BELLEVILLE EN VRAI : LA QUESTION DES RIXES

Télécharger

Depuis sept ans, l’association Pazapas Belleville, organise un événement sportif et culturel d’envergure à destination de la jeunesse bellevilloise. Cet événement participatif et grassroots est pensé, réalisé et encadré par les jeunes du quartier. Plus de cinquante jeunes participent ainsi directement à l’organisation de l’événement, décidant collectivement des modalités des épreuves ainsi que du contenu de la programmation artistique lors de réunions publiques.

Pendant l’événement, c’est une centaine de bénévoles qui se mobilisent pour donner corps à l’événement. Par le sport et l’expression artistique, Belleville en Vrai porte la parole et les idées des habitants et dévoile ainsi la force vive qui anime les quartiers populaires.

Lors de cet événement, le dimanche 29 mai 2022 avait lieu un débat sur les rivalités inter quartiers avec plusieurs intervenants qui revenaient sur leur histoire et les actions concrètes qu’ils ont pu mettre en place face à ce problème :
– Adama Camara : rappeur et auteur de terrain- Aoua Diabate : mére de Ismael décédé dans le 11 éme le 13/01/2018
– Morjane et Boubou de l’association ” pas la même ville et alors ?”- Bamba et Sallah : deux jeunes du 94

Nous vous diffusons aujourd’hui un montage des prises de paroles qui avait lieu à l’occasion de cet événement.

ON S’EN MÊLE : assemblée nationale des quartiers

Télécharger

Crédit Photo : À l’AG de On s’en mêle, le 8 mai 2022. © On s’en mêle.

Le 8 mai dernier s’est tenue la deuxième assemblée nationale des quartiers à Stains dans la banlieue nord de Paris. Cette assemblée était appelée par le collectif « On s’en mêle » créé dans les mois précédant l’élection présidentielle – début mars.

Le collectif « On s’en mêle » est issu d’un appel signé par une centaine de représentantEs des quartiers dits populaires et aussi beaucoup de figures historiques des mobilisations de ces quartiers, par exemple des organisateur/ices de la Marche pour l’égalité, du MIB (Mouvement de l’immigration et des banlieues) ou encore autour du groupe Zebda).

Cette rencontre a réuni autour de 250 acteurs et actrices de luttes de quartiers de toute la France.

L’appel « On s’en mêle » part du constat que les organisations de gauche ne prennent pas en considération les questions spécifiques aux quartiers et qu’il convient de s’organiser soi-même en toute indépendance. Même si cette constatation n’est pas nouvelle, il y a déjà eu un grand nombre d’initiatives politiques dans les quartiers des 30 dernières années : il y a un changement pour « On s’en mêle » car même si l’indépendance vis-à-vis des organisations classiques de la gauche est revendiquée, il y a une volonté de participer politiquement avec ces organisations.

En ce mois de mai, nous nous trouvions dans une période électorale, coincé entre la présidentielle et les élections législatives. Comment se ressaisir de la politique et peser dans le quartier. Ce 8 mai, à Stains, la question fut posée.

Ce dimanche, dans cette rencontre, trois temps. D’abords, un retour sur le premier tour des élections présidentielles ensuite la campagne des législatives et la recomposition de la gauche et enfin, le thème de l’émission de ce jour : construction du réseau national vers l’université des quartiers populaire et comment recomposer la scène politique.

BANLIEUSARDS ATTITUDE

Télécharger

Ce mardi 17 mai, nous vous diffusons une émission qui a été enregistrée en studio le jeudi 12 mai dernier avec la sphère d’influence ” banlieusards attitude”. Issue du mouvement la révolution est en marche, la sphère d’influence mènent de nombreuses actions de terrain, notamment sur la question du logement. Mais, elle veut intervenir à plusieurs niveaux du quotidien des habitant-e-s des banlieues à travers un programme d’orientation global (à lire ci-dessous).

https://apis.mail.yahoo.com/ws/v3/mailboxes/@.id==VjN-9qjr9ve0gTl-_CKIdjMytgWrf_7tSX2XGwP3QqIwN8hiFxqjxpKd0uRIGotpJxZ4fuSv2dyYKMLOAEoHrmKWWA/messages/@.id==AGXeRTlyiARqYoUJhgzRQFdUVHo/content/parts/@.id==2/refresh?appid=YMailNorrinLaunch&ymreqid=d4d24f72-2fc8-c0c9-1cae-e30000014100

À l’occasion des présidentielles ils et elles avaient organisé plusieurs réunions dans diverses villes de banlieue parisiennes a l’issues desquelles se sont écrites trois tribunes (à lire ci-dessous).

