ENTRETIEN AVEC L’ANARCHIST BLACK CROSS BÉLARUS

Télécharger

A l’occasion de la 4 ème édition du festival internationaliste “Les Peuples veulent” qui se déroulait du 21 au 23 octobre 2022 à Montreuil, nous avons pu rencontrer deux membres de l’Anachirst Black Cross Bielorusse.

La Croix Noire Anarchiste (“Anarchist Black Cross” : ABC) est un réseau international de collectifs engagés dans la lutte anticarcérale et plus largement dans l’antirépression. L’ABC est connue pour son soutien aux prisonnier.es dit.es politiques, mais aussi aux personnes incarcérées pour leur action ou leur résistance contre le capitalisme, la répression (atteintes aux personnes en raison de leur opposition aux arrangements sociaux – e.g., violences policières, judiciaires) et les oppressions (atteintes aux personnes en raison de leur appartenance supposée à une catégorie – e.g., violences racistes, sexistes, homophobes). L’ABC lutte pour une organisation sociale basée sur l’égalité de statut, de ressources et de condition de vie, la solidarité, l’entraide et la coopération, l’autogestion et la propriété commune. Chaque collectif ABC agit selon le contexte local et ses possibilités, suivant un certain nombre de principes :

  • A-légalisme, les actes politiques ne sont pas évalués au regard de leur légalité.
  • Abolitionnisme, l’objectif est non pas la réforme de la prison mais sa suppression, principe étendu à l’ensemble des outils d’oppression et de répression (e.g., état, police, armée, frontières).
  • Internationalisme, les collectifs ABC sont solidaires entre eux et soutiennent les personnes, collectifs, communautés et mouvements réprimés à travers le monde pour leur lutte contre le capitalisme, la répression et les oppressions.

Initialement appelée “Anarchist Red Cross”, l’ABC a été créée en russie dans le contexte de la révolution de 1905 afin d’organiser l’aide aux prisonnier.es politiques et l’autodéfense contre les raids politiques militaires. Le premier groupe ABC londonien est créé en 1907 et réunit entre autres Kropotkine, Rocker, Shapiro et Tcherkezichvili. Le premier groupe ABC étasunien est fondé la même année à New York et réunit entre autres Louise Berger et Emma Goldman. Durant la guerre civile russe (1918-1921), l’Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne met en place des groupes ABC “de terrain”. Leur activité comprend le soin ainsi que le combat. Après la répression de Kronstadt (1921), les groupes ABC russes sont confrontés à une intense répression avant d’être interdits en 1925. L’ABC se reforme dans les années 1960 en grande-bretagne avec comme but premier de soutenir les prisonnier.es anarchistes de l’espagne franquiste. Des collectifs ABC sont créés dans plusieurs villes européennes ainsi qu’en amérique du nord, où ils soutiennent des prisonnier.es politiques comme Lorenzo Kom’boa Ervin et Mumia Abu-Jamal.

L’ABC Biélorusse, formée en 2000-2001, a pour but de soutenir les inculpé-es anarchistes, anti-autoritaires et antifascistes, et dans certains cas d’autres activistes qui ne font pas forcement parti du mouvement anarchiste. Depuis 2009, l’ABC Biélorussie a connu un regain d’activité, les anarchistes Biélorusses ayant été à l’origine d’un certain nombre d’actions illégales dont certaines ont entraîné des dégât matériels. La répression contre le mouvement a vite suivi, et plusieurs anarchistes se sont vu infliger des peines de prison.

Lors de la rencontre ” Les peuples veulent 4.0″ ils étaient venus abordés la question de la répression politique du mouvement de 2020, de celle du Covid mais aussi de la question de la guerre en Ukraine, dans laquelle un certains nombre de leur membres participent aux bataillons de résistance. Cette rencontre fût alors l’occasion pour nous revenir sur l’ensemble de ces questions et sur le contexte politique actuelle en Biélorussie.

Pour plus d’info :

https://abc-belarus.org/?lang=en

Pour soutenir :

Donate

Nucléaire : Actualité en France et retour historique sur l’Italie

Télécharger

La première partie de cette émission est consacrée à l’actualité du nucléaire en France tandis que la seconde partie, elle, aborde l’arrêt du nucléaire en Italie. Cette partie retrace à gros traits l’historique du nucléaire en Italie, de son acquisition à son rejet, à partir d’un texte sur le sujet écrit par Gianni CARROZZA (http://collectif-adn.fr/2022/Italie.html).

Cette émission interroge également le discours des lobbys nucléaires la présentant comme une énergie décarbonée et servant une transition écologique. Est abordé également l’EPR (European Pressurized Reactor), l’EPR de Flamandville, la sous-traitance, la Commission Nationale de Débat Public de fin 2022, le projet de loi visant à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires à proximité de sites nucléaires existants (retoquée depuis par le Conseil d’Etat le 27 octobre) et la déclaration d’utilité publique du projet de centre d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Enfin, est contenue une courte discussion sur les différents positionnements en faveur de la sortie ou de l’arrêt selon, du nucléaire.

Les intervenants sont des personnes du collectif contre l’ordre atomique et membre de Arrêt du nucléaire, et une personne par téléphone du collectif anti-nucléaire Ouest, membre du réseau Sortir du nucléaire.

Lien vers la tribune “La relance du nucléaire ? Surtout pas” par le collectif anti-nucléaire Ouest : https://drive.google.com/file/d/1bjWOPIM0hTDKChL4rDPRqKuryFC4eJA_/view

Qu’est-ce que le colonialisme aujourd’hui ? Deuxième table-ronde

Télécharger

“La rencontre publique pour la sortie du livre “C’est quoi le colonialisme aujourd’hui ?” publié aux Éditions Syllepse s’est déroulée ce samedi 17 septembre 2022 à la Mairie du XXème. Plus de 100 personnes ont répondu présentes à cet événement qui plaçait au centre les militant-es de terrain premièr-es concerné-es par les luttes anti-coloniales et décoloniales à travers le monde.

La deuxième table ronde était consacrée aux luttes des premièr-es concerné-es. Parmi cette table sont intervenu-es des militant-es du Collectif Vietnam Dioxine au sujet de l’épandage de l’agent orange sur le territoire vietnamien durant la guerre par les États-Unis avec la complicité de Monsanto. L’Union Syndicale des Travailleurs Kanak et des Exploités (USTKE) et le Mouvement des Jeunes Kanaks en France (MJKF) ont, quant à eux, exposé la situation coloniale de la Kanaky et son histoire. De son côté, Bchira Ben Nia de la Coordination 75 des Sans Papiers (CSP75) et de la Marche des Solidarités a évoqué le racisme d’État et les violences policières qui sévissent en France.

Enfin, deux vidéos ont été visionnées à cette occasion. L’une réalisée par des militantes du collectif Zéro Chlordécone, Zéro Poison (ZCZP) en Martinique qui dénonce l’utilisation de ce pesticide sur les terres agricoles et le scandale écologique et sanitaire qu’il a engendré. […] Une autre vidéo a été réalisée par un militant ougandais luttant contre le projet Total en Ouganda et Tanzanie”.

Qu’est-ce que le colonialisme aujourd’hui ?

Télécharger

La rencontre publique pour la sortie du livre “C’est quoi le colonialisme aujourd’hui ?” publié aux Éditions Syllepse s’est déroulée ce samedi 17 septembre 2022 à la Mairie du XXème. Plus de 100 personnes ont répondu présentes à cet événement qui plaçait au centre les militant-es de terrain premièr-es concerné-es par les luttes anti-coloniales et décoloniales à travers le monde.

La première table ronde était dédiée aux auteur-ices de la postface et a permis de donner des clefs pour penser le colonialisme aujourd’hui avec des exemples concrets sur les luttes anticoloniales en Afrique et le syndicalisme en France notamment.

« Je le répète : le colonialisme n’est point mort. Il excelle pour se survivre, à renouveler ses formes ; après les temps brutaux de la politique de domination, on a vu les temps plus hypocrites […]. Mais de quelque masque que s’affuble le colonialisme, il reste nocif. » Aimé Césaire

AFFAIRE VINCENZO VECCHI…MENACE SUR LES DROITS FONDAMENTAUX

Télécharger

Aujourd’hui Dissonances revient sur le cas de Vincenzo Vecchi.

Vincenzo Vecchi,  est sous le coup d’un Mandat d’Arrêt Européen (MAE) émis par la justice italienne en 2019 à la suite de sa condamnation à 12 ans de prison pour avoir participé au contre-sommet du G8 à Gênes en 2001, alors même qu’il vit,  réfugié en France à Rochefort-en-terre, dans le Morbihan, en Bretagne, depuis 11 ans, parfaitement intégré et apprécié de tous.

Et c’est sur la base d’une   vieille loi prise à l’époque où les fascistes étaient au pouvoir en Italie, sous Mussolini, que Vincenzo est poursuivi.

La Cour de Justice européenne vient de donner son avis ce 14 juillet 2022, autorisant l’application d’une loi fasciste dans l’Union Européenne.

À quand l’exécution d’un mandat d’arrêt européen à l’encontre d’une citoyenne polonaise réfugiée en France après avoir avorté dans son pays ?

Laurence, Pascale et Hervé, membres du Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi viennent évoquer l’urgence et l’importance qu’il y a à soutenir cette lutte, qui aujourd’hui dépasse le cadre du cas de Vincenzo. 

Emission réalisée par Josef Ulla, co-produite et diffusée avec et sur Radio Saint Affrique .

Couleur musicale : 

  • Bella Ciao, Micol Arpa Rock
  • On lâche rien, HK & les saltimbanks
  • Oh libertà, Serge Reggiani (musique G. Moustaki)
  • Cello Suite no. 6 in D Major BWV 1012, interprétée par Ana Maria Iordache
  • Le début de notre monde, 

COLOMBIE

Télécharger

La Colombie fait l’expérience de l’alternance pour la première fois de son histoire. À la tête d’une coalition de gauche, Pacte historique, Gustavo Petro, a emporté, dimanche 19 juin, le second tour de l’élection présidentielle, en battant le richissime chef d’entreprise Rodolfo Hernandez. Une victoire historique dans un pays qui a toujours été jusqu’ici gouverné par la droite. M. Petro, a pris ses fonctions le 7 août, il succède à Ivan Duque.

Mais avant de parler de ces élections, revenons sur les révoltes qui ont secoué la Colombie en avril 2021. Carlos est metteur en scène, cinéaste et peintre, il habite Cali, l’épicentre de la contestation, il revient sur cette période et la répression qui s’en est ensuivi : les morts, les disparus et les incarcérés. Il nous parle de ces élections, de l’espoir et des questions qu’elles suscitent. Fabien, chauffeur de bus, membre actif de la première ligne, menacé de mort par les paramilitaires, revient sur la fonction de la primera linéa et sur les liens entre la base et la coalition de gauche au pouvoir.

Musiques:
Himno de la Guardia Indígena – Guardia Fuerza
https://www.youtube.com/watch?v=2bukDTMT3pY

NOS ESTAN MATANDO de Yoky Barrios et el Barragan et AstrallBass
https://www.youtube.com/watch?v=4nyCmEcjRkY

Yo Marché – Ninio Sacro
https://www.youtube.com/watch?v=xnfuYI1ecEY

Titre : Politique des jeunes de la première ligne
Source : lundimatin#348, le 23 août 2022

“Le 28 avril 2021, en réaction à une réforme fiscale du gouvernement d’Iván Duque, la Colombie se soulève. La répression est immédiate et sanglante. Derrière les barricades, ce sont les jeunes des quartiers pauvres qui défendent le mouvement, on les appelle la « première ligne ». Ce sont eux aussi qui seront par la suite poursuivis pour vandalisme, terrorisme puis association de malfaiteurs. Alors que le pays vient d’élire Gustavo Petro, le premier président de gauche de son histoire républicaine, la répression judiciaire, elle, persiste.”

Lien vers l’article : https://lundi.am/Colombie-Le-proces-tres-politique-des-jeunes-de-la-premiere-ligne

À lire aussi : Les indigènes en Colombie et leur place dans la mobilisation du « Paro Nacional » Source : Le Poing, mis en ligne le 25 mai 2021
Lien vers l’article : https://lepoing.net/les-indigenes-en-colombie-et-leur-place-dans-la-mobilisation-du-paro-nacional/

CHILI : de la révolte de 2019 a la nouvelle constitution de 2022

Télécharger

Le 4 septembre 2022, le peuple chilien devra se prononcer sur le projet de nouvelle Constitution proposé par l’Assemblée constituante, qui a remis sa version définitive au président de gauche Gabriel Boric le 4 juillet dernier.

Aujourd’hui, au chili, la Constitution voulu par le général Pinochet pendant la dictature reste en vigueur, malgré le mouvement social de 2019.

Dans l’émission de ce jour et pour parler de cette proposition de nouvelle constituante, nous entendrons l’intervention de Manuela royo de passage en France et cette rencontre se tenait au bar restaurant le lieu-dit dans le 20eme arrondissement de paris le 12 juillet 2022

Manuela Royo , avocate, professeur de droit constitutionnel et, depuis juillet 2021, membre de la Convention Constitutionnelle chilienne. Cette avocate engagée est membre de MODATIMA (Mouvement de Défense pour l’Accès à l’Eau, à la Terre et pour la Protection de l’Environnement) et membre de l’Alianza Territorial Mapuche.

Manuela Royo interviendra sur le contenu de la nouvelle Constitution chilienne et sur le lancement de la campagne pour son approbation (APRUEBO) le 4 septembre 2022.

Adama Traoré /convergence des luttes aux Antilles /mobilisation contre le trophée des champions à Tel-Aviv

Télécharger

Le 2 juillet avait lieu à Sarcelles un rassemblement en soutien et en vue d’organiser la convergence des luttes aux Antilles. Il réunissait des syndicalistes, le collectif zéro poison chlordécone, les différents collectifs et individus qui luttent autour de l’affaire des ” grands frères” et le collectif vérité et justice pour Claude Jean pierre.

Plus tôt dans la journée, c’était à Beaumont sur Oise que se réunissaient différents collectifs a l’appel du comité Adama Traoré pour la sixième année, Ainsi dans cette première partie d’émission, nous traitons des violences d’état en vous diffusant une pastille sonore de la conférence de presse qui avait lieu à Beaumont puis un reportage qui lui a été réalisé à Sarcelles.

Cette année encore, la Ligue de Football Professionnel a décidé de reconduire la tenue de la prochaine édition du Trophée des Champions en Israël. Cette rencontre officielle opposant le Paris Saint-Germain, champion de France 2022, au FC Nantes, vainqueur de la Coupe de France 2022, est prévue le dimanche 31 juillet prochain, au Bloomfield Stadium de Tel Aviv.1

Comme pour la précédente édition, la LFP organise cet événement avec Sylvan Adams homme d’affaires israélo-canadien, « ambassadeur autoproclamé de l’État d’Israël »2, et Comtec Group, société israélienne spécialisée dans la production d’évènements, qui compte parmi ses clients le gouvernement israélien et des sociétés basées dans les colonies illégales en Cisjordanie occupée3. Depuis plusieurs années, Sylvan Adams investit dans le sport de haut niveau pour changer et valoriser l’image d’Israël.4

Nous nous opposons fermement à la tenue de cette rencontre en Israël. Il s’agit d’un événement de sportwashing visant à « blanchir », par le sport, l’occupation militaire, la colonisation, le système d’apartheid de l’État israélien et ses crimes.

Depuis le début de l’année 2022 seulement, les forces d’occupation israéliennes ont tué près de 60 Palestinien·ne·s5. Parmi les victimes figurent notamment 2 journalistes – la reporter vedette d’Aljazeera Shireen Abu Akleh et Ghufran Warasneh – ainsi que 16 adolescents dont deux jeunes footballeurs Mohammad Ghneim et Thaer Yazouri.

Dans le même temps, la colonisation israélienne se poursuit. Les emprisonnements, les menaces d’expulsion imminente et les attaques de colons se sont intensifiés.
La Cour Suprême d’Israël a décidé que près de 1000 Palestinien·ne·s peuvent être chassé·e·s de leurs villages à Masafer Yatta, au sud d’Hébron, en Cisjordanie occupée, pour que leurs terres soient reconverties en une nouvelle zone d’entrainement militaire, tandis que le gouvernement approuve un projet de construction de 4500 logements dans les colonies illégales. 6

Israël continue de détenir 4450 prisonnièr·e·s, dont 160 enfants. 600 sont en détention administrative sans inculpation ni jugement, comme l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri détenu arbitrairement depuis mars 2022. Depuis le début de l’année, les forces d’occupation ont arrêté plus de 2140 Palestinien·ne·s, en grande partie à Jérusalem occupée et à Jénine. 7

Les colons israéliens, protégés par les soldats, ont mené 133 attaques contre des Palestinien·ne·s et leurs propriétés en Cisjordanie.5

Un an après la dernière attaque meurtrière de l’armée israélienne sur la bande de Gaza, rien n’a véritablement changé. Le territoire est toujours sous blocus illégal. Peu de bâtiments ont été reconstruits. Gaza reste une prison à ciel ouvert, subissant toujours et de manière régulière des bombardements israéliens. Des milliers d’enfants gazaouis souffrent de traumatismes mentaux.8

Le droit au retour de millions de réfugié·e·s, voté par l’ONU, n’est toujours pas respecté par l’Etat d’Israël, qui continue à maintenir dans la misère les habitant·e·s des camps de réfugié·e·s, que ce soit à Gaza, en Cisjordanie, au Liban, en Jordanie, etc. et à réprimer leur résistance dans les territoires occupés comme récemment à Jénine et à Hébron.

Ces drames s’inscrivent dans la continuité de plusieurs décennies de politique coloniale et d’apartheid vis-à-vis du peuple palestinien 9. Jouer cette rencontre à Tel Aviv contribuerait à masquer ces réalités.

Nous refusons de voir le football français et ces deux équipes être complices des violations israéliennes du droit international et des droits humains palestiniens.

Dernièrement, la LFP a pris une décision forte en stoppant la diffusion de la Ligue 1 en Russie pour sanctionner son invasion illégale et sa guerre d’agression en Ukraine.10

Nous exhortons M. Vincent Labrune, Président de la LFP, M. Waldemar Kita, propriétaire et président du FC Nantes, et M. Nasser Al-Khelaïfi Président-Directeur général du Paris Saint-Germain à relocaliser cette rencontre en France ou à la déplacer vers un autre pays. Nous appelons les joueurs et les membres des staffs à nous rejoindre en appuyant notre demande.

Signé par de nombreuses associations sportives, de supporters, de partis et de syndicats…

Dans cette dernière partie d’émission, nous serons en compagnie de Marie-France, membre, notamment, de l’association France Palestine solidarité paris sud et d’un nouveau collectif : boycott apartheid Israël paris banlieue. Marie-France nous explique pourquoi, le collectif s’oppose a la remise de ce trophée.

JANOS B : itinéraire d’un militant révolutionnaire

Télécharger

Janos B. est un militant révolutionnaire incontournable de la région parisienne. Lors de la révolution d’octobre 1956 à Budapest, il a 16 ans. Aujourd’hui, il a 81 ans, est réfugié politique en France depuis 1962, il n’a eu de cesse d’arpenter le pavé.

Il a participé à mai 68, à la création de sud éducation, à la création du réseau résistons ensemble, au mouvement des gilets jaunes, à la coordination contre les répressions et les violences policières idf, et nous en oublions sûrement. Il fait partie de ces anonymes qui ont construit nombre de luttes dont nous sommes les héritiers. Mais Janos n’est pas un « ancien », c’est un acteur des luttes contemporaines et pour ces raisons, il a longtemps refusé que nous fassions un portrait. Il n’en voyait pas l’intérêt.

Face à l’invasion de l’Ukraine, il a une fois de plus fait preuve de constance et de curiosité en participant à la rédaction de textes en soutien à la résistance ukrainienne sans pour autant méconnaitre les réalités sociales et politique de la Russie. Et face aux réactions du monde militant, il a trouvé que nous parler de son expérience en Hongrie pouvait nous permettre de mieux comprendre la situation actuelle. Alors, il a accepté de prendre le temps de témoigner.

Dans cette émission, vous allez donc entendre le témoignage de Janos, qui nous raconte à la fois ses souvenirs de la Hongrie en 1956 et la manière de cela à déterminer l’ensemble de son parcours politique.

Pour finir l’émission, nous vous diffuserons une lecture d’extrait d’un interview réalisé par le collectif russophone contre la guerre avec des camarades de la résistance ukrainienne que nous vous diffusons ici en intégralité.

Entretien avec les combattants des brigades anarchistes ukrainiennes
Le comité russophoneJune 21, 2022
Après le déclenchement de l’invasion russe à grande échelle, de nombreux anarchistes en Ukraine ont pris les armes pour résister à l’agression. En particulier, plusieurs brigades autonomes ont été créées au sein de la Force de défense territoriale ukrainienne (en ukrainien : Війська територіальної оборони ; Viiska terytorialnoi oborony).

Nous avons discuté avec les combattants de plusieurs unités de ce type. Nous leur avons demandé leurs motivations pour partir en guerre, et comment les brigades anarchistes sont organisées ; nous leur avons posé des questions sur la guerre en soi et beaucoup plus. Trois anarchistes originaires de l’Ukraine, de la Biélorussie et de la Russie ont répondu à nos questions. Nos correspondants biélorusse et russe appartiennent à la brigade internationale appelée « Komitet Sprotyvu » ( en ukrainien : Комітет Спротиву ; en français : Comité de résistance). Notre interlocuteur ukrainien est un membre d’une brigade formée par l’organisation anarchiste ukrainienne nommée « Chornyi Stiag » (en ukrainien : Чорний Стяг ; en français : Drapeau noir). Il est très important pour nous de présenter les points de vue des gens des différentes brigades qui participent à cette guerre ; des gens qui ont des expériences variées dans l’activisme politique et dans la lutte contre la dictature dans des différents pays.

Raconte-nous à propos de ta vie avant la guerre. Quels sont les collectifs anarchistes dont tu faisais partie ? Que faisaient-ils ?

Cooper : Avant la guerre je faisais de l’activisme social de gauche. J’étais un membre de « Avtonomnyi Opir » (en ukrainien : Автономний Опір : en français : Résistance autonome) et de « Chornyi Stiag ».

Biélorusse : Ça fait 13 ans que je suis un anarchiste. Durant cette période j’ai participé dans des différentes activités : du graffiti à l’organisation des manifestations à grande échelle. Il y avait aussi beaucoup de collectifs dont j’ai fait partie. Parmi ces collectifs le plus connu est « Pramégne » (en biélorusse : Прамень ; en français : Rayon).

Avant la guerre j’ai vécu en Pologne. Depuis mon exil à cause des répressions, quand j’ai été accusé d’avoir participé à quelques actions directes, j’ai dû quitter le pays en automne 2020. Avant d’avoir déménagé en Pologne, j’ai vécu en Ukraine pendant un petit moment. 
Alekseï : Quand j’ai vécu en Russie, j’ai été un membre de l’Action autonome (en russe : Автономное действие; Avtonomnoye deystviye) avant sa séparation. Après cette séparation j’ai été dans l’Autodéfense populaire (en russe : Народная самооборона, Narodnaya samooborona). Avec l’éclat des répressions massives contre nous, j’ai dû m’enfuir en Ukraine, parce qu’autrement je serais mis en prison.

Qu’est-ce que tu as ressenti, quand la Russie a attaqué l’Ukraine ? Pourquoi as-tu décidé de prendre les armes ? Est-ce qu’il y avait des doutes idéologiques, ou as-tu eu peur de partir en guerre ? Ça peut paraître bizarre pour certains anarchistes, que les anarchistes en Ukraine défendent à main armée l’état. Comment pourrais-tu expliquer sa motivation et les raisons de prendre les armes ?
Cooper : J’ai été « un peu » bluffé, je n’ai pas pu totalement accepter que le scénario de l’invasion à grande échelle ait été possible. Non, je n’ai eu aucun doute. En outre, je crois que si quelqu’un a besoin d’explications concernant les raisons pour lesquelles je suis parti en guerre à main armée contre ceux qui tuent des civils, des enfants et des femmes, contre ceux qui bombardent des villes, alors, nous avons des différents chemins à suivre avec cette personne, peu importe de quelle façon elle se croit.

Biélorusse : Dès le moment où les pays occidentaux ont commencé à déplacer leurs ambassades, je me suis rendu compte que la guerre a été inévitable, même si je n’ai pas voulu croire que Poutine ait été si fou.

J’ai appris, que la guerre avait commencé, de mes voisins m’étant réveillé à 8 heures du matin dans mon appartement. Je l’ai pris calmement, j’ai juste envoyé un message à mes camarades ukrainiens pour leur demander leurs projets et comment je pourrais participer à la guerre.
Pourquoi j’ai décidé de participer à la guerre ? Parce que le « Monde russe » (Pax Russica), que Poutine essaie d’imposer à l’Ukraine, n’apportera que de la douleur et de la souffrance. Il supprimera tous les droits et toutes les libertés pour lesquels le peuple ukrainien a dû se battre. Le monde russe détruira toutes les initiatives populaires, tous les syndicats indépendants, les programmes de défense des droits de l’homme et d’autres projets. La victoire de la Russie sur l’Ukraine signifiera la perte de l’espoir de renverser la dictature en Biélorussie pendant plusieurs années. Je pense que la défaite de l’armée russe pourrait affaiblir le régime de Poutine et devenir un catalyseur de changements positifs en Russie même.

Et, peut-être, le plus important, c’est qu’aujourd’hui, ici et maintenant, pour la première fois depuis de nombreuses années les anarchistes forment une unité de combat et, qui sait, peut-être que cette unité même pourra devenir une base pour la création d’une sorte de nouveau projet libertaire dans l’esprit du makhnovisme.

Je ne me bats pas pour l’état ukrainien, même si je dois me rallier à lui. Je me bats contre l’impérialisme russe et ce camp de concentration en lequel Poutine veut transformer toute la région.
La peur était certainement présente, elle l’est toujours. Je pense que seulement les psychopathes n’ont pas peur dans ce type de conditions. Mais la compréhension claire de ce pour et contre quoi je me bats m’aide à faire face à la peur.

Alekseï : Malgré tous les reportages de nombreux médias occidentaux sur une future invasion, un tel scénario me semblait peu probable, car de tels reportages étaient apparus dans les médias ukrainiens il y a un an et périodiquement même plus tôt. D’autant plus qu’à cette époque, la date de l’invasion présumée a changé constamment. Donc l’invasion a été plutôt inattendue pour moi. Néanmoins, Néanmoins, je n’ai pas beaucoup hésité. J’ai su tout de suite ce que j’étais censé faire, et au premier jour de la guerre j’ai rejoint la brigade anarchiste au sein de la Force de défense territoriale ukrainienne à côté de mes camarades.

Je pense que d’une façon ou d’une autre tout le monde a peur en partant en guerre. Certains plus, certains moins. Je ne suis pas une exception à cet égard. Mais la peur n’est qu’un facteur parmi tant d’autres. Elle a été complètement contrebalancée par d’autres facteurs. Ça fait déjà plus que douze ans que je suis un anarchiste. Pendant tout ce temps, j’ai combattu le régime de Poutine et j’ai payé le prix pour ça. Beaucoup de mes ami·e·s sont emprisonné·e·s, tandis que j’ai été dépourvu de ma maison et de la possibilité de voir mes parents et mes proches. J’ai fui les autorités russes vers l’Ukraine. Et tout d’un coup, j’ai une chance de ne pas fuir, mais de me battre contre eux. De quelles autres motivations ou raisons ai-je besoin ? Je ne « défends pas un état » en premier lieu, je suis en guerre avec la dictature avec laquelle j’étais en guerre depuis toujours. Je considère que c’est cohérent.

Raconte-nous de ta brigade. Que fait-elle ? Quels sont ses objectifs ? Comment s’est-elle formée ? Y a-t-il beaucoup de monde ? À quel point est-elle internationale ? Y a-t-il des femmes qui se battent à vos côtés ?

Cooper : Malheureusement, je peux pas répondre à cette question, car il s’agit d’informations stratégiques.

Biélorusse : Nous appartenons à la Force de défense territorial (FDT) de la région de Kyiv. Nous assurons la formation du personnel, nous réalisons aussi les missions de sécurité et de convoiement.

Il y a 50 personnes dans la brigade en ce moment. Une vingtaine d’entre eux sont des étrangers de Biélorussie, de Russie et de certains autres pays européens.

Alekseï : Notre unité de combat est composée principalement par des anarchistes et des antifascistes. Elle s’est formée à partir de diverses organisations, collectifs et groupes d’amis anarchistes et antifascistes. Il faut dire qu’en temps de paix tous ces gens n’auraient pas interagi les uns avec les autres, mais face à la guerre ils se sont mis d’accord de mettre en pause tous les conflits. Je ne suis pas sûr que je doive divulguer le nombre exact de personnes, d’autant plus que des nouveaux combattants continuent à arriver jusqu’à présent. Disons-le de cette façon : nous avons plus qu’assez pour un peloton, et dans une perspective à court terme, nous parlerons d’une compagnie. Les femmes sont également présentes ici.

Comment sont vos relations avec l’état ? Dans quelle mesure êtes-vous soumis au commandement de l’armée ? Jusqu’où les unités de FDT et leurs membres combattants sont autonomes ? L’état vous approvisionne-t-il, ou êtes-vous autosuffisants ?

Cooper : Notre relation avec l’état n’a pas changé de toute façon. Néanmoins, nous profitons de chaque occasion pour protéger le peuple ukrainien. Nous opérons en coordination avec toutes les structures des ZSU (en ukrainien : Збройні сили України, abrégé en ЗСУ et romanisé en Zbroyni syly Ukrayiny, ZSU, en français : les Forces armées de l’Ukraine). En ce qui concerne l’approvisionnement, nous recevons certaines choses de l’état, mais nous nous procurons certaines choses par nous-mêmes également.

Biélorusse : L’état nous fournit des armes, des munitions et des uniformes. Quant à presque tout le reste, nous l’avons grâce au travail de nos camarades de « Operation Solidarity » (en ukrainien : Операция Солидарнiсть ; romanisé en : Operatsiya Solidarnist’) en Ukraine et en Europe et à d’autres initiatives bénévoles.

J’ai l’impression que le FDT ne prête guère attention à notre unité. C’est pour ça que le contrôle du commandement n’est pas très strict, ça nous laisse une certaine liberté d’action.
Alekseï : Structurellement, nous appartenons à la Défense territoriale, qui, à son tour, fait partie des Forces armées de l’Ukraine. Il y a presque la même structure de commandement ici que dans les forces régulières. En ce qui concerne l’autonomie, nous changeons périodiquement le lieu de déploiement, et le niveau d’autonomie dépend fortement de l’endroit où nous nous trouvons à ce moment précis. Si on parle d’un lieu, où nous sommes stationnés avec d’autres pelotons et des officiers, alors, nous avons un peu moins d’autonomie. Il y a des moments où un site entier est occupé exclusivement par notre équipe. Dans ce cas nous pourrions dire que nous avons une autonomie relativement large. Mais en général comme nous appartenons structurellement aux forces armées, nous recevons périodiquement des ordres du haut commandement. Au moins, ce n’est pas à nous de choisir le site de stationnement.

En ce qui concerne les approvisionnements, alors, l’état nous fournit des armes, des munitions et d’un minimum d’équipement. Des gilets pare-balles normaux, des plaques et des porte-plaques, des vestes tactiques, des cartouchières, des sacs à dos et d’autres équipements ; tout ça entièrement grâce aux gens, qui nous transfèrent de l’argent, et aux bénévoles, qui achètent et nous livrent ce matériel. Quant à la nourriture, elle est donc généralement fournie par des bénévoles locaux. À cette occasion, je voudrais remercier énormément toutes ces personnes. Sans eux, l’existence de notre unité telle qu’elle l’est aujourd’hui ne serait tout simplement pas possible.

Comment l’état ukrainien se porte-t-il envers les anarchistes combattants en général ? Y a-t-il un risque que l’état lorsque la situation se stabilisera, ne tolérera pas votre existence ? Dans quelle mesure l’état ukrainien est-il répressif en général vers les anarchistes ?

Cooper : Pour l’instant, l’état ne porte aucun intérêt envers nous. Pour le reste, nous le verrons après la guerre.

Biélorusse : Les anarchistes, surtout avec un passeport biélorusse, n’ont pas été vraiment les bienvenus en Ukraine auparavant. Le cas d’expulsion de Frantskévitch et la tentative d’expulsion de Bolénkov méritent une mention spéciale. Mais jusqu’à présent, tout est calme, en ce qui concerne les prévisions sur l’avenir, je suis habitué à n’être que pessimiste.

Alekseï : Il y a beaucoup d’unités FDT, donc, l’état ukrainien est à peine conscient de notre existence. Bref, avant la guerre, comme tout autre état, il était négatif envers les anarchistes. Je ne vois aucune raison pour qu’il change son point de vue après la guerre. Ce n’est pas une sorte de type, qui nous dira : « Merci d’avoir combattu mon ennemi, maintenant je me rends compte que vous êtes les gentils ». L’état, c’est une institution, il fonctionne selon sa propre logique institutionnelle. Et selon cette logique, nous ne deviendrons guère amis tout d’un coup. C’est pour ça que le scénario, dans lequel après la guerre l’état aura des questions pour nous, me semble tout à fait probable.

Si nous parlons du degré des répressions en général, alors, avant la guerre les répressions n’ont pas été aussi dures qu’en Russie ou en Biélorussie. En même temps, néanmoins, les répressions ont eu lieu, comme il sied à l’état. RevDiya (en ukrainien : Революційна Дія, romanisé : Revolyutsiïna Diya ; en français : Action révolutionnaire) est considérée comme une organisation extrémiste, ses membres sont constamment pourchassés, de nombreux anarchistes ont été fouillés et saisis.

De nombreux anarchistes, qui avaient fui la Russie ou la Biélorussie de leurs régimes dictatoriaux, ont vu leurs titres de séjour révoqués ici, certains ont été interdits d’entrer dans le pays ou, comme dans le cas d’Aleksandr Frantskévitch, ont été séquestrés, puis, transportés à la frontière biélorusse, où leurs passeports ont été estampillés avec une interdiction d’entrée en Ukraine. Autrement dit, il a en fait été extradé vers la Biélorussie. Pour rappel, il est à présent dans une prison biélorusse depuis cet incident

La propagande russe utilise l’image des néo-nazis ukrainiens pour justifier l’invasion en Ukraine. À son tour, cela relève de nombreuses questions de la part des personnes qui ne connaissent pas la situation. Pouvez-vous nous parler de la situation avec les néo-nazis en Ukraine ? Quelle est leur influence et leur nombre dans la société et dans le gouvernement ?

Cooper : Je ne le cacherai pas, en effet, le problème des groupes nazis existe en Ukraine. Cependant, le problème peut être résolu sans aucune intervention externe, alors, leur existence ne justifie absolument pas l’invasion russe en Ukraine.

Biélorusse : Comme je n’ai pas beaucoup suivi cette situation en Ukraine, c’est difficile pour moi de répondre à cette question. D’après ce que je vois, il y avait eu de nombreux groupes néonazis différents, pour la plupart en petit nombre, en Ukraine avant la guerre. Beaucoup d’entre eux sont partis en guerre. De plus, des néo-nazis de Biélorussie se battent actuellement en Ukraine, mais ils sont peu nombreux.

Alekseï : Je dirais que les néo-nazis en Ukraine, en particulier, sont assez marginaux et l’ont toujours été. L’extrême droite en général, c’est une autre histoire. Après les manifestations de Maïdan, ils ont vraiment gagné en popularité pendant un certain temps. D’ailleurs, cela s’est largement produit, parce que la gauche, pour la plupart, a refusé de participer au Maidan, en se plaignant que c’était une sorte de mauvaise révolution et que, voyez-vous, la droite y participait.

De nos jours, ils perdent en popularité depuis quelques années consécutives. Certains d’entre eux ont quitté la rue et se sont lancés à la politique et, comme ça arrive souvent aux gents rapaces, ils ont commencé à tendre vers le centrisme en employant le populisme. Quant à leur impact social, tous leurs partis ne remportent même pas plus que cinq pour cent des votes au total à toute élection.
La guerre entre la Russie et l’Ukraine, n’est-ce qu’une guerre entre deux états représentant le même mal ? Quelle est la différence essentielle entre les régimes russe et ukrainien et leurs objectifs dans cette guerre ? Qu’adviendra-t-il de l’Ukraine si la Russie gagnera ?

