples autochtones. La multinationale « est en train d’extraire toute l’eau des volcans. Cela créé de grands cratères, et la terre s’y effondre. C’est une catastrophe », alerte Maribel Cervantes. Pour mener à bien ses activités, Danone utilise la société Bonafont, rachetée en 1995 (le Mexique est, depuis lors, un pays stratégique pour le géant de l’eau).

Aux yeux des représentants, ces projets industriels se nourrissent entre eux. Le parc éolien d’EDF viendra répondre aux besoins énergétiques des autres chantiers, que le gouvernement mexicain aime à nommer « pôles de développement ». « Nous ne voulons pas du couloir transisthmique qui transforme en une usine d’énergie éolienne, de sous-traitance et d’exploitation de minerais des zones entières depuis l’Océan Pacifique jusqu’au Golfe du Mexique », écrit le CNI dans une déclaration datée du 11 octobre.

Sans compter qu’un nouvel accord commercial est en cours d’élaboration entre l’Union Européenne et le Mexique. Cet accord risque d’accélérer ce type de méga-projets. « L’expérience nous apprend que les accords de libre échange ont toujours été en faveur des multinationales et des instruments de destruction », tranche Angel Sulub. « Et que cela a toujours accéléré la dépossession de nos peuples ».

 Assassinats et enlèvements de défenseurs des droits humains

 Pour les responsables autochtones, la complicité est grande entre les entreprises transnationales, le gouvernement mexicain, et certains groupes armés. « Ces méga-projets sont accompagnés d’une militarisation ; de programmes d’assistance sociale qui visent à fragmenter les sociétés ; et de persécutions des défenseurs des droits humains » précise Angel Sulub. Les assassinats et enlèvements de défenseurs des droits humains se multiplient, et demeurent impunis. Pour n’en citer qu’un : Samir Flores Soberanes, membre du Front populaire de défense de la terre et de l’eau (une association présente dans le centre-est du Mexique), a été abattu en février 2019 après avoir reçu des menaces de mort. 

Ces menaces sont de plus en plus nombreuses pour ceux qui s’opposent aux méga-projets industriels et au gouvernement mexicain. « Dans le Chiapas, le groupe paramilitaire ORCAO intensifie ses attaques armées contre les communautés zapatistes. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, il y a eu une nouvelle attaque », déplore ainsi Angel Sulub. 

Dans ce contexte, comment continuer à faire entendre la voix des peuples autochtones ? « Le plus important pour nous, c’est d’avoir des organisations de terrain, luttant à la base », insiste Maribel Cervantès. Certaines poches de résistance font face à plusieurs projets. « Dans l’État du Yucatán, il y a une grande résistance contre le mal-nommé « train Maya », un projet qui menace toute la région sud-est du pays. Cette lutte se concentre aussi contre les projets d’éoliennes d’EDF, et les élevages intensifs de porcs », cite Angel Sulub.

 Auto-défense et recours juridique menés de front

 Ces luttes s’articulent autour de plusieurs leviers. Les représentants du CNI en décrivent deux principaux. D’un côté, une stratégie d’auto-défense. Il s’agit de « reprendre la main sur notre sécurité, en l’assurant nous-mêmes, avec les us et coutumes de nos propres communautés », explique Maria de Jésus Patricio Martinez. Des polices communautaires sont créés. « Cela nous est bénéfique, car nous n’avons aucune confiance dans la police, la marine, et toutes les institutions de défense du gouvernement mexicain ».

De l’autre, un levier plus légaliste, basé sur des recours en urgence ou de longs bras-de-fer judiciaires. « Nous utilisons des instruments juridiques comme les recours en référé », indique Maribel Cervantes. « Nous nous appuyons aussi sur la dénonciation de la violation du droit au libre consentement des peuples indigènes ». De fait, le Mexique a ratifié la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Ce texte oblige l’État – en théorie – à réaliser des consultations auprès des populations affectés par un projet industriel. Or, « ces consultations ne se réalisent pas, ou se font de manière frauduleuse. Ce sont des simulacres, qui visent à faire croire que nous sommes d’accord avec ces méga-projets », dénonce Maribel Cervantes.

Malgré les arguments apportés devant les juges, difficile de freiner ces dynamiques. « Le système judiciaire mexicain n’est pas pensé pour les peuples indigènes », déplore la déléguée populuca. En France aussi, EDF est assigné en justice depuis octobre 2020 pour son projet de parc éolien. L’affaire est toujours en cours. « Cela fait partie de notre stratégie de lutte légale », commente Maribel Cervantès. Mais en France comme au Mexique, « nous savons que la justice a sa propre manière de faire, et nous avons davantage confiance dans notre auto-organisation. Même lorsque l’on gagne des recours, ils ne sont souvent pas respectés », craint-elle.

Pour autant, porter ces sujets en France, dans les tribunaux comme auprès de l’opinion publique, est important pour ces représentants du CNI. Ce voyage leur permet « d’écouter les luttes existant dans d’autres territoires, afin de renforcer nos propres résistances. Nous faisons tous partie de cette grande lutte pour la vie », concluent-ils.

LES ACCOMPAGNANTES D’ÉLÈVES EN SITUATION DE HANDICAP

Télécharger

Mantes-la-jolie 19 octobre 2021

Après celles des 8 avril et 3 juin dernier, ce 19 octobre 2012,se déroulait la troisième journée de grève nationale des AESH à l’appel de l’intersyndicale. Les accompagnantes d’élève en situation de handicap (AESH) ont encore une fois démontré leur capacité de mobilisation et leur détermination.

Cette rentrée 2021 a été marquée par la généralisation des Pôles inclusifs pour l’accompagnement localisés (PIAL), outil de la mutualisation des moyens d’accompagnement. À l’inverse de l’évaluation des besoins des élèves au plus près de la réalité, c’est une logique de rentabilité et d’économie des moyens qu’impose le ministère.