1er tribune La sécurité pour nos quartiers https://apis.mail.yahoo.com/ws/v3/mailboxes/@.id==VjN-9qjr9ve0gTl-_CKIdjMytgWrf_7tSX2XGwP3QqIwN8hiFxqjxpKd0uRIGotpJxZ4fuSv2dyYKMLOAEoHrmKWWA/messages/@.id==AGXeRTlyiARqYoUJhgzRQFdUVHo/content/parts/@.id==3/refresh?appid=YMailNorrinLaunch&ymreqid=d4d24f72-2fc8-c0c9-1cae-e30000014100

2eme tribune CONTRE LA STIGMATISATION DES FRANÇAIS ET DES FRANÇAISES DE CONFESSION MUSULMANE. POUR LE DROIT À LA DIFFÉRENCE https://apis.mail.yahoo.com/ws/v3/mailboxes/@.id==VjN-9qjr9ve0gTl-_CKIdjMytgWrf_7tSX2XGwP3QqIwN8hiFxqjxpKd0uRIGotpJxZ4fuSv2dyYKMLOAEoHrmKWWA/messages/@.id==AGXeRTlyiARqYoUJhgzRQFdUVHo/content/parts/@.id==4/refresh?appid=YMailNorrinLaunch&ymreqid=d4d24f72-2fc8-c0c9-1cae-e30000014100

3 eme tribune POUR L’ABOLITION DES CRA ET L’AUTOGESTION DES FOYERS https://apis.mail.yahoo.com/ws/v3/mailboxes/@.id==VjN-9qjr9ve0gTlCKIdjMytgWrf_7tSX2XGwP3QqIwN8hiFxqjxpKd0uRIGotpJxZ4fuSv2dyYKMLOAEoHrmKWWA/messages/@.id==AGXeRTlyiARqYoUJhgzRQFdUVHo/content/parts/@.id==5/refresh?appid=YMailNorrinLaunch&ymreqid=d4d24f72-2fc8-c0c9-1cae-e30000014100ARqYoUJhgzRQFdUVHo/content/parts/@.id==5/refresh?appid=YMailNorrinLaunch&ymreqid=d4d24f72-2fc8-c0c9-1cae-e30000014100

Dans cette émission, vous pourrez donc entendre quatre de ces membres revenir sur cette initiative au global et sur les moyens que la sphère d’influence se donne pour développer ses projets.

Bonne écoute !

LES CONVOIS DE LA LIBERTÉ / TIPIAK : Les pirates en grève pour leurs salaires

Télécharger

Un appel aux convoyeurs de la liberté ? “L’histoire montre que le peuple est du côté des Gilets Jaunes et de tous ceux qui se lèvent pour mieux vivre. De la même manière, l’histoire montre comment la dépréciation de nos vies profite à une minorité de nantis, de courtisans et de politiciens. Parce qu’au fond, ce que nous voulons, c’est tout simplement retrouver des moyens de vivre décemment. Nous savons ce qu’il nous en coûtera. L’heure de la décision a sonné. Donnons-nous la main et entrons dans Paris.”

Voici un extrait de l’appel du week-end dernier, pour cet appel des convois qui sont partie de plusieurs régions françaises. Dans cette première partie d’émission, nous pourrons entendre les reportages réalisés sur le cortège qui manifestait de la place d’Italie a Nation et sur les Champs-Élysées.

Les salariés de Tipiak épicerie (Saint Aignan de Grand Lieu, 44) ont lancé une grève illimitée le mercredi 26 janvier pour réclamer des augmentations de salaires décentes.

Tipiak a vu ses profits exploser depuis le début de la pandémie. Résultat : + 35 % de dividendes pour les actionnaires, + 8 % d’augmentation de salaire pour le PDG, +180 €/mois pour le comité de direction… Et + 2 % l’an dernier pour les ouvriers (40 € Bruts par mois environ)

Face au mépris de la direction, les ouvriers ont décidé de se mobiliser. Pour parler de la situation de cette entreprise, nous serons au téléphone avec Damien pelletier, délégué syndical CGT de Tipiak Pontchâteau.

BONNA SABLA: quand des intérimaires demandent leurs droits / MONTREUIL : le logement, ont en parlent quand ?

Télécharger

Dessin issu du site : https://www.droitaulogement.org/

Les intérimaires de Bonna Sabla construisent les tunnels du Grand Paris : leur entreprise ferme et le patron jette les intérimaires dehors sans même verser les primes qu’il leur avait promis.

Plus de la moitié de l’effectif est en intérim dont beaucoup d’entre eux sont dans l’usine depuis deux ou trois ans.

Le 2 novembre, commence une grève sur le site de Conflans Sainte Honorine.

Ce 9 décembre 2021, une délégation était reçue par la région Île-de-France

Dans ce reportage, nous entendrons une interview avec deux salariés et avec une membre de la CGT intérim, nous reviendront sur l’utilisation de l’intérim par des entreprises travaillant pour l’état.