Cooper : Objectivement le mal n’est pas le même. L’Ukraine n’attaque personne et ne bombarde pas de villes civiles. De plus, l’Ukraine n’est pas une formation impériale et, au cours de son histoire, n’a asservi aucun peuple. La différence est que l’objectif de la Russie est l’acquisition de territoires étrangers par la force, et l’objectif de l’Ukraine est le sien, tout simplement. Si la Russie gagnera, donc, je pense que nous n’existerons pas.

Biélorusse : Je ne suis pas allé en Russie depuis cinq ans et je ne sais pas exactement ce qui se passe là-bas maintenant. D’après ce que j’ai lu dans les médias et entendu parler par mes camarades, je peux dire que le régime de Poutine devient de plus en plus répressif. La dissidence est pratiquement écrasée, l’opinion alternative est supprimée. En revanche, l’Ukraine semble être une île de liberté, où il y a des médias indépendants, où l’état ne détruit aucune dissidence, etc. Bien sûr, l’Ukraine est pleine de problèmes, mais il y en a beaucoup plus en Russie. Et il est beaucoup plus facile de les résoudre dans le cas de l’Ukraine.

Alekseï : Le régime ukrainien est beaucoup plus clément que le régime russe. Son objectif est de maintenir son statu quo. Alors que le régime russe est dictatorial et, en cas de victoire, apportera également la dictature à l’Ukraine.

Actuellement la question de la responsabilité collective des Russes pour ce qui se passe en Ukraine est en cours de discussion. Qu’est-ce que tu en penses ? Les Russes sont-ils tous responsables, ou c’est que le régime de Poutine ? Penses-tu que tu es en guerre contre les Russes en tant que nation, peuple, ou que tu es en guerre contre le régime de Poutine ? Et si les Russes sont coupables, peuvent-ils se rédimer ? Comment, si c’est le cas ? Comment une personne qui se trouve en Russie ou en Biélorussie peut-elle vous soutenir ?

Cooper : Il est difficile pour moi de répondre. Je crois que les Russes qui ne proposent en aucune manière la moindre résistance au régime de Poutine sont, dans un degré ou un autre, responsables. Je ne suis en guerre ni avec la nation, ni avec le peuple, ni, en principe, avec des individus au hasard. Mon ennemi est clair : le régime fasciste de Poutine. Les Russes et les Biélorusses peuvent, tout d’abord, nous aider en organisant une résistance aux régimes dans leur pays. Ils peuvent également nous aider financièrement ou en faisant du bénévolat.

Biélorusse : Non seulement les Russes, mais aussi les Biélorusses sont collectivement tenus pour responsables. Ils nous accusent de ne pas pouvoir renverser le régime de Loukachenko, qui aide en fait à Moscou dans la guerre contre l’Ukraine.
Personnellement, je pense que la responsabilité collective est de la connerie et toutes ces attaques contre les Russes et les Biélorusses sont les tentatives de culpabiliser la victime. En tant que personne qui a vécu en Biélorussie pendant 28 ans, je suis très conscient que les décisions sont prises là-bas, dans les cercles supérieurs, pas par nous en bas. Bien sûr, beaucoup de gens en Russie sont décervelés par la propagande de Poutine, mais je crois qu’ils sont aussi des victimes.

Pourraient-ils en quelque sorte se rédimer ? Je pense qu’ils le pourraient. Les Biélorusses se rédiment en combattant et en aidant aux réfugiés. Le peuple russe pourrait saboter l’envoi des troupes et protester, ce que beaucoup de gens font actuellement. Et aussi ils pourraient dire la vérité et ne pas avoir peur d’appeler la guerre une guerre.

Alekseï : Je ne pense pas que tous les Russes soient coupables. Comme je vous ai déjà dit, je me bats contre le régime de Poutine et je vois la guerre à travers cette perspective. Quant au soutien, vous pouvez nous soutenir en organisant des actes de sabotage sur les territoires de la Fédération russe et de la Biélorussie (que la Russie utilise comme terrain pour préparer ses attaques), en endommageant les voies d’approvisionnement, en diffusant de l’agitation et des informations sur notre lutte. Vous pouvez également transférer de l’argent pour les besoins de notre équipe. Les deux derniers points s’appliquent également aux Européens

Comment les gens qui se trouvent actuellement en Europe peuvent-ils vous soutenir ?
Cooper : Pareil : par le bénévolat et le soutien financier.

Biélorusse : Je pense que la moindre chose que les gens puissent faire pour nous aider est de diffuser les informations sur notre unité et de faire les dons aux initiatives bénévoles qui aident aux unités anarchistes. Le soutien de niveau supérieur, c’est de venir ici et participer à la vie de notre équipe.
– Comment évalues-tu le cours de la guerre ? Quelles sont, selon toi, les raisons des échecs de l’armée russe ?

Cooper : Globalement, nous gagnons. La raison de ces échecs est évidente : il n’y a pas une seule raison objective pour qu’un soldat russe franchisse la frontière ukrainienne à main armée. Autrement dit, les seuls soldats motivés qu’ils ont sont un petit groupe des complètement dingues, qui s’amusent à tuer des innocents, les autres sont amenés ici à la pointe des baïonnettes.

Biélorusse : Je ne suis pas un expert militaire, mais il me semble que l’armée de Poutine est coincée et ne peut pas briser la résistance de l’armée ukrainienne. Je pense que le gouvernement russe a sous-estimé ce à quoi il pourrait faire face en Ukraine. Il me semble qu’ils croyaient vraiment que les Ukrainiens attendaient les « libérateurs » russes. Mais au lieu de fleurs, ils ont été accueillis avec des Molotovs.

Alekseï : Il m’est difficile d’avoir une image complète de la guerre en raison de la propagande des deux côtés. Ce que je peux dire avec certitude, c’est qu’apparemment la Russie prévoyait de terminer l’opération en quelques jours avec succès, mais au lieu de ça, elle a subi de lourdes pertes, et ça a amené Poutine à se poser la question de déclarer officiellement la guerre, afin qu’il puisse procéder à la mobilisation pour restocker les rangs de l’armée avec de la chair à canon fraîche. Et ça entraîne l’accroissement des contestations dans le pays.

Quant aux raisons des échecs, je vois le système dégradant et on pourrait même dire pourri, qui est le résultat de nombreuses années de règne unipersonnel de Poutine. Il l’a cultivé, ce système, de telle manière que les personnes incompétentes, mais proches, occupent les postes clés. Quand cela se produit au cours de nombreuses années, la piste de carrière dans un tel système n’est pas définie par des compétences, mais par la flatterie et par le népotisme. Il devient plus avantageux de dire ce que la direction supérieure veut entendre, plutôt que ce qui se passe réellement. Ça conduit à une perception inadéquate de la réalité par les dirigeants, comme, par exemple, cette fausse impression que la population accueillera les troupes russes à bras ouverts. L’autre aspect de ce système est la mauvaise qualité des cadres due à la corruption totale.

Pourquoi est-il important pour les peuples d’Europe et de Russie de soutenir l’Ukraine ? Que signifiera la victoire ou la défaite de la Russie pour eux ?
Cooper : Parce que si l’Ukraine perdra, toute la planète perdra, y compris les peuples qui habitent en Russie. Si l’Ukraine gagnera, le monde sera comme avant la guerre. Pas sans problèmes, mais en même temps, il sera possible de les aborder. Si la Russie gagnera, alors, Poutine ne s’arrêtera pas, il ira plus loin.

Biélorusse : La victoire de la Russie signifiera une suppression complète de tout le champ politique, y compris les initiatives de gauche et anarchistes, les syndicats indépendants et toutes les organisations locales. La victoire de la Russie apportera de nombreuses années de dictature dans la région, des répressions constantes, des tortures dans les sous-sols du FSB (en russe : Федеральная служба безопасности Российской Федерации (ФСБ), retranscrite en Federalnaïa sloujba bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii, en français : Service fédéral de sécurité) et bien d’autres crimes.

Alekseï : Dans le cas de l’Europe, la victoire russe signifiera une dictature se rapprochant de ses frontières avec tout ce qui va avec ça. Pour le peuple russe, cela signifiera une nouvelle « cimentation » de la dictature, l’élimination de ce qui reste des droits et des libertés et un abaissement du niveau de vie à cause des sanctions.

Références bancaires pour soutenir les anarchistes combattants :

Pour soutenir « Komitet Sprotyvu » : http://paypal.me/gnimperialpride

BTC: bc1qgchewwgj4dhkn30r9pcyfskfjrv22l7kf07fwj
ETH: 0x3D054496Cf6d09deA543C4A67e1d132c79f25037

Pour plus d’info : Lien vers le réseau résistons ensemble :https://resistons.lautre.net/

https://paris-luttes.info/bienvenue-a-la-coordination-contre-12654#:~:text=La%20coordination%20contre%20la%20r%C3%A9pression%20et%20les%20violences%20polici%C3%A8res%20s,%2C%20manifestations%2C%20occupations%E2%80%A6

LE LIVRE DE LA JUNGLE INSURGÉE : plongée dans la guérilla naxalite en inde

Télécharger

Le mouvement révolutionnaire naxalite, basé dans les forêts du centre et de l’est de l’Inde, est en guerre depuis 50 ans contre l’État indien. Ces hommes et ces femmes qui combattent dans les rangs des naxalites, que les médias présentent comme un groupe terroriste sanguinaire, sont des membres des basses castes et des communautés tribales, allié·es à des rebelles héritiers du marxisme-léninisme pour opposer aux grands projets d’infrastructure une vision du monde égalitaire et communautaire.

En 2010, l’anthropologue Alpa Shah enfile un treillis et s’embarque pour une randonnée de sept nuits avec une escouade, parcourant 250 km à travers les forêts denses et accidentées de l’est de l’Inde.

Alpa Shah est chargée de cours en anthropologie à la London School of Economics. Pour son terrain de thèse, elle a vécu plus de trois ans dans un village tribal d’une région pauvre de l’est de l’Inde, le Jharkhand. De quoi forger une complicité avec les villageois·es qui lui a ouvert la voie vers la guérilla. Elle a publié In the Shadows of the State (2010) et co-écrit Ground Down by Growth, Tribe, Caste, Class and Inequality in 21st Century India (2017). Elle a réalisé pour la BBC le documentaire « India’s Red Belt ».

À l’occasion de sa venue en France, Alpa Shah présenta son livre : Le livre de la jungle insurgée. Plongée dans la guérilla naxalite en Inde (éditions de la Dernière lettre) le 1er juin dernier à la librairie Quilombo et c’est de large extrait de cette présentation que nous vous proposons dans l’émission de ce jour.

Bonne écoute !

UN PANORAMA DE LA SITUATION AU BRÉSIL

Télécharger

L’association Appuii (Alternatives pour des projets urbains ici et à l’international) est née en 2012 de demandes de collectifs d’habitants adressées à des chercheurs universitaires, à des membres d’associations et à des professionnels engagés et bénévoles susceptibles de les aider à élaborer des alternatives à des projets urbains imposés.

À l’occasion des 10 ans de l’association APUII qui se déroulait à l’AERI le samedi 11 juin, nous avons pu rencontrer deux personnes qui viennent du Brésil : 

– Pedro Stillo accélérateur social dans la communauté du Bode située au Brésil dans la région Mato Grosso; et communicateur périphérique au sein du collectif ” du pain et de la peinture”, projet social qui intègre de nombreux communicants au sein duquel a été développé un projet de la “radio marchante” radio locale et mouvante qui informe les habitants des favelas.

– Tassia représentante du collectif ” plus de culture à Ibura” et qui vient de Recife, capitale de l’État du Pernambouc au Brésil qui est le principal centre économique et touristique de la région.

Suite à cette rencontre, nous avons décidé de réaliser une émission de radio le mercredi 15 juin dans les studios de la radio avec eux, afin de parler de la situation actuelle au Brésil, des prochaines élections et des actions menées par ces collectifs.

LES JEUX OLYMPIQUES SÉCURITAIRES

Télécharger

Photo Collectif Saccage 2024


Le 9 juin dernier, nous vous avons diffusé une première session de la rencontre anti-olympique qui se déroulait à Saint-Denis le 21 mai 2022, organisée par le collectif Saccage 2024. Celui-ci rassemble des collectifs et des associations de Seine-Saint-Denis et de ses alentours qui défendent leurs espaces de vie menacés par la préparation et la tenue des Jeux Olympiques de Paris 2024.

Dans l’émission de ce jour, nous vous diffusons la seconde session : Surveillance olympique : comment les Jeux ont pu servir à mettre en place ou tester le contrôle des populations.

À cette occasion, étaient présents d’autres collectifs dont certains avaient fait le déplacement depuis l’international, tels que Rio OnWatch, NOlympia Hamburg, NOlympics Los angeles, STOP JJOO pour Barcelone et les Pyrénées, mais aussi La Quadrature du Net, le Collectif de défense des Jardins d’Aubervilliers et Pleyel à Venir pour la France.

(Extrait du texte d’appel de la Rencontre internationale anti-Olympique)

« Des camarades du monde entier viendront à Paris parce que notre indignation est trop lourde à porter seul·es dans chaque ville. Certain·es D’entre nous ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance, leur communauté, leurs droits. Nous nous réunissons à Paris, car nous avons besoin d’écouter l’expérience des autres pour être mieux armé·es pour l’avenir. »

JO 2024 : écologie et grennwashing olympique

Télécharger

Saccage 2024 rassemble des collectifs et des associations de Seine-Saint-Denis et de ses alentours qui défendent leurs espaces de vie menacés par la préparation et la tenue des Jeux Olympiques.

À cette occasion, étaient présents d’autres collectifs dont certains d’entre eux avaient fait le déplacement depuis l’international, tels que Rio OnWatch, NOlympia Hamburg, NOlympics LOS ANGELES, STOP JJOO pour Barcelone et les Pyrénées, mais aussi La Quadrature du Net, le Collectif de défense des Jardins d’Aubervilliers et Pleyel à Venir pour la France.

(Extrait du texte d’appel de la Rencontre internationale anti-Olympique)

« Des camarades du monde entier viendront à Paris parce que notre indignation est trop lourde à porter seul·es dans chaque ville. Certain·es D’entre nous ont perdu leur maison, leurs moyens de subsistance, leur communauté, leurs droits. Nous nous réunissons à Paris, car nous avons besoin d’écouter l’expérience des autres pour être mieux armé·es pour l’avenir. »

Le samedi 21 mai, avec des délégations internationales et toutes les personnes qui le souhaitent, nous nous retrouverons à l’Université Paris 8 Saint-Denis pour échanger sur les dégâts et les effets des Jeux Olympiques dans nos pays respectifs. Mais aussi pour organiser une lutte contre l’olympisme à l’échelle internationale.

Des anti-JO japonais, anglais, allemands, États-uniens, catalans et français seront présents·es, car nous ne pouvons pas continuer à lutter chacun de son côté sans s’enrichir des expériences de nos amis·es.
Toutes les personnes qui se posent des questions sur les Jeux Olympiques, ou plus spécifiquement sur Paris 2024 sont bienvenues. C’est une rencontre ouverte à toutes et tous ! »

Le thème de La première session du 21 mai 2022, que nous entendront dans cette émission, était : Saccage écologique et greenwashing olympique : peut-on empêcher les prochains « Jeux les plus verts de l’histoire » ?

On ne pouvait pas finir sans évoquer les incidents qui ont eu lieux au stade de France, lors de la finale de la Ligue des Champions entre les équipes de Liverpool et du Real Madrid, le samedi 4 juin. Le match devait être organisé à l’origine en Ukraine, mais a été transféré en France. L’organisation ainsi que la gestion de cet événement, disons-le, y a été déplorable, suscitant une indignation internationale. La foule a été compactée, attendant sans informations, avant de se retrouver gazée, matraquée par les forces de l’ordre. Les supporters ont pu se faire une idée précise de la gestion de foule à la Française.

Pour se couvrir, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, suivi par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, ont évoqué des falsifications massives de billets, des hordes de jeunes de banlieues déferlant sur le stade et même une grève du RER B Comme à leur habitude, l’État français a désigné leurs éternels coupables alors que sa responsabilité dans l’organisation puis la gestion de cet événement sportif est patente. Cela laisse présager du pire pour les jeux olympiques de 2024.

UKRAINE : Semaine de solidarité avec la résistance ukrainienne

Télécharger

Aujourd’hui dans cette émission du 1ᵉʳ juin, nous vous diffusons une rencontre qui avait lieu à la Brèche, librairie du NPA le 18 mai 2022, a l’occasion d’une semaine de solidarité avec la résistance ukrainienne.

Vous pourrez entendre Gilbert Achkar ( universitaire) revenir sur le contexte historique et internationale du déclenchement de l’invasion et notamment de la responsabilité de l’OTAN. Devis Forbach chercheur franco-Ukrainien revenir sur l’histoire récente de la construction d’un état Ukrainien et Daria Saburova chercheuse franco-Ukrainienne nous faire le retour du voyage d’une délégation international s’étant rendu sur place au début du mois de mai.

À ce sujet, nous diffusons un rapide compte rendu effectué à la suite de ce voyage : 

Une délégation de 26 participantEs de dix pays européens s’est rendue en Ukraine du 3 au 6 mai à la rencontre du mouvement social, féministe et syndical d’Ukraine et en coordination avec le Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine. Deux des participantEs français, Laurence Boffet et Roland Mérieux, en ont fait un court compte rendu.


Nous sommes arrivés à Lviv hier après-midi. Laurence Boffet ainsi que les parlementaires présents dans la délégation ont rencontré le parti Razem (gauche radicale polonaise, environ 7 % des voix aux dernières élections législatives, six députés) puis des associations qui tiennent une maison des solidarités à la frontière polonaise. Ensuite, nous avons rencontré des humanitaires polonais (anciens musiciens, organisateurs de festivals reconvertis en convoyeurs de tout, médicaments, repas, réfugiés).

Deuxième journée à Lviv Ce jeudi 5, en lien avec les camarades de Sotsialnyi Rukh [Mouvement social] qui militent pour un socialisme démocratique, nous rencontrerons, aujourd’hui et demain, des représentants syndicaux (en particulier du rail, services publics, santé, mineurs), des militants écologistes, féministes, LGBTQ+.

La matinée a été consacrée à une rencontre avec les responsables de Sotsialnyi Rukh. Ils nous ont présenté leurs activités, notamment sur les questions sociales et démocratiques que leur mouvement tente de mettre en œuvre et leur vision de la situation politique dans leur pays en état de guerre (soutien au président Zelensky et son gouvernement, bien que très critiques sur les questions sociales et écologiques).

Une déclaration commune est en cours de rédaction reprenant les larges convergences évoquées toute la matinée, déclaration proche de celle du texte du Réseau européen de solidarité à l’Ukraine avec un point complémentaire majeur pour eux, l’adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE.

L’après-midi a été consacré à des échanges avec les syndicats ukrainiens, qui se retrouvent essentiellement dans deux grandes confédérations (la Confédération des syndicats et la Confédération des syndicats libres). Étaient présentEs des représentantEs de différents secteurs d’activité (construction, transports, santé), ainsi qu’un syndicat nouveau et indépendant des deux confédérations qui défend les travailleurs pauvres de la santé, des mines et de l’énergie (nucléaire). Nous avons eu une description détaillée des luttes sociales avant la guerre pour les hausses de salaires, contre les conséquences du néolibéralisme sur les secteurs publics ou la santé, qui nous ont rappelé les nôtres…

Aujourd’hui, les syndicats sont tournés vers l’aide concrète aux travailleurs ukrainiens victimes de la dérégulation en ces temps de guerre (licenciements, non-paiement des salaires, voire travail gratuit, maintien de la sécurité et des infra­structures dans les transports ou le nucléaire). La question écologique a aussi été abordée par certains syndicats.

Troisième jour, rencontres avec des mouvements féministes, écologiques, de solidarité et libertaires. Dès le matin, une première réunion s’est tenue entre les femmes de la délégation européenne et des représentantes de trois organisations ukrainiennes féministes, intersectionnelles, LGBT. Un groupe de travail spécifique sur ces questions démarre dans le Réseau européen en lien avec ces groupes féministes.

Ces groupes se focalisent en particulier sur l’aide aux femmes qui ont besoin de soutien immédiat sur le plan financier, psychologique, mais aussi politique. Plusieurs contacts très concrets ont été pris lors de cette rencontre pouvant permettre ultérieurement de créer des ponts avec les Ukrainiennes de Lyon, mais aussi avec des mouvements féministes (au plan national) qui voudront les aider. La matinée s’est poursuivie avec la présentation des actions de ces mouvements féministes et d’entraide entre femmes.

Plusieurs centaines de milliers de femmes se retrouvent seules avec leurs enfants, avec ou sans travail, exilées en Pologne ou déplacées dans leur propre pays ; elles ont besoin d’une prise en charge au niveau de l’éducation des enfants, du travail, un logement, des soins médicaux ainsi que d’accès à l’avortement, que ce soit en Pologne, qui l’interdit, mais aussi en Ukraine, où c’est autorisé, mais aujourd’hui de plus en plus difficile à mettre en œuvre.

Au cours de l’après-midi, d’autres présentations ont été faites par des représentants de mouvements écologistes, qui sont favorables aux sanctions et qui se concentrent en particulier sur une demande d’embargo du pétrole et du gaz russes, en exigeant qu’ils ne soient pas remplacés par d’autres énergies fossiles. Un appel en ce sens est en train de circuler auprès des parlementaires du monde entier […].

Une représentante d’un mouvement LGBTQ a décrit les actions de solidarité qu’ils et elles ont mis en place pour tous et toutes à partir d’une coopérative qu’ils et elles géraient déjà avant la guerre. Selon elles et eux, une des justifications de la guerre avancée par les Russes est la défense des valeurs traditionnelles chrétiennes et par conséquent la lutte contre la domination LGBT sur l’Ukraine comme sur l’ensemble de l’Europe ; Zelensky étant « accusé » d’être gay ! Par ailleurs, la société ukrainienne est assez conservatrice et la guerre renforce les valeurs « viriles ». Ce collectif défend la visibilité de la communauté LGBTQ, y compris dans l’armée, travaille au consensus et prône une démarche non violente.

Troisième jour, suites, Un représentant des droits des Rroms est également intervenu. Leur mouvement est très structuré, car les Rroms d’Ukraine sont parmi les plus discriminéEs d’Europe. Leur défense avait démarré bien avant la guerre. Ils profitent du fait que l’Ukraine demande son adhésion rapide à l’UE pour exiger l’accélération de l’agenda 2021-2030 qui prévoit une amélioration du traitement du peuple rrom demandée par l’Europe à tous les pays membres.

Les associations rroms disposaient déjà avant la guerre de réseaux européens efficaces qu’ils mettent aujourd’hui à disposition de l’ensemble des UkrainienEs. Malgré le racisme, leur représentant reconnaît que l’aide spontanée des UkrainienEs a concerné aussi les Rroms ; des cas de maltraitance policière, comme à Lviv, ont été signalés. Dans cette ville, un cas de violence policière médiatisé a été utilisé par les Russes pour faire croire à des attaques envers les russophones d’Ukraine !

D’autres actions humanitaires ont également été présentées en association avec les mouvements libertaires. Ces réseaux sont a priori efficaces en termes de logistique de l’ouest vers l’est de l’Ukraine, mais aussi dans les zones sous occupation ou les zones de guerre. Partout ailleurs, ils proposent des abris, des hébergements, des lieux de stockage.

Des actions du côté de la défense territoriale ukrainienne sont également prises en charge par ces mouvements. Ils demandent des soutiens financiers, mais aussi de l’aide pour le soutien psychologique et pour répondre aux revendications des femmes qui peuvent aussi être ­réalisées depuis l’étranger.

Une représentante de ces mouvements nous a expliqué la question des trafics d’êtres humains, dans le cadre du travail forcé ou de l’exploitation sexuelle. L’Ukraine était déjà une grande pourvoyeuse de travail forcé, cela, c’est bien sûr renforcé depuis le début du conflit. […]

En conclusion de ces deux journées, une déclaration commune a été proposée par Vitalii Dudin au nom de Sotsialnyi Rukh, que nous avons adoptée.

L’ASIE EN EBULITION : sri lanka, inde, pakistan

Télécharger

Le Sri Lanka s’enfonce dans une crise économique qui s’aggrave de jour en jour, la pire depuis l’indépendance du pays il y a 74 ans. Une situation en partie causée par la pandémie de Covid-19, la baisse du tourisme, des dépenses publiques inconsidérées pour des projets bénéficiant aux plus riches, la fin de l’imposition des hauts revenus, le détournement d’argent public, une dette extérieure abyssale de 23 milliards d’euros. Une grande partie de la population sri lankaise ne peux plus vivre, elle doit faire des queues interminables pour faire face aux pénuries de produits alimentaires, de carburants, de médicaments, quand elle en a encore les moyens.

La population Sri-lankaise depuis plusieurs mois est en insurrection, des dizaines de milliers de manifestants défient le gouvernement, incendiant les maisons des riches propriétaires, les traquant dans les rues.

Puisque nous avions Jacques Chastaing nous en avons profité pour faire un petit point sur le mouvement paysan indien et le mouvement Pakistanais.

REVOLUTION OUVRIERE AU SRI LANKA DANS UNE ASIE DU SUD EN ÉBULLITION

Depuis fin mars 2022 le pays vit une situation insurrectionnelle où les classes populaires cherchent à faire tomber le pouvoir. Ce moment à caractère insurrectionnel est l’aboutissement d’une large mobilisation commencée depuis novembre 2021 où le Sri Lanka déborde de grèves ouvrières et de manifestations populaires quotidiennes additionnées de quatre grèves générales ces cinq derniers mois qui ont été chacune autant de véritables tsunami populaires dont l’ampleur a été crescendo en avançant dans le temps.

Mais cette situation est elle même le prolongement de luttes qui ne cessent pas dans le pays depuis 2018 dans un cadre plus général de luttes ou de situations aussi insurrectionnelles dans les pays voisins commencées aussi en 2018-2019, en particulier en Inde et au Pakistan, sans oublier la Birmanie, le Népal ou les Maldives où l’agitation sociale et les résistances populaires sont également intenses avec une interaction permanente entre les différents pays.

Ce qui se passe au Sri Lanka est emblématique de toute l’évolution de l’Asie du sud, mais plus largement à des degrés divers, du monde entier.

Au Sri Lanka, la situation est catastrophique pour les classes populaires avec une inflation démesurée depuis le mois de novembre 2021, atteignant 30% pour le seul mois d’avril 2022, des pénuries récurrentes de médicaments, d’aliments, de gaz, des coupures d’électricité à répétition, des entreprises, des services, des hôpitaux ou des commerces qui ferment faute d’énergie, des gens qui font des heures de queue tous les jours pour se procurer la moindre des choses, beaucoup de familles populaires qui ne font plus qu’un repas par jour, les plus fragiles qui meurent y compris en faisant la queue, des journaux qui ne paraissent qu’épisodiquement ou sur des paginations restreintes faute de papier et d’encre, des examens scolaires qui ne peuvent pas avoir lieu pour les mêmes raisons de pénurie de papier ou d’encre, un pays en quasi faillite.

Et à côté de ça, les profits des entreprises ont battu tous les records historiques, les riches n’ont jamais été aussi riches, étalant sans honte leurs voitures de luxes, palaces, yachts devant l’immense misère de la grande majorité.

DE LA CRISE DE LA DETTE AU SOULEVEMENT DES PAYSANS EN PASSANT PAR LE MOUVEMENT PAYSAN INDIEN JUSQU’A L’INSURRECTION POLITIQUE OUVRIERE
Même si la racine de la crise remonte aux années 2009/2010, à l’origine actuelle de cette situation de quasi faillite, il y a la décision en octobre 2021 prise pour faire plaisir aux riches par le gouvernement dirigé par les frères Rajapkse, de réduire les impôts sur la fortune et les entreprises quasi à rien et de lever le contrôle sur les prix. Le résultat a été d’une part une inflation colossale et d’autre part une perte de revenus importante pour l’État.

Or depuis 2010, le gouvernement (déjà des frères Rajapakse) avait décidé d’ouvrir totalement le pays au marché mondial en empruntant massivement au capital chinois pour renouveler toutes les infrastructures du pays, routes, ports, voies ferrées, aéroports… afin de satisfaire au miroir aux alouettes des “nouvelles routes de la soie” que lui faisait miroiter la Chine. Pendant un moment, le Sri Lanka a été le modèle de réussite du libéralisme. Puis les attentes escomptées n’ont pas été au rendez-vous et les choses se sont gâtées. Là dessus, le covid et la perte de ressources que cela a entraîné pour le tourisme, la première source de revenus du pays, a aggravé la situation, d’où, pour compenser, les cadeaux aux riches d’octobre 2021 en impôts et suppression du contrôle des prix.

Mais il fallait rembourser la dette, faute de revenus pour cela, il fallait emprunter à nouveau à des taux de plus en plus élevés. Jusqu’à un moment où les créditeurs chinois, ont dit stop ; on veut être payés. L’État s’est alors attaqué à la population. Il achetait moins d’essence, d’électricité, de gaz, de médicaments, d’aliments…
Ça a commencé par les engrais.

En août 2021, le gouvernement a brutalement cessé d’acheter des engrais et a demandé aux paysans de se reconvertir du jour au lendemain à une agriculture écologique. C’était impossible et cela signifiait que nombre de paysans allaient mourir mais qu’ils produiraient beaucoup moins pour assurer les ressources vivrières du pays. Résultat, les paysans se sont soulevés, et instruits des combats de leurs voisins indiens, ils ont pendant quatre mois d’août à novembre, coupé les routes et les voies ferrées, occupé des places, bloqué le siège des pouvoirs locaux, se sont affrontés violemment à la police et ont organisé plusieurs marches sur la capitale.

Des manifestations paysannes contre la misère avaient déjà eu lieu auparavant mais cette fois leur objectif revendiqué dans leur dernière marche du 30 mars 2022 était de renverser le gouvernement. Ce qui a tout changé.

Ce mouvement paysan et cet objectif politique allaient en effet débloquer la situation au sein du mouvement social ouvrier cantonné jusque là aux conflits économiques.
Le mouvement social chez les ouvriers et dans les classes populaires était loin d’être inexistant. Bien au contraire. En fait, depuis 2018, une vague de grèves et de manifestations incessantes croissantes comme dans beaucoup de pays du monde à ce moment ont traversé le pays jusqu’à début 2020 avant la pandémie pour reprendre donc en novembre 2021, mais c’étaient des grèves et luttes aux objectifs économiques.

C’est contre cette vague de grèves montantes, d’ouvriers mais aussi de pauvres des campagnes, de la jeunesse et du mécontentement global des populations que le président actuel du Sri Lanka, Rajapakse, lieutenant-colonel corrompu et tortionnaire, a accédé au pouvoir lors des élections présidentielles de novembre 2019.

En effet en septembre 2019, juste avant les élections, 17 000 employés des universités se sont mis en grève, les cheminots – après déjà une grève en juin- entamant pour leur part une grève quasi totale pour une durée indéterminée, tandis que les enseignants exerçaient un arrêt national de deux jours et les agents administratifs du gouvernement entraient en lutte tout comme d’ailleurs les travailleurs des transports et les agents de santé. Mais les directions syndicales refusaient de donner la perspective de l’union des colères comme celui de renverser le gouvernement qui réprimait tant qu’il pouvait toutes ces luttes non coordonnées.

Gotabhaya Rajapakse remporta donc les élections contre son prédécesseur qui était soutenu “comme un moindre mal” par la gauche et les directions syndicales alors qu’il avait mené une féroce politique d’austérité et réprimé les grèves. Ce soutien de la gauche au pouvoir anti-ouvrier et répressif permis à Rajapakse de s’appuyer sur le mécontentement généré par cette politique d’austérité et de lui offrir comme politique toute une démagogie religieuse anti musulmane, à la faveur de pogroms anti-musulmans et ethniques anti tamoul.

Une fois élu, les premières mesures de Gotabhaya Rajapakse ont été de corrompre et de militariser l’appareil d’État un peu plus à tous les niveaux en mettant ses frères, cousins, oncles et tantes et des militaires à la tête des administrations – y compris les criminels de guerre condamnés de la guerre contre les tamouls. Il renforça les forces de répression en vue de la confrontation avec la classe ouvrière et toutes autres formes de contestation sociale que dans la démagogie habituelle, il confondait avec le terrorisme, le crime organisé et le trafic de drogue tout en rendant responsables les musulmans de la propagation du virus du covid.

Très rapidement avec la pandémie, il montrait presque publiquement qu’il préparait un coup de force en concentrant des troupes sur Colombo la capitale et en faisant envahir les rues par des militaires en armes et faisant occuper les écoles du nord du pays par 20 000 soldats.

Mais les grèves et manifestations continuaient. Ainsi 14 manifestations nationales de différents secteurs professionnels se sont déroulées devant le siège du gouvernement sur les 15 premiers jours de février 2020. Le 28 février, 200 000 enseignants se mettaient en grève alors que des mineurs d’une mine d’État entraient aussi en lutte et que les ouvriers agricoles des plantations de thé poursuivaient une grève quasi continue depuis trois mois. Le 2 mars, les employés des services d’audit entrent en grève illimitée pour être intégrés à la fonction publique et des employés d’État entrent eux aussi en grève. Face à ce nouvel élan de grèves, le président dissolvait le Parlement début mars 2020 pour organiser de nouvelles élections législatives en août dans le but de cumuler tous les pouvoirs, ce qu’il obtint avec une nouvelle vague de démagogie anti-musulmans et tamouls.

A partir de là, le mouvement social n’allait reprendre qu’avec les paysans en août 2021, puis une grève de trois mois de 250 000 enseignants pour les salaires, contre la privatisation de l’éducation et sa mise sous contrôle de l’armée, et enfin une nouvelle vague de grèves à partir de novembre 2021, avec des travailleurs de la santé, du pétrole, de l’électricité, des ports, des plantations de thé et à nouveau des enseignants pour des augmentations de salaire, unissant les travailleurs de toutes les ethnies cinghalaises, tamoules et musulmanes, soulignant une détermination commune et une classe unique loin des divisions traditionnelles alimentées par certains partis politiques pour diviser le petit peuple.

En même temps, poussés par la population en colère, et pour tenter de prendre le contrôle du mouvement social émergeant, le principal parti de l’opposition bourgeoise, le SJB, appelait à occuper les rues de la capitale Colombo à la mi-novembre ce qui fut fait avec succès, bien au delà de ses capacités de mobilisation traditionnelle et le JVP, principal parti de l’oppostion de gauche, faisait de même.

Le 8 décembre, plus d’un demi-million de travailleurs du secteur public organisent une grève nationale d’une journée tandis que des dizaines de milliers d’agents de santé du secteur public ont lancé une série de manifestations au niveau provincial et qu’en même temps, les ouvriers de l’électricité, des ports et des sociétés pétrolières manifestaient conjointement dans le centre de Colombo pour protester contre la privatisation de ces entreprises.

Le 13 décembre, environ 10 000 travailleurs de 12 plantations de thé entament une grève d’une semaine pour s’opposer à l’augmentation de la charge de travail et aux baisses de salaires.
Le 14 décembre, environ 16 000 postiers participent à une grève nationale pour les salaires.

Face à la montée de cette colère des travailleurs et des ruraux pauvres et leur unification sociale, le gouvernement interdit les grèves et autres actions revendicatives dans la fonction publique avec de lourdes amendes et de longues peines de prison à partir de la mi-décembre 2021. Il suspend en même temps le Parlement du 12 décembre 2021 au 18 janvier 2022, tout en intensifiant la militarisation de l’école et de son programme, la militarisation de l’administration, avec un général à la tête de la lutte contre le covid, un général à la tête de lutte contre l’inflation, une fonction de “leader” dans les universités formée par l’armée, poussant la militarisation de la société jusqu’au ridicule puisque les autorités imposent aux étrangers désirant épouser une sri-lankaise d’avoir l’autorisation de l’armée.

Un instant freiné, les luttes reprennent en mars 2022 avec une campagne d’un mois de grèves pour des augmentations de salaires organisée par les directions syndicales tandis que les partis d’opposition SJB et JVP continuent pour leur part à organiser d’immenses manifestations et marches sur la capitale pour remettre en cause le gouvernement mais en exigeant seulement des élections anticipées ou que le Parlement prenne en main la situation.

On avait donc le train train classique des grèves et manifestations ouvrières aux objectifs économiques d’un côté et de l’autre l’opposition bourgeoise qui se réservait le débouché politique, électoral ou parlementaire. Le schéma de qui s’est passé au Pakistan avec la chute du premier ministre le 9 avril 2022, provoqué par une lame de fond de mobilsations populaires contre les hausses de prix, les privatisations, les licenciements, mais canalisée par une union des partis de l’opposition bourgeoise et détournée vers une motion de censure parlementaire, cause secondaire de la chute du pouvoir mais qui volait le succès à la mobilisation des classes populaires.