L’équipe de l’actualité des luttes, c’est rendue à Mantes-la-Jolie ou se tenait un rassemblement et nous avons rencontré ces femmes qui nous parlerons du peu de moyen qui leur est allouée et de la précarité dans laquelle, elle se trouve.

Dans ce reportage, nous entendrons également, un enseignant qui fera un point sur la situation des accompagnantes d’élève en situation de handicap au sein de l’éducation nationale.

Bonne écoute !

LES SAGES FEMMES EN COLÉRE

Télécharger

Bien que les sages-femmes exercent une profession médicale, leur métier reste très peu reconnu avec un salaire comparable à celui d’une infirmière. Les sages-femmes se battent afin d’obtenir plus de reconnaissance. Comment s’explique la colère grandissante de ces professionnelles de santé ?

Le quotidien d’une sage-femme

Le métier des sages-femmes est axé principalement sur l’accompagnement de la grossesse et de l’accouchement. La grossesse est une période particulièrement intense dans la vie d’une femme. La sage-femme s’assure alors du bien-être physique et psychologique de sa patiente et de son bébé à venir.

Ainsi, la sage-femme s’occupe de la surveillance de la grossesse : échographie, examens sanguins et urinaires, etc… Elle prend en charge les futures mamans tout au long des neuf mois nécessaires au développement du fœtus.

En dehors des accouchements à risque de complications (grossesse gémellaire, bébé en siège, etc…) et des césariennes obligatoirement pratiqués par un gynécologue-obstétricien, la mise au monde du bébé est accompagnée par cette spécialiste.

C’est elle qui organise les soins en salle de naissance et qui alerte le médecin en cas de complications. Elle gère aussi les situations d’urgence. Les sages-femmes libérales sont les cheffes d’orchestre des accouchements à domicile.

Par ailleurs, la prise en charge des sages-femmes ne s’arrête pas à la naissance du bébé. Elle se poursuit dans les semaines qui suivent la mise au monde de l’enfant. Le suivi post-natal ou encore la rééducation périnéale font ainsi partie des missions de la sage-femme.

Son rôle ne s’arrête pas là. La sage-femme s’occupe plus généralement de la santé des Femmes.

Elle peut également accompagner les femmes et leurs partenaires sur des sujets comme la contraception, la sexualité ou encore la ménopause. Toutes les femmes peuvent faire appel à une sage-femme même en dehors du cadre de la grossesse.

Covid-19 : des sages-femmes délaissées et désabusées

La crise sanitaire liée au coronavirus a compliquée le quotidien des sages-femmes. Elles ont dû s’adapter pour assurer la prise en charge des femmes dans des conditions de travail parfois très difficiles. Lors du pic épidémique, les parturientes (femmes qui accouchent), interdites de visite, étaient souvent seules pendant l’accouchement et lors du séjour à la maternité. Cette solitude les rendaient particulièrement vulnérables.

Les sages-femmes ont également été oubliées lors de la distribution de masques réservés au professionnel de santé. Elles ont dû batailler pour obtenir l’équipement permettant de protéger les patientes d’une éventuelle contamination. La crainte s’appliquait aussi à ces professionnelles de santé, qui retournaient à leurs domicile en espérant ne pas infecter leurs familles.

Malgré les contraintes imposées par le virus, les sages-femmes n’ont reçu aucune prime pour leur travail durant l’épidémie. De plus, les mesures promises par le gouvernement à l’occasion du Ségur de la Santé n’ont pas été à la hauteur des attentes de la profession.

C’est dans ce contexte, que nous recevons dans nos studios : Nadège, Coralie et Édith, sages-femmes a l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis. Nous aurons également par téléphone, l’intervention du chef de service le docteur Stéphane Bounan.

QUI VEUT LA PEAU DE LA CGT-HPE ?

Télécharger

Aujourd’hui, nous rediffusons une émission de vive la sociale de juin 2021 sur la victoire des femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignolles.

Dans un article précédent (« Clash interne à la CGT-HPE »), paru juste avant le confinement, nous rendions public les conflits qui traversent le syndicat, ainsi que les relations houleuses – manière de parler – avec l’UD de Paris et l’US Commerce Paris, elle-même en conflit avec la Fédération…

On aurait pu espérer que le confinement et l’isolement forcé auraient permis de calmer le jeu et de réfléchir conjointement à une sortie de crise honorable.

On aurait pu espérer que le confinement et l’isolement forcé auraient permis de calmer le jeu et de réfléchir conjointement à une sortie de crise honorable Malheureusement, c’est l’inverse qui s’est produit et la crise s’envenime.

Une partie de la CGT-HPE avait scissionné du syndicat en 2016 pour constituer l’UES Constellation (hôtels Hyatt Étoile, Louvre et Martinez), et cette scission a été actée par les 103 syndiqués présents lors de l’AG statutaire de la CGT-HPE le 3 mars. Les procédures juridiques se poursuivent, avec la volonté manifestement explicite de détruire la CGT-HPE pour s’en partager les dépouilles, quels qu’en soient les dégâts pour les syndiqués.

La première procédure a eu lieu le 4 septembre où un ancien délégué HPE passé à l’UES Constellation attaquait Claude Lévy pour avoir diffusé sa fiche de paye, ce qui révélait que ses heures de délégation étaient grassement payées en heures supplémentaires le samedi.

Pratique que nous connaissons bien chez les délégués appelés à intervenir hors de leurs heures de travail, toujours syndicalement condamnée puisque cela ouvre évidemment la porte à la possibilité de corruption indirecte. Les syndicalistes de classe confrontés à ces obligations soit viennent bénévolement lorsque c’est occasionnel (rencontrer l’équipe de nuit dans une usine, par exemple), soit récupèrent leurs heures de travail, puisque nous sommes en principe CONTRE les heures supplémentaires.

