L’HÔPITAL EN COLÈRE / SIDA : journée mondiale

Télécharger

L’accès à une santé de qualité et de proximité est de moins en moins assuré malgré l’abnégation des personnels. L’hôpital public se désintègre avec partout des fermetures de lits, de services, en particulier d’urgence et de SMUR mais aussi en psychiatrie, en chirurgie, en médecine, en soins de suite … Le laisser-faire actuel privilégie le secteur privé, avec des conséquences dramatiques pour l’accès aux soins (dépassement d’honoraire, frais administratifs… Mais aussi recul de la proximité).

C’est une catastrophe sanitaire qui s’amplifie. La situation actuelle des hôpitaux a pour conséquence d’accroître les souffrances des malades, des personnes en situation de handicap, et de provoquer une surmortalité. Le renoncement aux soins s’accroît.

Le gouvernement ne peut se contenter de distribuer quelques millions ici et là pour tenter de calmer les esprits. L’hôpital public est garant de l’accès aux soins de toutes et tous.

Nous demandons un plan d’urgence pour l’hôpital public !

Un choc d’attractivité pour les personnels, par une vraie reconnaissance salariale, par une amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi en leur permettant de travailler conformément à leur éthique ce qui suppose de les écouter et de réformer la gouvernance. Il faut changer les systèmes de fonctionnement et de management basés sur des critères de performance et de rentabilité. Il n’y pas de soins sans humanité !
Un vaste plan de formation, de recrutement et la titularisation des contractuels.le.s :
La réouverture de tous les lits et services fermés et des ouvertures autant que de besoin.
L’établissement d’une vraie démocratie sanitaire unissant personnels et usagers-citoyens.
Les moyens financiers suffisants doivent en être donnés par une modification du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2022.

Face aux fermetures de lits et à un hôpital public « qui se désintègre », des associations, syndicats, collectifs de soignant.es et de citoyens appelait à une journée de mobilisations pour l’accès aux soins, le samedi 4 décembre 2021.

L’actualité des luttes se trouvait dans le cortège parisien, et nous vous proposons le reportage réalisé ce samedi 4 décembre. Nous pourrons entendre entre autre les paroles d’un médecin urgentiste au CHU d’Angers , d’une pédopsychiatre qui officie dans l’Essonne, le collectif grand Est…

Mercredi 1er décembre 2021, Act Up-Paris organisait la manifestation pour la journée mondiale de lutte contre le sida à Paris. Mot d’ordre : PRÉCARITÉ SANITAIRE, RIPOSTE COMMUNAUTAIRE.

Au-delà de l’invisibilisation, la chute du nombre de dépistages du fait de la crise sanitaire liée à la Covid-19 est le présage d’un retard dans la découverte de personnes contaminées, de leur mise sous traitement, de leur prise en charge, des impasses thérapeutiques et une hausse probable des contaminations, sans parler des effets délétères sur la santé mentale.

Dans cette seconde partie d’émission, nous vous proposons le reportage réalisé ce 1er décembre et nous entendrons les prises de paroles place de la Bastille et un entretien avec le collectif ACCEPTESS

Bonne écoute !

1ER MAI ET RECOURS CONTRE AMAZON

Télécharger

Il apparaît de plus en plus clairement que le gouvernement ne sache mettre en place efficacement que des mesures sécuritaires. Enfermer, contrôler, réprimer pendant que les masques manquent, que les hôpitaux et la recherche n’ont toujours pas de moyens, que nous attendons les tests… Par contre les drones, les amendes, les volontés de traçage, l’enfermement à domicile perdurent.

Certain trouve le temps long et leur impossibilité de réagir, résister face aux attaques contre les conditions de travail, d’aller et venir, de participer aux solutions, à cause de cette pandémie commencent à être insoutenable. Des appels a manifester pour le 1er mai émergent.

Après des grèves, les syndicats ont fait un recours contre Amazone. La justice leur a donné en parti raison. Vous pourrez entendre dans la deuxième partie de l’émission la conférence de presse organisée par les différents syndicats requérants.

COVID-19: QUELLE SORTIE SOCIALE DU CONFINEMENT ?

Télécharger

Comment vit on cette période de confinement dans divers secteurs salariés ? quel sont les rapports de forces qui se produisent. Voici les questions qui se posent dans l’émission de ce jour.

Nous commencerons avec le témoignage d’un postier sur les mesures sanitaires mise en place par la poste.