Le mouvement paysan sri lankais allait bousculer cette mécanique, par la marche sur Colombo le 30 mars qui elle était directement politique en affichant clairement son but de renverser le gouvernement.

Les réseaux sociaux ont pris le relais en appelant à descendre dans la rue le 31 mars contre le gouvernement. Le pouvoir coupa internet et interdit toute manifestation. Mais c’était trop tard, le feu avait pris. Dans la nuit du 31 mars, des manifestants tentèrent de prendre d’assaut la résidence du président de la république et du premier ministre. Cela fut un coup de tonnerre. Tous les partis et toutes les directions syndicales, débordés et surpris de perdre leur monopole de la représentation populaire, dénoncèrent ce vandalisme commis par des anonymes.

Mais le mouvement des classes populaires sur le terrain politique était lancé.
Pour comprendre cette opposition de toutes les forces politiques et syndicales du pouvoir comme de l’opposition à ce mouvement sorti du tréfonds des classes populaires et comprendre donc les événements qui vont suivre, quelques mots sont ici nécessaires pour décrire l’évolution de la représentation politique et syndicale des classes populaires au Sri Lanka ces dernières années, une évolution assez symptomatique de ce qu’on peut voir partout dans le monde.

EFFACEMENT DE L’OPPOSITION GAUCHE/DROITE ET APPARITION D’UN ESPACE PUBLIC OPPOSITIONNEL
En 2009, le clan des Rajapakse au pouvoir depuis 2005 à la tête du grand parti de gauche de l’époque le SLFP, mettait fin à vingt ans de guerre civile contre la tentative fédérative des tamouls qui a fait au moins 100 000 morts.

A partir de là et des élections présidentielles de 2010, en même temps que le pouvoir tournait l’économie à fond vers le marché au point de devenir le meilleur élève du libéralisme comme on l’a vu plus haut, au lieu de l’opposition traditionnelle gauche/droite, opposant les deux grands partis SLFP (gauche) et UNP (droite), on va assister à une sorte de gouvernement permanent d’union nationale, unissant l’ensemble des grands partis de gauche et droite, dans une alliance permanente, avec de nombreuses ruptures, combats, trahisons et divisions internes mais toujours dans le cadre de cette alliance permanente.

Ainsi par exemple, Ranil Wickramasinghe (UNP droite) vient d’être nommé ce 14 mai 2022, nouveau premier ministre du président Gotabaya Rjapakse (SLPP gauche ex SLFP), en remplacement de son frère Mahinda Rajapakse, qui lui-même était président jusqu’en 2015 et son frère Gotabaya alors ministre et chef des armées. Mais en 2015 Ranil Wickramasinghe (UNP droite) avait déjà été le premier ministre de Maithripala Sirisena (SLFP gauche) qui avait été lui-même candidat contre Mahinda Rajapakse (ex SLFP devenu SLPP gauche), tandis qu’un peu plus tard Mahinda Rajapkase devient à son tour premier ministre de Maithripala Sirisena, etc.

A cela s’ajoute le soutien sans participation des partis qui dénoncent cette union nationale. Ainsi, les deux grands partis qui jouent un rôle dans les mobilisations aujourd’hui, le JVP, la gauche dure et ancien parti guerilleriste, qui exige le départ de Rajapakse le soutenait pourtant hier et le SJB, une scission de l’UNP qui s’oppose à la participation de ce parti à cette union nationale permanente, exigeait il y a cinq jours la démission du président Gotabaya Rajapakse mais lui proposait il y a deux jours d’être son premier ministre et a accepté hier de faire partie du nouveau gouvernement.

Les directions syndicales sont quasi toutes aux mains des grands partis de cette union nationale défendant l’orientation libérale. En même temps, à cause des dégâts de ce libéralisme, elles recrutaient massivement des jeunes syndicalistes combatifs mais peu conscients politiquement. Les directions syndicales arrivaient à concilier cette contradiction avec d’une part une radicalité certaine dans la lutte économique et d’autre part l’arrêt de la lutte lorsque cette radicalité s’approchait de la mise en cause du pouvoir politique, au prétexte que ça risquait de casser l’économie et d’être préjudiciable à tous.

Cet équilibre vient d’être rompu par la politisation du mouvement actuel et nous entrons dans une situation où l’évolution de cette jeunesse ouvrière militante est inédite.

Avec cette politique libérale passant à l’offensive contre les classes populaires et cette union nationale pour la mettre en œuvre, le pouvoir s’attaquait aux libertés démocratiques pour paralyser toute riposte. Il limitait les libertés démocratiques, muselait les médias, emprisonnait les opposants et les torturait, accentuait le fait de donner les pleins pouvoirs à l’armée, accroissait sa démagogie contre les tamouls et les musulmans, pendant que la corruption et les fraudes augmentaient. Aussi, en même temps que l’espace public traditionnel de débat politique s’éteignait au parlement et dans les médias, il resurgissait dans les médias sociaux et dans l’opposition de rue.

La première manifestation de cette espace public oppositionnel se fait en 2012, en même temps que les printemps arabes, avec un “printemps sri lankais”, mené par les étudiants et enseignants, occupant universités et places publiques tout comme ailleurs les places Tahrir, Kasbah, Syntagma, Puerta del Sol… avaient été occupées, ou plus tard à des niveaux différents « Nuits debout » mais dans la même logique d’espace public oppositionnel, et aujourd’hui encore à des niveaux éloignés, les rond-points des Gilets Jaunes jusqu’aux « townships » révolutionnaires des paysans indiens aux portes de Delhi et dans des centaines d’endroits dans le pays, qui fonctionneront comme un entre-deux, entre le besoin d’organes horizontaux de pouvoir les plus démocratiques possibles et en même temps le ferment centralisé pour l’élaboration et la mise en pratique des conceptions et tactiques révolutionnaires afin de faire face efficacement à la centralisation des pouvoirs bourgeois, une sorte de centralisme démocratique pour la situation.

Le printemps sri lankais étudiant et enseignant va entraîner peu à peu toutes les classes populaires dans une lutte tous azimuts contre ce monde et le pouvoir, probablement avec les mêmes illusions qu’en Egypte, en Grèce ou en Espagne à cette époque, mais que le gouvernement aura toutefois déjà toutes les peines à stopper et dont on voit ressurgir aujourd’hui le souvenir instruit des leçons de l’histoire avec les occupations de « Galle Face » à Colombo au Sri Lanka.

LES ETAPES DE L’INSURRECTION ACTUELLE
Trois grandes étapes ont marqué la dernière période insurrectionnelle au Sri Lanka autour des dates 31 mars, 9 avril et 9 mai avant probablement une quatrième étape le 19 mai 2022.

Au lendemain de la tentative des classes populaires le 31 mars 2022 de prendre les résidences du président et du premier ministre et leur dénonciation par toutes les forces politiques et syndicales, la mobilisation qu’on avait vu en 2012 avec le “printemps sri lankais” réapparaît et occupe l’espace politique ouvert par la révolte ouvrière et abandonné par les forces institutionnelles.

A partir du 9 avril, les abords et même le hall d’entrée de la présidence de la république dans le quartier chic de “Galle Face” à Colombo sont occupés jour et nuit par une foule de manifestants dont beaucoup d’étudiants, artistes, intellectuels mais aussi beaucoup d’ouvriers, de jeunes, de chômeurs, de femmes des quartiers populaires, de pauvres… qui sont là à titre individuel et qui reprennent tous l’exigence des manifestants des 30 et 31 mars : le départ du gouvernement des Rajapakse. Les abords du Parlement et du siège du premier ministre sont également occupés en même temps que les abords des bâtiments du pouvoir dans la plupart des villes du pays.

Significativement le campement devant la présidence est baptisé « Gota dégage » (Gota, abréviation du nom du président) tandis que celui devant les bureaux du premier ministre se nomme « pas d’accord » (pas de compromis). A « Galle Face » comme aux portes de Delhi, on installe un mini hôpital, un cinéma, une école, les débats et meetings sont permanents, les spectacles également.

Après le 9 avril, les directions syndicales qui jusque là continuaient à s’aligner sur les partis pour réclamer des solutions politiques qui soient parlementaires et des solutions économiques dirigées par le FMI, sont poussées par la base à une grève générale le 28 avril qui sera très suivie. Face au succès, la base exige une suite avec de plus en plus l’objectif de faire tomber le gouvernement comme première étape pour aller vers un changement de société. Des syndicat comme le syndicat des enseignants s’expriment dans ce sens. La nouvelle étape est une grève générale durcie le 6 mai, baptisée « hartal », mêlant désobéissance civile et grève, en référence à une première de ce type en 1953, la première après l’indépendance.
C’est un tsunami populaire.

Tout s’arrête, des trains aux bus, des usines aux commerces, des hôpitaux aux universités, des banques à l’électricité, la poste, les plantations de thé, l’administration… C’est une formidable démonstration de force de la classe ouvrière. Des cheminots, des chauffeurs de bus, d’autres encore continuent spontanément la grève le lendemain. Les directions syndicales appellent alors à la grève illimitée à partir du 11 mai jusqu’à la chute du gouvernement.

Le gouvernement parle de lâcher le premier ministre pour calmer les choses. Les directions syndicales hésitent. Le pouvoir en profite et le 9 mai au matin, le premier ministre mobilise des milliers de miliciens de son parti et des prisonniers de droit commun sortis de prison pour l’occasion, qui s’attaquent violemment avec la protection de la police aux campements des manifestants devant les bureaux du premier ministre et de «Galle Face » en même temps que le pouvoir décrète le couvre-feu. Il y a de nombreux blessés et des morts.

Mais c’est sans compter avec la riposte ouvrière qui est formidable. Dans l’après-midi du 9 mai, des centaines de milliers de travailleurs se mettent en grève spontanément dans tout le pays en même temps que des syndicats de base ou des fédérations appellent à la grève, certains pour dénoncer les violences du pouvoir d’autres pour renverser le pouvoir. Les rues sont occupées par les insurgés, les miliciens du pouvoir sont poursuivis, défaits et se cachent.

Les insurgés mettent des check-points un peu partout pour arrêter les miliciens et les hommes du pouvoir, ils arrêtent des policiers et même un chef de la police qui est passé à tabac. La nuit du 9 au 10 et encore en partie dans la matinée du 10 mai, plus d’une centaine de résidences de ministres, dont celle du premier ministre, des députés et de responsables du pouvoir sont incendiés comme leurs bureaux et leurs véhicules. Une caserne de l’armée ou se cache le premier ministre est encerclée. Paniqué, le premier ministre démissionne.

Le 10, la presse se déchaîne contre les insurgés (et à peine contre les violences du pouvoir) et appelle l’armée au secours. Quasi toutes les directions politiques lâchent le mouvement et le dénoncent, les directions syndicales également et annulent leur mot d’ordre de grève illimitée pour le 11 pour ne pas céder, disent-elles, au chaos et à l’anarchie. Les patrons en profitent pour lock-outer (ferment) toutes leurs entreprises tandis que l’État ferme tous les services publics pour empêcher les travailleurs de se rassembler. Le gouvernement envoie l’armée dans les rues tout en renforçant le couvre-feu pour maintenir l’ordre.

Surpris tout à la fois parce qu’ils viennent de faire et en même temps par les trahisons syndicales et politiques, sans pouvoir se rassembler ni faire grève, les travailleurs font une pause pour prendre la mesure de ce qui vient de se passer. En même temps, les contrôles de l’armée sont plus dans les désirs des bourgeois paniqués et sur les pages de leurs journaux que dans la réalité. En effet, l’occupation reprend quand même le 11 mai à « Galle Face » et devant les bureaux du premier ministre et des manifestations continuent dans de nombreux endroits pour obtenir du gaz avec des routes coupées plus par les manifestants que par l’armée.

Signe de cette situation, alors que la police donne un mot poli aux occupants de « Galle Face » pour qu’ils dégagent au titre du couvre-feu, le premier geste du nouveau premier ministre d’union nationale nommé le 12 mai est d’annuler publiquement l’exigence de la police et de dire qu’il est tout à fait normal que les gens manifestent contre le président. La velléité de nouveau coup de force du pouvoir a échoué bien que l’opposition face bloc autour du nouveau premier ministre , ou se taise comme les directions syndicales.

Tandis que dans la rue, les manifestations populaires continuent exigeant du gaz et pas un nouveau premier ministre, le 14 mai, la « Fédération inter-universitaire des étudiants » qui anime la lutte en milieu étudiant pour dégager le pouvoir, organise une conférence de presse avec la participation d’enseignants, d’artistes et de syndicalistes et, suppléant, à la trahison des directions syndicales, appelle à une marche sur la capitale le 19 mai, contre l’union nationale qui s’est remise en place autour du nouveau premier ministre, pour dégager le président et le nouveau premier ministre, procéder à l’arrestation de l’ancien premier ministre et d’autres ministres, députés ou notables du parti au pouvoir, responsables des violences du 9 mai qui ont fait 8 morts et des centaines de blessés et libérer les insurgés des 9 et 10 mai.

Pour faire face à la situation, pour la première fois, elle propose un programme indépendant pour la révolution :

1. Dehors Gotabaya, dehors le système présidentiel, pour transformer le système économique et social.
2. Nouvelle constitution élaborée publiquement par le peuple pour que tout le pouvoir revienne au peuple.
3. Restitution de tout l’argent volé au peuple depuis 1977 par les politiciens et tous les pillards de l’argent public.
4. Jugement et punition de tous les auteurs de crimes au pouvoir,
5. 85% des recettes fiscales sont des impôts indirects pris au peuple, et les grandes entreprises ne paient que 15% des impôts. Il faut inverser ces chiffres : que les riches paient 85% des impôts !
6. Les sociétés cotées en bourse ont fait un bénéfice de 200 milliards de roupies en 2020, les 9 plus riches du pays ont gagné 891 milliards, le capital des quatre plus riches ont dépassé le billon de roupies. 2020 est en même temps l’année où la grande majorité est tombée au fond de la pauvreté. Cette richesse doit être prise à ces quelques individus et utilisée pour les besoins du peuple !
7. Une commission publique d’enquête avec les ouvriers, paysans, enseignants, syndicalistes, étudiants, représentants d’association, déterminera les responsabilités de l’exécutif et du législatif dans la situation présente.
8. Un organisme public de contrôle des prix doit être instauré par les organisations de femmes, de paysans, d’ouvriers, d’étudiants, de pécheurs, de consommateurs, pour fixer les prix des produits de première nécessité et en enlever le pouvoir au marché et aux entreprises.
9. Il faudra prendre le contrôle de l’économie pour l’arracher aux mains de la Banque mondiale et du FMI.
10. L’éducation ne doit plus être une marchandise mais une arme d’émancipation.
11. Tous les accords signés avec les impérialismes : États-Unis, Inde, Chine, doivent être rompus s’ils vont contre les intérêts populaires.
12. Stop à la privatisation des biens publics et restitution de ce qui a été privatisé !

Le 16 mai, la jeunesse bloque le siège de la police à Colombo, exigeant l’arrestation des ministres et députés responsables des violences du 9 mai.
Le 17 mai le nouveau gouvernement, qui regroupe désormais le parti au pouvoir et les grands partis d’opposition de gauche et de droite à l’exception d’un seul, prend peur. Pour tenter de couper l’herbe sous le pied à la manifestation du 19 mai et afin que le soulèvement ne se trouve pas une direction dans la fédération inter-universitaire étudiante et la coordination large qu’elle anime ainsi qu’un programme révolutionnaire, le nouveau gouvernement annonce qu’il a ordonné l’arrestation du premier ministre et de 22 autres ministres, députés et notables impliqués dans la tentative du coup de force violent du 9 mai.
La révolution continue à exercer sa pression et sa marche en avant.
Elle l’exerce également au delà du Sri Lanka.

UNE RÉVOLUTION SCRUTÉE DANS TOUTE L’ASIE
On a vu plus haut, que le mouvement paysan sri lankais s’était inspiré du formidable soulèvement des paysans indiens qui a ébranlé le pouvoir de Modi en Inde et que c’est cela qui avait débloqué la situation politique au Sri Lanka en contribuant à donner des objectifs politiques au mouvement des prolétaires sri lankais. Il en a été de même au Pakistan. C’est aussi le mouvement paysan pakistanais en imitant la marche des paysans indiens sur Delhi, pour la reproduire vers Islamabad en mars 2022 qui a suscité la panique dans la bourgeoise pakistanaise et a incité l’alliance des partis d’opposition bourgeois à lancer à leur tour des marches populaires sur la capitale pour prendre la tête du mécontentement et des luttes importantes qui traversent le pays depuis deux ans et empêcher le mouvement populaire d’avoir sa propre direction. Ainsi le gouvernement militaro-islamiste d’Imran Khan est tombé le 9 avril sous la pression populaire à la date où les sri lankais occupaient les abords de la présidence à Colombo, mais c’est l’opposition bourgeoise qui en a tiré les fruits, prenant la place de l’ancien gouvernement en ayant la volonté d’avoir tout changé pour que rien ne change fondamentalement. Cependant, rien n’est joué, l’agitation populaire continue de plus belle en même temps que l’inflation bondit et ce qui se joue au Sri Lanka y est scruté attentivement, comme d’ailleurs dans toute la presse asiatique.

De la même manière, si le soulèvement paysan indien a accéléré les prises de conscience au Sri Lanka, ce qui se passe actuellement au Sri Lanka n’est pas sans répercussion en Inde. Le plus grand Etat tamoul d’Asie du sud est le Tamil Nadu indien avec une communauté de 80 millions de tamouls, qui vient de passer à gauche contre un allié du BJP aux dernières élections et a décidé d’aider la population sri lankaise. Mais au delà de cette communauté historique et culturelle, le congrès national de la jeunesse démocratique indienne qui vient de se tenir à Calcutta devant une foule de jeunes, a averti le gouvernement de Modi, que la jeunesse indienne saurait prendre exemple sur la jeunesse sri lankaise en train de mettre en échec le pouvoir autoritaire des Rajapakse, pour mettre à son tour en échec le pouvoir autoritaire de Modi. Un événement marquant, un succès notable dans l’île et les tensions sociales qui sont toujours vives sur le continent mais dispersées pourraient soudain retrouver une unification. Tout le monde le sait ou le sent et il y a de l’électricité dans l’air.

Soyons sûrs également que la progression de la révolution au Sri Lanka est scrutée de près par la résistance armée du peuple birman qui continue depuis plus d’un an contre la dictature de l’armée, de même que par les népalais où l’agitation ne cesse pas depuis deux ans ou encore aux Maldives où la population tente de renverser le pouvoir en place, sans oublier le Bangladesh où la colère ouvrière, encore sourde, n’attend qu’une étincelle pour ressurgir soudainement comme en 2018 et 2019.
Toute l’Asie du sud est en ébullition, soit une population d’un milliard huit cents millions d’habitants qui s’éveille politiquement, un séisme pour le monde et la pointe avancée de ce tsunami à venir en est aujourd’hui la révolution ouvrière au Sri Lanka
Jacques Chastaing le 17 mai 2022

APRES LES PAYSANS INDIENS, LES PAYSANS PAKISTANAIS APPELLENT A UNE MARCHE SUR LA CAPITALE ISLAMABAD EN FEVRIER

Cela fait au moins depuis 2019, que les paysans pakistanais tentent d’élargir le nœud coulant qui les étrangle, la lutte des paysans indiens et leur succès a donné un coup de boost à leur lutte.

De son côté le PPP, le principal parti d’opposition, a annoncé une marche sur la capital fin février et le PDM (alliance de 10 partis d’opposition) appelle à une marche sur la capitale le 23 mars contre la hausse des prix.

Le gouvernement militaro-islamiste d’Imran Khan est mal parti.

Si le gouvernement d’Imran Khan était affaibli, voire dégagé par une vague populaire, soyons sûrs que le gouvernement Taliban ne tiendrait pas longtemps en Afghanistan, lui qui est tenu à bout de bras par le régime islamiste du Pakistan.  Et ce d’autant, que toute la partie ouest du Pakistan (aux frontières afghanes et iraniennes) est déjà en quasi sécession sous l’influence des grands partis Baloutches et Pachtounes d’obédience marxiste, en guerre contre les talibans du Pakistan autant que contre ceux de l’Afghanistan et qui les tiennent en échec et les font reculer autant sur le terrain social que militaire.

PALESTINE VAINCRA : menace de dissolution

Télécharger

Le Conseil d’État annonce aujourd’hui la suspension du décret de dissolution du Collectif Palestine Vaincra publié le 9 mars dernier par le ministère de l’Intérieur ! C’est une première victoire pour Collectif Palestine Vaincra et le Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra en attendant le jugement du recours en annulation.

Dans son ordonnance du 29 avril, le Conseil d’État estime que le décret « n’est ni nécessaire, ni adapté et porte une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression et à la liberté d’association », étant donné que le Collectif Palestine Vaincra « ne provoque ni ne contribue à la discrimination, à la haine ou à la violence, que ses prises de position vis-à-vis d’Israël et du sionisme ne présentent pas un caractère antisémite, qu’il a toujours condamné l’antisémitisme, que la campagne de boycott des produits israéliens constitue une modalité légitime d’expression d’opinions protestataires (…) », balayant par la même les accusations mensongères faites au collectif. Ainsi, alors que le président de la République, Emmanuel Macron, affirmait éhontément il y a quelque temps à Toulouse que le CPV était un « collectif antisémite », cette décision est un véritable camouflet contre le pouvoir et bat en brèche la propagande de l’extrême droite sioniste et ses amalgames entre antisionisme et antisémitisme.

La décision du Conseil d’État réaffirme la légitimité du soutien au peuple palestinien et celle de l’existence du Collectif Palestine Vaincra et de ses diverses activités exercées depuis plus de trois ans à Toulouse et ailleurs. Le Collectif Palestine Vaincra se réjouit de pouvoir poursuivre ses luttes librement et tient particulièrement à saluer l’Union Juive Française pour la Paix, l’Association France-Palestine Solidarité ainsi que l’Union Syndicale Solidaires pour leur important soutien dans cette bataille judiciaire, mais également la grande mobilisation du Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra qui réunit plus d’une trentaine d’organisations et de nombreux soutiens à travers la monde. La mobilisation doit continuer pour une annulation totale du décret !

Le Collectif Palestine Vaincra, 29 avril 2022

Cette première victoire doit en appeler d’autres et pose la question de la criminalisation de la solidarité avec la Palestine. Nous revenons sur toutes ces questions avec Tom du Collectif Palestine Vaincra.

collectifpalestinevaincra@gmail.com

JO 2024 : présentation du week-end saccage 2024

Télécharger

Les chantiers des Jeux Olympiques 2024 ont commencé malgré la crise sanitaire et les résistances locales, et les retards accumulés accélèrent leurs cadences et dégradent les conditions de travail. Les conséquences sont nombreuses : quartiers irrespirables ( accélération de la bétonisation et de la pollution, inabordables (spéculation immobilière, entraînant l’expulsion des pauvres et des modestes, policés (imposition des normes des investisseurs et du tourisme, surveillance et répression, implantation de grandes enseignes, réduction des espaces publics et des parcs (comme à Taverny, à Aubervilliers, à la Courneuve, disparition d’espèces protégées, … et la liste est encore longue.

Saccage 2024 rassemble des habitant-e-s de Seine-Saint-Denis et de ses alentours, des associations et des collectifs entré-e-s en résistance face aux saccages écologiques et sociaux que provoquent les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Nous défendons les espaces avec lesquels l’on vit, où l’on habite, où l’on se rencontre, où l’on tisse des liens et où l’on s’amuse, menacés par la préparation et la tenue de ces jeux.

Depuis octobre 2020, nous, collectifs, associations et habitant-e-s, mêlons nos voix et nos envies d’agir au sein de la coalition Saccage 2024, en composant avec les positionnements et les stratégies différentes des un-e-s et des autres, pour que ce désastreux héritage ne soit pas imposé sur les territoires concernés.

Cette coalition vise à renforcer notre force d’action face aux transformations urbaines. Elle symbolise aussi que ces projets, aussi éparpillés qu’ils paraissent, s’inscrivent tous dans une vision que nous rejetons – celle de la transformation de nos espaces de vie en une métropole toujours plus mondialisée, inégale et ravageuse pour nos environnements.

Nous avons vu la destruction du foyer de travailleurs de l’ADEF de Saint-Ouen pour faire place au village olympique. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les anciens résidents, tous travailleurs immigrés, sont entassés dans des logements provisoires exigus et ne savent pas où ils iront ensuite. Nous avons vu la destruction de l’Aire des Vents, un parc public et une partie d’un corridor écologique protégé, qui a été pavé pour construire un « village des médias » que même le CIO (comité international olympique) a déclaré inutile.

Nous avons vu la destruction des jardins ouvriers à Aubervilliers. Comme les Manor Garden Allotments de Londres, le sol sera recouvert de béton, mais cette fois, pour une piscine olympique « d’entraînement » qui ne sera même pas utilisée pour les compétitions. À Taverny et Saint-Leu-la-Forêt, deux piscines parfaitement fonctionnelles seront remplacées par une piscine olympique. Au Champs-de-Mars, le sol est déjà goudronné pour un autre projet olympique (Grand Palais Éphémère). À Élancourt, des arbres seront coupés pour une piste de VTT.

Collectifs et associations faisant partie de la coalition : Collectif de défense des Jardins d’Aubervilliers, Notre Parc N’est Pas à Vendre, Pleyel à Venir, Changeons d’Ère à Taverny, Comité de vigilance JO 2024, Non aux JO à Paris.

Nous recevions dans notre émission ; Natsuko, Fleuve et Nina, membre de la coalition saccage 2024 et en leurs compagnies, nous revenons sur l’opposition aux jeux olympique 2024, les conséquences sur les villes accueillante. Les mobilisations internationales et la présentation des événements 21 et 22 mai à Saint-Denis et a la Courneuve.

Pour plus infos  : https://saccage2024.noblogs.org/

Réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Telegram) : @saccage2024

Sur Twitter : @2024saccage

SEMAINE ANTICOLONIALE ET ANTIRACISTE 2022

Télécharger

La Semaine Anticoloniale existe depuis 2006 au sein du réseau Sortir du Colonialisme, né suite à la mobilisation contre la loi du 23 février 2005 qui prétendait que la colonisation avait eu des aspects positifs. Le réseau avait pris une grande ampleur et regroupait horizontalement une cinquantaine d’associations et d’organisations à l’échelle nationale et internationale. Le salon anticolonial était devenu un carrefour au sein du combat anticolonialiste et antiraciste. Il représente un moment de rencontre important et permet de donner la parole à celles et ceux qui en sont privé·e·s tout au long de l’année, à celles et ceux aussi que le capitalisme et l’impérialisme veulent faire taire.

Durant un week-end, des débats côtoient des projections de films, des présentations d’ouvrages et des expositions, en invitant auteurs, réalisateurs et militants autour des différents stands de collectifs impliqués dans ces luttes. En 2019, la perte d’une membre importante et la situation sanitaire ont affecté profondément le réseau et ses activités. Grâce à la restructuration récente, avec un nouveau comité d’organisation, le Salon Anticolonial va enfin reprendre forme et l’évènement sera organisé pleinement, en présentiel. Rassembleur comme toujours et au cœur de nos combats plus que jamais d’actualité. »

Cette année, la semaine se tenait du 12 au 13 mars 2022 à la parole errante à Montreuil. Quelles alternatives face à l’inaction de la France et de la communauté internationale ?

Organisé par la Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara Occidental,
CSIA (Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques), CSPB (Comité de
Solidarité avec le Peuple Basque).
Avec : Gilles Devers (avocat), Mohamed Sidati (représentant en France du Front
Polisario), Rock Haocas (responsable des relations internationales du Parti travailliste de Kanaky), Mohamed Nabhane (CDISCOM – Comores) et Pablo pour le pays Basques.

Dans cette émission, nous diffusons la présentation qui a été faite lors de la semaine anticoloniale et antiraciste sur les alternatives pour les peuples en lutte pour leur auto-détermination face à l’inaction de la France et de la communauté internationale. Les limites se retrouvent au niveau du droit auprès des nations unis et au niveau du droit international. Mais au-delà des limites que pose le recours au droit, les peuples continuent de lutter pour leur liberté.

Cette présentation était assurée par Gilles Devers qui est avocat du droit international qui a notamment travaillé sur la Palestine et le Sahara occidental.

LES SERVICES PUBLICS : l’école, la santé, la poste

Télécharger

L’émission de ce jour, reviendra sur les différentes menaces qui pèse sur l’avenir des services publics en France comme en Europe. Pour illustré ce sujet, dans l’émission de ce jour, nous vous proposons trois reportages.

Tout d’abord, la situation à l’école élémentaire pasteur de Saint-Denis

Le 4 avril, 6 des 19 enseignant·es de l’école élémentaire Louis Pasteur
à Saint-Denis ont appris qu’ils et elles allaient subir une mutation «
dans l’intérêt du service », dans les jours à venir.Cette décision des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN 93) est la suite d’une série de maltraitances institutionnelles.

À la rentrée 2021, après une année sans direction d’école où l’équipe a dû porter seule les charges administratives, une nouvelle directrice a été nommée par la direction académique. Très rapidement, celle-ci a mise en place des pratiques managériales allant contre le fonctionnement collectif et coopératif de l’équipe et ne prenant jamais en compte l’intérêt des enfants.

Ils·elles ont appris par la suite que la directrice entretenait des relations avec
l’extrême-droite. Aujourd’hui, l’institution, au lieu de protéger les enseignant·es comme il est de son devoir (les demandes de protection fonctionnelle sont restées sans réponse), les réprime violemment et collabore ainsi avec l’extrême-droite !

En prenant cette décision de muter de force des enseignant·es investi·es
auprès de leurs élèves (certain·es sont en poste depuis plus de dix ans
dans l’école) sous prétexte d’une volonté de retour à la « sérénité de
l’école », l’administration prive les élèves de six classes de leur
maître·sse en plein cours de l’année scolaire et désorganise ainsi le
service public d’éducation.

Les enseignant·es de l’école, les parents d’élèves et plusieurs syndicats du 93 appelaient à un rassemblement en soutien aux “6 de Pasteur” le 12 avril dernier devant la DSDEN à Bobigny.”

L’équipe de l’actualité des luttes, se trouvait dans le rassemblement et nous pourront entendre les différentes prises de parole et une interview réalisée avec une enseignante qui nous parle de la situation à Louis Pasteur.

LE 7 AVRIL 2022, Le collectif notre santé en danger, le collectif inter-Urgences, le collectif Stop aux brevets-Réquisitions et le Réseau Santé européens organisaient une manifestation, à l’occasion de la journée mondiale de la Santé, pour interpeler le gouvernement français sur la situation du secteur de la Santé, en France et en Europe.

Dans ce second reportage, nous vous diffusions les entretiens réalisés avec des syndicalistes Belges, majoritairement présent dans le cortège parisien et il nous parle de la situation du secteur de la santé et des services publics en Belgique.
À signaler la faible participation des confédérations syndicales française dans la manifestation parisienne.

Nous terminerons cette émission sur le droit syndical à la poste et pour cela nous nous rendrons à Issy-Les-Moulineaux, ou Le 28 mars dernier était organisé un rassemblement de soutien à Xavier, postier syndicaliste à SUD PTT 92, pourtant protégé, convoqué pour son Entretien Préalable a Licenciement pour prises de parole et activité syndicale.

RETOUR SUR LA RÉSISTANCE DES PEUPLES EN UKRAINE

Télécharger

Moscou, 2014 : Des anarchistes défilent contre l’agression russe.

Depuis le début de la guerre, une multitude d’initiatives d’auto-organisation et d’autodéfense fleurissent sur le territoire ukrainien. Des milliers de gens « normaux », des étudiantes, des infirmiers, des boulangères, s’organisent dans leurs quartiers et dans leurs villages pour défendre leurs terres, assurer le minimum vital dans les villes, organiser l’exil, soigner les blessés, nourrir celles et ceux qui restent, etc.

Nous défendons un internationalisme par en bas qui, fidèle à nos principes et avec nos moyens, entend soutenir en Ukraine ou en Russie celles et ceux qui résistent en défendant des valeurs émancipatrices et égalitaristes.

Loin de soutenir les brigades d’extrême droite qui, comme le bataillon Azov, entendent renforcer leur prestige avec leurs exploits guerriers. Aussi, n’oublions pas qu’en Russie aussi, malgré une répression de plus en plus implacable et des milliers de personnes emprisonnées depuis le début de la guerre, des voix s’élèvent pour s’opposer aux massacres du régime de Poutine.

Enfin, rappelons que si nous exigeons bien sur un accueil inconditionnel pour les réfugié.e.s ukrainien.ne.s fuyant les horreurs de la guerre, cette exigence ne se limite pas aux peuples d’Ukraine, mais bien à tous celles et ceux à la recherche d’une vie meilleure, qu’elles. Ils soient syrienne, afghan, sénégalaise, soudanais ou d’ailleurs.

Si dessus le texte d’introduction de la cantine syrienne qui ouvrait cette journée. Dans l’émission de ce jour, nous pourrons entendre une grande partie de la discussion qui suivait la projection du film : Maïdan de Sergeï Loznitsa. Cette discussion, intitulée : Retour sur la résistance des peuples en Ukraine, réunissait ; Daria Saburova (chercheuse ukrainienne), Coline Maestracci (chercheuse), une membre de la Cantine Syrienne de Montreuil et un membre des Communaux. La rencontre se tenait à la ‎La Cantine Syrienne de Montreuil le 9 avril 2022.

Mais nous commencerons cette émission par quelques minutes sur les occupations d’universités, notamment la Sorbonne à Paris, suite au résultat du premier tour des élections présidentielles.

Bonne écoute !

UKRAINE : journée de soutien a la résistance

Télécharger

En vue de la journée de soutien à la résistance populaire en Ukraine organisé par le média Tous dehors et la Cantine syrienne qui aura lieu le 9  avril à l’AERI, nous vous diffusons aujourd’hui des reportages, lecture de texte et interview sur la diversité des questions qui peuvent être soulevé par la guerre en Ukraine.

Tout d’abord, nous vous diffusons un montage réalisé à partir des prises de paroles qui avaient lieues le jeudi 17 mars, au Marbré, à Montreuil, lors de l’événement organisé par le collectif russophone contre la guerre.

Dans cet événement était abordé la Russie contemporaine de Poutine – le système politique, la dictature, la violence policière et la censure. De cette façon, ils voulaient montrer ce que Poutine apporte à l’Ukraine et a déjà apporté à de nombreuses régions occupées. La narration était accompagnée de séquences vidéo, suivie d’une discussion autour de la résistance anarchiste à l’invasion russe.

Ensuite nous diffusons la lecture d’un texte publié dans la revue Contretemps le 16 mars et rédigé par Daria Saburova ( militante et étudiante ukrainienne). Cet article décrit précisément la guerre vue d’Ukraine et la façon dont une partie de la population ukrainienne rejoint la résistance, en particulier les unités territoriales de défense : une vaste mobilisation populaire.

Dès lors, Daria Saburova  adresse un certain nombre de questions à la gauche anti-impérialiste, notamment sur l’aide militaire pour la résistance populaire. Faute de quoi, selon elle, le salut internationaliste et la solidarité témoignée au peuple ukrainien risquent de demeurer abstraits. Daria sera présente et animera une partie de la discussion qui aura lieu le 9 avril dans les locaux de l ‘AERI à Montreuil.

Nous terminerons cette émission avec l’interview de Roland Desbordes, membre de la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), faite pour la nuit blanche de la radio Fréquence Paris Plurielles contre la guerre, dans lequel il explique la veille sur la radioactivité que l’association effectue et surtout depuis le début de la guerre en Ukraine : les risques spécifiques d’avoir des centrales nucléaires dans une zone de guerre et l’exception nucléaire dans les “sanctions économiques” de l’UE contre la Russie, alors qu’EDF continue de faire affaire avec Rosatom.

Lire les articles en entier :

Info sur l’événement : https://www.facebook.com/events/677229700089146?ref=newsfeed

Texte de la cantine syriennehttps://cantinesyrienne.fr/ressources/les-peuples-veulent/guerre-en-ukraine-10-enseignements-syriens

PIPELINE EACOP: Une bombe climatique & sociale de Total en Ouganda

Télécharger

À l’occasion de la venue d’une délégation de quatre activistes ougandais·es en France et en Europe pour une tournée politique et médiatique, les organisations Survie, 350.org et Les Amis de la Terre organisait, le 17 mars 2022, une conférence sur le projet EACOP/Tilenga en Afrique de l’Est.