Depuis 2018, la maison du 18, rue de l’Ermitage était occupée. Propriété de la mairie de Montreuil depuis 1990 et jusque-là louée à des proches des maires successifs, elle était restée vacante depuis l’arrivée au pouvoir de Patrick Bessac, mais la situation de détresse de logement de Mme Fahima LAIDOUDI, son fils et d’autres occupantEs sans logement nous avait conduits à la réquisitionner.

Cet été, des pourparlers étaient en cours avec le cabinet du maire et la préfecture pour résoudre les problèmes de logement de ses occupantEs et décider d’un avenir collectif pour cette maison qui ne devrait pas être bradée à des promoteurs immobiliers, mais servir au bien commun.

Samedi 25 septembre, après avoir préparé des sandwichs pour être distribués dans une manifestation, les habitantEs avaient quitté les lieux à 13 heures pour se rendre à Paris au lieu du rassemblement. À leur retour aux alentours de 19 h, les habitantEs ont alors trouvé porte close, une chaîne avait été installée ainsi que des vigiles et chiens d’attaque afin de les empêcher de réintégrer leur logement. Les voisinEs leur ont alors expliqué qu’un incendie s’était déclaré une heure après leur départ de la maison, vers 14 heures, et qu’ils avaient immédiatement prévenu les pompiers que des personnes étaient potentiellement restées bloquées à l’intérieur. Merci à eux pour leur réactivité et leur solidarité !

Ce serait vers 18 heures que la mairie aurait décidé d’envoyer une société de gardiennage privée changer la serrure et prendre possession des lieux. Pourtant, sur le plan légal et de l’aveu même de la police, aucun commandement de quitter les lieux n’avait alors été émis contre les occupantEs, un point devant être fait avec la préfecture en octobre sur la situation de la maison et de ses habitantEs.

L’expertise des pompiers a permis de constater trois départs de feux, à trois endroits différents de la maison… De quoi prêter à interrogation. Tout comme l’absence totale de préoccupation de la mairie pour ses habitantEs, premièrEs sinistréEs, dont elle avait les contacts au travers du cabinet de la mairie et avec qui elle avait durant l’été entamé des négociations ! Loin de s’inquiéter de leur situation, c’est étonnement les agents de police qui ont demandé des nuits d’hôtel pour les occupantEs, et pas la mairie, uniquement préoccupée de la condamnation informelle des lieux par une société de sécurité financée avec l’argent des contribuables.

C’est ainsi que dès le lundi matin des agentEs des services d’hygiène de la mairie étaient dépêchéEs sur place, accompagnéEs de la BAC, pour faire légaliser au plus vite le gardiennage de la maison pour raison de sécurité suite à l’incendie, bien qu’une seule des huit pièces de la maison ait été touchée par les flammes.

Malgré le campement improvisé par les habitantEs à l’extérieur de la maison, aucun éluE, aucun membre du cabinet, aucune personne des services de l’habitat ne s’est rendu sur place pour discuter avec les habitantEs, leur permettre de constater les dégâts, ni leur donner accès à leurs affaires, leur mobilier et les provisions restés à l’intérieur de la maison. De sorte que les habitantEs de l’Ermitage se trouvent actuellement dans une situation d’expulsion de fait, cet incendie venant à point nommé pour contourner la procédure légale en cours, l’avocat de la mairie ne se privant pas d’ailleurs de rappeler la précarité juridique de ses habitantEs plutôt que de s’inquiéter de leur situation.

Suite à l’incendie, une plainte a été déposée contre X par les habitantEs. Une autre devrait être ouverte pour violation de domicile. Nous attendons des explications de la mairie. Nombre d’habitations ont connu des sinistres bien plus graves, n’ayant jamais conduit à la mise à la rue de leurs habitantEs.

Depuis l’incendie, aucun contact n’a été établi par les services de la mairie en vue de résoudre le problème critique du logement des habitantEs, aucune assistance mise en place de son propre chef et aucun accès aux affaires n’a été jusque-là permis, bien que trois vigiles vivent et dorment sur place.

Par rapport à cette expulsion et l’ensemble des problèmes de logement sur la ville de Montreuil, le 8 décembre avait lieu une assemblée populaire sur la question du logement sur la place de la Mairie de Montreuil lors du conseil municipal tenu à huis clos ce même jour.

Nous entendrons dans cette seconde partie d’émission, le reportage réalisé sur l’assemblé populaire.

Le moyen pour les mal logés-e-s de se faire entendre publiquement, mais aussi de commencer à s’organiser sur la ville de Montreuil en appelant à une nouvelle réunion le mercredi 15 décembre à l’AERI au 57 rue Étienne marcel métro croix de chavaux

NUMÉRIQUE ET LUTTE DES CLASSES


Télécharger l'émission

Dans l’émission de ce jour,nous diffusons un entretien réalisé le 5 Mai dernier avec Matthieu Amiech du collectif écran total au sujet de la question du capital et des outils numérique.