Appel : la marche féministe antiraciste/Cinéma des luttes : Ibis

Télécharger

Dans cet émission nous vous diffusons, dans une première partie, un reportage réalisé le dimanche 9 octobre 2022 sur le marché de st Denis en appel à la marche antiraciste féministe du 15 octobre prochain. Dans une deuxième partie d’émission, nous vous diffuserons les interviews réalisés suite à l’avant première du film ” la révolte des femmes de chambre” autour de la lutte menée à l’Ibis Batignolle contre la sous-traitance et les discriminations démarrée en 2019 et victorieuse en mai 2021.

L’appel de la marche:

“Le 2 octobre 2002, mourrait brulée vive Sohane Benziane à Vitry. Elle a été tuée par son ex compagnon, dans le local poubelle de son immeuble. Sa mort a bouleversé une génération de femmes de quartiers populaires, choquées par la violence des faits. Une mobilisation sans précédent a vu le jour pour dénoncer les féminicides, les violences sexistes et sexuelles dans nos quartiers, et ce avant le mouvement #MeToo. Cette colère légitime a pourtant été récupérée par le PS et son mouvement Ni Pute Ni Soumise.

Cette récupération d’Etat a ciblé les hommes des banlieues comme des barbares sexistes. Ce mouvement a voulu faire de la France et de sa République, le seul outil de libération possible des femmes des quartiers populaires. Depuis, nous vivons un conflit de loyauté qui nous condamne au silence, reproduisant le fameux “laver son linge sale en famille”.

Pourtant, tous les ans, nous continuons à compter nos mort·es et mutilé·es : Dinah, Alisha, Melissa, Farida, Fouad, Vanessa Campos… Les féminicides sont le haut de l’iceberg des violences faites aux femmes : agressions, harcèlements, suicides, corps abîmés par l’exploitation. Les femmes voilées subissent des violences racistes et sexistes spécifiques dans le contexte islamophobe actuel.

Il est temps d’organiser une riposte féministe antiraciste à la hauteur des enjeux.

Nous dénonçons :

  • L’impunité des hommes violents qui traverse tous les milieux, jusqu’au plus haut sommet de l’Etat (Hulot, Darmanin, Abad…).
  • la vision raciste du féminisme d’Etat, ciblant clairement les hommes des quartiers populaires
  • Les structures patriarcales dans nos familles : violences, tabou sur les sexualités, éducation différente des filles et des garçons (charge administrative, travail domestique, gestion des enfants et des ancien.ne.s )
  • L’impunité des hommes violents et la culture du viol dans les milieux militants.
  • Le sexisme et le racisme dans les commissariats quand nous portons plainte pour violences. La justice n’est qu’une façade : les hommes violentent, la justice acquitte.
  • Les silences autour des violences policières vécues par les femmes et les lgbtqi+ dans nos quartiers et lors de manifestations.
  • L’impunité policière, les méthodes létales d’interpellation qui mutilent et tuent dans les quartiers. Le système carcéral tue aussi. Vérité et Justice pour les familles de victimes.
  • Le manque de moyens pour la formation des personnels de santé et d’éducation sur le sujet des violences, des sexualités, des LGBTQIphobies et du harcèlement scolaire. L’accès à la contraception et l’IVG doivent rester gratuits et accessibles dans tous nos quartiers.
  • Le manque de lieux gratuits pour notre réparation face aux traumatismes : congés maladie non rémunérés, coût excluant des prises en charge psy…
  • La précarité et les bas salaires enfermant les femmes dans un lien de dépendance avec leurs conjoints violents (papiers, logements, salaires, gestion de la garde et des pensions alimentaires, calcul AAH Allocation Adulte Handicapé·e).
  • Le racisme d’Etat subi par les femmes et/ou LGBTQI+ sans papiers, exilé.e.s : régularisation sans conditions de tou·tes les sans papiers, liberté d’installation et de circulation !
  • La précarisation des travailleur·euses du sexe par des lois putophobes. Soutien inconditionnel envers ces travailleur·euses, notamment trans, qui en paient le prix fort : harcèlements policiers, violences, assassinats…
  • L’échec du système scolaire dans nos quartiers et la misère sociale qui poussent la jeunesse à la prostitution, comme seule issue possible.
  • Les LGBTPhobies : PMA au rabais, les violences physiques, médicales et administratives sur les personnes trans, la mutilation des enfants intersexes. Les Prides des banlieues et Radicales doivent être des temps de mobilisations de toutes les forces antiracistes, en soutien avec les concerné·es.
  • La criminalisation des mouvements militants : antifascistes, antisionistes, Gilets Jaunes etc. Les féministes des quartiers populaires sont de tous ces combats : s’attaquer à un.e de nous, c’est s’attaquer à tou·tes

Nous marcherons donc le 15 octobre 2022 dans les rues de Saint Denis.

Nous marcherons pour que cesse notre silence collectif face aux violences : que notre bourreau soit l’État, intime ou nos camarades de lutte. Nous marcherons pour porter un féminisme populaire antiraciste, en rupture avec le féminisme d’Etat. Nous marcherons pour honorer les mort·es et pour protéger les vivant·es.

Nous marcherons pour mettre au centre des débats : nos combats, nos réparations et nos victoires.

Qu’avec les noms de : Zyed, Bouna, Adama, Lamine ou Yanis et toutes les victimes de la police résonnent aussi dans nos quartiers les noms de : Sohane, Fouad, Dinah, Melissa, Alisha, Farida, Vanessa Campos, Ivana… et toutes les victimes des violences sexistes, LGBTQIphobes et sexuelles.