Suivra le récit de Joëlle qui travaille comme aide aux personnes handicapé-e-s dans l’éducation nationale

Nous terminerons cette émission avec deux témoignages du secteur ouvrier . Le premier sera celui de Ghislaine , ouvrière a l’usine automobile PSA Poissy et suivra le récit d’une personne travaillant dans une usine de transformation laiterie au pays basque. Bonne écoute !

MÊME CONFINÉ , ON S’ORGANISE !

Télécharger

Alors que nous sommes entré dans la 4eme semaines de confinement suite a l’épidémie de covid-19 , la résistance face a la casse sociale continue de s’organiser.

Le 7 Avril dernier , se tenait de manière confiné , le meeting de l’AG Interpro 92 . Dans l’émission de ce jour, nous entendrons les paroles de postière , lycéenne , enseignante et infirmières qui ont rythmé ce meeting .

LES SOLDATS TRAVAILLANT PENDANT LE CONFINEMENT

Télécharger

Dans l’émission de ce jour nous diffusons des reportages ou nous donnons la paroles aux travailleurs que l’ont peut considérer comme de vrais soldats.

L’ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE

Télécharger

La loi sur l’état d’urgence sanitaire, adoptée à marche forcée par une majorité aux ordres, est présentée comme étant d’exception mais elle a vocation à être durable et donner toujours plus de pouvoirs à la police et à l’administration, comme si la dernière loi sur l’État d’urgence de 2017, insérée dans le droit commun ni suffisait pas. Elle signe le recul de l’État de droit.

Édouard Philippe a présenté le nouvel état d’urgence sanitaire comme étant un « état d’urgence de droit commun ». Voilà un bel oxymore de l’état d’exception « de droit commun », de quoi vouloir nous rendre fous. Le premier ministre fait donc l’aveu que ces mesures ont vocation à se normaliser et que les discours d’apaisement sur le caractère temporaire et exceptionnel de ces mesures ne sont qu’une rhétorique rapidement remise en cause par les faits et l’histoire.

L’état d’urgence sanitaire de 2020 permet d’organiser le contrôle de la population et de ses déplacements. De distribuer des centaines de milliers d’amendes et d’incarcérer les multirécidivistes du déplacement sans auto certificats de sorties. En raison du flou du décret sur le confinement et de ses dérogations – les policiers, sur le terrain, vont faire preuve d’un arbitraire tout en grossièretés et mauvais traitements.

L’adoption sans aucun débat de ces mesures de contrainte individuelles révèle surtout la vision de ce gouvernement, qui ne pense pouvoir gérer la population que par la contrainte et la discipline – au besoin pénalement sanctionnée plutôt que de prendre les bonnes mesures sanitaires.

Distribuer des masques à tout la population sans distinction, tester toute la population, ouvrir des lits d’hôpitaux, réquisitionner les hôpitaux privés, les hôtels pour les SDF, libérer au moins 30000 détenus. Décréter l’exonération du paiement des loyer pendant la durée du confinement et garantir les mêmes droits à tous avec ou sans papier comme au Portugal. Voilà de vrais mesures, le reste n’est que gesticulations macabres.

Dans cette émission nous avons demandé à martin de la quadrature du net de nous informer sur les nouvelles disposition concernant la volonté de contrôle par GPS.
Puis nous entendrons Adélaïde Jacquin avocate, qui détaillera les mesures de l’État d’urgence sanitaire et nous finirons par les conséquences directe de ces mesure appliquées par les patrons, le gouvernement et ses chiens de gardes avec l’exemple de la RATP avec Ahmed.

LES HOSPITALIERS ENTRE SOINS ET COLÈRES

Télécharger

Depuis le 24 janvier , la France fait face a une épidémie sans précédent et qui poursuit son chemin sur l’ensemble de la planète .

Suite a des politiques drastique d’économie dans le système de santé , l’hôpital et son personnelles se retrouvent dans de grandes difficultés.

De Seine-Saint-Denis au Haut de France , l’épidémie du covid-19 sévit. comment les personnelles hospitaliers font face ? Quelle question sociale et politique cette pandémie sous-tend ?

Dans l’émission de ce jour , deux témoignages. Dans un premier temps , nous seront avec Yasmina , infirmière en Seine-Saint-Denis et ensuite nous entendrons Eddy , ambulancier dans les Hauts de France .