La révélation de cette feuille de paye, pour incorrecte politiquement qu’elle soit, est la preuve de la nature du syndicalisme de cet ancien délégué.

Notons, à titre anecdotique, que les conclusions de l’avocat de cet ancien délégué s’appuyaient sur les publications de notre blog « Où va la CGT ? ». Et bien, nous sommes assez satisfaits d’avoir contribué, à notre modeste échelle, à démasquer cet imposteur.

Enfin, pour compléter, la CGT UES Constellation est confrontée à des licenciements dans lesdits hôtels, et pour l’instant n’a pas jugé utile de s’y opposer, se contentant de négocier les miettes de départ, à la sauce CFDT. Cela a amené la CGT-HPE à dénoncer publiquement cette soumission à la direction et à démandater officiellement les délégués syndicaux dans l’entreprise, bloquant de fait la procédure en cours. Nous publions également ci-contre le communiqué de presse diffusé pour l’occasion.

La deuxième procédure est tragi-comique, mais lourde de conséquences.

Un incident sérieux a eu lieu lors du Congrès de l’UD de Paris fin janvier, entre Claude Lévy, et Rémy Picaud membre de l’US Commerce et de la CE départementale. Insultes, bousculades, coup de boule, ça n’a pas été reluisant, disons-le.

Les protagonistes se sont expliqués, Claude Lévy s’est excusé publiquement devant le congrès avant de le quitter prématurément, on pensait que l’incident était clos. En fait il n’en est rien. Il s’avère que Rémy Picaud a porté plainte avec le grand jeu, ITT, désignation d’un expert, supposé « problème à l’œil », etc.

Cela pourrait faire sourire puisque tout le monde a pu constater que ce militant a assisté au Congrès jusqu’à la fin, ainsi qu’à un concert de soutien jusqu’à minuit.

Cette affaire a révélé toutes les sordides manœuvres de l’US Commerce et de l’UD de Paris pour liquider le syndicat : démandatements de mandats de défenseurs syndicaux, pressions pour que l’URIF (qui n’est qu’une union d’UDs) prenne parti et interdise à l’UD 92 de donner ces mandats, etc.

On est en plein dans la bureaucratie et la lutte des places, et bien loin de la lutte des classes. Certes, la CGT-HPE est loin d’être un syndicat parfait et souffre de défauts bien visibles, mais quel syndicat est à l’abri de la critique ? L’US Commerce ? L’UD de Paris ?

Et il faut rappeler que derrière ces affaires sordides qui ne font pas honneur à notre syndicat, on laisse de côté la lutte des classes, le combat courageux des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles, les victoires passées contre la sous-traitance (voir le film « On a grévé »), les centaines de procédures gagnées aux Prud’hommes en défense des salarié.e.s. Sans oublier de répéter que les animateurs du syndicat sont absolument intègres, ce qu’heureusement personne ne conteste.

D’autres procédures sont à venir avec le même objectif. Liquider le syndicat CGT-HPE pour en récupérer les restes, quoiqu’il en coûte pour les syndiqués – et pour la CGT dans son ensemble. Pour l’US Commerce, il s’agit de récupérer des mandats dans son combat (par ailleurs légitime) contre la direction de la Fédération, ainsi que le trésor de guerre du syndicat. Pour tous les réformistes, qu’ils ou elles soient à l’URIF, l’UD ou ailleurs, c’est faire taire un combat de lutte de classe qui tranche avec les conciliabules nauséabonds dans les bureaux du patronat, comme en ce moment face aux licenciements prévus à l’UES Constellation.

Nous le disons avec force. Il y a des tas de choses à critiquer dans la CGT-HPE. Mais il faut choisir son camp, celui de la lutte des classes. Et là, il n’y a pas l’ombre d’une ambiguïté : les camarades ont tout notre soutien.

Quant à tou.te.s celles et ceux qui s’acharnent pour la liquider, ils montrent également dans quel camp ils sont : celui de la bureaucratie et de la collaboration.
 

BLACK ROCK / HÔTEL IBIS BATIGNOLLES

Télécharger

Ils étaient environ 300 le 10 février 2020 à avoir occupé, bloqué et refait “la déco” du  siège de Black Rock France à Paris. Sur les 300 activistes, 17 ont été en garde à vue dont quatre mineurs.2 personnes vont passer en procès.

Dans cette première partie d’émission, nous pourront entendre l’intervention issue d’un débat de l’assemblée des assemblées des gilets jaunes du 24 juin 2021 à la parole errante à Montreuil et cette intervention portera sur la société black rock. BlackRock Financial Management Inc. est une société américaine de gestion d’investissement.

Rendez-vous pour le procès, le mercredi 7 juillet 2021 à 13 h au tribunal de grande instance de Paris, Porte de Clichy dans le 17ᵉ arrondissement de Paris.

Ce 21 mai 2021, un protocole d’accord a été signé entre la société STN, le syndicat CGT-HPE(Hôtels Prestige et Économiques), et les représentantes des femmes de chambre en lutte depuis le 17 juillet 2019, 22 mois déjà dont 8 mois de grève totale et 14 mois et cinq jours de chômage partiel dû à la crise sanitaire.

Pour fêter la victoire des femmes de chambre de l’Ibis Batignolles, le 28 juin dernier, un grand nombre de personnes et soutiens, ce sont retrouvé au théâtre de la Belle Étoile à Saint-Denis et ce sont quelques une de ses interventions que nous allons entendre dans cette seconde parties d’émission.

Bonne écoute !