Nos quartiers ne sont pas des déserts féministes !

Rendez-vous à la basilique de Saint-Denis le samedi 15 octobre à partir de 14 h pour une marche par et pour les habitant.e.s des quartiers populaires.

RENTREE CHEMINOTE 2022

Télécharger

Depuis la réforme du ferroviaire de 2018 avec l’ouverture à la concurrence, les cheminots de la SNCF sont soumis à des négociations annuelles obligatoire des salaires (NAO) face à une SNCF qui multiplie la sous-traitance et la filialisation. Dans un contexte de vente à la découpe du réseau ferroviaire en Île de France : leurs conditions de travail sont plus en plus dégradées, le point d’indice de leur salaire est bloqué depuis 8 ans, et les effectifs ne cessent d’être réduits.

Ainsi, face au questionnement soulevé dans les médias institutionnels sur la difficulté pour les entreprises de recruter, ou bien celle de l’intérêt de construire une armée de réserve de travailleurs gratuits avec les allocataires de prestations sociales; dans cette émission nous sommes plutôt aller interroger les cheminots qui cherchent à construire une mobilisation depuis maintenant plusieurs mois.

Dans cette émission vous entendrez plusieurs reportages et entretiens réalisés ces dernier mois lors de mobilisation cheminote. Dans une première partie d’émission, vous entendrez les reportages et interviews réalisés le 14 septembre 2022 à la Défense, lors d’un rassemblement intersyndical ( Solidaires, CFDT, UNSA) afin de mettre la pression et de dénoncer une hausse du niveau de salaire insuffisante par rapport à l’inflation, à l’occasion d’une réunion de négociation par branche avec les donneurs d’ordres. Dans une deuxième partie d’émission vous pourrez entendre un entretien avec Fabien Villedieu, syndicaliste Sud rails réalisé le 6 juillet 2022 à la gare Montparnasse, à la suite de gréve sauvages qui s’était déclenchées en vue de ces négociation, qui revient sur l’ensemble du contexte de cette mobilisation qui se construit depuis plusieurs mois.

GRANDPUITS / BIOCOOP / HÔTEL IBIS BATIGNOLLES / DOONA

Télécharger

Rendez-vous devant le siège de TOTAL à La Défense le 6 octobre à 9h avec les salarié·e·s 

Quatre temps dans l’émission de ce jour. Nous débuterons avec une interview de Adrien Cornet qui est travailleur et délégué CGT à la raffinerie de Grandpuits, en Seine-et-Marne. Il nous parle de la menace de fermeture de la raffinerie.

Nous poursuivons avec le témoignage d’un salarié des magasins Biocoop , en gréve .

Ensuite nous entendrons l’intervention d’une femme de chambre de l’hôtel Ibis qui rentre dans le 15eme mois de gréve.

Nous terminerons cette émission par le rassemblement qui se tenait le 28 Septembre dernier devant le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires de Paris (Crous) , dans le cadre d’une mobilisation nationale suite au suicide de Doona , étudiante transgenre à Montpellier .

HÔTEL IBIS ; ANALYSE D’UNE LUTTE SYNDICALE

Télécharger

Depuis plus de quatorze mois , des femmes de chambre et gouvernante sont en gréve a l’hôtel Ibis Batignolles dans le 17eme arrondissement de Paris.

Ses mois de gréve ont mis en lumière l’exploitation des salarié-e-s de la sous-traitance de l’hôtellerie et pour le mouvement actuelle a l’hôtel Ibis Batignolles, d’une mobilisation forte mais aussi de frein mis par certaines structures de la CGT

Pour illustrer cela , nous vous diffusion une grande partie de l’émission vive la sociale du 5 Mars 2020 . Vive la sociale est diffusée sur l’antenne de fréquence paris plurielle 106.3 un Jeudi sur deux de 19H à 20h30 . bonne écoute !

LE MONDE DU TRAVAIL DISSIMULÉ SE POURSUIT

Télécharger

Depuis le jeudi 27 février, plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers occupent, avec leur syndicat CNT-Solidarité ouvrière, le chantier EIFFAGE du nouveau siège du groupe de médias “Le Monde”, 67 avenue Pierre Mendès-France (Paris 13e).

Dans l’émission de ce jour , nous recevons les grévistes du chantier et leur représentant syndical pour faire le point sur la situation et les perspectives de luttes.

GRÉVE DANS LA SOUS-TRAITANCE


Télécharger

Dans l’émission de ce jour , nous reviendrons sur les différentes gréve qui se tiennent dans les hôtels , notamment dans le 17eme arrondissement de paris à l’Ibis batignolles et au Bourget a hôtel Campanile

Et en studio , nous serons avec les grévistes du site chronopost Alfortville

HÔTEL IBIS : DU RIFIFI DANS LA SOUS- TRAITANCE

Télécharger l'émission

190919

Depuis le 17 juillet 2019, les femmes de chambre de l’hôtel IBIS des Batignolles, sous-traitées à la société STN, sont en grève pour réclamer la fin de la sous-traitance et leur embauche directe par le groupe ACCOR. Elles se battent pour des conditions de travail décentes, contre la précarité et l’esclavage moderne ! 
 
Dans l’émission de ce jour ,nous serons dans le premier reportage devant l’hôtel Ibis le 6 Aout dernier et dans le second sur le rassemblement qui se tenait ce 12 Septembre   a proximité du  Cabinet de Mme SCHIAPPA ,secrétaire d’état chargée de l”égalité entre les femmes et les hommes  et de la lutte contre les discriminations