Ce fut l’occasion de rencontrer des activistes ougandais et français, d’informer le plus grand nombre sur l’immense danger que représente le méga-pipeline EACOP pour les droits humains, l’environnement et le climat. Ils témoigneront de leurs luttes et des menaces et risques auxquels ils font face dans leur combat contre le géant Total.

LES INTERVENANT·ES DE CETTE RENCONTRE :
Vanessa Nakate (Rise Up Movement/Fridays for Future Uganda) ;
Hilda Flavia Nakabuye (Fridays for Future Uganda) ;
Diana Nabiruma (Afiego) ;
Maxwell Athuhura (Tasha Research Institute) ;
Juliette Renaud (les Amis de la Terre France) ;

Thomas Bart (chercheur indépendant qui a coordonné des enquêtes de terrain en Ouganda et Tanzanie)

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTES DU DROIT DES FEMMES : retour sur la manifestation parisienne

Télécharger

Le 8 mars est la Journée Internationale pour les Droits des Femmes. Elle trouve son origine dans les luttes des ouvrières et des suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote. En 1977, elle est officialisé par les Nations Unies comme la Journée Internationale des Femmes.

Cette année, les collectifs et associations qui participent de l’organisation de cette manifestation ont fait le choix d’une journée de grève des femmes avec une manifestation de la Gare du Nord à l’Hôpital Tenon. Nous vous diffusons un reportage réalisé lors de cette manifestation afin d’illustrer la diversité des personnes présentes et une partie des prises de paroles officielles. De plus, nous vous diffusons dans le corps du texte l’appel à cette journée, afin que vous puissiez mieux contextualiser cette mobilisation.
 

” La prise de conscience et les mobilisations féministes grandissent et font bouger les lignes partout dans le monde. Nous sommes debout, nous voulons décider de nos vies. Nous voulons l’égalité.

→ Nous voulons être reconnues dans nos métiers, bien payées, à égalité avec les hommes au travail !

Avec la crise sanitaire, les femmes sont toujours en première ligne, mal payées, majoritaires dans des métiers essentiels (soins, santé, services publics). Nous sommes touchées de plein fouet par la précarité, les bas salaires et le temps partiel subi. Notre travail est déconsidéré et invisibilisé. Aides à domicile, assistantes d’élèves en situation de handicap (AESH), enseignantes, soignantes, travailleuses sociales…Les grèves se multiplient dans les métiers féminisés. Faisons converger ces luttes le 8 mars pour imposer des revalorisations salariales, des emplois stables et durables et des perspectives de carrière ambitieuses ! Les femmes immigrées ou sans papiers sont surexploitées, peu reconnues socialement et peu susceptibles d’évoluer dans leurs emplois. Nous voulons qu’elles soient régularisées !

→ Nous voulons vivre dans une société sans violence sexiste et sexuelle ! Nous voulons être libres de nos choix sur nos corps !

#Metoo, notre mobilisation partout dans le monde bouscule les rapports de domination et met à mal le patriarcat. Nous refusons les violences sexistes et sexuelles que ce soit dans les bars (#BalanceTonBar), dans nos couples ou nos familles (#MeTooInceste), dans la santé (#StopVog, Stop violences obstetricales et gynécologiques), dans notre travail, les lieux scolaires universitaires (#metoofac), dans les fédérations sportives, la culture (#metootheatre), le journalisme, la politique (#metoopolitique).

Les femmes handicapées sont pénalisées par le manque de soins et freinées dans leur choix d’autodétermination de leur sexualité ou dans la possibilité de mettre au monde des enfants. Elles subissent d’autant plus les violences sexistes et sexuelles qu’elles soient d’ordre privé, institutionnel, médical ou économique (le versement de l’allocation d’adulte handicapé.e dépend des revenus du conjoint).

Nous dénonçons l’élection à la présidence du parlement européen d’une parlementaire anti-avortement et nous exigeons que le droit à l’IVG entre dans la charte des droits fondamentaux. En France, l’allongement du délai pour avorter doit enfin être voté, plus question d’être obligée de partir à l’étranger !

L’éducation non sexiste, la lutte contre les stéréotypes dans les manuels scolaires, contre le cyberharcèlement doivent enfin être effectives ! L’orientation ne doit plus être genrée, personne ne doit contrôler nos corps et la façon dont nous nous habillons !

→ Nous voulons avoir du temps pour nous, nous en avons assez d’assurer toutes les tâches à la maison, parce que c’est l’égalité et que nous le valons bien !

Nous refusons d’être les variables d’ajustement, celles qui sacrifient leur travail, qui enchaînent les doubles journées avec le ménage, les courses, la cuisine, etc. pour pallier les déficits de services publics et prendre soin des enfants ou des personnes dépendantes. Comble du mépris : notre travail est si dévalorisé que deux ans après le début de la crise sanitaire, le pouvoir fait toujours comme si on pouvait télétravailler tout en gardant les enfants ! Nous voulons une réduction du temps de travail pour toutes et tous, allongement du congé maternité et du congé paternité et d’accueil de l’enfant, nous voulons une meilleure rémunération du congé parental pour qu’il soit plus partagé, nous voulons un vrai service public de prise en charge de la petite enfance et de la dépendance !

Le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous ferons la grève féministe partout dans le monde pour

  • Affirmer notre solidarité avec les femmes du monde entier qui subissent la répression, la négation de leurs droits, à commencer par nos sœurs d’Afghanistan, violemment réprimées par les talibans et abandonnées par les pays occidentaux
  • Exiger des moyens pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, sachant que pour les seules violences conjugales, le Conseil Economique Social et Environnemental estime à 1 milliard l’investissement nécessaire. Afin de prévenir toutes les formes de violence, il est indispensable d’accompagner et protéger les victimes, de former toutes les personnes qui travaillent à leurs côtés, de sanctionner les agresseurs, de faire appliquer les lois existantes et de compléter la législation.
  • Exiger l’égalité salariale et professionnelle et dénoncer le fait que les femmes sont toujours payées un quart en moins. En France, c’est comme si nous arrêtions d’être payées chaque jour à partir de 15h40
  • Revendiquer la revalorisation des métiers féminisés, la fin de la précarité et des temps partiels et l’application de la loi qui – depuis 50 ans ! – prévoit un salaire égal pour un travail de valeur égale
  • Obtenir le rattrapage des pensions des femmes retraitées qui sont inférieures de 40% à celles des hommes
  • Exiger un investissement financier et un recrutement massif dans les services publics, notamment dans les secteurs du soin, du lien et de l’éducation pour socialiser les tâches domestiques !
  • Développer une éducation féministe et égalitaire qui lutte enfin contre les stéréotypes et les violences et qui donne à tou.te.s la possibilité de réussir leur parcours scolaire et professionnel
  • Exiger l’allongement des délais pour l’IVG et l’accès sur l’ensemble du territoire à des centres IVG

Ce 8 mars, nous serons à la veille des élections présidentielles. Le gouvernement et le patronat bloquent toute avancée et multiplient le féminisme washing. Pire, la réaction masculiniste s’organise relayée par l’extrême droite qui revendique un discours sexiste, raciste et LGBTophobe. Partout dans le monde, la première chose que font ces partis réactionnaires quand ils arrivent au pouvoir, c’est de remettre en cause les droits fondamentaux des femmes.

Alors que la « grande cause » d’Emmanuel Macron s’est avérée une vaste opération d’enfumage, que les idées misogynes relèvent la tête, nous donnons rendez-vous à toutes les femmes, à tous et toutes les féministes. Le 8 mars, on s’arrête tout.e.s. On se met en grève. Plus de bla bla, plus de promesses sans lendemain, des actes. Ne nous libérez pas, on s’en charge ! “

Appel lancé par : Action Aid Peuples Solidaires, Appel Femmes Debout, Assemblée des Femmes, Association Nationale des Etudes Féministes (ANEF), APEL-Égalité, ATTAC, Chiennes de garde, CGT, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV), CFD syndicale afghane, Collectif Tenon, Collectif bas les masques, Les Effrontées, Émission Remue Méninge féministe, Enfants d’Afghanistan, la FAGE, Féministes Tunisiennes, Femmes Egalité, Femmes Solidaires, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir – FDFA, Fffrac, FIDL, Fond pour les Femmes en Méditerranée, Fondation Copernic, FSU, Hero.ïnes 95, Latir Por Mexico, Las Rojas, Les Rosies, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie-LFID, Maison des femmes de Paris, Maison des Femmes Thérèse Clerc Montreuil, Marche mondiale des femmes France, Mariachi au féminin ArrieraSomos, Mémoire Traumatique et Victimologie, Mouvement Femen, Mouvement des femmes kurdes en France (TJK-F), Negar- soutien aux femmes afghanes, Nous Toutes, NUAWE, Osez le féminisme, Planning Familial, Plus jamais ça, RajFire, Réseau Féministe « Ruptures », Solidaires, Stop Violences Obstetricales et Gynécologiques, SKB, UNEF, Union Nationale des Familles de Feminicides (UNFF), Union citoyenne pour la liberté, Urgences Afghanes.

Soutien des partis politiques : EELV, Ensemble !, France Insoumise, Génération.s, NPA, Parti de Gauche, PCF, Parti Communiste des Ouvriers de France, Parti Socialiste, Place Publique, Union des Communistes Libertaires

Rencontre avec Gerald Horne autour de la présentation du livre “Paul Robeson, artiste et révolutionnaire “

Télécharger

Nous vous proposons d’écouter la rencontre avec l’historien Gérald Horne, à l’occasion de la sortie en français de la biographie du trop méconnu militant, artiste et athlète afro-américain, Paul Robeson.

Pourquoi éditer ce livre ? La vie de Paul Robeson est indissociable des combats contre le système ségrégationniste aux États-Unis et les années 30 et 40 firent de Jim Crow son plus terrible adversaire. « L’un des tournants qui conduisirent à sa chute saisissante fut son face-à-face, à la Maison-Blanche, avec le président des États-Unis Harry S. Truman, à qui il reprochait l’apathie de Washington devant les lynchages d’Africains-Américains. » Luther et Malcom X n’auront eu qu’à rallumer son flambeau quand sa voix s’est éteinte.

Les éditions Otium, coopérative ouvrière réinventant sans cesse son rapport au monde éditorial et prolongeant le projet de la librairie Envie de Lire, sortent dans la collection L’Autre Amérique, une monographie que Gérald Horne, historien afro-américain et parfait connaisseur des enjeux de la Black Culture aux USA, consacre à Paul Robeson.

La rencontre a eu lieu au Hangar à Ivry-sur-Seine, le 22 janvier 2020, dans le cadre du festival Sons d’Hiver, en partenariat avec la librairie Scop Envie de lire.

Nous terminerons cette émission avec un hommage à négé gilet jaune de la première heure, décédé cette semaine. Pour cela, nous vous diffusons une prise de parole de négé lors d’un rassemblement du 7 janvier 2019 près de Bercy.

« Pour Yvan Colonna, État français assassin », non à l’antisémitisme, non à la dissolution des associations de défense du peuple palestinien.

Télécharger

Nous allons dans un premier temps revenir sur ce qui se passe en corse autour de l’agression d’Yvan Colonna qui l’a plongé dans un coma profond et qui a plongé la Corse dans une colère que nous ne soupçonnons pas. Pour cela nous avons rencontré Thibault et Sylvain lors du salon anticoloniale et anti raciste qui s’est tenu le 12 et 13 mars à la parole errante à Montreuil.

Ensuite vous pourrez entendre une courte interview réalisée lors de la marche contre l’antisémitisme qui a eu lieu le 13 mars à Paris. Et nous finirons cette émission par des prises de parole et interviews que nous avons pu réaliser lors du rassemblement qui se tenait à Paris le 12 mars contre l’interdiction par l’État Français de collectifs de soutien au peuple palestinien.

Yvan Colonna était Incarcéré à Arles (Bouches-du-Rhône) après avoir été condamné à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet Erignac en Corse. Yvan Colonna a été hospitalisé dans un état grave le 2 mars après avoir été violemment frappé par un codétenu emprisonné pour terrorisme et déjà connu pour avoir agressé d’autres co-détenus. Annoncé mort dans un premier temps par plusieurs médias, il serait en état de mort cérébrale.

Yvan Colonna, dont la culpabilité dans l’assassinat du préfet Erignac avait fait débat, demandait depuis de longues années son rapprochement en Corse ( comme la loi sur le rapprochement familiale le stipule pour tous les prisonniers), ce qui lui avait systématiquement été refusé en raison de son statut de “détenu particulièrement signalé” (DPS). Le statut de DPS aggrave significativement les conditions de détention, déjà déplorables et les possibilités d’aménagement de peine.

Le Premier ministre Jean Castex a levé ce statut mardi pour Yvan, une décision jugée par beaucoup comme une provocation, Yvan Colonna se trouvant désormais entre la vie et la mort dans un hôpital de Marseille, et pour ses co-inculpés ; Alain Ferrandi et de Pierre Alessandri. Ce que le gouvernement autonome n’avait pas obtenu en sept ans d’exercice du pouvoir, la rue l’a gagné en quelques nuits de révolte.

Depuis la corse est en ébullition ; c’est notamment sa jeunesse qui s’insurge. Les manifestations se sont multipliées en Corse à l’appel d’étudiants, de lycéens, d’organisations nationalistes ou de syndicats. Les banderoles “Per Yvan, Statu francesu assassinu” (Pour Yvan, État français assassin), désigne le responsable de la mort cérébrale d’Yvan Colonna ; les bâtiments de l’État ; palais de justice, préfecture, hôtel des impôts…

Une nouvelle génération fait l’épreuve de la violence d’État, beaucoup de blessés, des deux cotés de la barricade et va redistribuer les cartes sur le terrain politique corse.

Contre l’antisémitisme

10 ans après la tuerie antisémite de l’école juive à Toulouse, une journée d’actions est prévue dimanche 13 mars. Parce que l’antisémitisme est toujours d’une actualité forte, il importe « de prendre position pour agir contre l’antisémitisme et tous les racismes », exhortent plusieurs associations, syndicats et partis politiques.

Le 19 mars, il y a 10 ans à eu lieu la tuerie antisémite de l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse, au cours de laquelle trois enfants, Gabriel Sandler, 3 ans, Arié Sandler, 6 ans, Myriam Monsonégo, 8 ans et le père de deux d’entre eux, Jonathan Sandler, 30 ans, ont été assassiné·es parce que juif/ves.

C’était la première fois en France depuis la Seconde Guerre mondiale que des enfants étaient tué·es parce que juifs/ves. L’assassin avait auparavant tué trois soldats.

Ces assassinats se sont produit après plusieurs années d’actes antisémites ; l’assassinat d’Ilan Halimi en février 2006. En janvier 2015, quatre personnes juives étaient assassinées lors de l’attentat de l’Hypercacher : Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada. Sarah Halimi en 2017 et Mireille Knoll en 2018 étaient tuées à cause de la même haine antijuive. 

L’été dernier des pancartes antisémites fleurissaient lors des manifestations contre le passe sanitaire.

Un des candidats à l’élection présidentielle prétend que Pétain aurait sauvé les Juifs français et stigmatise les victimes de Toulouse.

L’antisémitisme reste d’une actualité forte. C’est pourquoi il importe de prendre position pour agir contre l’antisémitisme et tous les racismes.

Le dimanche 13 mars, une marche contre l’antisémitisme partira à 16h30, de la place de la République et se rendra au Parvis des 260 enfants assassiné.es par les nazis dans le quatrième arrondissement, Rue des Rosiers. Nous serons dans la rue pour dire « Non à l’antisémitisme » et « Oui à une société fraternelle et sans racisme », une société qui refuse l’exclusion de l’autre, qu’il ou soit juif/ve, musulman.e, noir.e, rom, asiatique… 

Organisations signataires : RAAR, LDH, MRAP, SOS-Racisme, FSU, Union syndicale Solidaires, Memorial 98, JJR, UAVJ, UJRE, Juif/ves vénères, Ibuka-France, La Jeune Garde, Association des citoyens originaires de Turquie ACORT, Nouveaux Démocrates, Ensemble, EELV, Gauche Démocratique et sociale GDS, PEPS, UCL, AFA77. Éditions syndicalistes, les Amis de la Révolution prolétarienne.

Non à la dissolution des associations de défense du peuple palestinien.

Ce samedi 12 mars 2022 à la Fontaine des Innocents, se tenait un rassemblement pour soutenir la Palestine et tous ceux et celles qui défendent les droits des Palestiniens !

Des interventions pour dénoncer la dissolution de deux associations pro-palestiniennes par le gouvernement Macron, pour faire savoir que le Collectif Palestine Vaincra n’a pas dit son dernier mot et fait un recours devant le conseil d’État. Et aussi que ces mesures liberticides ne nous ferons pas taire !

Nous vous proposons dans cette dernière partie d’émission, l’écoute de prises de parole et un entretien réalisé avec l’un des membres du collectif EuroPalestienne.

Bonne écoute !

GUERRE EN UKRAINE

Télécharger

Pour commencer à aborder cette question, nous avons décidé de commencer par vous diffuser un reportage réalisé le dimanche 6 mars 2022 derniers à la cantine des Pyrénées, 77 rue de la mare à Paris, organisé par le collectif des russophones contre la guerre, en soutien à un bataillon anarchiste résistant en Ukraine.

Nous vous diffuserons donc un reportage réalisé avec deux étudiantes russes et deux réfugiés politiques russes,et une partie de la discussion qui a eu lieu dans la cantine lors du repas de l’événement.

Nous avons aussi décidé afin d’encadrer ce reportage de deux lectures d’extraits de textes. Le premier est un texte qui a été composé collectivement par plusieurs activistes anti-autoritaires d’Ukraine. Ils ne représentent aucune organisation, mais s’étaient réuni·es pour écrire ce texte et de se préparer à une éventuelle guerre. En effet, ce texte à été initialement publié le 15 février sur Crimethinc, donc avant le début du conflit et permet d’éclairer leur choix de rester sur le territoire face à l’éventualité de celui-ci.

Il a été édité par plus d’une dizaine de personnes, dont des participant·es aux événements qui y sont décrits, des journalistes qui ont vérifié l’exactitude de leurs affirmations, et des anarchistes de Russie, de Biélorussie et d’Europe. Voici leur première ligne :

“Si la guerre éclate, nous ne savons pas si le mouvement anti-autoritaire survivra, mais nous ferons notre possible pour que ce soit le cas. En attendant, ce texte est une tentative de déposer en ligne l’expérience que nous avons accumulée.

En ce moment, le monde discute activement d’une possible guerre entre la Russie et l’Ukraine. Nous devons préciser que cette guerre est déjà en cours depuis 2014.

Mais chaque chose en son temps.”

(vous pourrez trouvez le lien vers le texte publié en intégralité sur parislutteinfo en bas de l’article)

Le second texte a été publié le 7 mars sur le site de A2C intitulé” pas de guerre entre les peuples pas de paix entre les classes” et permet de replacer les enjeux internationaux dans une chronologie qui n’épargne aucun empire. Voici leur chapeau :

“La crise militaire d’ampleur qui vient de se déclarer aux portes de l’Europe est le point culminant d’une série de crises majeures qui frappent l’humanité depuis une décennie. La crise climatique, la crise économique de 2008, la crise de la covid étaient déjà les symptômes d’un système capitaliste mondial à bout de souffle. Mais l’aggravation brutale de la situation marque un tournant vers un risque de déflagration mondiale. Plus que jamais, les luttes de notre camp, des masses que ce système opprime et exploite, sont essentielles pour stopper cette folie.”

Pour terminer nous vous diffusons les prochains événements organisé par le collectif pour cette semaine :

Les étudiantes et réfugiés politiques russes prendront la parole pour témoigner de leur expérience du régime de Poutine.

Le mardi 15 mars et le jeudi 17 mars à 19h00, une série d’événements sera organisée au cours desquels nous parlerons de la Russie contemporaine de Poutine – le système politique, la dictature, la violence policière et la censure. De cette façon, nous voulons montrer ce que Poutine apporte à l’Ukraine et a déjà apporté à de nombreuses régions occupées. Également, on traitera le thème de la guerre en Ukraine et de la résistance du peuple ukrainien contre l’armée russe.

La narration sera accompagnée de séquences vidéo, dont beaucoup montrent des scènes de violence.

Une discussion suivra au cours de laquelle nous répondrons aux questions. Le 17 mars on va ainsi discuter autour de la résistance anarchiste à l’invasion russe.

   RDV : mardi 15 mars, 19 h, à l’Hypocrite, 10 rue de Poitou, Montrouge

: jeudi 17 mars, 19 h, au Marbré, 39 rue des Deux Communes, Montreuil

Pour lire les articles dans leur intégralité :

https://paris-luttes.info/anarchistes-et-guerre-perspectives-15761
https://paris-luttes.info/anarchistes-et-guerre-perspectives-15761

DROIT DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN FOYER

Télécharger

Aujourd’hui, les résidents des anciens foyers de travailleurs immigrés, vivant isolés en France, et en solidarité avec d’autres membres de leur communauté, sont contraints de subir un changement de statut de leurs logements, catastrophique pour leurs droits et leurs modes de vie.

À la place des foyers, ils habitent des résidences dites « sociales ». Ces résidences sont conçues pour être des logements passerelle en attendant l’accès à un HLM. Sauf que les travailleurs en question ne vont pas dans leur majorité accéder à un HLM. L’offre est massivement insuffisante. Et leur projet n’est pas de mourir en France. Beaucoup souhaitent passer une bonne partie de leur retraite de retour au pays.

Les règlements intérieurs et contrats imposés par les gestionnaires dans ces résidences sociales sont infantilisants et abusivement restrictifs des droits. Il est interdit, sous peine d’expulsion des lieux, d’accueillir sa femme, son fils ou tout autre membre de la famille ou invité. Il est interdit, sous peine d’expulsion, de copier ou modifier la clef, le mobilier ou l’arrangement de la chambre. Les retards de loyer, quelle qu’en soit la cause, mènent tout droit vers le tribunal sans passer par les dispositifs protégeant les locataires de l’expulsion évitable.

Les résidents âgés qui font des allers-retours entre le pays et la France pour les besoins de la santé ou pour garder les contacts faits le long d’une vie de travail sont les premières victimes de ces exclusions et expulsions. Les résidences doivent, selon la loi, comporter des espaces dédiés à la vie collective et démocratique des résidents : salles polyvalentes, bureau pour les délégués élus, éventuellement restaurants associatifs.

Ces espaces existaient dans les anciens foyers. Ils étaient gérés, en commun accord avec le gestionnaire, par les comités de résidents. Dans les résidences, ils sont trop souvent interdits, l’accès étant sous le contrôle total du gérant.

Cette transformation provoque une montée scandaleuse des expulsions !

Le 18 février 2022, se tenait dans la Salle Jean Dame à Paris, une réunion publique sur le thème de la restructuration des foyers des travailleurs migrants. Dans l’émission de ce jour, nous vous proposons l’écoute d’une grande partie des interventions de cette soirée. La rencontre se tenait dans le cadre de la campagne antiracisme et solidarité.

Bonne écoute !

8 mars : Les Peuples Veulent ! 3.0 /L’INTERNATIONALE FÉMINISTE

Télécharger

Du 12 au 14 novembre 2021 avaient lieu Les rencontres internationalistes « Les Peuples Veulent” pour une troisième édition à l’espace AERI 57 rue Etienne Marcel à Montreuil.

Des activistes du monde entier étaient attendu.e.s en novembre à Montreuil pour nous raconter leurs expériences, partager leurs idées, analyses et espoirs. Cette édition comprenait trois thèmes : Internationalismes d’hier et de demain/ Les voies du changement/ L’internationale Féministe. Tout au long de l’événement, un plateau radio organisé par FPP permettait de discuter et de présenter chacun.e.s de nos invité.e.s plus en détail.

Ainsi pour cette journée internationale de lutte pour le droit des femmes, nous décidons de vous diffuser deux montages. Tout d’abord un plateau radio réalisé avec la Coordinadora Feminista 8M (Chili). Ensuite, nous vous diffuserons la première partie du débat organisé lors de cet événement sur l’Internationale Féministe.

La vague de révolte féministe ne cesse de grossir dans le monde entier. Ces dernières années les combats féministes n’ont cessé de bouleverser l’ordre établi et d’imaginer un futur plus égalitaire pour toutes et tous.

Alors que certaines revendications sont parfois spécifiques aux contextes locaux, il existe plus que des résonances entre les luttes féministes en Amérique Latine, en Europe, au Moyen-Orient ou ailleurs. Ces mobilisations et la circulations des outils, des idées et des formes d’actions peuvent être comprises comme une expérience collective, à la fois locale et transnationale.

Ainsi, l’internationale féministe, ne serait-il pas une hypothèse révolutionnaire à part entier ?

Avec la Coordinadora Feminista 8M (Chili), Roula Seghaier (Liban, Tunisie), Arya Thomas (Inde), Somayeh Rostampour du Collectif98 (Kurdistan, Iran), Louise des Bombes Atomiques à Bure (France) – Syrian Feminist Society (Syrie) par zoom.

Vous pourrez retrouver l’ensemble du débat sur la chaine youtube de la cantine syrienne : https://www.youtube.com/channel/UC6mrrpePlPS8w6VhEgieyPQ

MALI : LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES DE L’OCCUPATION MILITAIRE DU TERRITOIRE PAR LA FRANCE

Télécharger

L’occupation du Mali par les forces militaires françaises, depuis l’opération Serval en 2013, Barkhane en 2014 et maintenant, avec la force internationale Takuba, est mise en cause depuis plusieurs années.

En janvier 2020, plus d’un millier de Maliens avait manifesté place de l’Indépendance dans la capitale, Bamako, pour exiger le retrait des troupes françaises. La colère explose contre le carnage produit par l’ingérence française et contre le mensonge officiel qui y a servi de prétexte : que la France mènerait une guerre mondiale contre des réseaux terroristes djihadistes qui menacent de conquérir le Mali.

Les manifestants à Bamako brandissaient des affiches « France dégage », et scandaient des slogans dont « La France dehors », « À bas la France » ou « Barkhane doit partir », du nom de la force armée française qui intervient au Mali. De nombreux manifestants soulignaient que leur colère se dirige non pas contre les Français, mais contre la politique extérieure de l’impérialisme français. Une autre revendication était de surmonter les rivalités entre Touaregs, Dogons, Peuls et autres ethnies sur lesquelles jouent les forces d’occupation françaises et leurs supplétifs allemands.

La mobilisation à Bamako faisait suite à un nombre de grèves et de manifestations contre l’ingérence française et le pantin néocolonial malien, le président Ibrahim Boubacar Keïta.  Par exemple, enseignants et cheminots maliens avait fait grève en 2019, car Paris et Keïta, qui dépensent des centaines de millions d’euros sur la guerre, ne payaient pas leurs salaires. Le mépris que ressentaient les Maliens pour Keïta et le régime néocolonial à Bamako n’a fait qu’augmenter à travers la mobilisation.

Un manifestant à Bamako : « Le président ne peut pas être clair. Tous les présidents africains, c’est la France qui les élit. Ils sont à la merci de la France. ». Alors même que la colère monte, Macron dénonce l’opposition à la guerre au Mali, qu’il traite alors d’« antifrançaise ».

En juin 2020, la mobilisation s’intensifie suite à l’invalidation d’une trentaine de résultats des législatives de mars-avril par la Cour constitutionnelle. Les pancartes brandies par les manifestants visent le président Keïta, mais aussi son Premier ministre Boubou Cissé.

Dans une déclaration, le Mouvement du 5 juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), un des groupes leaders de la contestation, a affirmé que le peuple du Mali avait “droit aux mêmes égards exprimés en faveur de ceux du Burkina Faso, de Gambie, d’Algérie, mais aussi du Liban face à des dirigeants corrompus et sans vision constructive”. “Cette façon de gérer (…) a conduit le Mali au bord du gouffre et compromet aujourd’hui la stabilité dans le Sahel, voire dans la sous-région”, affirme encore le communiqué du M5-RFP, une coalition hétéroclite de chefs religieux, de responsables politiques et de membres de la société civile.

En mai 2021, le colonel Assimi Goïta, porté à la tête du Mali par un premier coup d’État en aout 2020 et suite à des mois de mobilisation, est intronisé président “de la transition”. Le 25 mai 2021, Emmanuel Macron déclare que les troupes françaises quitteront le Mali suite à  l’échec du vœu de sanctions de la France lors du Conseil de Sécurité de l’ONU, et quelques jours avant le  Sommet extraordinaire de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le Mali.

Néanmoins, avec la réduction des troupes et des bases au Mali, la France prévoit de renforcer sa présence au sein d’une force opérationnelle européenne appelée Takuba, qui a été établie comme une opération de formation pour le Mali par les forces internationales occidentales. En réponse à cette déclaration de retrait partielle, les mobilisations ne cessent pas et le groupe politique “Yerewolo – Debout sur les remparts”  organise un rassemblement, dix jours plus tard, afin de demander le retrait total des forces françaises du pays.

Lors de l’ensemble de l’année 2021, de nombreux rassemblements auront lieu, demandant le retrait total des troupes françaises, considérant que le Mali est victime d’une guerre d’accrétion coloniale de la part de la France depuis 2012. Une guerre qui a causé la mort des milliers de militaires et civils, et qui a également provoqué la famine, de nombreux réfugiés et déplacés internes.

Dans le même temps, la rumeur d’un potentiel accord entre le Mali et le groupe de mercenaires russes Wagner se diffuse. Le 14 décembre 2021, alors que l’armée française venait de rendre la base militaire de Tombouctou, des soldats envoyés par Moscou au Mali se sont installés dans la base militaire de la « ville des 300 saints ». L’arrivée de ces militaires russes – des instructeurs de l’armée et des mercenaires de la société privée Wagner – à Tombouctou est une nouvelle douche froide pour la France qui avait remis cette base, les installations qu’elle avait construites et équipées sur ses propres fonds, aux Fama.

Le 9 janvier 2022, réunies à Accra (Ghana), les organisations ouest-africaines ont jugé inacceptable le calendrier proposé par les autorités pour un retour à l’ordre constitutionnel étalé sur cinq ans par le gouvernement de transition Malien. Pour contraindre les autorités de transition à accélérer, face à la proposition des militaires de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections, et de respecter sa promesse d’organiser le scrutin en février, la Cedeao a décidé de : fermer ses frontières aériennes et terrestres avec le Mali, de geler les avoirs du pays et de suspendre toute transaction commerciale, à l’exception de celles portant sur certains biens de consommation essentiels, produits pétroliers ou encore médicaux. Cette décision a ensuite été soutenue par les États-Unis, l’Union européenne et l’ancienne puissance coloniale française.

Le premier effet visible de cette décision, prise après que les autorités maliennes eurent demandé une prolongation de la période de transition comprise entre six mois et cinq ans, a été la ruée sur les derniers vols reliant les capitales des pays membres de la Cedeao à Bamako. De plus, Le gouvernement de transition a immédiatement répliqué en rappelant ses ambassadeurs accrédités dans les États membres de la Cedeao et menace désormais de se « réserver le droit de réexaminer sa participation à ces entités ».

À la suite de ces sanctions avec effet immédiat, plusieurs ressortissants maliens se sont retrouvés bloqués dans les pays de la région et plusieurs vols à destination de Bamako ont été annulés. Sur le plan économique, l’impact de ces sanctions pourrait s’avérer désastreux. Des commerçants dont les marchandises sont stockées dans les ports d’Abidjan ou de Dakar craignent des pertes importantes.

En 2019, selon des chiffres de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), les importations du Mali en provenance des pays de l’espace monétaire ouest-africain s’élevaient à 1 109,5 milliards de FCFA (1,6 milliard d’euros), dont 19 % depuis le Sénégal et 11 % pour la Côte d’Ivoire. Un responsable financier à Bamako dit redouter une situation « intenable » d’ici à quelques semaines : « Les banques s’approvisionnent auprès de la BCEAO . Si la situation perdure, ces banques ne pourront plus accorder de prêts aux clients et l’État aura des difficultés à payer les fonctionnaires. »

La junte d’Assimi Goïta, le pouvoir malien a qualifié les sanctions d'”extrêmes” et d'”inhumaines” et a appelé à des manifestations et ses ressortissants à descendre dans la rue. Ainsi le 14 janvier 2022, plusieurs milliers de Maliens ont répondu à l’appel à manifester du gouvernement de transition, pour montrer leur opposition aux sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) contre leur pays.

Les manifestants dirigent aussi leur colère contre la France, accusée de manœuvrer en coulisse. Dans une ambiance surchauffée, sous des concerts de vuvuzelas, les manifestants ont scandé des slogans hostiles à la Cedeao et à la France. Cette dernière est considérée comme ayant fait pression sur plusieurs pays de la région pour mettre au ban le Mali. Pour preuve, selon eux, la suspension des vols d’Air France vers Bamako, décidée par les autorités françaises. 

Dans cette émission du 14 janvier 2022, nous vous diffusons donc un entretien réalisé le 26 novembre, avec Djané et Moktar, tous deux ressortissants maliens, autour des intérêts stratégiques de l’occupation militaire du territoire maliens par les puissances internationale et particulièrement française. Ce jour-là, le départ de notre conversation fût l’affirmation souvent entendue ” il n’y a pas de terrorisme au mali”; un moyen pour nous de revenir sur la manière dont les puissances étrangères utilisent et construisent les conflits armés sur place afin de servir leur propre intérêt malgré les discours humaniste proférés par leurs représentants et diffusés par les médias.

JOURNÉE D’ACTION DANS LE SECTEUR DE LA SANTÉ/ MILITANTES KURDES ASSASSINÉES

Télécharger

Saint-Denis 8 janvier 2022 : devant le siège de l’agence régionale de santé

L’actuelle vague épidémique de la COVID-19 met une nouvelle fois durement à l’épreuve notre hôpital public, déjà fortement sollicité par cette pandémie. Cette crise sanitaire a par ailleurs mis en lumière les inégalités d’accès au soin et les grandes difficultés de notre hôpital public complétement dévasté par des années d’austérité budgétaire.

Tous ces problèmes nous les retrouvons démultiplié en Seine-Saint-Denis, territoire particulièrement frappé par l’épidémie, où ici plus qu’ailleurs l’hôpital public joue un rôle déterminant pour l’accès au soin, alors qu’il connait un épuisement très inquiétant des personnels.

Pour ne prendre qu’un seul exemple, l’hôpital Robert Ballanger dénombre plus de 30 % de ses lits fermés par manque de personnels. Et pour tordre le cou aux affirmations qui martèlent que nous ne pouvons pas former des soignants en 3 mois, nous rappelons que cette pandémie dure depuis 2 ans et qu’il y a quelques mois des étudiants ont dû saisir le conseil d’État pour contraindre le gouvernement à ouvrir des places dans les facultés de médecine.

Ce ne sont que des exemples parmi d’autres qui témoignent d’un véritable abandon de l’hôpital public. Car notre système de santé est bien au bord de l’effondrement et les grands discours, les promesses généreuses, sont vécus par les personnels comme autant de gifles tant ils peinent à se concrétiser et sont à rebours des réalités du terrain.

La communication semble vouloir agir comme un contrefeu pour tenter de masquer une situation de crise d’une intensité jamais égalée. Pourtant, chacun reconnait que les salarié.e.s des secteurs du sanitaire, médico-social et social public et privé sont essentiels, notamment pour garantir à toutes et tous l’accès aux droits sociaux et aux soins. Quand va-t-on enfin leur donner les moyens d’exercer leur métier dans de bonnes conditions ? Quand va-t-on réellement décider de valoriser les métiers du soin ? Combien de crises faut-il pour qu’enfin les demandes citoyennes soient traduites en politiques publiques à la hauteur des besoins et des enjeux ?

Ce tract d’appel cosigné par une intersyndicale du 93, appelait à un rassemblement le 11 janvier 2022 au matin devant l’Agence régionale de Santé à Saint-Denis et en début d’après-midi, une manifestation partait de l’hôpital Cochin.

Dans cette première partie d’émission, nous vous proposons un reportage mixant ses deux rendez-vous.

Comme chaque année à la date anniversaire de l’assassinat des trois militantes le 9 janvier 2013, les organisations kurdes en France, appelle à descendre dans les rues afin de réclamer justice pour Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez. Dans cette seconde partie d’émission, nous entendront un entretien réalisé avec deux militantes kurdes, lors de la manifestation du samedi 8 janvier 2022 à Paris.