LES ÉBOUEURS DE PARIS EN ACTION/ VICTOIRE DES FEMMES DE CHAMBRES / GRÈVE SUR UN SITE DE SOUS-TRAITANCE AUTOMOBILE

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous vous proposons trois sujets.

Nous débuterons cette émission avec un entretien réalisé ce 25 mai avec un salarié de la ville de paris sur l’action mené ce même jour dans la capitale par les éboueurs contre le passage a un service privé de la voirie. Cela fait suite au mouvement social a la ville de paris contre le projet d’augmentation du temps de travail.

En seconde partie d’émission, nous reviendrons sur la victoire des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles après plus de 22 mois de grève. À cet effet, nous entendrons les grévistes de l’hôtel Ibis revenir sur cette fin de grève victorieuse.

Et nous terminerons cette émission, par un reportage réalisé le 22 mai dernier a Bezons dans le val d’Oise, lors d’un rassemblement sur le site de l’entreprise PPG. PPG est spécialisée dans la production de mastics pour l’aéronautique et l’automobile. En effet, La direction de PPG Sealants Europe a annoncé un plan de cessation d’activités lors d’un comité social et économique (CSE), le 1er octobre 2020. La fermeture définitive est annoncée pour l’été 2021.

Une partie des salariés est en grève depuis le 29 avril et nous entendrons les prises de paroles et interviews réalisées ce 22 mai 2021, lors du rassemblement devant le site, qui réunissait plusieurs entreprises en luttes.

Bonne écoute !

JOURNÉE INTERNATIONALE DU DROIT DES FEMMES / LES SALARIÉ-E-S DE TUI AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF

Télécharger

Paris 8 mars 2021; journée internationale du droit des femmes

Dans l’émission de ce jour, nous vous proposons deux reportages.

Dans un premier temps, nous serons dans la manifestation parisienne qui se déroulait dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes le 8 mars 2021.

Dans ce reportage, nous entendront plusieurs prises de paroles et entretiens et notamment avec une salariée de l’hôtel ibis Batignolles en lutte depuis 20 mois, le collectif des ouïghours de France, une syndicaliste de l’AMUF – Association des médecins urgentistes de France et des membres de l’association”ensemble pour notre régularisation et intégration”

Dans le second sujet, nous seront dans le Val d’Oise, car ce 2 mars 2021, les salariés du groupe TUI France principal voyagiste étaient au tribunal administratif de Cergy-Pontoise, pour contester le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) que veut leur imposer la maison mère TUI AG (pourtant Soutenu en janvier dernier à hauteur de 1.25 milliards d’euros par l’état allemand avec l’accord de L’UE.) avec le soutien de la Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) des Hauts-de-Seine, qui vise à supprimer 600 postes sur 900.

GAZ ET ÉLECTRICITÉ ; VERS UNE PRIVATISATION ? / RÉVEILLON AVEC LES GRÉVISTES DE L’HÔTEL IBIS BATIGNOLLES

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous poursuivons la diffusion de reportages retraçant une partie des mobilisations de cette fin d’année 2020.

Le projet “Hercule” semble motivé par deux objectifs apparents. Le premier est celui de mettre fin au mécanisme ARENH, qu’EDF juge “asymétrique”, grevant ses recettes, et l’empêchant de financer son projet industriel. Le second, est d’éviter la mise en concurrence des concessions hydroélectriques demandée par l’Union européenne. Quelle en sera la conséquence pour la population ?

Le 17 décembre dernier, des gazières et gaziers, ainsi que des électriciens et des électriciennes, se sont retrouvés une journée pour protester contre ce projet de privatisation et de vente à la découpe. Dans ce premier reportage, nous entendrons notamment, un entretien réalisé lors du rassemblement qui se tenait près du ministère des finances, avec une salariée d’EDF recherche & développement des Hauts-de-Seine.

Dans la suite de l’émission, nous entendrons l’entretien réalisé le 18 décembre dernier avec un salarié de Renault.

Nous poursuivrons avec la diffusion d’une interview d’un salarié de la raffinerie Grandpuits en Seine-et-Marne et en lutte contre 700 suppressions d’emplois.

Nous terminerons cette émission avec les femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles, en grève depuis dix-sept mois, qui organisaient un réveillon de lutte non loin de l’hôtel Novotel des Halles à Paris et, dans ce reportage, nous entendrons notamment l’entretien réalisé avec Rachel, gouvernante à l’hôtel Ibis Batignolles.

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES / GRÈVE A LA POSTE

Télécharger

Dans cette première partie d’émission, nous reviendrons sur la journée du 25 novembre dernier, journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Nous entendrons une série de reportages réalisé lors des rassemblements qui se tenait place de la république à Paris et prés de la Mairie de Saint-Denis.

Dans le second temps de cette émission, nous reviendrons sur une affaire de viol concernant Julie, qui il y a dix ans fut violée par des pompiers de Paris. Nous entendrons les propos de la mère de Julie lors du rassemblement qui se tenait le 18 novembre dernier, place Vendôme.

Nous terminerons cette émission, par le récit d’un mouvement de grève au bureau de poste d’Asnières-sur-Seine, le 2 novembre dernier.

ÉVACUATION DU CAMPS DE SAINT DENIS/ FEMMES DE CHAMBRE IBIS BATIGNOLLES/ CONFINEMENT EN PRISON

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous diffuserons trois reportages : le 1er est un montage sur les prises de paroles concernant l’évacuation du camp de Saint-Denis ce 17 novembre.

Le 2ᵉ est un montage sur une prise de parole concernant les 16 mois de gréves reconductible des femmes de chambres de l’hôtel IBIS Batignolles.

Le dernier concernera la vie en confinement de 2 prisonniers ainsi que de leurs familles. Avec la lecture de deux lettres une de l’intérieur de la prison et l’autre de l’extérieur.

