Quel avenir pour la maternité des lilas ?

Télécharger

les lilas 28 mai 2022 : fête de la maternité

Fondée en 1964, la maternité des Lilas est une institution féministe incontournable de l’Île-de-France qui ne pratique que des actes liés à la santé sexuelle : avortements, accouchements, soins de transition… La structure est gérée par une association accréditée par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Seine-Saint-Denis, mais elle fait face depuis déjà plus de dix ans à des difficultés financières. En cause, le mode de financement des établissements de santé dit de la tarification à l’activité (T2A).

Mis en place en 2005, ce nouveau mode de financement consiste à ne plus allouer un budget de fonctionnement sous la forme d’une enveloppe globale couvrant les besoins estimés, mais à ajuster en chaque année selon le total des soins facturés à la sécurité sociale : un moyen pour l’État de compresser sans arrêt le budget de la santé qui a joué un rôle important dans la dégradation du système public de santé depuis les années 2000.

Outre son effet de coupe budgétaire, cette réforme a également eu l’effet pervers d’instituer un rapport productiviste à la santé : pour éviter de voir leur enveloppe réduite, l’administration des hôpitaux est amenée à encourager les équipes soignantes à réaliser un maximum d’actes médicaux pour pouvoir facturer le plus possible à la sécurité sociale.

En matière d’obstétrique, cela se traduit par la volonté des hôpitaux de faire sortir les parturient.e.s trois jours après leur accouchement, incite le recours à la césarienne ou à l’épisiotomie, pourtant pas toujours nécessaires et souvent perçus comme de véritables violences par les femmes qui accouchent.

La maternité des lilas est la dernière petite maternité (niveau 1) à financement entièrement public en seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de France et avec un taux de fécondité le plus élevé, particulièrement touché par les inégalités territoriales de santé.

L’ARS (agences régionales de santé) pourrait valider un projet de reprise par un groupe privé nommé AVEC. Ce groupe prévoit la fusion de la maternité des lilas avec la clinique Vauban situé à Livry-Gargan

Dans ce contexte, avait lieu, ce 28 mai 2022, la fête de la maternité dans le parc Lucie Aubrac au Lilas. L’actualité des luttes avait posé son micro pour capter cette journée de fête et de luttes. Dans l’émission de ce jour, nous entendrons les interviews d’ancienne et de nouvelle sages-femme, de parent et d’une syndicaliste de la maternité qui nous parlera des enjeux de la lutte.

Pour soutenir la maternité des lilas : https://www.change.org/p/soutien-%C3%A0-la-maternit%C3%A9-des-lilas-pour-%C3%A9viter-sa-fermeture

PANORAMA DE LA CRISE SOCIALE AUX ANTILLES : le regard du collectif Moun gwadeloupe

Télécharger

Le mardi 14 décembre, nous avons pu réaliser un interview avec Ludovic Tolassy porte-parole de l’organisation Moun Gwadeloup. Moun Gwdaloup est avant tout un concept qui sert à dénoncer et combattre les injustices que vivent les habitants de l’île par tous les moyens possible (Sur le terrain, Audio, Vidéo …) ainsi que d’éveiller la conscience du peuple face à certaines situations sans oublier la valorisation de la culture, des activités diverses et des traditions oubliées ou très peu visibles. 

En effet, connu depuis une poignée d’années pour ses actions coups de poing, ce mouvement citoyen radical se place en dehors des négociations pour l’instant au point mort, entre le gouvernement, l’intersyndicale et les élus locaux. Le 31 aout plusieurs dizaines de militants de l’organisation Moun Gwadloup ont investi le hall d’arrivée de l’aéroport Pôle Caraïbes vers 15 heures.

Rassemblés dans la zone de récupération des bagages, ils voulaient attirer l’attention des autorités et provoquer une rencontre avec la directrice de l’ARS (agence régionale de santé), Valérie Denux et le préfet Alexandre Rochatte. La stratégie a été plutôt payante, puisque le sous-préfet Bruno André s’est dépêché sur place. Néanmoins, le rendez-vous qui fut pris avec les autorités suite à cette action fut annulé.

Le collectif guadeloupéen qui a multiplié les actions pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire et le rôle supposé des autorités dans la hausse du taux d’incidence a par la suite lancé un appel à la « déportation » du préfet.

Moun Gwadloup, qui participe à la mobilisation qui agite les Antilles depuis plusieurs mois situe son action sur le terrain dans “La République du Boucan”, et à chercher à construire une coordination entre les différents barrages.

Lorsque nous avons réalisé cette interview, les barrages mis en place et tenus depuis plus d’un mois venait d’être levés. Un protocole de négociations entre les représentants syndicaux et les élus locaux avait été accepté le vendredi 10 décembre et les discussions s’ouvraient le jour même.

Ce processus de négociation qui exclu une partie des revendications et des acteurs de la mobilisation invisibilise la véritable parole et les revendications issues des barrages. Cette discussion fut alors l’occasion pour nous d’établir un constat social et politique sur le territoire que la crise sanitaire n’a fait qu’accentuer ; et de revenir sur les modes de mobilisation, les revendications et les perspectives possibles de cette lutte.

Pour plus d’info sur moun gwadeloup:
https://www.youtube.com/channel/UCjVuTL7UoeO0ppqzl-Cqwjg