L’ASSASSINAT DE 3 MILITANTES KURDES / PASS POLICIER : d’une démission à gauche

Télécharger

Le 9 janvier 2013, Sakine Cansiz (Sara), co-fondatrice du PKK, Fidan Dogan (Rojbîn), représentante en France du Congrès national du Kurdistan (KNK), et Leyla Saylemez (Ronahî), membre du mouvement de jeunesse kurde, étaient sauvagement assassinées à Paris. Neuf ans après ce massacre, la justice fait toujours défaut.  

La première instruction ouverte au lendemain des faits allait révéler que le massacre avait été commandité et planifié par l’agence du renseignement turc (MIT). Pourtant, suite à la mort du tireur, Ömer Güney – qui serait décédé en prison d’une tumeur au cerveau en décembre 2016 -, la justice française a décidé de clore le dossier au prétexte que « l’assassin présumé étant mort, l’action publique est éteinte ».

Par la suite, deux hauts fonctionnaires du MIT capturés par les forces armées du PKK ont révélé des informations cruciales sur la planification du triple assassinat, indiquant notamment que celui-ci avait été commis avec l’assentiment d’Erdogan qui était alors premier ministre.  

Une autre évolution importante tient à une procédure pénale engagée en Belgique suite à une tentative d’assassinat contre des politiciens kurdes. Les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont révélé que certaines des personnes mises en cause, ainsi que İsmail Hakkı Musa, alors ambassadeur de Turquie à Paris, étaient Impliqués dans les assassinats.  

Se fondant sur ces nouveaux éléments, les avocats des familles des victimes ont obtenu l’ouverture d’une nouvelle instruction qui dure maintenant depuis trois ans. Cependant, prétextant le « secret-défense », les autorités françaises refusent toujours de partager avec les juges les informations détenues par leurs services de renseignement.  

Ce refus qui fait obstacle à la manifestation de la vérité constitue une entrave politique à la mission du juge d’instruction. Ainsi, le gouvernement français maintient dans l’impunité un crime terroriste commis sur son territoire par les services secrets turcs. Ne pas lever le Secret-défense revient à un déni de justice intolérable. Tant que la vérité et la justice seront dans l’ombre, la France restera coupable!

À la veille de la manifestation qui se tiendra à Paris ce samedi 8 janvier 2022, à 12 h 00, pour une grande marche au départ de la Gare du Nord (Boulevard de Denain) jusqu’à la place de la République où aura lieu un meeting, nous vous diffusons un entretien que nous avions réalisé le 17 janvier 2013 avec une avocate au barreau de paris, elle défendait les demandeurs d’asiles politiques et était secrétaire générale de l’institut kurde de paris. En sa compagnie, nous sommes revenues sur les circonstances de ce triple assassinat.

Dans un entretien avec les lecteurs du Parisien, Macron poursuit sa guerre : “Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie… Un irresponsable n’est plus un citoyen”. La violence, la vulgarité et le mépris du gouvernement bannit 5 millions de ses sujets de la citoyenneté.

Dans cette seconde partie d’émission, nous vous proposons un montage autour de la question du pass vaccinal.

PASS POLICIER : D’UNE DÉMISSION À GAUCHE

Joseph Andras, prix Goncourt (qu’il a refusé) pour son premier roman, dresse un bilan que nous partageons : celui d’une trahison historique de la gauche face au Pass policier et à la technopolice. Pire, une partie de l’extrême gauche en voie de liquéfaction applaudit même les dispositifs de contrôle. Nous en sommes là. Tout est à reconstruire.

“L’aurait-on imaginé que personne n’y aurait cru.

Qu’un gouvernement instaurerait un code matriciel pour autoriser l’accès aux plus banales activités du quotidien. Qu’un gouvernement scinderait par la loi le corps social en deux parties : les citoyens légitimes et ceux qui ne le sont plus. Qu’un gouvernement foulerait aux pieds l’article premier de sa constitution et le ferait au devant d’un parterre d’applaudissements. Que ses forces armées – après avoir mobilisé des drones en vue d’ordonner à la population de rentrer chez elle sous peine de sanction – seraient mandatées pour contrôler le bon port du code-citoyen et pénétreraient, un flingue à la ceinture, jusque dans les cafés du commerce.

Que ses forces armées se verraient exemptées du port en question. Que les députés le seraient également à l’Assemblée nationale. Que des milliers d’infirmières et d’infirmiers seraient jetés comme on jette le fumier. Que des pompiers subiraient le même sort. Que cinq à six millions de citoyens seraient officiellement désignés comme les parasites et les surnuméraires de la nation. Qu’une large majorité de la population l’accepterait sans barguigner. Qu’une part conséquente de « la gauche » ne trouverait rien de mieux à faire que de baisser les yeux. Que le débat démocratique, fût-il parlementaire, serait confisqué par un Conseil de défense et des réunions classées secret-défense. Qu’un ancien banquier d’affaires élu président par la grâce d’un concours de circonstance s’assiérait sur l’Organisation mondiale de la santé. Que la discussion critique en société serait tenue pour suspecte. On aurait aussitôt convoqué quelque fameuse série télévisée de science-fiction ; on aurait cité les grands classiques de la littérature d’anticipation – pour un peu, on aurait jugé que le scénario manquait de crédibilité.

Personne n’y aurait cru ; c’est précisément ce que nous vivons.

Je dois avouer m’être trompé. J’écrivais, peu après la mise en place de ce dispositif de contrôle sans précédent : « faire tomber le pass, amplifier la lutte ». Je m’aventurais à penser que le gouvernement – un gouvernement, on s’en souvient, d’éborgneurs, d’arracheurs de mains et de saboteurs d’hôpitaux – pourrait être mis à genoux sous un délai raisonnable. Prescience : zéro pointé. Six mois plus tard, le « pass sanitaire » se fait « pass vaccinal » et durcit plus encore ses modalités d’exclusion : les parasites de la nation n’auront plus accès aux trains à grande vitesse. Tout un chacun flique tout un chacun avec un zèle de jeune croisé ; voici qu’on discute tranquillement de la désactivation des codes-citoyen et du refus possible de prendre en charge certains malades.

Il faut dire que l’affaire avait commencé comme une farce : la gestion d’un virus né du capitalisme international revenait aux hommes de main du capitalisme international. Qu’on ait laissé à l’État du capital et sa police le soin de louer le bien commun, l’intérêt général et la protection des populations n’augurait que le pire. Que la gauche ait désigné pour cible privilégiée – et parfois unique – une petite troupe d’illuminés plutôt que la technopolice d’État n’a fait que le parachever. Feu nourri sur Francis Lalanne : enfin la gauche se trouvait un ennemi à sa taille.

La gauche serait impardonnable si elle n’était pas notre unique foyer.

Alors oui, bien sûr, elle a protesté. Elle a répété l’évidence : le pass n’entretient aucune espèce de relation avec la santé publique. Pire : le pass aggrave la crise sanitaire en ce qu’il propage l’illusion d’une sécurité pourtant inexistante (le vaccin, tout le monde sait, limitant efficacement le développement de formes graves mais n’abolissant en rien la transmission). Attac a dénoncé « la méthode employée par le gouvernement, génératrice de fortes tensions » ; la LDH a fait savoir que le pass était « une mauvaise solution » et que la loi qui le portait s’avérait « particulièrement inquiétante pour les libertés et droits fondamentaux » ; Le Monde diplomatique a alerté sur « l’impasse des libertés » ; Philippe Poutou a lancé « On est contre le pass vaccinal » ; Philippe Martinez a déclaré être « contre le pass sanitaire car il va générer des discriminations » ; Lutte Ouvrière a juré « C’est non ! ». Fabien Roussel, on ne sait pas toujours bien. À la condition d’oublier qu’il était ici question de la gauche et que l’intéressé a accueilli avec un sérieux tout présidentiel l’envoi du RAID et du GIGN en Guadeloupe, on a même vu Yannick Jadot avouer que, oui, quand même, puisque les scientifiques l’affirment, on ne saurait « recommand[er] le pass vaccinal ». Saluons La France insoumise et le champ autonome qui, chacun à sa façon, ont porté le fer avec le plus d’ampleur.

Mais la gauche, dans ses grandes largeurs, n’a fait guère plus que protester. Elle a râlé puis elle a poursuivi son petit bonhomme de chemin. Même sa fraction la plus résolue – si encline, d’ordinaire, à traquer jusqu’à la plus infime modalité de la « domination » – a baissé les armes : la voici qui tempête contre « le fascisme à nos portes » puis brandit gracieusement son code-citoyen pour assister à une conférence, se rendre au cinéma ou prendre un verre sans la présence de citoyens parasites.

On me dira deux ou trois choses.

On dira le vaccin : hors-sujet.

On dira que le gouvernement Macron n’est pas le seul à mettre en place de telles dispositions et qu’il en existe même de plus contraignantes ailleurs : on produira là des sons dépourvus de la moindre ambition logique. L’Internationale des ordures est un fait bien documenté et l’on ne sache pas qu’elle constitue une quelconque variable d’ajustement.

On dira que l’opposition au pass ne fonde pas en elle-même une politique de santé publique : c’est d’une évidence telle que les propositions démocratiques, sociales et collectives s’entassent (sous les fesses du président).

On dira que les libertariens et les fascistes ont pris la main sur le mouvement de contestation. Que leur « liberté » est la liberté des forts. Qu’ils ont rendu toute alternative émancipatrice inaudible. Qu’on ne saurait marcher aux côtés de Phillipot, Dupont-Aignan et de Villiers. Alors ceci : leur hégémonie n’est jamais que l’autre nom de notre démission. Leur victoire a le visage pourri de la défaite que nous avons voulue. Leur emprise est l’envers de notre abandon.

Car : avons-nous organisé des marches, des rassemblements et des actions indépendantes ? Jeté toutes nos forces dans la bataille contre le classement étatique, technologique et policier de la population, en France continentale comme dans les « outre-mers » ? Appelé à la grève, au boycott et au blocage ? Soutenu massivement les débrayages en cours – dans les piscines ou les bibliothèques ? Nous sommes-nous souciés du sort des travailleurs déchus et broyés par le gouvernement ? Nous savons la réponse. Comme nous savons que Philippot n’a jamais autant parlé de « grève générale » que tous ces derniers mois. La belle gauche a préféré, pour sa part, remettre ses beaux gants – ceux qu’elle avait enfilés pour serrer la main des gilets jaunes.

L’avocat Arié Alimi nous avait avertis : les mesures d’exception s’inscrivent dans le droit commun. L’état d’urgence marque l’ordinaire. Rogne sans retour entier sur les libertés fondamentales.

La CNIL nous avait avertis : « Le législateur doit tenir compte du risque d’accoutumance et de banalisation de tels dispositifs attentatoires à la vie privée et de glissement, à l’avenir, et potentiellement pour d’autres considérations, vers une société où de tels contrôles seraient la norme et non l’exception. »

On ne cède jamais impunément au technocontrôle d’État : notre capitulation se paiera au décuple.”
(Nantes Révoltée)

INDE : LE SOULÈVEMENT PAYSAN N’EST QU’UN DÉBUT

Télécharger

Ça n’a pas traîné !

Aussitôt que le gouvernement a eu promis le MSP aux paysans, c’est-à-dire un prix minimum de vente des produits agricoles garanti par des accords entre l’État et les syndicats paysans indépendamment des cours mondiaux avec un minimum équivalent à une fois et demi le cout de revient, c’est-à-dire une sorte de Smic paysan, les ouvriers dont l’immense majorité n’ont pas le Smic, ni aucun droit en matière de retraite, maladie ou chômage, se sont mis à réclamer le Smic pour tous les travailleurs. Il y a eu des manifestations en ce sens en différents endroits notamment dans les États du Karnataka et du Tripura.

La première manifestation à vocation nationale pour l’application du MSP pour les paysans et l’extension d’un Smic de 25 000 roupies à tous les travailleurs, a eu lieu ce 19 décembre à Bangalore dans l’État du Karnataka à l’initiative d’un regroupement d’une quinzaine d’organisations ouvrières avec l’intention de généraliser ensuite ces manifestations.

Pour le moment, au niveau général, la situation est encore entre deux, sans encore savoir vers quoi et quand elle va basculer, entre la victoire qu’on fête encore partout et le démarrage d’une autre période de lutte dont on ne sent encore que les prémisses mais qui pourrait bien être celle de la mobilisation massive des travailleurs, comme le laissent déjà entrevoir les mobilisations actuelles. La première réunion entre le gouvernement et les paysans pour définir les modalités de l’application du MSP (sorte de salaire minimum paysan, un  succès considérable qui changerait tout le pays si c’était appliqué mais dont on ne voit pas l’application sans mobilisation encore plus forte que précédemment) aura lieu le 15 janvier 2022.  Le SKM qui a aussi prévu une réunion de la coordination paysanne ce jour-là, verra si le gouvernement a réellement l’intention de tenir sa promesse sur le MSP et en fonction de cela décidera de reprendre la mobilisation ou pas et comment. Ce jour-là, il décidera également s’il exclue ou pas, les organisations paysannes qui ont décidé de former une organisation politique afin de se présenter aux élections au Pendjab.

D’ici le 15 janvier qui sera donc une date importante, les mobilisations n’ont pas cessé, bien au contraire, mais sans la perspective concrète immédiate de les unifier que représentait la mobilisation paysanne.

Il manque donc quelque chose. On verra donc si ce “quelque chose”, facteur d’unification et perspective de changer de monde, réapparait au 15 janvier puisque le SKM a promis qu’il n’avait fait que suspendre la lutte et que si le gouvernement ne tenait pas ses promesses, il reprendrait et intensifierait la lutte.

En attendant, entre la victoire paysanne, la suspension du mouvement et aujourd’hui, il y a donc eu beaucoup de luttes, mais “dispersées” comme à l’habitude si on peut dire. Du côté des paysans, la période est encore largement dominée par les multiples fêtes organisées pour célébrer la victoire à chaque retour de paysans revenant des campements de Delhi ou d’ailleurs avec, en même temps, des grèves et manifestations des ouvriers agricoles qui demandent leur part, d’assez importantes manifestations locales ou régionales de paysans pour exiger des indemnités du fait des dégâts causés par les pluies, et puis des réunions, des mahapanchayats pour faire le point sur le MSP, puisque si le gouvernement en a promis le principe, il reste encore à l’appliquer concrètement.

En même temps, du côté ouvrier, comme si elles avaient été encouragées par le succès paysans, les grèves et manifestations fusent de partout, grèves des agents de nettoyage du Karnataka qui réclament un Smic à 35 000 roupies, grèves des employées de Foxccon, des ouvrières fabricant les feux d’artifice, des agents de santé de l’Uttarakand depuis une semaine, des médecins à Delhi, des ouvriers de Tata, Ford, Leyland, d’agents municipaux, d’ouvriers des universités, des enseignants du Pendjab, des chauffeurs de bus dans le Maharashtra, le Pendjab et le Telangana, des Anganwadi et Asha dans différents Etats et tellement, tellement d’autres. 

Mais il y a aussi des grèves et manifestations ouvrières de dimension nationale qui se multiplient en s’appuyant là aussi sur la réussite des paysans, puisqu’on a vu ces derniers jours, une grève nationale des ouvriers de la construction les 2 et 3 décembre – la plus importante de toute leur histoire -, une grève des médecins le 6 décembre, des ambulanciers le 8 décembre, puis les 9,10 et 11 décembre une grève nationale de trois jours des mineurs de fond, une grève  nationale de deux jours contre la privatisation des banques publiques, les 16 et 17 décembre, très réussie avec la fermeture de 95% des agences et participation d’au moins un million d’employés de banque et la menace d’une grève illimitée, mais il y a encore grève également des cheminots ces mêmes deux jours, la grève des salariés des entreprises fabriquant des fertilisants le 18 décembre, une grève nationale des petites et moyennes entreprises prévue le 20 décembre, d’autres encore en préparation  et pour couronner le tout une grève générale interprofessionnelle de deux jours sur toute l’Inde les 23 et 24 février à l’appel des dix principales organisations syndicales ouvrières – et du SKM, la coordination paysanne – pour l’abrogation des 4 lois anti-ouvriers qui suppriment 44 lois ouvrières acquises dans la lutte et qui protégeaient un peu les travailleurs, contre les privatisations. 

Tout est en fermentation mais il est clair que la mobilisation paysanne n’est pas finie, puisqu’il reste à mettre en application le MSP et que le succès paysan a ouvert bien des espoirs et des envies de mobilisation du côté ouvrier. Les jours et semaines au tournant de l’année 2021/2022 nous diront comment le rapport de force construit au travers de la victoire paysanne va se traduire dans les mobilisations de toutes les classes populaires d’inde.

Ce qui est sûr, c’est que le mouvement ne fait que commencer.

Dans cette émission, nous vous diffusons un entretien avec Jacques Chastaing que nous avons pu réaliser le 18 décembre 2021 derniers. Pour approfondir et croiser les regards sur ce sujet, nous vous diffusons par la suite un entretien que nous avons pu réaliser lors de la rencontre les peuples veulent 3.0 le 12 novembre 2021 avec un membre du collectif MASA qui s’organise sur le territoire indien afin de développer des pratiques d’autonomie au sein des luttes de travailleurs

L’HÔPITAL EN COLÈRE / SIDA : journée mondiale

Télécharger

L’accès à une santé de qualité et de proximité est de moins en moins assuré malgré l’abnégation des personnels. L’hôpital public se désintègre avec partout des fermetures de lits, de services, en particulier d’urgence et de SMUR mais aussi en psychiatrie, en chirurgie, en médecine, en soins de suite … Le laisser-faire actuel privilégie le secteur privé, avec des conséquences dramatiques pour l’accès aux soins (dépassement d’honoraire, frais administratifs… Mais aussi recul de la proximité).

C’est une catastrophe sanitaire qui s’amplifie. La situation actuelle des hôpitaux a pour conséquence d’accroître les souffrances des malades, des personnes en situation de handicap, et de provoquer une surmortalité. Le renoncement aux soins s’accroît.

Le gouvernement ne peut se contenter de distribuer quelques millions ici et là pour tenter de calmer les esprits. L’hôpital public est garant de l’accès aux soins de toutes et tous.

Nous demandons un plan d’urgence pour l’hôpital public !

Un choc d’attractivité pour les personnels, par une vraie reconnaissance salariale, par une amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi en leur permettant de travailler conformément à leur éthique ce qui suppose de les écouter et de réformer la gouvernance. Il faut changer les systèmes de fonctionnement et de management basés sur des critères de performance et de rentabilité. Il n’y pas de soins sans humanité !
Un vaste plan de formation, de recrutement et la titularisation des contractuels.le.s :
La réouverture de tous les lits et services fermés et des ouvertures autant que de besoin.
L’établissement d’une vraie démocratie sanitaire unissant personnels et usagers-citoyens.
Les moyens financiers suffisants doivent en être donnés par une modification du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2022.

Face aux fermetures de lits et à un hôpital public « qui se désintègre », des associations, syndicats, collectifs de soignant.es et de citoyens appelait à une journée de mobilisations pour l’accès aux soins, le samedi 4 décembre 2021.

L’actualité des luttes se trouvait dans le cortège parisien, et nous vous proposons le reportage réalisé ce samedi 4 décembre. Nous pourrons entendre entre autre les paroles d’un médecin urgentiste au CHU d’Angers , d’une pédopsychiatre qui officie dans l’Essonne, le collectif grand Est…

Mercredi 1er décembre 2021, Act Up-Paris organisait la manifestation pour la journée mondiale de lutte contre le sida à Paris. Mot d’ordre : PRÉCARITÉ SANITAIRE, RIPOSTE COMMUNAUTAIRE.

Au-delà de l’invisibilisation, la chute du nombre de dépistages du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19 est le présage d’un retard dans la découverte de personnes contaminées, de leur mise sous traitement, de leur prise en charge, des impasses thérapeutiques et une hausse probable des contaminations, sans parler des effets délétères sur la santé mentale.

Dans cette seconde partie d’émission, nous vous proposons le reportage réalisé ce 1er décembre et nous entendrons les prises de paroles place de la Bastille et un entretien avec le collectif ACCEPTESS

Bonne écoute !

VENTES D’ARME, UNE HONTE FRANÇAISE

Télécharger

Depuis plus de cinquante ans, faisant fi de ses engagements au profit de ses intérêts économiques, le « pays des droits de l’homme » arme des régimes qui les bafouent ouvertement. Une stratégie payante : la France est aujourd’hui le troisième exportateur mondial de matériel militaire.

Contrats lucratifs signés avec l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou encore l’Égypte, absence de contrôle parlementaire, soutien financier à l’industrie de l’armement… : l’historique accablant dressé par Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle montre comment les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, ont hissé la France en haut de ce classement mortifère. Un business aussi florissant qu’il est opaque.

Nous passerons cette heure en compagnie d’Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle, auteurs de l’ouvrage : Ventes d’armes, une honte française, qui présentait leur livre au bar restaurant le-lieu-dit dans le 20ᵉ arrondissement de Paris.

INDE : victoire du mouvement paysan indien

Télécharger

26 novembre 2021 : réunion au campement de la porte Tikri à Delhi

Nous passons cette heure d’émission en compagnie de Jacques Chastaing, pour revenir sur la victoire du mouvement paysan en Inde.

Le premier Ministre indien, Narendra Modi, voulait libéraliser l’agriculture. Après un an de colère et de mobilisation paysanne, il a annoncé vendredi 19 novembre 2021, de manière inattendue l’abrogation de la réforme.

Ces réformes prévoyaient de libéraliser les marchés agricoles donnant trop de pouvoir aux grands groupes. Les paysans indiens redoutaient également qu’à terme, ces lois ne marquent la fin des prix minimums garantis par l’État pour certaines denrées. Depuis l’adoption de ces réformes, les agriculteurs campaient aux portes de la capitale indienne. Ces mobilisations sont les plus importantes contestations depuis l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous en 2014.

La décision du SKM de continuer et amplifier la lutte, dessine l’émergence d’une organisation révolutionnaire originale et un changement de période où les classes populaires passent à l’offensive pour un monde meilleur et les classes bourgeoises se mettent en défensive, une tendance qu’on sent germer un peu partout, à la lumière de l’avant-garde du mouvement en Inde

Source: Jacques Chastaing

Forts de leur succès, un jour après que le premier ministre Modi, ait annoncé le retrait des lois anti-paysannes le 19 novembre 2021, les paysans par la voix du SKM (Front Uni Paysan, la coordination qui anime le mouvement) ont répondu par une gifle à Modi en décidant de continuer leur mouvement et de l’amplifier en maintenant tous les programmes de luttes annoncés, y compris ceux pour marquer le premier anniversaire de la manifestation des paysans le 26 novembre tout en faisant porter maintenant le centre de leurs revendications sur une sorte de salaire minimum garanti pour les 600 millions de paysans.

Le SKM exige en effet maintenant que l’État garantisse des prix satisfaisants contre les cours du marché mondiaux à une fois et demi le prix de production pour tous les produits agricoles et pour tous les paysans du pays. C’est une vieille revendication pour laquelle les paysans se battent depuis longtemps et c’est considérable. On estime en effet à l’heure actuelle que 30 % environ des paysans ne bénéficient pas du tout de cette garantie que justement Modi voulait détruire pour ceux qui en bénéficiaient encore en partie. Cette demande importante équivaudrait à une espèce de salaire minimum garanti pour les paysans, négocié avec les syndicats paysans ou leur coordination.

Le SKM exige également le retrait du projet de loi d’amendement sur l’électricité qui avec la privatisation envisagée par le gouvernement Modi mettrait fin au système de prix bas pour les paysans.

Le SKM a déclaré que les centaines de poursuites judiciaires contre des milliers de paysans doivent être retirées sans condition.

Il a également demandé que les familles des 700 paysans décédés durant le mouvement doivent recevoir une compensation et des emplois. Par ailleurs les 700 martyrs méritent également a-t-il dit qu’un hommage leur soit rendu lors de la session parlementaire et qu’un mémorial soit érigé en leur nom. Le SKM a également demandé des comptes dans les violences à Lakhimpur Kheri dans l’Uttar Pradesh, où une voiture appartenant au fils du ministre de l’Intérieur de l’Union, Ajay Mishra, a écrasé et tué quatre agriculteurs et un journaliste. Il a exigé que Ajay Mishra qui ne fait toujours l’objet d’aucune action en justice et reste ministre du gouvernement Modi, soit arrêté et renvoyé du Conseil des ministres.

Pour tout ces objectifs, le SKM a donc lancé un appel aux paysans des États du nord de l’Inde pour qu’ils rejoignent les différents campements de Delhi le 26 novembre. Des rassemblements seront organisés en même temps à travers toute l’Inde l’Inde pour marquer la journée. Dans les États éloignés de Delhi, le premier anniversaire sera célébré avec des défilés de tracteurs et de chars à bœufs dans les diverses capitales, ainsi que par d’autres manifestations.

En outre, le SKM a également exhorté les agriculteurs à faire du Mahapanchayat (Assemblée Générale de démocratie directe, pas tout à fait un soviet mais pas loin) qui se tiendra à Lucknow, la capitale de l’Uttar Pradesh, le 22 novembre, un grand succès avec un million de participants et d’y donner le maximum d’énergie.

Le 28 novembre, un gigantesque Mahapanchayat ouvrier et paysan sera également organisé à Mumbai (Bombay) dans le Maharashtra par une centaine d’organisations ouvrières, paysannes, associatives, citoyennes, ce qui est une première dans cette ville et cet État.

À partir du 29 novembre, une marche pacifique vers le Parlement avec 500 tracteurs sera organisée tous les jours jusqu’à la fin de la session afin de continuer à mettre les parlementaires sous pression et mobiliser ceux parmi eux qui disent soutenir le mouvement paysan en menaçant de faire perdre leur prochaine élection à toux ceux qui ne porteraient pas leur combat.

De même, les gares de péage autoroutières seront libérés de toute perception de frais.

En attendant, même s’ils restent méfiants, attendent que le Parlement ait voté le texte annoncé par Modi et se préparent aux prochains combats, partout l’état d’esprit est à la joie, et les paysans ont fêté avec intensité leur immense victoire notamment dans les campements paysans aux portes de Delhi.

POURQUOI LE RECUL SOUDAIN DE MODI ?

On peut se demander pourquoi Modi qui résistait depuis un an a tout d’un coup cédé, ce qui a surpris la presse aux ordres, toute déboussolée.

Bien sûr, la détermination des paysans et leur lutte massive et radicale ont bien sûr été l’élément majeur qui a fait reculer ce pouvoir d’extrême droite pourtant réputé inflexible face aux pauvres, bâti sur la haine des femmes, des castes inférieures, des religions non hindoues et dont le premier ministre Modi a fait ses armes dans un parti fasciste, le RSS et dont l’idéologue du parti n’hésite pas à se référer à Hitler ou Mussolini.

Mais il y a eu des éléments pour que Modi craque ces jours-ci.

Comme un signal politique de ce qui pouvait suivre, l’État du Télangana tout entier dont le gouvernement avait été un allié du BJP de Modi, a décidé le 18 novembre, de soutenir la lutte des paysans et des manifestations géantes ont été organisées à Hyderabad la capitale. Une tendance qui pourrait être générale puisqu’après le recul de Modi, les dirigeants des États et territoires de Delhi, Odisha, Jharkhand, Chattisgarh, Punjab, Maharashtra, Kerala, Rajasthan, Tamil Nadu et probablement d’autres à venir se sont félicités et ont demandé au gouvernement central de satisfaire aux nouvelles revendications des paysans.

Par ailleurs, le 22 novembre, les paysans avaient annoncé qu’ils attendaient un million de manifestants à Lucknow, la capitale de l’Uttar Pradesh, cœur du pouvoir du BJP . Cette manifestation aurait planté le dernier clou, disaient les paysans, dans le cercueil du BJP, avant sa défaite électorale probable dans cet État en début d’année prochaine – comme assurément au Pendjab, en Uttarakhand et peut-être encore au Manipur et Goa où ont lieu également des élections l’an prochain. L’échec électoral du BJP en début d’année prochaine notamment en Uttar Pradesh était prévisible au vu de la mobilisation paysanne montante dans ces États et au vu déjà de l’énorme défaite électorale au Bengale Occidental et dans les élections partielles en Uttarakhand du fait des actions du mouvement paysan malgré les énormes moyens qu’y avait mis le parti du pouvoir..

Cela aurait signifié la fin de toute autorité du BJP dans l’ensemble du pays, même s’il était resté formellement à la tête du pays jusqu’à son terme légal en 2024.

Les 26, 28 et 29 novembre, les paysans avaient également prévu toutes les mobilisations qui ont été décrites plus haut.

Mais peut-être et surtout, les paysans avaient annoncé conjointement avec les dix principales organisations syndicales ouvrières, une grève générale de deux jours consécutifs en début d’année prochaine lors de la session parlementaire sur le budget.

Une telle mobilisation générale de deux jours ne s’est jamais vu en Inde et aurait pu ouvrir la porte dans le climat actuel à bien des surprises.

En effet, pour le 26 novembre 2020, l’an dernier, avec un seul jour de grève générale, 250 millions de grévistes avaient participé à cette grève. Or les paysans en avaient profité pour lancer leur mouvement au niveau national alors que jusque là il était limité dans deux États, Pendjab et Haryana, en annonçant une seconde journée de grève une semaine après le 26 novembre. Dans la foulée, ils avaient organisé la marche sur Delhi qui s’était transformé en siège de la capitale avec des campements hébergeant jusqu’à 300 000 paysans et soutiens, syndicalistes, féministes, écologistes, étudiants, jeunes, indigènes, Intouchables, hindous, musulmans ou sikhs, faisant de ces campements des foyers permanents de fermentation de la révolution.

Cette grève générale de deux jours aurait donc pu être le point de départ d’un mouvement encore plus général dans tout le pays, d’autant que paysans et ouvriers à la base étaient déjà en train de la préparer activement ensemble dés maintenant.

L’affaiblissement général du régime en aurait dangereusement résulté pour les possédants.

Le cœur du pouvoir du BJP et sa vitrine résident en effet en Uttar Pradesh. Cet État géant – le plus grand de l’Inde avec 210 millions d’habitants quasi autant que le Brésil -, est dirigé par l’idéologue du parti, Yogi Adityanath, moine hindou fanatique et fascisant, faisant régner “l’Hindutva” dans l’État, le pire des régimes dictatorial et religieux mêlant les oppressions et divisions aussi exacerbées que violentes, de religions, de castes et de sexes. Une défaite démonstrative infligée en ce lieu par le mouvement populaire utilisant et détournant les élections à cette fin aurait signifié non seulement la défaite du BJP, mais aussi la défaite de tout le système idéologique de domination des riches indiens depuis des siècles avec leurs divisions des classes populaires entre sexes mais aussi entre mille religions et castes. Un basculement de l’histoire.

Car en effet, le soulèvement paysan n’est pas qu’économique, ce qui est aussi une révolution en soi.

LES PAYSANS INDIENS, DES PROLÉTAIRES ET DES FEMMES A L’IDÉAL SOCIALISANT

D’une part, sous l’effet de la mondialisation, comme partout dans le monde, avec l’augmentation de la paupérisation des campagnes et de l’exode rural, le travail agricole s’est profondément féminisé depuis quelques décennies et le monde paysan a été révolutionné dans ses habitudes par cette transformation.

D’autre part, par ce biais, le soulèvement paysan est lui-même l’héritier des valeurs d’un grand mouvement social, nommé Shaheen Bagh (du nom d’un quartier pauvre et musulman de Delhi). C’était un mouvement féminin et féministe mais aussi contre toutes les oppressions de religions et de castes, qui a eu lieu entre décembre 2019 et mars 2020, occupant massivement quotidiennement les places des grandes villes indiennes Il a été le premier grand mouvement à se lever contre Modi en s’opposant à une énième loi discriminatoire contre les musulmans et le premier à oser défier son système de haines de castes, religions ou sexes qui avait pourtant eu tant de succès électoral depuis 2014 et qui avait fait s’incliner tous les partis d’opposition et les avait tous amené eux aussi à suivre, peu pou prou, une telle idéologie réactionnaire. Quand le Covid et la répression avaient stoppé ce mouvement en mars 2020, le mouvement paysan sous les l’influence des paysannes en avait repris les valeurs humanistes dés ses débuts en juin 2020 au Pendjab et en Haryana puis les a porté et amplifié jusqu’à aujourd’hui donnant significativement une place centrale aux femmes, aux tribus indigènes, aux Dalits (Intouchables), aux jeunes et à l’alliance de toutes les religions musulmans, sikhs ou hindous en affichant clairement sa volonté de lutter contre toutes les oppressions.

Enfin, le mouvement paysan par ses nombreuses et fortes organisations syndicales combatives – très différemment de la plupart des organisations syndicales ouvrières – est l’héritier de toute l’histoire du socialisme indien et du Gandhisme de la période de l’indépendance et a maintenu en Inde le programme de l’autosuffisance alimentaire contre les groupes capitalistes agro-alimentaires.

À travers cela, se sont conservées, au moins en partie e dans certaines régions, par exemple au Pendjab et en Haryana, le cœur de la révolte, des structures étatiques de protection des paysans : pour l’essentiel, un prix des produits agricoles qui n’est pas dépendant du marché mondial, mais plus élevé (peut-être un des plus élevés au monde) et fixe qui est établi par l’État au cours de négociations avec les syndicats ; des marchés (mandis) d’État qui assurent la vente de ces produits agricoles aux prix fixés et les distribuent dans tout le pays ; la garantie de cent jours de travail salariés pour les paysans dans les périodes de faible activité agricole ; enfin, une démocratie directe à la campagne par des panchayats, des assemblées communales sous le contrôle d’Assemblées Générales de la population.

Tout cela faisait du monde paysan indien le dernier marché de taille qui ne soit pas entièrement ouvert à l’avidité des capitalistes. D’où l’enjeu des luttes qui s’y passent.

Ce n’est pas qu’une défaite de Modi, mais du capitalisme mondial.

Ainsi, si les 600 millions de paysans indiens ont moins de deux hectares et sont très pauvres, si la majorité de ces tout petits paysans sont aussi des ouvriers agricoles dans de plus grandes exploitations et s’ils sont enfin nombreux à être en même temps encore des salariés dans les communes et villes, un état d’esprit socialisant s’est maintenu chez ces prolétaires de la terre, et avec eux dans leurs organisations. Ainsi la moitié des 40 membres du SKM, la coordination paysanne qui anime le soulèvement, sont des militants communistes, libertaires, socialistes révolutionnaires ou syndicalistes radicaux.

LE SYSTÈME ÉLECTORAL REPRÉSENTATIF CONTOURNE ET UTILISE PAR LE MOUVEMENT PAYSAN

Il faut comprendre aussi dans les choix de Modi – et derrière lui de la bourgeoisie indienne – que s’ils avaient laissé arriver la défaite électorale annoncée du BJP en Uttar Pradesh, le système électoral représentatif aurait été lui-même tout entier ébranlé par une utilisation, un contournement et au final une dévalorisation des élections représentatives par le pouvoir de la rue mobilisée.

Or, ce système électoral complète les outils de divisions religieuses, de castes et de sexes quand ces dernières ne suffisent pas pour soumettre le million de révoltes et rebellions qui animent très régulièrement la population de ce pays tellement éruptif.

Les centaines de partis nationaux ou régionaux de ce système électoral presque tous plus ou moins corrompus, ses élections incessantes parfois de dimensions américaines, ses médias en grand nombre, ses millions de roupies dépensées en campagnes électorales spectaculaires et ses centaines de milliers de petits bureaucrates ainsi que ses dizaines millions de partisans illusionnés permettent aux notables indiens et leurs médias de parler de la plus grande démocratie du monde, mais seulement pour mieux changer le décor du théâtre afin que la pièce soit toujours la même et que rien ne change en profondeur dans la propriété des biens du monde et l’exploitation du travail humain.

Or, comme déjà un peu au Bengale Occidental, une défaite du BJP en Uttar Pradesh, signifierait la fin de l’emprise des illusions électorales sur les opprimés, puisqu’il n’y a pas d’alternance au BJP. En effet, le Parti du Congrès, traditionnel parti gouvernemental de centre gauche et opposant d’alternance au BJP n’est pas le parti pour lequel les paysans appellent à voter. Il est tout autant discrédité. Les paysans appellent seulement à battre leurs plus grands ennemis du moment. Mais au Pendjab, c’est le Parti du Congrès. Du coup, dans cette région Sikh, ce n’est même pas un parti Sikh comme il l’est souvent qui sera élu, car trop institutionnel, ce sera peut-être l’AAP, le Parti de l’Homme Ordinaire, une sorte de Podemos qui soutient activement les paysans, qui sera élu, comme il l’a été déjà à Delhi. Bref, c’est le mouvement de la rue qui fait et défait les élus en fonction du fait qu’ils tiennent ou pas leurs promesses : en quelque sorte des élus révocables à presque tout moment, le vieux programme des socialistes révolutionnaires depuis la Commune de Paris.