VIOLENCE FAITES AUX FEMMES! STOP

Télécharger

Dans cette mission nous diffusons un témoignage de torya datant du 19 décembre 2019 et de la présentation de l ouvrage de silvia federicci le capitalisme patriarcal de juin 2019

FRED BLADOU, ANCIEN D’ACT UP, REVIENT SUR LE TRAITEMENT DU COVID-19

Télécharger

«Tout ce que nous avons appris du sida est effacé, on gère cette épidémie comme si c’était la première»

Depuis le premier confinement nous avions envie d’aborder le Covid-19 avec en mémoire la lutte contre cette autre pandémie qu’est le sida, et de voir comment les malades des années 80 se sont battus pour s’approprier leur maladie pour vivre avec. L’article de « libé » nous en a donné l’occasion.

Nous avons contacter Fred Bladou qui était militant à Act Up à l’époque pour qu’il revienne sur cette lutte et nous dise ce qu’il pense du traitement gouvernemental de cette nouvelle pandémie.

Il dénonce des mesures basées sur la suspicion et la culpabilité, qui se gèrent à coup de répression alors qu’il s’agit d’inclure le peuple dans la recherche de réduction des risques et de moyens sanitaires cogérants, adaptés et substantiels.

GRANDPUITS / BIOCOOP / HÔTEL IBIS BATIGNOLLES / DOONA

Télécharger

Rendez-vous devant le siège de TOTAL à La Défense le 6 octobre à 9h avec les salarié·e·s 

Quatre temps dans l’émission de ce jour. Nous débuterons avec une interview de Adrien Cornet qui est travailleur et délégué CGT à la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne. Il nous parle de la menace de fermeture de la raffinerie.

Nous poursuivons avec le témoignage d’un salarié des magasins Biocoop , en gréve .

Ensuite nous entendrons l’intervention d’une femme de chambre de l’hôtel Ibis qui rentre dans le 15eme mois de gréve.

Nous terminerons cette émission par le rassemblement qui se tenait le 28 Septembre dernier devant le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Paris (Crous) , dans le cadre d’une mobilisation nationale suite au suicide de Doona , étudiante transgenre à Montpellier .

HÔTEL IBIS ; ANALYSE D’UNE LUTTE SYNDICALE

Télécharger

Depuis plus de quatorze mois , des femmes de chambre et gouvernante sont en gréve a l’hôtel Ibis Batignolles dans le 17eme arrondissement de Paris.

Ses mois de gréve ont mis en lumière l’exploitation des salarié-e-s de la sous-traitance de l’hôtellerie et pour le mouvement actuelle a l’hôtel Ibis Batignolles, d’une mobilisation forte mais aussi de frein mis par certaines structures de la CGT

Pour illustrer cela , nous vous diffusion une grande partie de l’émission vive la sociale du 5 Mars 2020 . Vive la sociale est diffusée sur l’antenne de fréquence paris plurielle 106.3 un Jeudi sur deux de 19H à 20h30 . bonne écoute !

NON A L’ARMEMENT DE LA POLICE MUNICIPALE / HÔTEL IBIS

Télécharger

Mobilisation à St denis contre l’armement de la police municipale et l’escalade sécuritaire et des femmes de chambre de l’hôtel ibis devant ACCOR.

Dans la première demi heure de cette émission vous entendez le reportage réalisé Le jeudi 10 septembre, alors que le Conseil Municipal soumettait au vote ces délibérations, un rassemblement était appelé par des collectifs locaux devant l’Hôtel de ville de St Denis. En effet la nouvelle majorité PS et Génération.s élue à la ville de Saint-Denis a choisi son camp : ce sera celui de l’escalade de la répression (arrêté anti-chicha ; interpellation de vendeurs à la sauvette) et la surenchère policière. La Mairie de Saint-Denis consacre donc le premier acte de son mandat à armer sa Police Municipale de Flashball et d’armes de poing de catégorie B, créer une brigade cynophile (chiens) et faire l’acquisition d’un drone de surveillance. .

Dans la deuxième demi heure vous entendrez le reportage réalisé devant le siège d’ACCOR le 8 septembre alors que les femmes de chambre toujours en grève venaient dire leur détermination a poursuivre la lutte pour demander de meilleur condition de travail et internalisation du métier  des femmes de chambre de l’hôtel Ibis .

HÔTEL IBIS EN GRÉVE / SANCTION A LA RATP / FACS ET LABOS EN LUTTES / LA RÉFORME DES RETRAITES

Télécharger

Depuis quelques années les grèves se multiplient dans la sous-traitance et particulièrement dans le secteur du nettoyage hôtelier. A plus de 7 mois de grève les salarié-e-s de la sous-traitance de l’IBIS Clichy Batignolles, en lutte contre leur surexploitation, conviaient à les soutenir devant Le siège du Groupe ACCOR à Issy-les-Moulineaux 3 mars dernier

Dans ce premier temps émission , nous vous proposons l’écoute du reportage réalisé ce 3 Mars

la répression est à l’œuvre à la RATP, la Direction persiste et signe en déférant devant le Conseil de Discipline des agents du dépôt de Vitry et principaux animateurs de la grève depuis le 5 décembre. Dans cette seconde parties d’émission , nous allons entendre le reportage réalisé ce 5 Mars lors du Conseil de Discipline.

le projet de réforme des retraites et les propositions concernant la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), mais aussi la loi de transformation de la fonction publique et la réforme de l’assurance-chômage, s’inscrivent dans des attaques globales contre les services publics et les protections sociales. Ce 5 Mars se tenait une manifestation à Paris des facs et labos en lutte et c’est le reportage réalisé ce jour la que nous vous proposons dans cette troisième parties.

Ensuite , nous entendrons quelques interventions issue de la 5eme coordination nationale qui tenait ce 7 Mars à Paris pour donner une suite au mouvement contre la réforme des retraites.

Nous conclurons cette émission , par la lecture d’un texte d’appel en vue de l’Assemblée de riposte aux violences d’État qui de tiendra ce 15 Mars sur le site Les Grands Voisins Ancien Hôpital Saint-Vincent de Paul Salle la Pouponnière 74, avenue Denfert-Rochereau

Soutien aux grévistes de l’hôtel Ibis Batignolles.

Télécharger

Le 22 novembre 2019 s se tenait une réunion en soutien aux 24 travailleur/ses dont 23 femmes de chambre de l’hotel Ibis des Batignolles en grève depuis le 17 juillet. Cette rencontre était organisée par le collectif féministe révolutionnaire qui dénonce une organisation du travail prédatrice, sexiste et raciste, et demandent la fin du recours à la sous-traitance et de meilleures conditions de travail.
Une de leurs collègues a de plus été violée par l’ancien directeur de l’hôtel aujourd’hui protégé par le groupe ACCOR.
Après 4 mois de grève, le groupe ACCOR refuse toujours de négocier sérieusement. Plutôt que d’écouter leurs revendications et de trouver des solutions pour améliorer leurs conditions de travail, le groupe ACCOR préfère payer des avocats et intenter des actions en justice pour remettre en cause leur droit de grève. Désormais, le piquet de grève ne pourra plus se tenir devant l’hôtel IBIS, c’est du jamais vu dans les hôtels parisiens ! Un véritable recul démocratique pour tou-te-s les travailleur/ses !
Les grévistes ont plus que jamais besoin de votre soutien pour contraindre la direction à entamer les négociations et sortir victorieuses de ce conflit du travail !
Alors que le gouvernement est en train de passer deux des réformes les plus catastrophiques de ces dernières années, celle du régime des retraites et celle de l’assurance chômage, l’heure est à l’unité dans la lutte ! Le travail est un lieu d’exploitation pour tout·te·s et qui s’appuie de plus sur le racisme et le sexisme.
Battons-nous pour une grève illimitée à partir du 5 décembre et pour une grève indissociablement anticapitaliste, antiraciste et antisexiste! 

SOUTIEN AUX GREVISTE DE L’HOTEL IBIS BATIGNOLLES

Télécharger

Dans l’émission de ce jour nous allons vous diffuser des interventions réalisé lors du forum de la lutte organisé le 22 novembre dernier à la maison des étudiants du Paris 8 lors d’un moment d’échange entre les différents secteur en lutte.

Cette soirée était une soirée de soutien pour mettre en avant le combat de la sous traitance, celle de la lutte des femmes mais aussi une occasion de faire un appel a la greve du 5 décembre.

LE TECHNICENTRE TGV DE CHÂTILLON / LA SOUS TRAITANCE TOUJOURS EN GRÉVE

Télécharger

Dans l’émission de ce jour , nous serons sur plusieurs front de luttes.

En ce début d’émission nous serons avec deux cheminots de Châtillon qui nous parlerons du motif de leur gréve et des suites.

En seconde partie d’émission , nous serons avec un gréviste du centre Chronopost d’Alfortville pour la suite de leur mouvement de gréve.

Nous terminerons l’émission avec un point sur la gréve a l’hôtel Ibis
Batignolles qui rentre dans son quatrième mois.

GRÉVE DANS LA SOUS-TRAITANCE


Télécharger

Dans l’émission de ce jour , nous reviendrons sur les différentes gréve qui se tiennent dans les hôtels , notamment dans le 17eme arrondissement de paris à l’Ibis batignolles et au Bourget a hôtel Campanile

Et en studio , nous serons avec les grévistes du site chronopost Alfortville

VICTIMES INNOCENTES DES GUERRES DE ROSA AMELIA


Télécharger l'émission

191008

Dans l’émission de ce jour, nous vous diffusons un montage de la présentation d’un livre intitulé: Victimes innocentes des guerres de Rosa Amelia.

Dans cette présentation l’auteur revient sur des faits historique!

HÔTEL IBIS : DU RIFIFI DANS LA SOUS- TRAITANCE

Télécharger l'émission

190919

Depuis le 17 juillet 2019, les femmes de chambre de l’hôtel IBIS des Batignolles, sous-traitées à la société STN, sont en grève pour réclamer la fin de la sous-traitance et leur embauche directe par le groupe ACCOR. Elles se battent pour des conditions de travail décentes, contre la précarité et l’esclavage moderne ! 
 
Dans l’émission de ce jour ,nous serons dans le premier reportage devant l’hôtel Ibis le 6 Aout dernier et dans le second sur le rassemblement qui se tenait ce 12 Septembre   a proximité du  Cabinet de Mme SCHIAPPA ,secrétaire d’état chargée de l”égalité entre les femmes et les hommes  et de la lutte contre les discriminations

GRÉVE A L’HÔTEL IBIS BATIGNOLLES


Télécharger l'émission

190813-hotel-ibis-paris-36-eme-jours-de-greve-2-1024x768

les salarié-e-s de la sous-traitance de l’ IBIS BATIGNOLLES , dans le 17eme arrondissement de Paris , sont en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet . Ce mardi 6 août la CGT HPE , organise une cérémonie de remise des chèques de solidarité aux grévistes.

Ce fut l’occasion de rencontré les grévistes et leur soutien pour parler de ce mouvement sociale a l’hôtel IBIS BATIGNOLLES qui appartiennent au groupe ACCOR ARENA.