C’est tout cela, la déconstruction du système de division des milieux populaires par la caste, le sexe, la religion, la remise en cause du système électoral représentatif et de ses illusion, la confiance dans l’énergie et l’intelligence populaire, que la révolution paysanne indienne envoie comme message dans le monde. Ce n’est pas le 1917 russe mais c’est une révolution en cours.

C’est cela que Modi et les riches indiens voulaient éviter en cédant un peu pour ne pas tout perdre.

Mais il n’est pas certain au vu de la décision du SKM de poursuivre la lutte, qu’ils ne perdront pas tout quand même.

ÉBRANLEMENT DU MONDE ET CHANGEMENT DE PÉRIODE

On imagine facilement les répercussions de la revendication de cette sorte de salaire minimum garanti pour les paysans, rendue crédible par le succès du mouvement, sur l’ensemble des paysans en Inde – 600 millions quand même et 800 millions de ruraux – mais aussi sur les quatre cent millions d’ouvriers précaires en Inde qui n’ont aucune protection ni garantie – et sur l’ensemble des paysans et pauvres du monde en commençant par ceux des pays de la périphérie indienne qui sont en train de se battre aujourd’hui comme au Sri Lanka ou au Pakistan mais aussi sur toutes les classes populaires en lutte aujourd’hui au Népal, Maldives, Birmanie qui regardent avec espoir ce qui se passe en Inde.

Des élections vont avoir lieu dans l’État du Manipur en Inde l’an prochain, à la frontière birmane, là où les frontières sont poreuses et là où l’armée birmane concentre actuellement ses attaques, craignant justement cette porosité et l’aide des ethnies côté indien à leurs frères du côté birman. Imaginons un instant que le BJP y soit battu et qu’y advienne un pouvoir sous l’influence des paysans révolutionnaires et des ethnies qui vivent de part et part de la frontière dans cette région. La lutte en Birmanie y serait probablement transformée.

On mesure aussi la profonde détermination des paysans au fait qu’un an après le début de leur lutte, 700 morts, d’innombrables efforts et sacrifices, le mouvement a encore l’énergie de ne pas accepter de se contenter de cette victoire qui est certes très importante politiquement mais sans grand effet socialement puisqu’elle ramène à ce qu’il y avait avant. Ce refus donne une idée de l’immense détermination des paysans et de l’effet que cela peut avoir sur tout le monde.

Les paysans ne se contentent plus de se défendre en cherchant à maintenir le statu quo, ils veulent plus et mieux, plus qu’ils n’ont jamais eu puisque même au moment de l’indépendance il n’y a jamais eu développé à l’échelle de tout le pays, ce système de prix garantis. Au cœur de leur combat, il y a les campements paysans de Delhi qui fonctionnent un peu comme des partis pour l’ensemble du mouvement. C’est là dans le croisement et l’échange de centaines de milliers de militants de tous bords, paysans, ouvriers, syndicalistes, communistes, libertaires, féministes, écologistes, jeunes, étudiants et intellectuels ou artistes, Intouchables ou tribus indigènes, que se forge l’envie et les moyens d’un monde meilleur.

C’est de cœur ardent, existant depuis un an, que partent les initiatives, les militants allant dans tous les coins du pays et insufflant en permanence courage, volonté et compréhension, la volonté offensive et non plus seulement défensive avec les syndicats, les associations, les combats locaux ou régionaux, professionnels ou parcellaires.

Tout cela, révélé par la décisions du SKM de continuer et amplifier la lutte, dessine l’émergence d’une organisation révolutionnaire originale et un changement de période où les classes populaires passent à l’offensive pour un monde meilleur et les classes bourgeoises se mettent en défensive, une tendance qu’on sent germer un peu partout dans le monde à la lumière de l’avant-garde du mouvement en Inde.

Jacques Chastaing 21.11.2021

Le poids du secteur agricole de l’Inde est considérable, assurant la subsistance de près de 70 % de 1,3 milliard d’habitants, et contribuant à 15 % environ de son PIB, soit 2 700 milliards de dollars. La « révolution verte » des années 70 a permis à l’Inde, pourtant régulièrement confrontée à des pénuries alimentaires, de devenir un pays excédentaire, aujourd’hui important exportateur.

Selon une enquête du ministère de l’agriculture sur la période 2015-2016, plus de 85 % des agriculteurs possédaient moins de deux hectares de terres, moins d’un agriculteur sur cent était propriétaire de plus de 10 hectares. L’Inde octroie en moyenne 32 milliards de dollars de subventions aux agriculteurs chaque année, selon le ministère des Finances.

Q : Quelle est la réalité des agriculteurs ?

Sécheresse, inondations, l’agriculture indienne subit des conditions météorologiques de plus en plus erratiques en raison du changement climatique. Selon un rapport du gouvernement du Pendjab (nord) publié en 2017, cet État aura épuisé toutes ses ressources en eau souterraine d’ici 2039. On compte un important endettement et taux de suicide chez les agriculteurs indiens (300 000 se sont suicidés depuis les années 1990). Selon de récentes données officielles, quelque 10 300 agriculteurs ont mis fin à leurs jours en 2019. Agriculteurs et travailleurs agricoles abandonnent en masse le secteur : 2 000 jetaient chaque jour l’éponge, selon le dernier recensement datant de 2011.

Q : Quels sont enjeux des réformes agricoles de Modi ?

Les gouvernements qui se sont succédé ont toujours fait de grandes promesses aux agriculteurs – qui constituent une cible électorale cruciale – et Modi n’a pas fait exception, en promettant de doubler les revenus des paysans indiens d’ici 2022. En septembre, le parlement a ainsi voté des lois qui autorisent les agriculteurs à vendre leurs productions aux acheteurs de leur choix, plutôt que de se tourner exclusivement vers les marchés contrôlés par l’État. Ces marchés avaient été créés dans les années 50 pour protéger les agriculteurs contre les situations d’abus et leur assuraient un prix de soutien minimal (PSM) pour certaines denrées.

Nombre de petits exploitants sont attachés au PSM, qui constitue pour eux un filet de sécurité essentiel, et se sentent désormais menacés par la libéralisation des marchés agricoles qu’engendrent les réformes. Ils redoutent la concurrence des grandes fermes qui risque de les obliger, pour écouler leurs marchandises, à les brader à vils prix aux grandes entreprises.

LES PEUPLES VEULENT 3.0 :LE SOUDAN

Télécharger

Du 12 au 14 novembre 2021 avait lieu la troisième édition des rencontres ” les peuples veulent 3.0″, rencontres internationalistes organisées par la cantine syrienne et qui se déroulait à l’aeri a Montreuil.

La révolution soudanaise commence par une série de manifestations le 19 décembre 2018 pour protester contre la vie chère, notamment le prix du pain, dans un contexte de grave crise économique au Soudan, et s’est poursuivi pendant huit mois par un mouvement de désobéissance civile.

Les manifestations se sont étendues à plusieurs autres villes, comme Dongola au nord, Port-Soudan à l’est, ou encore El Obeid et surtout à Khartoum, où les manifestants restent nuit et jour devant le Quartier Général de l’armée.
Le 23 février 2019, Omar El-Béchir révoque le gouvernement et instaure l’état d’urgence. Un couvre-feu interdit aux habitants de circuler après 23 heures. Néanmoins, les manifestations continuent.

Le 11 avril, el-Béchir est renversé par un coup d’État militaire. Le lendemain, Ahmed Awad Ibn Auf, qui avait succédé à El-Béchir, démissionne. L’ancien dictateur est emprisonné et, le mois suivant, poursuivi pour « meurtre de manifestants » et corruption. Pour sa part, la junte affirme vouloir diriger le pays pendant deux ans, mais que le gouvernement serait civil. 

Le 5 juillet, après une médiation africano-éthiopienne, l’ALC et les putschistes acceptent la formation d’un Conseil de souveraineté composé de cinq militaires, cinq civils et d’un onzième membre choisis par consensus. Le conseil assurera la transition démocratique pendant un peu plus de trois ans jusqu’à la tenue d’élections en 2022, au cours de laquelle il sera dirigé par un militaire les 21 premiers mois puis par un civil les 18 mois suivant.

Le 25 octobre 2021 une opération militaire menée par l’armée soudanaise contre le gouvernement de transition. Au moins cinq hauts responsables du gouvernement soudanais ont été arrêtés, dont le Premier ministre civil Abdallah Hamdok. Depuis les manifestations ont repris et ne cessent d agiter le pays.

Dans cette émission réalisée lors de la rencontre du 13 novembre, vous pourrez donc entendre plusieurs prises de parole qui reviennent sur l’histoire de ce mouvement ; mais aussi deux témoignages de militant au sein de comité de résistance qui reviennent sur les revendications mises en avant lors de la manifestation à laquelle ils participaient ce même 13 novembre a Khartoum.

Depuis cet enregistrement, le 1ᵉʳ ministre Abdallah Hamdok a pu reprendre ses fonctions, néanmoins, les manifestations n’ont pas cessées et ce jeudi 25 novembre dernier avait lieu une nouvelle manifestation “millionième ” afin de refuser toute collaboration avec la junte militaire et réclamé un gouvernement civil.

MIMMO LUCANO : La solidarité n’est pas un délit !

Télécharger

Bourse du travail de paris : l8 novembre 2021

Un collectif de citoyennes et de citoyens ont organisé à la Bourse du Travail à Paris une soirée de soutien à Mimmo Lucano le mercredi 17 novembre en présence de Mimmo Lucano, de collectifs et associations ainsi que de personnalités engagées dont MM. Eric Fassin, Sylvie Glissant, Cédric Herrou, Marie Cosnay, Olivier Favier, Romain Filhol, Maîtres Arié Alimi, Agnès Tricoire, Nicolas De Sa-Pallix et Vincent Brengarth… 

C’est l’intervention de mimmo lucanno que nous vous proposons d’écouter dans l’émission de ce jour.

Domenico « Mimmo » Lucano, ex-maire de Riace (Calabre) a été condamné en septembre 2021 à plus de treize années de prison et 500 000 € d’amende pour avoir fait preuve d’humanité envers les réfugié•es arrivé•es par la mer en les accueillant dans son village frappé par l’exode rural, et en proposant un modèle d’intégration efficace. Rappelons que le nombre de personnes ayant péri en tentant de rejoindre l’Europe a plus que doublé cette année; selon les statistiques de l’OIM, il se monte à 1 146 pour le premier semestre 2021. Il était de 513 en 2020.

Il s’agissait pour les organisateurs et les personnes présentes d’émettre un message qui franchisse les frontières et résonne à travers l’Europe – car c’est aussi au niveau européen que se livrera la prochaine bataille pour Mimmo. Interventions, projections, musique, livres… ce sera l’occasion d’exprimer chacune et chacun à sa manière un enjeu commun : protester contre le sort réservé aux exilé•es en Occident, et dénoncer la criminalisation de la solidarité.

Il s’agissait d’apporter un soutien à Mimmo, ainsi qu’aux vingt autres personnes condamnées avec lui, et à faire entendre le plus largement possible des paroles d’accueil, de lutte et de fraternité face à la violence des frontières.

 Le collectif de soutien à Mimmo Lucano

(collectifsoutienmimmolucano@protonmail.com)

En Italie, Domenico Lucano a été condamné à treize ans de prison. L’ancien maire de la ville calabraise de Riace avait mis en œuvre une politique d’accueil des exilés qui a permis de repeupler son village et développer les services publics. Un collectif de citoyen a organisé une soirée de solidarité à Paris.

Quand la solidarité s’exprime envers un Italien, c’est « Bella ciao » qui est chantée. À la Bourse du travail de Paris, ils étaient plusieurs centaines dans cette enceinte qui avait accueilli les réunions de Nuit Debout à entonner ce chant de la résistance transalpine, mercredi, en début et en fin de soirée.

Tous venaient dire combien est injuste la peine de plus 13 années de prison, infligée par la justice italienne, à l’encontre de l’ex-maire de Riace, Mimmo Lucano. Ce dernier a été accusé d’abus de bien social, de favoriser l’immigration illégale. En réalité, il paie le prix de sa politique exemplaire de solidarité avec les migrants.

Le village se repeuple

Car il a redonné vie à son village. Face à la salle, c’est l’émotion quand celui qui peut encore faire appel raconte, à la fin des années 1990, l’arrivée d’un navire sur la côte ionienne. Avec l’évêque, il aide à l’accueil des Kurdes qui débarquent sur la plage. « Ils étaient 200, alors que mon village ne comptait que 500 habitants », narre-t-il. Il s’entend avec les émigrés italiens – ceux partis de Riace vers le nord du pays ou en Amérique latine chercher un travail – pour qu’ils mettent à disposition des nouveaux venus leurs maisons vides. Le village se repeuple.

Cabale judiciaire

Et en 2004, il est élu maire. Il utilise les 35 euros de subvention aux villes qui accueillent les migrants, à la fois pour ces derniers, et pour développer les services publics et le développement économique, dans une terre mitée par la mafia. « Il faut que toute la société profite de l’accueil des migrants », explique l’ancien maire. L’histoire est trop belle. Et quand les politiques d’immigrations se durcissent en 2016, une cabale judiciaire se met en place.

Signer la pétition sur change.org

Contact : libertepourmimmo@orange.fr

Suivre l’actualité : «Liberté pour Mimmo»

En 2018, Mimmo est arrêté et placé en résidence surveillée sur ordre du ministre de l’Intérieur d’extrême droite, Matteo Salvini. Il est accusé d’avoir organisé des mariages de convenance pour aider des femmes déboutées du droit d’asile à rester en Italie. La justice reproche également à l’ex-édile de ne pas avoir fait d’appel d’offres pour la gestion des déchets du village et de l’avoir attribuée à des coopératives liées aux migrants. Le 30 septembre 2021, Mimmo Lucano est condamné à 13 ans de prison et à 500 000 euros d’amende pour « escroquerie, abus de biens sociaux, fraude aux dépens de l’État et aide à l’immigration clandestine ».

Nous sommes consternés tant par la qualification des faits que par l’extravagante sévérité de la peine, qui va bien au-delà des réquisitions du parquet. Comment en est-on arrivé là, alors que le tribunal a retenu qu’il ne s’était pas personnellement enrichi ? Les signataires de cet appel considèrent que cette condamnation purement politique a pour seul objet de dissuader ceux qui mettent en œuvre la solidarité avec les migrants.

Face au climat de montée des haines racistes et xénophobes que connaissent l’Italie, la France et bon nombre de pays européens, il est impérieux que ceux qui, comme cet élu, ont défendu les droits de l’homme les plus élémentaires et transformé un village mourant en lieu de vie, continuent à être salués pour leur action et leur courage plutôt que transformés en délinquants pour satisfaire l’extrême droite. Non, la solidarité n’est pas un délit.

PPG/BERGAMS/PAROLES DE BIBLIOTHÉCAIRES/HÔTEL DE BERRY/ MIMMO LUCANO

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous vous diffusons une série de reportages sur les mouvements de grèves dans divers secteurs

Le 8 novembre dernier les salariés de PPG Bezons étaient au tribunal administratif de Cergy , pour faire casser la décision de la Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS) de valider le plan social qui les affectent et qui les envoient à la case chômage.

En effet, cette validation est totalement contraire au droit. Car, la multinationale qui les employaient veut tout simplement délocaliser leur emploi pour plus de profits.  

Par cette lutte qui peut paraître perdue d’avance, ils ont réussi à maintenir le versement de leur salaire durant ces 10 derniers mois.

Nous entendrons l’entretien réalisé avec un salarié de PPG le 8 novembre 2021 devant le tribunal administratif de Cergy.

Les salariés de PPG mais aussi les TUI France, appellent à une manifestation le 27 novembre à 14 h devant le ministère des Finances et du budget à Bercy.

Les grévistes de Bergams poursuivent leur grève entamée le 14 septembre dernier pour mettre fin à la modulation du temps de travail, retrouver de meilleures conditions de travail et une rémunération prenant en compte l’ancienneté, suite à l’accord de performance collective signé il y a un an.

Cet accord de performance collective a eu pour conséquences : une Augmentation de la charge de travail, des accidents du travail, des Horaires modulés et variables sur la journée qui ne permettent pas de concilier vie professionnelle et vie personnelle et une baisse de rémunération jusqu’à 800 € pour certaines personnes.

Le 11 novembre dernier, l’équipe de l’actualité des luttes, c’est rendu à Grigny, à la rencontre des salarié-e-s de la société Bergams.

Nous poursuivons cette émission, avec le reportage réalisé le 10 novembre dernier sur la journée de mobilisation national des bibliothécaires contre le pass sanitaire et nous entendrons dans ce reportage, la parole de deux d’entre elles.

Mardi 9 novembre un rassemblement des salariées de l’hôtel de Berry s’est mis en grève pour obtenir  contre la suppression du 13ᵉ mois et de l’indemnité nourriture des salarié-e-s sous-traitées à la société Luxe Et Traditions.

Alors qu’ils se lèvent le matin à 4 h 00 et qu’ils n’ont même pas le privilège de pouvoir avoir un panier repas pour midi !

Nous vous diffusons le reportage réalisé ce 9 novembre devant l’hôtel de Berry dans le 8eme arrondissement de Paris

Nous terminons cette émission avec un appel pour une soirée de soutien a Mimmo Lucano

Domenico « Mimmo » Lucano, ex-maire de Riace (Calabre) a été condamné en septembre 2021 à plus de treize années de prison et 500 000 € d’amende pour avoir fait preuve d’humanité envers les réfugié•es arrivé•es par la mer en les accueillant dans son village frappé par l’exode rural, et en proposant un modèle d’intégration efficace.

Rappelons que le nombre de personnes ayant péri en tentant de rejoindre l’Europe a plus que doublé cette année ; selon les statistiques de l’OIM, il se monte à 1 146 pour le premier semestre 2021. Il était de 513 en 2020.

Le rendez-vous pour la soirée de soutien sera le 17 novembre 2021 de 18 h 00 à 21 h 45 à La Bourse du Travail (salle Ambroise Croizat), 3, rue du Château d’eau – 75010 Paris – Métro République

AU MEXIQUE COMME PARTOUT LE CAPITALISME DÉTRUIT TOUT

Télécharger

Paris ; le 18 octobre 2021

Le 18 octobre, nous recevions dans nos studios deux représentants du conseil national indigène ; Angel Sulub et Maria de Jésus Patricio Martinez.

Trois membres du Congrès National Indigène du Mexique étaient de passage à Paris, dans le cadre de la tournée européenne d’une délégation zapatiste. Ces représentants de peuples autochtones ont alerté sur les dommages causés par des méga-projets industriels, portés pour certains par des multinationales françaises. Face aux dégâts environnementaux à venir, la résistance de ces populations affectées s’organise. 

Les entreprises françaises responsables de la destruction de leur environnement sont en première ligne : EDF et Danone. « Ces méga-projets engagent une destruction grave de nos forêts, de nos terres, de notre eau », affirme Angel Sulub, représentant du peuple maya. « On appelle cela une spoliation de la vie. Parce que ces méga-projets sont destructeurs de nos terres », abonde, assise à ses côtés, Maribel Cervantes, représentante du peuple populuca. Derrière eux, une carte du Mexique est projetée, sur laquelle sont épinglés tous ces grands chantiers actuels.

Né en octobre 1996, suite au soulèvement des zapatistes, le Congrès National Indigène (CNI) regroupe des délégués des divers peuples autochtones mexicains. Leur credo : « Jamais plus un Mexique sans nous ». Maria de Jésus Patricio Martinez en est la porte-parole. Guérisseuse Nahua, elle fut la première femme issue d’un peuple autochtone à se présenter à une élection présidentielle mexicaine, en 2018. Leur venue à Paris a été organisée par la délégation zapatiste présente en Europe dans le cadre de leur « Voyage pour la Vie ».

 EDF et Danone pointé du doigt au Mexique

Dans le sud du Mexique, EDF porte un vaste projet d’implantation d’éoliennes, Gunaá Sicarú. « Prisée pour la puissance et la constance de ses vents, la commune d’Union Hidalgo demeure un véritable eldorado pour les leaders mondiaux du secteur énergétique », retrace l’ONG CCFD Terre Solidaire. Dans un rapport paru en juin 2021, l’ONG pointe les manquements de l’État français, principal actionnaire d’EDF. Avec ses 115 éoliennes, le projet affectera le territoire des habitants d’Union Hidalgo, « issus à 90 % du peuple autochtone zapotèque, pour qui le rapport à la terre et à la nature est sacré », rappelle l’ONG.

Au centre du Mexique, Danone est aussi dans le viseur des représentants des peuples autochtones. La multinationale « est en train d’extraire toute l’eau des volcans. Cela créé de grands cratères, et la terre s’y effondre. C’est une catastrophe », alerte Maribel Cervantes. Pour mener à bien ses activités, Danone utilise la société Bonafont, rachetée en 1995 (le Mexique est, depuis lors, un pays stratégique pour le géant de l’eau).

Aux yeux des représentants, ces projets industriels se nourrissent entre eux. Le parc éolien d’EDF viendra répondre aux besoins énergétiques des autres chantiers, que le gouvernement mexicain aime à nommer « pôles de développement ». « Nous ne voulons pas du couloir transisthmique qui transforme en une usine d’énergie éolienne, de sous-traitance et d’exploitation de minerais des zones entières depuis l’Océan Pacifique jusqu’au Golfe du Mexique », écrit le CNI dans une déclaration datée du 11 octobre.

Sans compter qu’un nouvel accord commercial est en cours d’élaboration entre l’Union Européenne et le Mexique. Cet accord risque d’accélérer ce type de méga-projets. « L’expérience nous apprend que les accords de libre échange ont toujours été en faveur des multinationales et des instruments de destruction », tranche Angel Sulub. « Et que cela a toujours accéléré la dépossession de nos peuples ».

 Assassinats et enlèvements de défenseurs des droits humains

 Pour les responsables autochtones, la complicité est grande entre les entreprises transnationales, le gouvernement mexicain, et certains groupes armés. « Ces méga-projets sont accompagnés d’une militarisation ; de programmes d’assistance sociale qui visent à fragmenter les sociétés ; et de persécutions des défenseurs des droits humains » précise Angel Sulub. Les assassinats et enlèvements de défenseurs des droits humains se multiplient, et demeurent impunis. Pour n’en citer qu’un : Samir Flores Soberanes, membre du Front populaire de défense de la terre et de l’eau (une association présente dans le centre-est du Mexique), a été abattu en février 2019 après avoir reçu des menaces de mort. 

Ces menaces sont de plus en plus nombreuses pour ceux qui s’opposent aux méga-projets industriels et au gouvernement mexicain. « Dans le Chiapas, le groupe paramilitaire ORCAO intensifie ses attaques armées contre les communautés zapatistes. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, il y a eu une nouvelle attaque », déplore ainsi Angel Sulub. 

Dans ce contexte, comment continuer à faire entendre la voix des peuples autochtones ? « Le plus important pour nous, c’est d’avoir des organisations de terrain, luttant à la base », insiste Maribel Cervantès. Certaines poches de résistance font face à plusieurs projets. « Dans l’État du Yucatán, il y a une grande résistance contre le mal-nommé « train Maya », un projet qui menace toute la région sud-est du pays. Cette lutte se concentre aussi contre les projets d’éoliennes d’EDF, et les élevages intensifs de porcs », cite Angel Sulub.

 Auto-défense et recours juridique menés de front

 Ces luttes s’articulent autour de plusieurs leviers. Les représentants du CNI en décrivent deux principaux. D’un côté, une stratégie d’auto-défense. Il s’agit de « reprendre la main sur notre sécurité, en l’assurant nous-mêmes, avec les us et coutumes de nos propres communautés », explique Maria de Jésus Patricio Martinez. Des polices communautaires sont créés. « Cela nous est bénéfique, car nous n’avons aucune confiance dans la police, la marine, et toutes les institutions de défense du gouvernement mexicain ».

De l’autre, un levier plus légaliste, basé sur des recours en urgence ou de longs bras-de-fer judiciaires. « Nous utilisons des instruments juridiques comme les recours en référé », indique Maribel Cervantes. « Nous nous appuyons aussi sur la dénonciation de la violation du droit au libre consentement des peuples indigènes ». De fait, le Mexique a ratifié la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Ce texte oblige l’État – en théorie – à réaliser des consultations auprès des populations affectés par un projet industriel. Or, « ces consultations ne se réalisent pas, ou se font de manière frauduleuse. Ce sont des simulacres, qui visent à faire croire que nous sommes d’accord avec ces méga-projets », dénonce Maribel Cervantes.

Malgré les arguments apportés devant les juges, difficile de freiner ces dynamiques. « Le système judiciaire mexicain n’est pas pensé pour les peuples indigènes », déplore la déléguée populuca. En France aussi, EDF est assigné en justice depuis octobre 2020 pour son projet de parc éolien. L’affaire est toujours en cours. « Cela fait partie de notre stratégie de lutte légale », commente Maribel Cervantès. Mais en France comme au Mexique, « nous savons que la justice a sa propre manière de faire, et nous avons davantage confiance dans notre auto-organisation. Même lorsque l’on gagne des recours, ils ne sont souvent pas respectés », craint-elle.

Pour autant, porter ces sujets en France, dans les tribunaux comme auprès de l’opinion publique, est important pour ces représentants du CNI. Ce voyage leur permet « d’écouter les luttes existant dans d’autres territoires, afin de renforcer nos propres résistances. Nous faisons tous partie de cette grande lutte pour la vie », concluent-ils.

LUTTE CONTRE LES CENTRES DE RETENTION EN EUROPE

Télécharger

Le système des frontières, des expulsions et de l’enfermement des personnes sans-papiers n’est pas qu’une affaire d’État, mais est de plus en plus régi par le cadre européen. La montée en puissance de Frontex, le financement de charters et de nouveaux centres de rétention administrative (CRA) par les fonds européens et le perfectionnement du fichage biométrique des personnes non européennes sont des signaux éclairants de cette européanisation grandissante.

Le 2 octobre 2021, l’assemblée contre les CRA Ile-de-France organisait une rencontre publique avec des camarades qui se mobilisent contre les centres de rétention en Belgique, Allemagne et Italie. D’autres collectifs anti-CRA français fut aussi présents, pour discuter de la situation dans les différents pays et pour raconter les luttes qui se développent à l’intérieur et à l’extérieur des centres de rétention.

Nous vous proposons dans l’émission de ce jour, l’écoute d’une grande partie des interventions qui se tenait au Marbré, lieu occupé à Montreuil.

Bonne écoute !

L’INDE CONTINUE SA RÉVOLUTION

Télécharger

APRÈS L’ASSASSINAT DE 5 PAYSANS, LE SOULÈVEMENT PAYSAN APPELLE A UNE MOBILISATION CONTINUE D’UN MOIS

Ce 09/10/2021, le SKM (la coordination qui anime le soulèvement paysan) a exigé une nouvelle fois le limogeage du ministre de l’Intérieur de l’Uttar Pradesh, Ajay Mishra, et l’arrestation de son fils, Ashish qui est l’auteur des assassinats de Lakhimpur Kheri et cela avant le 11 octobre faute de quoi, ils appelleraient à un mois de mobilisation de masse au lendemain de cette échéance.

Ils appellent à des “funérailles” nationales le 12 octobre partout pour en faire le “jour des martyrs paysans”, dans tous les temples de toutes les religions de l’Inde, mais aussi sur toutes les places publiques des villes et villages avec des marches aux flambeaux dans les rues, mais aussi l’illumination de chaque maison ou boutique par des bougies.

Les cendres des paysans assassinés seront transférées dans tous les districts de l’Uttar Pradesh et tous les États de l’union indienne et le SKM appelle à ce que les marches accompagnant ces cendres soient conduites sur des lieux historiques ou qu’il soit construit des monuments, édifices, statues, plaques… à la mémoire des paysans tués.

Le 15 octobre, le SKM appelle a brûler partout les effigies des dirigeants du BJP

Le 18 octobre, le SKM appelle à bloquer tout le pays par le blocage des trains et le 26 octobre il organisera un Mahapanchayat géant à Lucknow capitale de l’Uttar Pradesh, avec l’objectif d’un million de participants comme à Muzaffarnagar et la perspective de faire tomber Yogi, le chef du gouvernement de cet État, l’idéologue du BJP et un fasciste avéré.

Le SKM a déclaré que tout l’épisode suggérait que le régime au pouvoir avait choisi la violence comme son seul outil pour réprimer la lutte en cours des paysans. Le premier exemple était une charge policière brutale il y a quelques semaines à Karnal dans l’Haryana, entraînant la mort d’un paysan, le deuxième à Lakhimpur Kheri il y a quelques jours et le troisième encore plus récemment à Ambala où un chef du BJP a tenté d’écraser à nouveau un paysan avec sa voiture tandis que le premier ministre BJP de l’Haryana appelle ouvertement et constamment à la violence contre les paysans ; bref, tout montre que le pouvoir n’a aucune intention de condamner les coupables. La violence est désormais sa seule politique.

Le SKM a appelé à maintenir au contraire le caractère pacifique du mouvement pour défendre ses valeurs, gagner le cœur de tous les indiens et élargir encore ainsi le soulèvement pour débarrasser l’Inde de son gouvernement qui s’appuie sur la haine, les violences, les divisions religieuses, de caste ou de sexe afin de protéger les grands capitalistes qui volent le peuple indien.

Avant même qu’on ait atteint le 12 octobre, date de l’ultimatum posé par les paysans au gouvernement pour arrêter pour meurtre le fils du ministre BJP qui a assassiné 4 paysans et le limogeage de son père, l’incendie provoqué par cet assassinat soulève tout le pays.

Manifestations, meetings, Mahapanchayats… se multiplient partout avant la journée nationale de funérailles prévus dans tout le pays le 12 octobre et notamment à Lakhimpur Kheri (lieu du meurtre) où elle s’y annonce massive et avant un mois de mobilisations continues.

On a le sentiment que le pouvoir est en train d’imploser, de s’effondrer sur lui-même, totalement impuissant face à la vague d’indignation et de colère qu’il a déclenché.

Mahapanchayat (AG de démocratie directe) à Barnala dans le Pendjab ; démarrage d’une grande manifestation de nuit avec bougies à Calcutta en hommage aux 4 paysans assassinés à Lakhimpur Keri par le fils du ministre BJP ; deux images du meeting de soutien du parti du Congrès à Varanasi aux martyrs paysans ; manifestation à Dharmanagar dans le Nord Tripura de soutien aux paysans assassinés

Une FOULE CONSIDÉRABLE AUX FUNÉRAILLES NATIONALES ORGANISÉES PAR LE SOULÈVEMENT PAYSAN POUR LES 4 PAYSANS ET LE JOURNALISTE ASSASSINÉS PAR LE FILS DU MINISTRE DE L’INTÉRIEUR

Bien que le gouvernement BJP de l’Uttar Pradesh ait installé partout des barrages routiers de policiers pour empêcher de se rendre à Lakhimpur Kheri Tikunia, village où a eu lieu l’assassinat et ou avait lieu la principale cérémonie, plus de 50 000 personnes ont pu passer les barrages ce 12 octobre et assister à ce dernier hommage en cet endroit.

Par ailleurs dans tous les pays, dans des milliers de villes et villages, ont été organisées de très nombreuses cérémonies et des marches de jour ou de nuit avec bougies tandis que des millions et des millions de personnes mettaient des bougies à leurs fenêtres.

La police a mis en garde à vue pour 3 jours le fils du ministre, mais le ministre de l’Intérieur n’a toujours pas été arrêté.

Les 15 octobre pour la fête de Dussehra, la fête de la victoire du bien sur le mal, les indiens sont invités par le SKM (coordination paysanne) à brûler collectivement partout les effigies des responsables du BJP puis le 18 octobre tous les trains seront bloqués et le pays paralysé, etc, etc…

Parallèlement, les paysans ont bloqué les déplacements du 1er ministre BJP de l’Haryana qui avait aussi appelé à cogner sur les paysans, ce qui a donné lieu à de nouveaux affrontements avec la police. Aujourd’hui également, au Kerala, les paysans ont protesté dans les bureaux du gouvernement central. Environ 500 travailleurs des transports venant du Tamil Nadu ont rejoint les paysans au campement Singhu à Delhi. Des manifestations de paysans ont également au lieu contre les violences policières, pour la défense des prix agricoles ou pour des indemnités face aux catastrophes naturelles, au Rajasthan, en Haryana, au Pendjab, au Maharashtra, au Karnataka, au Telangana, et au Tamil Nadu.

En même temps, le SKM appelle à manifester aux côtés des tribus indigènes contre une loi qui pourrait supprimer leurs droits sur la forêt.

Nous parlons de cette actualité indienne en compagnie de Jacques Chastaing

CONTRE SOMMET FRANCE AFRIQUE : MANIFESTATION DEVANT LES FOYERS DU 20EME ARRONDISSEMENT / TÉMOIGNAGE DU MALI/ ENTRETIEN AVEC LE CSP MONTREUIL

Télécharger

Crédit dessin https://lepoing.net/

Dans cette émission, nous souhaitons faire un appel au contre sommet Afrique France organisé a Montpellier le 8 octobre.

Pour cela nous vous diffusons plusieurs reportage et témoignage afin de faire le lien entre la question de la lutte pour la régularisation des sans papiers et l’ingérence de l’État français sur le territoire africain.

Dans une première partie d’émission nous vous diffusons donc un reportage réalisé vendredi 1er octobre lors de la manifestation qui avait lieu dans le 20e arrondissement de paris devant plusieurs foyers de travailleurs immigrés dans lesquels les expulsions sont de plus en plus fréquentes et dont la politique des gestionnaires est de plus en plus répressive.

Ensuite, nous vous diffuserons le témoignage de Seyba qui réside a Bamako et milite pour que l’armée française qui occupe le Mali à travers l’opération Serval en 2013, puis Barkhane 2014, et bientôt, à partir de janvier 2021 la force Takuba, quitte le pays.

Enfin, nous vous diffuserons un entretien réalisé avec deux membres de la CSP Montreuil à la suite de l’enregistrement du témoignage de Seyba le lundi 04 octobre, qui réagissent et expliquent pourquoi eux se rendront à Montpellier en cette fin de semaine.

Texte de la marche des solidarités :

  • Il est fini le temps des colonies, ouvrez les frontières !

Le 8 octobre, Macron organise à Montpellier le premier sommet Afrique-France de son mandat pour lequel il promet « le sommet du nouvel imaginaire entre pays » avec un « New Deal » de financement des économies africaines qui se fera « d’égal à égal » et mettra au centre la jeunesse africaine.

Il n’a pas prévu de parler des milliers de soldats français de l’opération Barkhane. Rien non plus sur les trois coups d’État militaires en Afrique de l’Ouest en treize mois (au Mali, au Tchad et en Guinée). Aucune solution proposée pour sauver les migrant.e.s de la mort en Méditerranée. Et encore rien pour les droits des centaines de milliers de sans-papiers qui vivent en France, dont la très grande majorité vient de quelques pays africains. Puisque ce n’est pas au programme du sommet, nous les mettons au cœur de notre contre-sommet !

Arrachons nos droits !

Alors que l’État français dénonce les violations des droits humains là où ses intérêts le lui permettent, il est bien plus complaisant avec les dirigeants des anciennes colonies françaises en Afrique subsaharienne qui réduisent les libertés publiques ou contournent la Constitution pour briguer un nouveau mandat. La France veut défendre son « pré-carré » en Afrique, mais son influence économique ne cesse d’y décliner face aux États-Unis, à la Chine et ou à d’autres européens.

Nos frères et sœurs en Afrique subissent toujours l’implantation de multinationales qui accaparent les terres, polluent, détruisent les forêts et spolient les richesses avec la complicité des dirigeants africains. S’ils et elles quittent leur pays, parviennent à survivre à la traversée et enfin arrivent dans les pays d’émigration comme la France, alors l’État les harcèle, les prive de droits et les livre à un patronat sans scrupules.

Les sans-papiers ont travaillé en 1re ligne pendant le confinement en France, dans les métiers de la livraison, du nettoyage, sur les chantiers ; ou alors ont été licencié.e.s, sans aucune chance d’aide financière et sans droits. Pourtant Macron n’a eu qu’un mot à leur égard : « Vous avez des devoirs avant d’avoir des droits ».