LUTTE DES FEMMES RÉSIDENTES DE L’ARMÉE DU SALUT / COLÈRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE


Télécharger l'émission

190510-femme-precaire-femme-en-guerre-300x178

Dans l’émission de ce jour , nous serons dans les mobilisation de ce Jeudi

Depuis plusieurs semaines, les Femmes Gilets Jaunes Paris Banlieues et Ile-de-France se mobilisent pour soutenir le Collectif des Femmes résidentes du Palais de la Femme – Armée du Salut 11e. Dans ce premier reportage , nous serons dans le 11eme arrondissement de Paris ,ou Grâce aux précédentes mobilisations, une délégation fut reçue ce Jeudi matin, par l’élu chargé du logement pour le 11e arrondissement.

Dans le second sujet , nous seront dans la manifestation parisienne pour la fonction publique de ce 9 Mai et nous entendrons diverses entretiens et prises de paroles.

FÉMINISME ET LUTTE DE CLASSE


Télécharger l'émission

190314-manif-gilet-jaune-paris-3-672x372

Ce 9 Mars , ce fut le 17éme Samedi de manifestation gilets jaunes et à Paris la tête de cortège fut a dominante féminine . dans l’émission de ce jour , nous serons dans le cortège et entendront différentes interventions de femmes qui expriment des revendications de luttes.

JOURNÉE INTERNATIONALE DU DROIT DES FEMMES


Télécharger l'émission

190311 journee internationale des droits de femmes (2)

Dans l’émission de ce jour , nous serons place de la république ou se tenait ce 8 Mars , le rassemblement annuel pour le droit des femmes . Et dans ce reportage , nous entendrons diverses prises de paroles et interviews.
En fin d’émission , nous entendrons un entretien réalisé le 18 Mars 2012 avec sérénade chafik militante féministe Égyptienne

LES FEMMES EN PREMIÈRE LIGNE? /POSTIERS DU 92: 12EME MOIS DE GREVE


Télécharger l'émission

femme-enceinte-gilets-jaunes-frappee-vaches-rouen-854x569

Dans cette première partie d’émission, il s’agira de ces femmes qui sont aujourd’hui aux avant-postes du mouvement des gilets jaunes, sur les ronds-points, les barrages et dans les manifestations. Souvent précaires, mères isolées, avec ou sans emploi, elles font preuve d’une énorme détermination. Dans de nombreux témoignages, elles expliquent les raisons de leur révolte.

En seconde parties d’émission , nous parlerons de La Poste qui reproche à Xavier (représentant de Sud Poste 92) des « propos outrageants » à l’égard du PDG du Groupe. En réalité elle ne supporte pas que des postières et des postiers mettent en cause, non seulement en parole mais aussi en acte, la politique de La Poste et son pouvoir de direction.

EMMA GOLDMAN

Télécharger l'émission

190306Emma-Goldman-1901-232x300 190306emma goldman (4)

Quatre-vingt-dix ans après sa rédaction, l’autobiographie d’Emma Goldman paraît pour la première fois en français dans sa version intégrale, Vivre ma vie : une anarchiste au temps des révolutions (L’Échappée, 2018).

Dans l’émission de ce jour, nous entendrons la présentation de ce récit quand fit Laure Batier , l’une des deux traductrices, le 18 janvier dernier à la BAM- bibliothèque associative de Malakoff, bonne écoute !

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLE / UNIVERSITÉ PARIS 8 SAINT DENIS : MOBILISATION CONTRE L’AUGMENTATION DES FRAIS D’INSCRIPTION


Télécharger l'émission

Deux sujets dans l’émission de ce jour . Dans ce premier reportage , nous serons dans la Manifestation contre les violences sexistes et sexuelles faite aux femmes , ce Samedi 24 Novembre à Paris.

Le premier ministre vient d’annoncer une augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s venant de pays hors-Union Européenne . À Paris 8, 5000 étudiant-e-s sont étranger-e-s, soit plus d’un-e étudiant-e sur 5 . Et dans ce second reportages , nous serons à l’Université Paris 8 – Saint Denis ou se tenait ce 27 Novembre un rassemblement contre la hausse des droits d’inscription.

HÔTEL PARK HYATT / PROCÉDURE JUDICIAIRE POUR UN ÉTUDIANT / VANESSA CAMPOS


Télécharger l'émission

Nous débutons cette émission par un reportage réalisé ce 16 Octobre devant l’hôtel Park Hyatt Vendôme situé dans le 2eme arrondissement de Paris ou une gréve a débuté fin Septembre.

En seconde parties d’émission , nous rediffusions l’entretien réalisé avec un ancien étudiant de Nanterre suite a sa récente condamnation à 6 mois de prison ferme avec un aménagement de peine.

Nous terminerons cette émission , par un reportage réalisé le 22 Septembre dernier à Paris lors de la manifestation en hommage a Vanessa Campos suite a son assassinat dans le bois de Boulogne .

BLUES ET FÉMINISME NOIRE


Télécharger l'émission

Dans l’émission de ce jour,nous parlons du livre de Angela Davis:blues et féminisme noire.Cette ouvrage explore l’œuvre de deux blueswomans quelques peu oubliées: Gertrude <> Rainey (1886-1939) et Bessie Smith (1894-1937). Cette réflexion s’étire au année 1940 en évoquant l’œuvre de Billie Holiday (1915-1959)

Dans nos studio,nous recevons Karim qui a participé a la traduction des textes qui égrène ce livre.Et notre invité ayant plusieurs cordes a son arc,nous interprète a la guitare et au chant quelques chansons de ses blueswomans.blues et féminisme noire est publié au édition Libertalia

pour prolonger la réflexion sur le féminisme:deux livres de Bell Hooks:«Ne suis-je pas une femme?» et Théorie féministe: de la marge au centre et aussi le livre de Toni Morrison:Alice Walker