La solidarité n’a pas de papier, pas de frontières, pas de nationalité

Face à la politique meurtrière et au silence coupable de nos dirigeants, nous devons lutter pour nos libertés et pour l’égalité ! Ce contre-sommet est l’occasion de rappeler à ces gouvernements que nous refusons d’être la monnaie d’échanges de leur grand marché néocolonial.

Les collectifs de sans-papiers et la marche des Solidarités porteront leurs revendications à Montpellier lors d’une manifestation d’ouverture (7 octobre), de forums de rue (8 octobre)  et d’une grande manifestation de clôture (9 octobre à 15h au parking Arceaux) de ce contre-sommet Afrique-France.

Des autocars sont prévus au départ de Paris dans la nuit du 6 et du 8 octobre. Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez contacter Youssef (07 51 14 35 60) ou Khaled (07 53 91 61 66), membres de la Coordination des Sans-Papiers 75.

Rappelons aux gouvernants que la solidarité n’a pas de papier, n’a pas de frontières, et n’a pas de nationalité ! Que la solidarité, c’est la lutte ! Une lutte internationale contre le système injuste des frontières qui brise des communautés, des vies, qui dominent les plus pauvres et les plus précaires !

Le 9 octobre, marchons nombreu.x.ses à Montpellier pour exiger :

– La liberté de circulation et d’installation

– La fin des expulsions depuis la France

– La réciprocité des visas entre la France et les pays africains

– Régularisation de tou.te.s les sans-papiers

Pour contacter la marche des solidarités :

L’ALGÉRIE AU TEMPS DU HIRAK : quelles perspectives pour les révolutionnaires ?

Télécharger

Où en est l’Algérie, de quelle nature était le Hirak, Quelles aspirations portait-il ? Quelles forces composaient ce mouvement qui a manifesté toutes les semaines sa volonté de changer de régime ? Que reste il de lui après la démission de Bouteflika ?

Durant le camping de l’OCL ( organisation communiste libertaire)qui s’est déroulé mi-juillet 2021, Nedjib SIDI MOUSSA, auteur de nombreux articles sur l’Algérie, tente de répondre à ces questions.

Dans l’émission de ce jour, nous entendrons son intervention

« Suite aux élections législatives marquées par une abstention record et la victoire des partis liés à l’administration, Les Échos constataient, le 16 juin, qu’un élément manquait à l’opération des autorités visant à restaurer l’ordre antérieur au 22 février 2019 : « la participation populaire à sa contre-révolution ». Deux jours plus tard, L’Express employait l’expression caricaturale de « révolution du sourire » pour désigner le hirak et allait jusqu’à présenter les contestataires algériens comme autant de « révolutionnaires ».

Voir en ligne : Le site de Nedjib Sidi Moussa

Si l’on peut, sans grandes difficultés, caractériser les mesures répressives du régime militaro-policier de « contre-révolutionnaires », il est en revanche plus douteux, au sujet du mouvement populaire, de prendre des vessies réformistes pour des lanternes révolutionnaires, sans pour autant remettre en cause le courage ou la persévérance de nombreux hirakistes privés d’alternative – faute d’articulation saisissable entre les aspirations à la liberté et les exigences d’égalité.

Cela étant, il existe assurément des révolutionnaires en Algérie, comme dans tous les pays. Or, en l’absence d’organisation et d’intervention conséquentes, leur poids politique a été réduit pratiquement à néant au cours des deux dernières années, laissant le champ libre aux forces démocrates-libérales et aux réactionnaires de tout poil, alimentant chaque jour davantage un désarroi mortifère.

Sans doute existe-t-il des causes liées à l’histoire récente du pays permettant de comprendre l’autolimitation du hirak. Par conséquent, un bilan du mouvement populaire bridé par les illusions petites bourgeoises de ses porte-paroles autoproclamés ne saurait éviter d’interroger les ressorts de la fragmentation durable de la société, ainsi que la dépolitisation profonde des classes laborieuses.

De la même manière, toutes les questions qui fâchent devront être abordées, à commencer par celle-ci : une révolution sociale est-elle concevable lorsque des pans entiers de la population préfèrent risquer leur vie sur des embarcations de fortune pour traverser la Méditerranée au lieu de se confronter aux forces d’oppression et de répression de leur pays ?

Évidemment, il ne s’agit pas de poser le problème en des termes moraux mais de saisir les implications sociales et politiques de l’émigration de masse – sur laquelle comptent les autorités, trop heureuses de voir partir de potentiels contestataires –, tout comme la difficulté de nombreux Algériens à se projeter dans leur propre société et à en envisager la transformation, sans oublier qu’entre 1962 et 1989 le régime se disait « socialiste ».

Parmi les tâches de l’heure, une critique des rares groupes se réclamant du socialisme en Algérie s’impose, non pas pour alimenter une polémique stérile, mais pour comprendre pourquoi ces formations n’ont pas réussi à constituer des points d’appui au cours de la dernière période.

Dans un article publié le 18 avril, le groupe Révolution permanente pointait les manquements du Parti socialiste des travailleurs (PST) et de la Voie ouvrière pour le socialisme (VOS). Au premier – parti frère du Nouveau parti anticapitaliste en France –, il était reproché sa « compromission avec la mouvance libérale-démocratique dans le cadre du Pacte de l’Alternative Démocratique (PAD) ». Quant au second – scission ouvriériste du PST –, sa « démarcation du hirak et de ceux qui l’ont conduit vers l’isolement » ainsi que son appel du 28 mars à « la formation de listes portant un programme démocratique, social et anti-impérialiste » à l’occasion des législatives étaient dénoncés.

La direction du PST a commis une faute en s’associant à des formations bourgeoises dans le cadre du PAD, confirmant de la sorte son réformisme – sans que cela ne remette en cause la sincérité et la combativité de ses militants, notamment à Bejaïa. De son côté, VOS a eu le mérite de refuser les fronts interclassistes et de rejeter les mots d’ordre portés par l’opposition libérale du type « transition démocratique » ou « processus constituant ».

Mais ce groupe trotskiste est limité par le formalisme de ses animateurs qui ont impulsé un Front ouvrier et populaire – réplique de « gauche » au PAD – dont l’aspect positif – à savoir la tentative de rendre visible l’expression propre des travailleurs – a été gâché par la propension de ses dirigeants à préférer les jeux d’appareils à la fédération d’éléments révolutionnaires – sur une base autonome –, ce qui a conduit à enfermer cette potentialité subversive dans une perspective para-syndicale. Néanmoins, l’erreur la plus incompréhensible aura été de s’engager dans la voie électorale.

Les révolutionnaires devront tirer toutes les leçons de ces errements et combattre les illusions entretenues par les courants libéraux, islamistes ou socialistes. La tâche est énorme, les moyens sont modestes mais la solution ne passera ni par les élections ni par la « construction du parti » ».

Nedjib SIDI MOUSSA

UN PARLEMENT PAYSAN EN INDE

Télécharger

l’inde en mouvement

Nous passerons cette heure avec Jacques Chastaing et en sa compagnie, nous parlerons de la suite du mouvement social en Inde.

Ce qui se passe en Inde avec l’instauration d’un Parlement paysan est historique. Le 23 juillet 2021 se tenait la seconde session du parlement paysan sous les regards du pays à 150 mètres seulement du Parlement bourgeois parallèlement en session lui-même.


C’est historique pour le pays où il n’y a jamais eu une telle représentation politique de ceux d’en bas, historique aussi pour le monde au vu de l’importance du pays mais aussi comme indication de la dynamique qui anime les mouvements sociaux qui traversent la planète depuis 2018-2019.

Ce Parlement paysan n’est pas suspendu en l’air.
Il repose sur un soulèvement massif du monde paysan et rural (800 millions de personnes en Inde) qui dure depuis 8 mois et qui lui-même est la continuation et l’héritier des valeurs d’un soulèvement populaire, appelé Shaheen Bagh, lui-aussi important mais surtout urbain, de décembre 2019 à mars 2020, qui a été conduit par les femmes contre toutes les discriminations qui divisent la population, religieuses, de castes, de sexe…

Le Parlement paysan n’est pas du folklore symbolique mais la partie émergée d’un immense mouvement de reconquête de la démocratie par en bas, par les plus pauvres.

Contrairement à l’habitude, ce soulèvement paysan, car il s’agit plus d’un soulèvement que d’un mouvement, est animé et dirigé par les plus pauvres d’entre eux.

Ce sont les tous petits paysans qui n’ont guère plus d’un ou deux hectares et qui se louent en même temps comme ouvriers agricoles tout en travaillant comme simples ouvriers à la ville lorsque l’activité agricole est au plus bas, qui sont à la tête de ce soulèvement. Ce sont aussi les ouvriers agricoles qui sont maintenant plus nombreux que les petits paysans propriétaires et avec eux, parmi eux, ce sont beaucoup de femmes paysannes, pauvres parmi les pauvres ou des Intouchables et des Adivasis (indigènes) qui sont les plus exploités et opprimés des paysans et ouvriers agricoles, qui donnent tout son dynamisme et sa détermination au soulèvement.

A leurs côté et avec eux dans le combat, il y a des millions d’ASHA et d’Anganwadi, des femmes qui jouent un rôle vital à la campagne dans le domaine de la santé sociale et santé tout court, tout comme des millions d’ouvriers de tous métiers dans les villages et les bourgs qui participent au soulèvement.

Ainsi, comme souvent dans bien des pays en soulèvement depuis 2018-2019, mais de manière encore plus évidente en Inde, c’est le prolétariat qui anime et dirige ce mouvement et lui donne ses particularités les plus radicales.

Et comme en Russie en 1905 et 1917 avec les soviets, ce prolétariat a réinventé et réinvente en permanence une démocratie des pauvres, des exclus, des exploités et opprimés qui s’étend peu à peu à toutes les classes populaires contre la démocratie représentative bourgeoise complètement dénaturée par la dictature des riches, du capital toujours plus prégnante. Les initiatives démocratiques du soulèvement paysan défient toute classification traditionnelle.

Le soulèvement paysan occupe des kilomètres et des kilomètres d’autoroute à Delhi ou ailleurs dans le pays pour établir des Communes libres abritant des militants de tous bords, des artistes et intellectuels, des syndicalistes, des féministes et écologistes et tous les débats, les plus riches et les plus libres, à l’envers de la société de Modi qui verrouille toute expression libre.

Le soulèvement paysan a transformé les occupations de péages autoroutiers en sites de protestations permanentes qui sont devenus des lieux d’Assemblées Générales journalières regroupant des centaines ou des milliers de paysans et leurs soutiens, prenant mille et une décisions quotidiennes, en sachant que depuis novembre 2020, il y a une centaine d’occupations continues de ces péages/AG rien que dans l’État du Pendjab.

Le soulèvement organise la démocratie directe des Mahapanchayats massifs de 10 000 à 200 000 participants, des réunions Assemblées Générales de démocratie directe associant paysans, ouvriers, femmes, jeunes, étudiants, coalition de syndicats agricoles avec des khap panchayats , structures municipales ancestrales, qui forment des structures de pouvoir local, capables d’imposer le bannissement social des dirigeants BJP et alliés, c’est-à-dire de les empêcher d’avoir une quelconque activité publique, capable de les assigner à résidence, d’empêcher leurs déplacements, leurs réunions, bref, capables de les réduire au silence.

Le soulèvement paysan a construit une démocratie économique par la solidarité, en généralisant l’idée du Langar (repas collectif gratuit pour tous chez les Sikhs) à tous les objets du quotidien et notamment sanitaires dans l’épidémie, pour mettre en place des centres de santé gratuits ouverts à tous, nourrir gratuitement les habitants de bidonvilles ou nourrir et loger les travailleurs “migrants” qui ont perdu travail et revenu avec les confinements, éduquer leurs enfants et ceux des autres, ceux des bidonvilles par exemple…

Le soulèvement paysan a imposé la lutte commune de tous en l’imposant par la démocratie d’en bas en réussissant à nouer des alliances avec les confédérations syndicales pour une lutte convergente plus radicale sous la pression de leurs bases, en construisant un front des ouvriers et des paysans auquel tous ceux d’en bas aspiraient pour être plus efficaces.

Le soulèvement paysan participe à toutes les luttes, celles des femmes contre leur oppression, des indigènes pour protéger leur culture et leurs forêts, des étudiants pour leurs droits aux études, des usagers contre la hausse des prix et les anime de sa détermination et d’une volonté de convergence…

Partout il a innové dans les pratiques démocratiques, cassant systématiquement toutes les barrières entre religions, castes, sexes et corporatismes… qui divisent et empêchent l’échange, le débat, l’union, une démocratie réelle des exploités et opprimés.

Le soulèvement paysan imprègne peu à peu tout le pays et les conditions diverses de ses pratiques, devenant le pivot social et sociétal de toutes les luttes.

Ainsi, les ouvriers de la Défense qui étaient appelé à la lutte le 23 juillet contre la suppression de leur droit de grève ont manifesté dans plusieurs États mais ont aussi envoyé une délégation au Parlement paysan. Début août ce sont les ouvriers de la sidérurgie en lutte contre leur privatisation qui monteront en nombre à Delhi et passeront deux jours auprès des paysans.

Mais plus que cela encore, le soulèvement paysan a permis la libération de milliers et de milliers d’initiatives multiples et diverses, petites ou grandes, qui traversent maintenant la société indienne tous les jours et la changent à tous les niveaux sous l’influence de cette poussée démocratique d’en bas.

La semaine dernière par exemple, sans les paysans, à Raipur, la capitale du Chhattisgarh il y a eu une sorte d’audition juridique publique officielle sur la condition des travailleurs migrants. Mais chose inimaginable avant le soulèvement paysan, ça n’a pas été une audition où les victimes présentent leur cas à un panel d’experts et de juges, mais une audition où le jury décisionnel était composé de 17 travailleurs migrants eux-mêmes, renversant ainsi totalement le regard et les décisions prises.

Autre exemple du changement d’ambiance, de jeunes chômeurs de l’Uttar Pradesh ont monté en farce le gouvernement terriblement dictatorial de Yogi, ce que personne n’aurait osé faire il y a quelques mois tellement il faisait trembler tout le monde, un incident qui a servi à mettre en évidence le chômage généralisé parmi les jeunes instruits dans un État où la parole était pourtant totalement verrouillée par le BJP.

La semaine dernière encore, contre la hausse des prix et notamment de l’essence, parmi de multiples manifestations traditionnelles des partis et syndicats divisées ville par ville, État par État, les paysans ont pris une initiative d’une journée nationale commune qui a été très suivie et, depuis, des citoyens ont lancé d’eux-mêmes une campagne “Merci Modi” sur les réseaux sociaux se prenant en photo avec le portrait du Premier ministre Narendra Modi et “Merci Modi” devant les pompes à essence, pour dénoncer la hausse des prix de l’essence et du diesel. Alors que le gouvernement punit sévèrement toutes ces actions sur internet, cela n’a pas empêché l’initiative d’avoir un succès viral.

La société indienne se transforme par en bas sous l’influence paysanne au fur et à mesure qu’elle se crispe en haut sous l’influence des capitalistes.
C’est tout cela, toutes les initiatives prises par en bas, par ceux d’en bas dans la foulée du soulèvement paysan et sa structuration en démocratie directe qui donnent du poids et de l’autorité au Parlement paysan, forment son pouvoir naissant, qui s’oppose de plus en plus centralement à celui de Modi et des capitalistes.

Aujourd’hui, des députés de différents grands partis d’opposition mais ensemble, portant les pancartes des revendications des paysans, ont perturbé le fonctionnement du Parlement bourgeois, puis sont allés manifester à l’extérieur, rendant hommage et d’une certaine manière allégeance au soulèvement paysan et son Parlement.

Le soulèvement paysan était devenu le pivot de toutes les luttes sociales et sociétales du pays. Il est en train de devenir un pivot politique, apparaissant comme un deuxième pouvoir, dessinant la possibilité d’une société plus fraternelle, d’un monde meilleur, en Inde et pour toute la planète.

Il y a encore beaucoup de chemin à faire, beaucoup d’obstacles à surmonter, mais le chemin est tracé pour ce qui anime en profondeur toutes les colères populaires actuelles dans le monde.

Article du 23 juillet 2021, de Jacques Chastaing

Nous ne pouvons pas nous empêcher de critiquer le pauvre article du monde diplomatique de juin 2021 sur l’Inde, intitulé Covid 19, les causes du désastre, rédigé par un soi-disant spécialiste de l’Inde, Christophe Jaffrelot. Qui soigneusement reste rivé au processus électoral des différentes forces politicardes en lisse sans jamais évoquer une seule fois le soulèvement incroyable qui révolutionne l’Inde actuellement. Quelle ridicule pour un journal qui prétend informer d’une manière critique et indépendante sur les bouleversements en cours sur la planète.

INDE : UNE RÉVOLUTION EN COURS

Télécharger

C’est en compagnie de Jacques Chastaing que nous allons passer cette heure d’émission, pour continuer à parler du soulèvement paysan en Inde.

En même temps que la Covid-19 étend ses ravages, en particulier à la campagne, dépourvue de structures de santé, de lits, de respirateurs, d’oxygène, de médecins, de médicaments, une colère monumentale et sans précédent à cette échelle s’est exprimée dans l’ensemble de l’Inde contre le régime de Modi le 26 mai 2021 dans tous les secteurs des classes populaires en s’organisant autour de la révolte des paysans.

UNE MOBILISATION HISTORIQUE POUR UN AUTRE MONDE

Ce 26 mai, au sixième mois d’occupation des portes d’entrée de Delhi, le soulèvement paysan animé par le SKM (Front Uni Paysan) coordination d’une quarantaine d’organisations paysannes, a appelé à une journée noire.

Il appelait à la mobilisation malgré l’urgence de la solidarité face au Covid qui occupe tous les bras et la nécessité de garantir la sécurité sanitaire dans des rassemblements qui de fait ne peuvent pas être de masse, en mettant des drapeaux noirs partout, sur les logements, les bâtiments administratifs, les entreprises, les mines, les commerces, les échoppes d’artisans, les voitures, les véhicules en tous genres et dans les rues.

L’objectif était d’exiger toujours que Modi annule ses lois anti-paysans et anti-ouvriers qui tuent la petite paysannerie, le monde du travail, le service public et les emplois pour la jeunesse mais aussi de dénoncer la responsabilité criminelle de Modi dans le carnage humain actuel du Covid en Inde et exiger des mesures rapides pour combattre ce fléau.

Le pays entier s’est couvert de noir y compris pour ceux qui travaillent avec des rubans ou badges noirs sur leurs vêtements, à l’exception en partie des deux États en proie au cyclone Yaas qui sévit ces jours-ci au Bengale occidental et en Odisha.

Toutes les colères du peuple indien se sont cristallisées autour de la gestion du Covid par Narendra Modi qui achève sept ans de son mandat au cours desquels il a multiplié les attaques contre les classes populaires, a complètement détruit l’économie par une privatisation effrénée où il a vendu toutes les entreprises comme les aéroports, les ports, les chemins de fer et d’importantes entreprises du secteur public au profit des capitalistes qui sont ses sponsors électoraux, Adani, Ambani en Inde mais aussi dans le monde Cargill, Walmart, Nestlé ou le français Dreyfus, supprimant des millions d’emplois pour la jeunesse indienne et aboutissant au désastre de probablement des millions de morts du Covid par défaut de structures de santé partout dans le pays et en particulier à la campagne.

Rakesh Tikait, un des leaders paysans parmi les plus populaires, a déclaré le 26 mai que la protestation des paysans était désormais devenue une lutte contre l’oppression, le fascisme et le capitalisme tandis que d’autres dirigeants paysans appelaient le gouvernement à faire ses valises.

C’est pourquoi Modi ne veut pas céder aux revendications des paysans car leur mouvement entraîne toutes les classes pauvres du pays bien au-delà des revendications paysannes, mais aussi toute la population indienne – et même la base policière pour qui le mouvement paysan demande de meilleures retraites contre les décisions du gouvernement – en exigeant la liberté de la presse, la lutte contre les effets du changement climatique et surtout en cassant dans la pratique et dans leurs objectifs, toutes les oppressions et les divisions de religions, de sexes, de couleurs de peau, de castes qui fondent le pouvoir de Modi et derrière lui du capitalisme en Inde… et ailleurs.

Le soulèvement paysan veut une Inde qui ne sert pas seulement les chefs d’entreprise, mais qui œuvre pour le droit de tous les citoyens indiens à l’alimentation, à la santé et à la liberté. Il veut non seulement une Inde où les agriculteurs obtiennent des prix équitables pour leur travail mais aussi un système entier pour le peuple, pas pour les profits de quelques hommes avides.

Et ce mouvement des paysans indiens a des revendications en Inde, mais aussi pour l’Asie, dénonçant les accords de l’Asean (association commerciale des pays d’Asie du Sud-Est aux origines anti-communistes), de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud et de Singapour de novembre 2020, le plus grand pacte commercial du monde, qui feront considérablement baisser les prix d’achats de leurs productions aux agriculteurs et en amèneront de nombreux à la ruine, sans faire pour autant baisser les prix à la consommation, puisque le but est d’augmenter la marge de profits des trusts de l’agro-alimentaire.

Et comme illustration de ce qu’il veut, le soulèvement paysan et ses soutiens a montré dans les campements de protestation aux portes de Delhi où habitent depuis 6 mois plusieurs centaines de milliers de paysans, ouvriers, jeunes, étudiants, soignants, militants de tous bords, syndicalistes … En lointain écho des occupations des places Tahrir, Kasbah, Syntagma, Puerta del Sol ou Parc Zuccotti – qu’un nouveau type de société est non seulement possible, mais est en train de naître en même temps qu’une nouvelle économie basée sur la communauté et le don. Les campements offrent gratuitement de la nourriture, de l’eau, un abri, des soins médicaux et des vêtements à tous ceux qui en ont besoin. Ainsi, depuis six mois maintenant, de nombreux enfants démunis et pauvres des bidonvilles sont éduqués, soignés et nourris de la gentillesse des agriculteurs. Contre l’économie de la cupidité, les agriculteurs représentent un nouveau modèle de société basée sur la coopération et le partage. Aujourd’hui, chaque campement offre un espace commun pour parler, discuter, argumenter et surtout faire partie d’une nouvelle fraternité humaine. Ils ont créé un nouveau melting-pot d’espoir en ces temps Covid-19, quand plus de la moitié du pays est enfermée, sans emploi et affamée.

Aussi, cette journée du 26 mai 2021, très politique, a vu des milliers et des milliers d’effigie ou de mannequins de Modi, brûlés un peu partout en signe de ce que les paysans pensent de lui et de son monde.

Mais cette journée était aussi conçue pour envoyer un signal au monde entier pour dire que Modi qui tue les paysans et le petit peuple, tue plus que le virus, qu’il commet un crime contre l’humanité, en Inde, mais aussi ailleurs avec le risque d’extension du variant indien au monde, bref qu’il est nécessaire qu’il s’en aille maintenant et que la communauté internationale peut y jouer un rôle, elle qui se mobilise déjà pour les paysans, en tout cas dans les anciens États membres du Commonwealth où, contrairement à la France, la presse ne fait pas barrage aux informations venant d’Inde.

Les dix principaux syndicats ouvriers ont rejoint l’appel paysan au 26 mai, comme 12 grands partis, les principales organisations féministes, celles des jeunes et des étudiants, des Intouchables, des petits commerçants et artisans, des journalistes et intellectuels et 4 gouvernements d’États fédéraux également, le Bengale Occidental, le Tamil Nadu où de nouveaux gouvernements opposés à Modi viennent d’être désignés dans des élections où le sens du scrutin se faisait contre Modi, dans le Maharashtra où le parti au gouvernement vient de rompre son alliance avec Modi et enfin dans le Jharkhand dont le gouvernement est opposé à celui du BJP de Modi.

LE CARNAGE DU MANQUE DE MOYENS DE SANTÉ

Le mouvement du 26 mai avait déjà été précédé d’une grève nationale massive le 24 mai des personnels de santé de la campagne qui sont en lutte depuis le début aux côtés de paysans dénonçant leur manque de moyens humains et matériels, de vaccins, médicaments et exigeant des hausses de salaires.

Malgré les chiffres officiels d’un gouvernement qui nie toujours l’importance du nombre de personnes contaminées ou décédées, tous les témoignages qui remontent de partout décrivent une situation infernale.

Les trois quarts par exemple du village de Basi, pas loin de Delhi, 5 400 habitants, sont malades et 30 sont morts sur les trois dernières semaines, ce qui rapporté au pays ferait dans les 9 millions de morts en trois semaines. Bien sûr, les situations sont inégales suivant les régions et les villages – 400 000 villages seraient touchés sur 600 000 – et on ne peut pas calculer ainsi sinon pour donner une idée de l’ampleur du drame.

On compte par exemple aussi 9 morts en 7 jours dans le village de Afzal Nagar, 3 300 habitants, où chaque foyer compte au moins un malade, dans l’Etat du Bihar ; 20 morts en un mois à Larma, 3 800 habitants, toujours dans le Bihar.

Des familles entières disparaissent et des villages sont menacés, par ailleurs, s’il y a peu d’informations sur ce qui se passe dans les tribus (Adivasis, 100 millions d’habitants) abandonnées à elles-mêmes, tout porte à penser que certaines tribus sont fortement contaminées et que faute de moyens sanitaires, la mortalité y soit importante, menaçant peut-être l’existence même de certaines tribus

Selon le mouvement paysan qui a fait un recensement dans un certain nombre de villages, il faudrait compter 10 000 morts par jour dans le seul État de l’UttarPradesh (200 millions d’habitants), 127 000 personnes sont mortes dans les deux mois de mars et avril dans l’État du Madhya Pradesh (73 millions d’habitants) et le mouvement estime qu’il pourrait y avoir de 5 à 10 millions de morts pour le pays entier dans l’année si la situation ne s’aggrave pas.

Les témoins racontent que des milliers de cadavres dérivent sur le Gange, que d’autres sont sommairement posés sur les rives, que les chiens mangent les cadavres humains, tandis que les communes manquent de bois pour incinérer les morts et que les crématoriums étant débordés, il y en a partout, improvisés, aux abords des hôpitaux, dans les jardins, sur les parkings, les trottoirs… Des récoltes ne sont pas faites, des terres entières sont abandonnées parce que les paysans qui les travaillaient sont morts…

Mais tout cela n’est pas fatalité.

L’inde, bien qu’une grande puissance et la pharmacie industrielle du monde, le plus grand fabricant de vaccins et de médicaments génériques sur la planète, est le pays au monde qui consacre le moins d’argent à son système de santé publique : officiellement 1,25% de son PIB, mais plus probablement 0,34% bien en dessous de ce que font les pays les plus pauvres du monde.

Par ailleurs 78% des soins de santé en ville sont privés et 74% à la campagne. Il y a bien des hôpitaux, mais hors de prix, réservés aux riches. Les centres de santé issus de la période de décolonisation sont abandonnés, servent d’étables pour les animaux… Et les personnels de santé sont tellement mal payés que beaucoup démissionnent : 1/6e des travailleurs de santé a démissionné par rapport à l’an passé.

A ce drame sanitaire s’ajoute un drame alimentaire.

N’ayant pas les moyens de santé pour faire face au virus, le gouvernement a encouragé partout au couvre feu et au confinement.

Or 93% des travailleurs en Inde travaillent dans le secteur informel, de petits boulots, de la menuiserie ou la cordonnerie au travail de chantier du bâtiment, en passant par la vente ambulante de fruits et légumes dans la rue.

Au delà de l’absurdité criminelle d’un confinement pour un peuple qui vit dans la rue ou en grande partie dans des bidonvilles, le couvre-feu et le confinement font perdre leur travail et leurs revenus aux plus pauvres et à partir de là leur logement et toute possibilité de se nourrir. N’ayant pas de protections chômage, maladie ou retraite, ils n’ont plus rien.

Avec la fermeture de l’accès à la rue, en quelques semaines, ils ont perdu leurs maigres économies et ne sont plus en mesure de se nourrir ou de nourrir leurs familles.

Or cette seconde vague du virus s’ajoute à la première, en 2020, où on estime que 47% des femmes actives ont perdu définitivement leur travail (9% des hommes), 33% des jeunes de moins de 24 ans également ont perdu leur travail et n’en ont pas retrouvé et sont donc physiquement affaiblis, situation aggravée par une pollution atmosphérique terrible qui tue en nombre.

Aujourd’hui, le chômage officiel a déjà doublé en une semaine du 9 au 16 mai 2021 en passant de 7 à 14% en même temps que les prix bondissent.

La famine menace et si des États ont promis des distributions alimentaires de secours, à la date du 24 mai, rien n’était encore arrivé par exemple à Delhi et des manifestations ont lieu dans des bidonvilles, où habitent un tiers des indiens, comme par exemple à Bombay dans le Maharashtra, pour dénoncer l’abandon des habitants des bidonvilles.

800 000 travailleurs “migrants” qui viennent de la campagne et travaillent en ville et qui vivent de petits boulots ont déjà quitté Delhi dés les premiers jours de la seconde vague de Covid – et plus encore ensuite – pour tenter de survivre dans leurs villages d’origine et avant que les transports publics soient bloqués. Mais en voyageant entassés dans les pires conditions, les bus et trains se sont transformés en clusters et ont contribué à propager le Covid partout.

Comme le gouvernement n’a rien prévu, n’a rien préparé, ne fait rien aujourd’hui, a même fortement contribué à la propagation du virus par ses campagnes électorales et pèlerinages hindous et est dirigé par des ministres obscurantistes qui rejettent la science en expliquant par exemple que pour chasser le virus il faudrait taper sur des casseroles, sa principale activité est d’accuser les autres dans la presse de ses propres crimes : les États fédéraux, la population en général, mais surtout le mouvement paysan qu’il accuse, tous les jours, inlassablement, à longueur de journaux, d’avoir propagé le virus en particulier à la campagne en même temps qu’il criminalise violemment tous ceux qui sur les réseaux sociaux appellent à l’aide, demandent de l’oxygène, des médicaments ou documentent le drame.

CONTINUATION, SUSPENSION ET REPRISE DE LA LUTTE A UN NIVEAU PLUS ÉLEVÉ

Le soulèvement paysan a bien sûr été affaibli dans un premier temps du simple fait que tout un chacun pare au plus urgent en essayant de se protéger soi-même de la Covid ou d’aider les autres, familles, voisins, amis, collègues qui sont en difficulté. Du coup, pendant les premiers moments de la seconde vague de la Covid, bien des luttes ont été suspendues.

Cependant, au delà de l’entraide auquel il participe lui-même en fournissant aux nécessiteux des repas, médicaments, centres sanitaires et logements gratuits dans ses campements et lieux de mobilisation, le mouvement a repris son essor dés lors que la période des récoltes a commencé à se terminer à partir du 8 mai où une première mobilisation a eu lieu mais surtout de la seconde semaine de mai, où des milliers et des milliers de paysans et soutiens reviennent en nombre tous les jours aux campements de Delhi depuis le 12 mai environ, 40 000 étant arrivés par exemple le 25 mai.

Le 24 mai, ils étaient déjà plus de 10 000 à bloquer le commissariat central de Hisar dans l’Haryana malgré les 3 000 flics impuissants qui tentaient de le protéger, après que quelques jours auparavant, des policiers aient violemment chargé une manifestation paysanne qui encerclait le premier ministre BJP de l’Haryana, faisant de nombreux blessés et prisonniers. Les paysans ont obtenu que les prisonniers soient relâchés, que ceux qui ont été blessés ou ont eu des véhicules endommagés , soient indemnisés et que même des emplois soient fournis à la famille d’un paysan qui est décédé.

Le 26 mai,en réponse aux calomnies du gouvernement de Modi et de son parti, le BJP, ce sont des millions de paysans, ouvriers agricoles, ouvriers, employés,enseignants, étudiants qui ont organisé rien qu’au Pendjab, 108 lieux de mobilisation et de blocages en plus des manifestations avec libération de péages autoroutiers, blocage de stations essence Reliance, un groupe qui soutient Modi, blocage de grandes surfaces commerciales liées aussi aux groupes capitalistes soutenant Modi et qui seront bénéficiaires des lois anti-paysans, de gares, et de résidences de leaders du BJP. En Haryana, on comptait plus de 60 lieux de mobilisation et rien que dans le seul district (département) de Jhajjar dans l’Haryana on comptabilisait 240 manifestations. A Delhi, 50 lieux de mobilisation étaient recensés.

Dans l’Assam et le haut Assam, des manifestations ont eu lieu comme ailleurs mais en plus avec des tribus Adivasis dénonçant l’accaparement des terres par des sociétés capitalistes après que dans le Chhatisgarh il y a quelques jours la police avait tiré et tué trois indigènes qui dénonçaient le vol de leurs forêts par les militaires.

A Ropar, les paysans ont chassé de la ville les membres du RSS, la milice fasciste au service du pouvoir. A Rupnagar et dans d’autres lieux, les militants du BJP et du RSS ont été pris à partie et ont du fuir. Dans l’Uttar Pradesh où la police du BJP a voulu interdire les rassemblements de nombreux affrontements ont eu lieu et les policiers ont souvent été mis en difficulté.

Malgré les difficultés de mobilisation et de rassemblements dues à la Covid-19, le soulèvement paysan a franchi ce 26 mai une nouvelle marche importante dans l’entraînement avec lui de l’ensemble des classes populaires d’Inde sur un programme de plus en plus large.

Et d’ores et déjà, le SKM a annoncé qu’il allait intensifier la mobilisation dans le cadre d’une alliance renforcée des paysans et des ouvriers et allait appeler à de nouvelles initiatives d’ici peu.

Jacques Chastaing, le 27 mai 2021

MANIFESTATION DE SOUTIEN A LA PALESTINE/LES ÉPREUVES DU BAC /MARCHE CONTRE MONSANTO

Télécharger

Le 15 mai dernier à Paris, s’est tenu tant bien que mal, une manifestation de soutien à la Palestine. Originellement autorisé, elle a été (tout comme le rassemblement du jeudi précédent, appelé par le PCF, et les verts; ainsi que ceux prévu 17 et 19 mai à Villejuif et Vitry-sur-Seine) interdite sous demande express de Darmanin ministre de l’intérieur, sous prétexte de possible trouble à l’ordre public.

Prétexte se basant sur le “précédent” de 2014. (Elle aussi interdite à l’époque). Sous la pression des manifestants, malgré la forte répression (la manifestation à été divisé en 4 par les gazeuses et les matraques…) une partie du cortège a pu se diriger jusqu’à République où un rassemblement pacifique a pu avoir lieu jusqu’à 19h heure de couvre-feu.

C‘est dans ce rassemblement que les interviews ont eu lieu. Une prochaine manifestation de soutien à la Palestine aura lieu ce dimanche 23 mai 15h au départ de Barbés.

Dans un deuxième temps , nous vous diffuserons un reportage réalisé le mercredi 12 mai lors d’un rassemblement organisé devant la direction départementale de l’éducation nationale du 93 a Bobigny.

Ce rassemblement était appelé par plusieurs organisations syndicales de professeurs et de lycéens dans le cadre de la mobilisation entamer a la rentré du 3ème confinement quant à la tenue des épreuves du bac et contre les modalités proposés par le gouvernement suite à cette année perturbée par la crise sanitaire. 

Pour finir cette émission nous vous diffusons une.partie des prises de paroles qui se sont tenues le samedi 15 mai a 13h a Stalingrad au départ de la manifestation contre l’agrochimie et Monsanto Bayer. Vous entendrez le collectif zéro chlordécone zéro poison et le collectif Vietnam dioxine. 

Bonne écoute !

COLOMBIE : une révolte qui appelle à la solidarité internationale / LE HAUT-KARABAGH

Télécharger

Paris place de la république 8 mai 2021 ; rassemblement de soutien au peuple Colombien

En Colombie, la situation est aussi glaçante que le silence qu’elle trouve à l’international, et particulièrement en France.

Depuis le 28 avril, le mouvement de Paro nacional s’élève contre la réforme fiscale du gouvernement d’extrême droite de Iván Duque. Au milieu du pic le plus meurtrier de l’épidémie, le gouvernement pensait pouvoir mobiliser l’argument sanitaire pour délégitimer et empêcher les manifestations. La réforme visait à taxer les plus pauvres à travers l’augmentation de la TVA sur les produits de première nécessité. Avec un système de santé privatisé et une gestion de la crise sanitaire catastrophique, la Colombie est particulièrement touchée par l’épidémie de la Covid-19. Durant la pandémie, la proportion de la population sous le seuil de la pauvreté est passée de 33 à 42%.

En Colombie, la violence politique à l’encontre des opposants, des leaders sociaux et des mouvements sociaux s’inscrit dans une histoire longue et se trouve au cœur du conflit armé. Durant les longues années de guerre contre les guérillas marxistes, l’État colombien, avec l’aide et en partie sous le contrôle des États Unis, a forgé une stratégie militaire particulièrement sanglante. Les groupes paramilitaires d’extrême droite, collaborateurs non officiels de l’État, de l’armée et de la police, ont perpétué des massacres contre les opposants politiques. Ils pratiquent aussi le massacre des civils dans des exécutions extra-judiciaires en les faisant passer pour des soldats des guérillas.

Actuellement, les leaders sociaux, qui luttent pour les droits environnementaux et pour les droits sociaux au sein d’organisations communautaires, dans les zones rurales et dans les quartiers populaires des grandes villes, sont assassinés par des groupes paramilitaires. Les accords de paix de 2016 qui a fait rendre les armes aux FARC sont loin d’être respectés, on recense ainsi plus de 1000 leaders sociaux et ex-combattant·e·s assassiné·e·s depuis leur signature.

Lors des manifestations de 2019, plusieurs manifestant·e·s sont mort·e·s sous les balles de la police.

En septembre 2020, d’énormes révoltes s’étaient organisées à Bogotá en réponse au meurtre de l’avocat Javier Ordóñez par deux policiers.

Mais aujourd’hui, la répression qui s’abat sur le mouvement social est véritablement cauchemardesque et incarne les méthodes d’une dictature paramilitaire qui ne dit pas son nom. Les rapports des organisations de défense des droits humains évoquent au moins 47 morts entre le 28 avril et le 8 mai . Le dimanche 9 mai, la police tire toujours sur les manifestant·e·s à Cali. Et pire, des cortèges de partisant·e·s du parti au pouvoir attaquent le mouvement, tirant sur les cortèges des militant·e·s des organisations indigènes aux côtés et sous la bénédiction de la police.

Dans sa folie répressive, le gouvernement ferme les frontières de certains départements, pour renforcer la militarisation et entraver le travail des ONG qui œuvrent pour le respect les droits humains.

Pour contrer la puissance d’information des réseaux sociaux, ces derniers se trouvent censurés.

Dans le contexte d’une répression extrême, l’État nie les meurtres, et assure tout son soutien à l’armée et à la police. Le gouvernement de Duque, lui-même extrêmement proche de l’ancien président Iván Uribe, mobilise la même rhétorique qui fut employée de nombreuses années contre les guérillas marxistes.

Alors qu’elle se trouve constamment stigmatisée par le discours officiel du gouvernement et dans les médias à travers le terme de « vándalos », la première ligne colombienne fait preuve d’une dignité et d’un courage immenses. La première ligne consiste, sur le même modèle de lutte mobilisé au Chili et dans beaucoup d’autres pays du monde, à former une ligne défensive en tête des cortèges pour protéger les manifestant·e·s, permettre la progression du cortège et faire face aux offensives de la police. Les personnes qui investissent la rue en Colombie luttent au péril de leur vie contre le gouvernement assassin de Iván Duque, avec une détermination et une organisation qui ne peut qu’inspirer les révoltes du monde entier.

Au-delà de la première ligne, il y a dans le mouvement social des milliers de lignes, des milliers d’organisations et de formes de luttes différentes. Le mouvement organise au jour le jour avec des travailleur·euse·s qui mettent à profit leur savoir-faire pour construire du matériel de défense, avec tous les gens qui apportent de la nourriture, qui visibilisent la situation sur les réseaux sociaux, qui filment la police, qui cachent les personnes pourchassées, qui soutiennent le mouvement financièrement, qui chantent depuis leurs fenêtres, ou encore qui s’organisent dans de longues et fatigantes réunions.

La particularité des mobilisations actuelles est qu’elle mobilise largement au-delà des universités et des secteurs en luttes traditionnels. En effet, la réforme fiscale touche tout le monde, et de nombreuses personnes qui d’ordinaire ne se joignent pas aux protestations sont descendues dans la rue. La jeunesse des quartiers populaires joue un rôle clé dans la lutte pour tenir la rue. Même les supporters des clubs de foot adverses, qui s’affrontent d’ordinaire de manière très violente, font face à la police ensemble. La force du mouvement social est qu’il s’est également développé depuis les zones rurales et dans les villages, avec plus de 800 points de concentration dans le pays.

Désormais, les revendications du Paro Nacional se sont élargies. Le mouvement revendique le départ de Duque, du ministre de la défense et de celui de l’intérieur, ainsi que le retrait définitif de la réforme de l’impôt, de la réforme du travail, de celle de la Santé et de la réforme des retraites.

Néanmoins, la Colombie est face à une incertitude extrêmement angoissante. Duque annonce à la télévision qu’il commencera à user de la manière forte si les violences des « vandales » continuent. Pour répondre aux atteintes à l’ordre public, les partisans uribistes lui demandent de déclarer l’état de « conmoción » intérieur, lequel énonce, en réalité, un pouvoir dictatorial à l’exécutif pendant 90 jours. Alors que la situation emprunte déjà largement aux méthodes d’une dictature établie, un tel virage institutionnel pourrait largement empirer la situation vers une répression encore plus cauchemardesque.

La France est le 7ème fournisseur d’armes et de matériel militaire à la Colombie. Si cela n’est pas étonnant, cela révèle la complicité criminelle du gouvernement français.

Nous avons des moyens de témoigner notre solidarité avec les révolté·e·s colombien·ne·s.

Ce weekend a été l’occasion de montrer que la solidarité internationale est à même d’aider un mouvement de révolte. Les rassemblements dans de nombreux pays du monde en soutien à la Colombie, et notamment en France dans plusieurs villes, ont donné beaucoup de force à la mobilisation, qui se sent désormais beaucoup plus soutenue et moins invisible.

Ce texte est tiré d’un article du Poing.

Dans l’émission de ce jour, nous entendrons les entretiens réalisés le 8 mai place de la république a Paris ou se tenait un rassemblement de soutien au peuple Colombien suivit d’un entretien réalisé le 10 mai avec Damien qui se trouve a Cali et il nous parlera de la situation dans la région.

Pour se tenir informé·e·s de la situation sur place, suivre la page Primeralineacol, Brujas: La banda feminista, ou Guarrillerass. Les vidéos des violences policières sont souvent relayées par le compte Laverdadcolombia

Pour consulter le bilan des violences d’État au jour le jour, suivre le compte de l’ONG temblores ou de l’ONG Human Rights Internacional.  Particulièrement à la nuit tombée, les violences physiques, les humiliations et les intimidations sont omniprésentes, avec plus de 1000 civiles blessé·e·s, et notamment 28 personnes mutilées à l’œil[j1]

Le 15 avril se tenait un rassemblement organisé par l’association charjoum ( le mouvement) sur la place de la République. Ils exigent  la libération des prisonniers de guerre arméniens en artsak, ou haut-Karabagh. En effet, depuis la fin de la guerre le 9 novembre 2020, ces prisonniers n’ont pas été libéré et de nouveaux ont été incarcérés.

De plus, ils dénoncent la guerre psychologique que les Arméniens subissent (que ce soit en Arménie même ou dans la diaspora) menée par le pouvoir médiatique azéri afin de faire taire toutes formes de revendications.

Dans cette seconde partie d’émission, nous entendrons deux interviews réalisées lors du rassemblement qui se tenait ce 15 avril 2021.

INDE ; L’INSURRECTION SE POURSUIT

Télécharger

Femmes assemblées le 8 mars ; AG des ouvriers des aciéries Vizag.

Dans l’émission de ce jour, nous poursuivons en compagnie de Jacques Chastaing, de parler de la suite du soulèvement en Inde.

LE SOULÈVEMENT PAYSAN EN INDE EST PLUS FORT QUE JAMAIS

IL ÉBRANLE TOUTE LES NORMES ET LES VALEURS DE LA SOCIÉTÉ INDIENNE

Les lois que veut faire passer le gouvernement de Narendra Modi signent la mort de la petite paysannerie indienne.

Aussi les petits paysans qui sont très prolétarisés et les ouvriers agricoles, mènent un combat à la vie à la mort qui non seulement ne faiblit pas depuis le mois de juin 2020 quand ce mouvement a commencé, mais s’approfondit et s’élargit toujours un peu plus.

De fait, chacune des dates du calendrier social indien et chacune des attaques du gouvernement contre le soulèvement indien, devient l’occasion pour ce dernier d’une riposte encore plus déterminée qui en fait à chaque fois une nouvelle étape vers un mouvement qui n’est plus seulement paysan mais qui devient celui de toutes les classes populaires pour renverser Modi et le système qu’il défend.

Tout cela est lent, puisque le mouvement paysan a commencé en juin 2020, mais on comprend bien qu’il faut du temps pour ébranler un continent de 600 millions de paysans et plus d’un milliard d’habitants, avec 28 États, 8 territoires, aux 3 000 castes, aux très nombreuses formes de pratiques religieuses, aux milliers de tribus, aux traditions et expériences probablement encore plus variées que celles du continent européen.

Par ailleurs, si la détermination du soulèvement ne décline pas et exerce ainsi une énorme pression sur les dirigeants des organisations paysannes, celles-ci n’étaient pas conçues pour avoir une politique de renversement de Modi et du système capitaliste même si certains de ses membres ont personnellement cet objectif. Ainsi le mouvement avance par a-coups, par la logique sociale de la prolétarisation paysanne et de sa détermination en réponse aux attaques gouvernementales qui le poussent, à chaque offensive de Modi, à s’engager toujours plus loin sur le chemin de cette logique.

Aujourd’hui, nous en sommes à un moment où le soulèvement paysan qui bénéficie d’un très large soutien des classes populaires essaie de se transformer peu à peu en soulèvement de l’ensemble de ces mêmes classes populaires.

Cette évolution qui suppose une énorme transformation des consciences, au moins des plus avancées, a commencé le 26 novembre 2020.

LES ÉTAPES DE LA TRANSFORMATION RÉCENTE DES CONSCIENCES

Le 26 novembre 2020 les directions syndicales ouvrières appuyés par la première coordination paysanne, l’AIKSCC, née elle-même d’une première révolte en 2017, ont organisé une grève nationale d’un jour qui avait fait descendre 250 millions de travailleurs dans la rue.

En général, les directions syndicales ouvrières s’arrêtent là, un journée d’action puis rien avant l’année suivante.

Mais là, le soulèvement paysan a saisi l’occasion pour appeler aussitôt à renouveler cette grève générale la semaine d’après, le 8 décembre, voire continuer plus loin encore s’il y en avait la possibilité.

Lorsque cette seconde journée de lutte nationale du 8 décembre a été passée, le gouvernement a espéré une pause, mais non, ça a été le contraire, le soulèvement paysan a profité de cet élan pour appeler aussitôt à marcher sur New Delhi la capitale montrant ainsi sa détermination à lui-même et à toute la population. Il a cristallisé ce moment d’alliance et de débordement des directions syndicales ouvrières, dans l’apparition d’une nouvelle coordination paysanne, le SKM (Front Uni Paysan) qui anime encore aujourd’hui le soulèvement, en synchronisation avec l’AIKSCC.

Lorsque le gouvernement a alors bloqué cette marche aux portes de Delhi par une armée de policiers, ni une ni deux, le soulèvement paysan n’a pas reculé, mais a installé des campements de plusieurs centaines de milliers de paysans aux portes autoroutières de New Delhi qui sont devenus le foyer de rencontre de tous les secteurs et professions en opposition à Modi et au système, le creuset organisateur de la convergence de toutes les luttes, ouvrant le soulèvement paysan, par ces lieux fréquentés de toutes les oppositions au régime, à toutes les questions sociétales, religions, castes, femmes, tribus, Intouchables, jeunes, écologie….

Puis, quand le gouvernement a tenté de profiter d’une légère pause, après l’aboutissement de la marche des paysans à 1 million à New Delhi le 26 janvier, pour tenter de détruire les campements paysans de la capitale, les paysans ont non seulement appelé à monter en masse à Delhi ce qui s’est fait, mais ils ont appelé à construire les bases d’un pouvoir paysan durable au travers de la démocratie directe des Mahapanchayats dès le 29 janvier 2021.

Du coup, aujourd’hui, depuis ce premier Mahapanchayat, le soulèvement en a tenu 100 qui sont devenus les organes d’un pouvoir paysan, structurant 3 millions de participants, assurant une autorité organisée au soulèvement paysan sur une zone d’influence d’environ 100 millions de personnes qui se soustraient ainsi en partie à l’autorité du pouvoir central et sont en capacité de bannir socialement de ces zones les représentants du Bharatiya Janata Party (BJP), le parti de Modi et ses alliés, fussent-ils les dirigeants des États inclus de ces zones.

Maintenant, en cette seconde quinzaine d’avril, craignant intensément l’appel des paysans à toutes les classes populaires à une marche nationale début mai sur le Parlement pour l’assiéger, le pouvoir essaie de profiter de la saison des récoltes qui a commencé en avril et qui oblige bien des paysans à retourner au travail pour mener une campagne de masse avec l’aide de ses médias pour faire croire que le soulèvement paysan est en train de s’arrêter et tenter de l’attaquer à cette occasion.

Il a récolté en riposte contre cela, une organisation quasi soviétique du travail à la campagne.

Pour prendre l’exemple du Pendjab, pour faire face au fait qu’une partie des tracteurs était utilisée dans les mobilisations, tout le matériel, les moissonneuses-batteuses et les tracteurs restants sont mis en commun.

Plus que cela, pour ne pas abandonner la mobilisation et en même temps pouvoir faire les récoltes avec donc un manque de bras, des réunions ont eu lieu sur la manière dont toute cela sera organisé et coordonné dans chaque quartier de village, chaque village et chaque département ; tout le monde s’est prononcé en faveur d’une mise en commun de tout. Un système démocratique à trois niveaux (quartier, village, département) a été créé pour couvrir toutes les familles afin que personne ne subisse de perte et puisse mener de front, travail et politique.

Ainsi les paysans partent pour les frontières de Delhi par lots en fonction du moment de la récolte. Un lot part d’un quartier, un lot d’un autre quartier arrive. Un autre lot achemine les récoltes au Mandi (marché d’État).

Et ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que ces différents lots, sont composés bien sûr de paysans, mais aussi d’ouvriers agricoles mais encore d’ouvriers, d’employés, d’étudiants, d’enseignants, tous les soutiens qui le veulent. Ainsi, les paysans et leurs soutiens, vont et viennent des villages à New Delhi et réciproquement sur la base d’une organisation démocratique et solidaire remarquable, améliorant la solidarité humaine et accélérant ainsi, de fait, le processus de récolte.

De cette organisation du travail est sorti une coordination paysans-ouvriers-étudiants-enseignants qui se substitue peu à peu à la coordination strictement paysanne. Son premier geste a été d’envoyer aux campements de New Delhi, des ouvriers, enseignants et étudiants pour remplacer les paysans obligés de quitter les campements afin de faire les récoltes. En sachant qu’en plus des campements de New Delhi, il y a une centaine de lieux occupés en permanence seulement dans le Pendjab, on mesure mieux combien le brassage de paysans, ouvriers, étudiants, employés, enseignants qui était déjà une réalité aux campements de Delhi, passe un cap et devient une fusion dans un combat mené en commun.

Or le phénomène ne touche pas que le Pendjab.

Ainsi par exemple, un meeting commun massif ouvriers-paysans a eu lieu le 18 avril, à Visakhapatnam dans l’État de l’Andhra Pradesh, pour organiser une lutte commune ouvriers-paysans contre la privatisation de l’aciérie publique Vizag de cette ville dont 400 000 personnes dépendent sur trois États. Ce qui est marquant pour témoigner de la popularité du soulèvement paysan, c’est que c’est le collectif ouvrier qui anime cette lutte contre la privatisation depuis déjà plusieurs mois qui a fait appel aux paysans, non pas pour les aider, mais pour diriger ensemble le mouvement à l’échelle de l’État entier, voire plus.

Ce qui est frappant aussi pour l’évolution actuelle du combat, c’est que le dirigeant paysan le plus connu, Rakesh Tikait, a appelé dans ce meeting à créer un front général paysans, ouvriers, cheminots, employés de banques et d’assurances – qui sont aussi en lutte aujourd’hui contre leur privatisation, mais chacun dans leur coin – afin de redonner au peuple la propriété de son travail, un programme très révolutionnaire par les moyens et très socialisant par les objectifs.

En même temps que le gouvernement essaie en avril de profiter du temps des récoltes, il cherche en même temps à profiter d’une montée des contaminations au Covid ces derniers jours pour mener une immense campagne de peur accusant les rassemblements et campements paysans d’être responsables des contaminations. Il veut donc interdire tout rassemblement (sauf ses propres meetings électoraux et les pèlerinages hindous, parce que le gouvernement ne fait strictement rien contre le Covid), en menaçant de “nettoyer” de force les campements de Delhi. Et, cerise sur le gâteau, dans le même moment, il utilise une tempête qui a partiellement détruit les campements paysans de Delhi pour finir de les détruire en tentant avec ses voyous fascistes d’y mettre le feu.

Or, face à cela, le soulèvement paysan trouve l’énergie de reconstruire les campements mais plus encore, refuse de céder au chantage sanitaire du pouvoir et maintien ses mobilisations contre le gouvernement tout en cherchant des réponses qui étendent l’influence du soulèvement à la question de la santé publique.

Ainsi, bien sûr, il a dénoncé l’inaction totale du gouvernement depuis un an contre le Covid, en matière de lits d’hôpitaux, de respirateurs, d’oxygène, de formations, de soignants, etc… Politiquement, le soulèvement paysan a répondu que si le gouvernement avait réellement le souci de la santé des indiens, il n’aurait qu’à céder aux revendications des paysans, ce qui mettrait immédiatement fin aux campements et mobilisations..

Mais le soulèvement est allé plus loin, défiant très concrètement l’autorité du pouvoir et construisant le sien. Il a démonstrativement ouvert des cliniques de campagne dans ses campements de Delhi aux soins gratuits non seulement pour ses membres mais aussi pour tous les habitants qui le veulent en demandant au gouvernement, s’il est sincère dans sa lutte contre le Covid, de lui fournir des vaccins qu’il pourrait ainsi utiliser rapidement et largement.

Ainsi, au fur et à mesure que la confiance dans le gouvernement s’amenuise, le soulèvement montre le visage d’un autre gouvernement possible, paysan et ouvrier.

Pour le moment, même si le gouvernement voudrait utiliser le Covid et le temps des récoltes, il est relativement coincé dans sa volonté de “nettoyer” les campements paysans, non seulement parce que les paysans et leurs soutiens proposent de soigner, mais aussi parce qu’il y a aujourd’hui des élections qui ont cours jusqu’à fin avril pour renouveler parlement et gouvernements dans 5 États.

Modi ne peut se permettre de trop grandes violences contre les paysans au risque de perdre des électeurs car il a mis en effet dans ces élections toutes ses forces en espérant enrayer ses reculs voire même gagner peut-être des États, en particulier le Bengale occidental qui aurait une signification symbolique importante.

Il interdit donc les meetings des partis qui lui sont opposés au prétexte du Covid, mais lui-même continue les siens sans aucune protection sanitaire.

Mais il augmente aussi les salaires des ouvriers agricoles du thé (Darjeeling) qui sont une part importante de l’électorat, la veille des élections, offrant par ailleurs cadeaux, argent et même logements à ceux qui voteraient pour lui. Pire, il promet que les musulmans indiens deviendraient avec lui des étrangers expulsables, sous-entendant ainsi qu’il y aurait des maisons et des boutiques à prendre, libérant toutes les haines et les violences. Il commence ainsi dans chacune des villes où il organise un meeting par obliger par la force de ses bandes fascistes, les musulmans à fermer boutiques et échoppes dans la ville du meeting, cherchant à transformer ce scrutin en des violences de pogroms religieux.

Par contre, une fois, ces élections terminées dans les derniers jours d’avril, les paysans craignent les pires des violences du pouvoir contre eux.

Cependant, les derniers jours d’avril sont aussi les derniers jours des récoltes et les paysans pourront reprendre leur mobilisation à 100%.

Déjà, la principale organisation paysanne du Pendjab appelle tous ceux qui ont fini leurs récoltes à monter sur Delhi le 21 avril, tandis que le SKM appelle l’ensemble des paysans du pays à le faire le 24 avril et invite à une convention nationale de l’ensemble des organisations paysannes le 10 mai à Delhi afin de discuter de la marche sur le Parlement et de la stratégie du mouvement dans la période qui s’ouvre.

Les jours qui viennent vont donc être tendus

S’il est peu probable malgré des attaques violentes très possibles du pouvoir que le mouvement paysan soit stoppé même s’il prend des coups.

Par contre, si le gouvernement qui joue son va-tout dans les jours qui viennent, prend une claque électorale ou même sans perdre, s’il ne gagne pas de manière probante et démonstrative dans les élections et si en même temps il n’arrive pas à se faire obéir des paysans en cette période de Covid, il est bien envisageable qu’on entre dans une nouvelle période qui soit celle de la marche inéluctable vers la chute de Modi.

COMMENT LES PAYSANS ONT DÉJÀ TRANSFORMÉ LA SOCIÉTÉ INDIENNE

Chaque attaque du gouvernement s’est donc traduite par un élargissement du champ d’action du soulèvement paysan et de son influence sur la société.

Or, pour tenter de diviser le soulèvement et le discréditer aux yeux de l’opinion, le gouvernement a cherché à s’appuyer sur tous les préjugés sociaux et les développer en disant que le soulèvement est celui des ignorants, des incultes, des arriérés, des barbares… bref des Intouchables, des tribus indigènes, des femmes, des sikhs, des musulmans, des jeunes pauvres…

En riposte, le soulèvement paysan a organisé de manière démonstrative des mahapanchayats ayant une portée politique symbolique importante pour l’élargissement de son combat, avec des ouvriers agricoles, des femmes, des Intouchables, des tribus indigènes, des jeunes et des musulmans. Il a fait plus que de les organiser ensemble, il a fournit l’infrastructure pour que les plus opprimées puissent avoir leurs propres Mahapanchayats, leur propre organisation autonome.

Ainsi le soulèvement paysan a déjà transformé l’Inde en faisant tomber dans le mouvement lui-même et en les ébranlant ailleurs, les barrières entre castes, religions, sexes, et autres stéréotypes du même style. Les normes et les valeurs sociales sont en train d’être ré-écrites.

Et c’est pour ça qu’il attire de plus en plus largement : chaque maison, chaque ferme du paysage indien a un drapeau paysan (en tous cas dans le Nord), montrant là toute sa puissance et toute l’ambition des aspirations populaires qu’il représente, car c’est toute cette société d’oppression et d’exploitation qu’il ébranle.

Les jeunes sont particulièrement attirés qui étouffent dans cette société cloisonnée. Le soulèvement paysan est à la mode, dans les vêtements, les T-shirts, les mouvements de jeunes, la musique, les badges… Paysan, c’est cool.

C’est évidemment un danger mortel pour le capitalisme et sa capacité à exploiter les prolétaires de la ville et la campagne, des femmes et des hommes… en les divisant.

Les femmes paysannes mais aussi les autres femmes, qu’elle soient hindoues, sikhs ou musulmanes, sont à la pointe du combat, alors que jusque là les traditions patriarcales dominaient plutôt le monde rural et la société indienne en général.

Dans ce pays aux nombreuses règles millénaires et moyenâgeuses les plus coercitives, toutes les normes et les valeurs sociales sont en train d’être réécrites dont les campements paysans sont les foyers incubateurs puisqu’y vivent et coopèrent en fraternité toutes les castes, toutes les religions, toutes les croyances ou les idées, celles des hindous, sikhs, musulmans, bouddhistes ou chrétiens, mais aussi celles des multiples écoles du marxisme ou de l’anarchie. On y trouve des ouvriers et des paysans, des universitaires et des personnes qui ne sont jamais allés à l’école, des femmes et des hommes, des féministes et des chefs de clans patriarcaux, des guerriers Nyangs et des pacifistes, des tribus des forêts et des jeunes urbains, des écologistes et des syndicalistes de l’industrie la plus polluante, des personnes de 90 ans et d’autres de 14 ans…

Le soulèvement paysan est la vitrine vivante d’un autre monde possible qui existe déjà dans le cœur de chaque indien mais de manière étouffée et l’envers visible du monde de haines et de divisions que veut encore aggraver le pouvoir.

Pour en faire la démonstration chaque jour, au delà de ses luttes, le soulèvement s’empare de chaque journée importante du calendrier indien pour en faire celle de l’idéal du soulèvement.

Il l’avait déjà fait en choisissant le 26 janvier 2021 comme journée de son entrée dans Delhi. Il a transformé la fête nationale de ce jour-là qui est dédiée traditionnellement au soulèvement de l’indépendance, mais qui est récupérée par les riches comme notre 14 juillet. Il lui a redonné le sens subversif d’origine de ceux qui se révoltent contre l’injustice et l’inégalité par un défilé paysan dans Delhi bien plus applaudi par les habitants que le défilé national du gouvernement.

Le soulèvement s’empare ainsi de toutes les grandes dates du calendrier national pour en faire celles du peuple modelant peu à peu les valeurs abstraites du pays pour en faire les valeurs réelles des révoltes, du courage et de la dignité populaire.

Après les fêtes traditionnelles de Diwali, Lohri et Holi et bien d’autres dates d’hommages nationaux, le soulèvement paysan a décidé pour ne donner que l’exemple de ces derniers jours, de fêter le 13 avril, le Baisakhi, une fête traditionnelle pour l’ouverture de la période des récoltes qui a lieu dans de nombreux États et sous le nom de Baisakhi au Pendjab.

Il a donc organisé des grandes fêtes populaires dans les campements paysans des portes de Delhi avec spectacles sportifs, de danse, de musique, feux d’artifice auxquels participent les paysans des campements mais aussi tous ceux qui de Delhi ou ses banlieues veulent s’y associer…

Le soulèvement paysan s’empare des événements de la société indienne pour leur donner sa propre tonalité subversive et populaire, pour les faire siens en y associant tous ceux qui le veulent, pour faire de tout le calendrier indien, le calendrier du soulèvement et du peuple. En rendant son histoire au peuple, il se saisit de son histoire pour refaire vivre son désir de changer le monde. IL montre de plus en plus qu’il y a deux pouvoirs, deux sociétés qui s’affichent à toute occasion et chaque événement, l’une contre l’autre, la société et le pouvoir du gouvernement des capitalistes et des riches d’un côté et la société et le pouvoir des paysans et des pauvres de l’autre.

En même temps, en plus de l’horizon qu’il dessine, il associe la lutte qui y mène. Dans les zones que le soulèvement paysan influence, là où les représentants du BJP et ses alliés ont voulu aussi fêter ces événements, ils ont été chahutés voire empêchés de les célébrer par les paysans comme l’ont décidé les Mahapanchayats en bannissant socialement le BJP et ses alliés, en leur interdisant de participer à toute cérémonie, toute inauguration, tout meeting, en leur interdisant parfois tout simplement de rentrer ou sortir de chez eux.

Le 13 avril, également, le soulèvement paysan commémore le massacre de Jallianwala bagh où des centaines d’indiens ont été tués par les britanniques le 13 avril 1019. De cette manière, en commémorant de très nombreux héros du mouvement social ou des faits de son histoire, le soulèvement paysan reconstruit aussi une autre histoire de l’Inde que celle de l’histoire officielle des riches et des puissants, une histoire des pauvres, des invisibles et de leurs combats mais aussi de leurs valeurs et leur dignité, il rend leur dignité aux opprimés et expoloités.

Le 14 avril, il a rendu hommage au plus célèbre des Intouchables, Ambedkar, l’homme qui a écrit la constitution de l’Inde indépendante. Le soulèvement a appelé ce jour-là tous les intouchables, les tribus et tous les exclus, des basses castes, des femmes, les musulmans, etc… à s’emparer de cette journée, à ne pas la laisser dans les mains de ceux, qui la plupart du temps, étaient les alliés ou les valets des britanniques. Il l’a fait toujours dans le même esprit afin que cette journée doive être celle du peuple combattant et non celle de ceux qui au pouvoir écrasent tous les jours les opprimés et ne les célèbrent qu’une fois par an. Les Intouchables et bien d’autres opprimés ont donc ce jour-là organisé de grands rassemblements partout tout en gênant ou empêchant également les rassemblements du même type organisés par le BJP et ses alliés.

Le 19 avril, il a organisé un hommage aux habitants des banlieues pauvres et riveraines des campements paysans dans le pays, qui par leur solidarité active, leur apport de nourriture, d’eau, de couvertures, vêtements, leurs hébergements, leurs toilettes et douches, le prêt de leurs téléphones, leur transport entre les camps et la ville qui sont interdits par la police aux paysans… ont rendu possible l’existence de ces campements.

Le soulèvement paysan a aussi changé la société en amenant déjà Modi à suspendre les lois anti-ouvrières liquidant l’essentiel des acquis ouvriers que le gouvernement voulait également imposer. Modi espérait ainsi acheter les directions syndicales ouvrières, ce qu’il a en partie réussi, puisque pour la grève générale commune paysans-ouvriers prévue le 26 mars 2021, les directions syndicales ouvrières se sont désistées au dernier moment pour ne s’engager qu’à un soutien symbolique. Mais peu importe, le blocage général du 26 mars a été un grand succès montrant l’influence nationale des paysans. Et puis, le processus recommence, le soulèvement paysan a à nouveau imposé aux directions syndicales ouvrières l’organisation commune du 1er mai, et il espère bien dans la foulée entraîner la base ouvrière et populaire à marcher avec lui sur le Parlement dans les jours qui suivent.

Alors bien sûr, bien des combats sont encore à mener.

Le gouvernement a tenté de faire assassiner ces derniers jours, le leader le plus populaire du soulèvement paysan, Rakesh Tikait. Il a récolté du coup un blocage général de Delhi pendant un jour.

Et ce n’est pas fini. Les paysans craignent que Modi ne cherche à faire assassiner dans les jours qui viennent les principaux dirigeants du soulèvement et donc ils s’organisent pour cela, argumentant que si la police est incapable d’assurer leur protection, il va bien falloir qu’ils s’en occupent eux-mêmes, menaçant ou annonçant ainsi la naissance d’une milice paysanne.

Le gouvernement pour le moment du seul État de l’Haryana (dirigé par le BJP) le plus enragé contre les paysans, a annoncé qu’il interdisait au commun du peuple de parler à des paysans en lutte sous peine de sanction, et a sorti une loi lui permettant de saisir les biens, maison ou champs, des paysans pris à participer à une manifestation illégale. Cela amènera-t-il les paysans à annoncer leur droit à saisir les biens des capitalistes qui font violence contre le mouvement ? On verra, mais toute l’évolution pousse à cette spirale vers la révolution.

Et c’est ce virus de la révolution, ce variant indien, que craignent surtout les possédants jusqu’en France qui font fermer à leurs journaux toute information provenant d’Inde à l’exception de celles de la campagne de peur que mène la presse de Modi sur le Covid qui est en fait une campagne contre les paysans.

Jacques Chastaing. 19.04.2021

CHILI 2021 / ÉPISODES 2 ; Stratégie répressive et prisonniers politiques

Télécharger

Le 18 octobre dernier, le peuple chilien s’est réveillé pour exiger davantage de justice sociale. Trois jours plus tard le président de la République Sebastián Piñera a déclaré que le pays était « en guerre contre un ennemi implacable ».  Jusqu’à l’apparition de la covid-19 et a repris suite au levé du couvre-feu instauré pendant 6 mois avec comme prétexte la pandémie. Au mois d’octobre 2020, un référendum a vu le jour et la population s’est exprimé en faveur d’une nouvelle constitution. Cette décision soulève de nombreux enjeux et notamment avec les élections présidentielles qui auront lieu courant 2021.

Nous consacrons donc deux émissions sur la situation sociale au Chili. Une première dans laquelle nous avons diffusées une partie des prises de parole réalisé lors de la rencontre internationaliste organisé par la cantine syrienne ” les peuples veulent”, qui avait lieu le jeudi 21 janvier avec le collectif Vitrine Dystopica, intitulée : Communalisme et perspectives de victoire du Chili à la France.

La seconde émissions été réalisé dans le début du mois de mars avec deux membres de l’assemblée des familles de prisonniers politiques chiliens. Dans cet entretien, nous revenons sur la stratégie répressive du pouvoir institutionnel, simultanément à cette ” victoire”du référendum ; et sur la proposition de loi d’amnistie générale pour tout les prisonniers politiques que cette assemblée cherche à faire adopter dans le projet de la nouvelle constituante. L’occasion pour nous d’aborder la situation actuelle du Chili et les enjeux politiques actuels.

CHILI 2021 / ÉPISODE 1 ; Les limites de la constituante

Télécharger

Le 18 octobre dernier, le peuple chilien s’est réveillé pour exiger davantage de justice sociale. Trois jours plus tard le président de la République Sebastián Piñera a déclaré que le pays était « en guerre contre un ennemi implacable ».    Le mouvement s’est maintenue jusqu’à l’apparition de la covid-19 et a repris suite au levé du couvre-feu instauré pendant 6 mois avec comme prétexte la pandémie. Au mois d’octobre 2020, un référendum a vu le jour et la population s’est exprimé en faveur d’une nouvelle constitution. Cette décision soulève de nombreux enjeux et notamment avec les élections présidentielles qui auront lieu courant 2021.

Nous consacrons donc deux émissions sur la situation sociale au Chili. Une première dans laquelle nous vous diffusons une partie des prises de parole réalisé lors de la rencontre internationaliste organisé par la cantine syrienne ” les peuples veulent”, qui avait lieu le jeudi 21 janvier avec le collectif Vitrine Dystopica, intitulée : Communalisme et perspectives de victoire du Chili à la France. Cette discussion revient sur les dangers du processus électoraliste, les tentatives de récupération de la mobilisation par le pouvoir institutionnel, mais aussi sur les conséquences et perspectives réelles issues de la mobilisation débutée l’année dernière.

LES PEUPLES VEULENT

🌅 Alternatives révolutionnaires 🌅

Si la crise sanitaire et sa gestion, comme les catastrophes écologiques successives, assombrissent chaque jour notre perception du futur, des rayons d’espoir percent malgré tout ce ciel gris et menaçant.

Soudan, Algérie, Hong Kong, France, États-Unis, Mali, Liban, Irak, Iran, Thaïlande, Biélorussie, Équateur, Haïti, Catalogne, Chili, Nigeria… On peine à dénombrer sans en oublier l’ensemble des soulèvements des deux dernières années. 💥

Un désir de vie, de dignité et de justice parcourt villes et campagnes du monde entier. Malgré la répression, le courage des peuples qui se soulèvent défient partout le statu quo.

Si l’on semble s’accorder que dans les quatre coins du monde « les peuples veulent la chute des régimes », bien rares sont les voix et les slogans qui évoquent ou défendent une vision de

ce qui pourrait succéder ces chutes 🌅. La question de l’après reste bien souvent absente.

Cette année le titre de notre rencontre s’arrête à trois mots sans que nous sachions si il faut les ponctuer d’un point d’interrogation❓ ou d’exclamation❗

💥Les peuples veulent!?💥

Pendant plus d’un siècle, révolution rimait avec socialisme(s). Du Vietnam à l’Algérie en passant par Cuba ou le Burkina Faso, quand une insurrection éclatait, le communisme était disponible lorsqu’il s’agissait d’imaginer la suite. Que l’on s’en réjouisse ou non, on peut s’accorder pour dire que la situation a bien changé.

Quelles propositions de transition ou de rupture réussissent encore à se frayer un passage au moment des soulèvements ? La démocratie libérale pour remplacer les régimes autoritaires ? Des assemblées constituantes pour transformer la démocratie libérale ? Quelles perspectives dessinent les révoltés de nos jours ❓

C’est pour réfléchir à ces questions que nous avons souhaité inviter collectifs et individu.e.s du monde entier à participer à cette rencontre.

Certain.e.s, après avoir assisté à l’écroulement de régimes ou à la libération de territoires entiers ont déjà entrevu cet instant d’après. D’autres, ne souhaitant pas attendre de tels moments, ont déjà commencé à construire des d’alternatives au système actuel.

Les changements progressifs et locaux ne peuvent être opposés aux soulèvements. Au contraire, il nous faut souhaiter qu’en plus de se multiplier, les uns et les autres se nourrissent mutuellement.

À partir des pistes qui sont d’or et déjà creusées ici et ailleurs, il est possible d’apercevoir des réponses communes et de dessiner des horizons qui traversent frontières et océans. ✨