Sur le féminisme bourgeois en France:Annie Le Brun, Vagit-prop, Lâchez tout et autres textes, éd.Ramsay

Karim présentera le livre blues et féminisme noire,ce Samedi 17 Mars à 17h au centre social espace 19 Riquet 53 rue Riquet 75019 Paris métro Riquet

si vous souhaitez contacter notre invité: arimkar81@gmail.com

STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LES FÉMINICIDES


Télécharger l'émission

Dans l’émission de ce jour,nous diffusons dans le cadre de la Rencontre internationale de femmes
« Paroles de femmes contre les féminicides » qui se tenait le 24 Janvier dernier à Paris, la 3eme et dernière table ronde: Stratégies de lutte contre les Féminicides

Cette table ronde est modérée par: Elsa Meunier, Collectif Solidarité Femmes Kobane
et avec comme intervenantes : Songül Omurca,du Mouvement des Femmes kurdes en Europe et Carine Delahaie,rédactrice en cheffe de Clara magazine

LA DOMINATION MASCULINE


 Télécharger l'émission

Dans l’émission de ce jour,nous vous proposons l’écoute du débat qui a suivi la représentation théâtrale du texte de Pierre Bourdieu : La domination masculine,le dimanche 22 janvier à la Bellevilloise.Le débat fut mené par le metteur en scène Jeremy Beschon et Tassadit Yacine,anthropologue et qui a dirigé des ouvrages sur et autour de Pierre Bourdieu.

NOUVELLE ANNÉE DE LUTTE CHEZ MAC DONALD / THÉÂTRE : LA DOMINATION MASCULINE


 Télécharger l'émission

Dans l’émission de ce jour,deux reportage.on se rend du coté de la gare du Nord ce 13 Janvier pour un sujet sur l action des salarié-e-s de mac donald.

En seconde partie d’émission,une interview de Jeremy Beschon sur son adaptation théâtrale du livre de Pierre Bourdieu : la domination masculine. pour plus d’information pour la représentation de ce Dimanche 22 Janvier a la Bellevilloise a 17h,un site manifesterien@gmail.com

DÉBAT SUR L’IVG


 Télécharger l'émission

Petit rappel : 2009, fermeture en catimini du centre d’IVG de l’Hôpital Tenon,dans le 20eme arrondissement de Paris; 18 mois de lutte avant sa réouverture ; 18 mois pour un centre dédié qui permette un réel accueil des femmes et pendant ce temps une mobilisation importante pour empêcher les anti-IVG de venir s’installer à l’hôpital Tenon.

A l’occasion de la parution de la brochure qui raconte cette lutte,le collectif IVG Tenon a organisé ce 4 Décembre un débat dans le 20éme arrondissement.

Dans l’émission d’aujourd’hui nous diffusons quelques interventions de cette rencontre sur la mobilisation autour du droit a interruption volontaire de grossesse en Europe et en Amérique du sud.

LES MATERNITÉS DE PROXIMITÉ / CENSURE POUR UNE CONSEILLÈRE PÉNITENTIAIRE D’INSERTION ET DE PROBATION


 Télécharger l'émission

Dans cette première partie d’émission,il sera question de la situation des maternité.Tout d’abord,en compagnie de Paul Cesbron,de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternité de proximité,nous parlons de la situation actuelle sur le territoire des maternités,ensuite avec Virginie Gosset,sage femme a la maternités des bleuets à Paris, nous revenons sur la situation spécifique de cette maternité et de la menace de retrait de son agrément.

En seconde partie d’émission il sera question avec Delphine Collin,conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation et secrétaire nationale de la CGT insertion et probation,il sera question de la situation de Mylène Palisse.

Mylène Palisse, conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation et élue CGT risque jusqu’à la révocation pour avoir exprimé des critiques concernant certaines modalités de la mise en œuvre au sein de l’administration pénitentiaire de la prévention de la radicalisation dans les colonnes de l’Humanité en avril dernier dans un article intitulé « Cochez la case djihadiste ».

Interpellé, le Ministre de la Justice, pourtant garant des libertés fondamentales, fait sien l’acharnement de l’administration pénitentiaire en confirmant la convocation de Mylène Palisse le 13 décembre 2016 devant le Conseil de discipline.

MANIFESTATION NON MIXTE DU 13 MARS / FILM: J’AVANCERAIS VERS TOI AVEC LES YEUX D’UN SOURD / MANIFESTATION DU 9 MARS CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL


Télécharger l'émission

Aujourd’hui trois sujets dans cette émission.On débute sur l’appel a manifestation non mixte du 13 Mars, a propos des guerres masculinistes et colonialistes, faites au nom des femmes et sur leur dos.

nous poursuivons par un entretien réalisé avec Laetitia Carton pour son film j’avancerais vers toi avec les yeux d’un sourd.L’histoire est celle d’un hommage a la communautés des sourds et sourdes, dans un monde d’entendant-e-s .

Et pour conclure,les différents moments de la manifestation parisienne du 9 Mars,contre le projet de casse sociale de la loi travail du gouvernement socialiste.

LA CONTRACEPTION MASCULINE 2eme PARTIE


Télécharger l'émission

Le 29 septembre dernier avait lieu des rencontres débat à l’agora de Nanterre autour de la contraception masculine. Cet événement était organisé par le collectif féministe de Nanterre et sera diffusée en deux temps, aujourd’hui nous passons la seconde partie.

LA CONTRACEPTION MASCULINE 1er PARTIE


Télécharger l'émission

Le 29 septembre dernier avait lieu des rencontres débat à L agora de Nanterre autour de la contraception masculine. Cet événement était organisé par le collectif féministe de Nanterre et sera diffusée en deux temps, aujourd’hui nous diffusons la première partie.