MALI : LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES DE L’OCCUPATION MILITAIRE DU TERRITOIRE PAR LA FRANCE

Télécharger

L’occupation du Mali par les forces militaires françaises, depuis l’opération Serval en 2013, Barkhane en 2014 et maintenant, avec la force internationale Takuba, est mise en cause depuis plusieurs années.

En janvier 2020, plus d’un millier de Maliens avait manifesté place de l’Indépendance dans la capitale, Bamako, pour exiger le retrait des troupes françaises. La colère explose contre le carnage produit par l’ingérence française et contre le mensonge officiel qui y a servi de prétexte : que la France mènerait une guerre mondiale contre des réseaux terroristes djihadistes qui menacent de conquérir le Mali.

Les manifestants à Bamako brandissaient des affiches « France dégage », et scandaient des slogans dont « La France dehors », « À bas la France » ou « Barkhane doit partir », du nom de la force armée française qui intervient au Mali. De nombreux manifestants soulignaient que leur colère se dirige non pas contre les Français, mais contre la politique extérieure de l’impérialisme français. Une autre revendication était de surmonter les rivalités entre Touaregs, Dogons, Peuls et autres ethnies sur lesquelles jouent les forces d’occupation françaises et leurs supplétifs allemands.

La mobilisation à Bamako faisait suite à un nombre de grèves et de manifestations contre l’ingérence française et le pantin néocolonial malien, le président Ibrahim Boubacar Keïta.  Par exemple, enseignants et cheminots maliens avait fait grève en 2019, car Paris et Keïta, qui dépensent des centaines de millions d’euros sur la guerre, ne payaient pas leurs salaires. Le mépris que ressentaient les Maliens pour Keïta et le régime néocolonial à Bamako n’a fait qu’augmenter à travers la mobilisation.

Un manifestant à Bamako : « Le président ne peut pas être clair. Tous les présidents africains, c’est la France qui les élit. Ils sont à la merci de la France. ». Alors même que la colère monte, Macron dénonce l’opposition à la guerre au Mali, qu’il traite alors d’« antifrançaise ».

En juin 2020, la mobilisation s’intensifie suite à l’invalidation d’une trentaine de résultats des législatives de mars-avril par la Cour constitutionnelle. Les pancartes brandies par les manifestants visent le président Keïta, mais aussi son Premier ministre Boubou Cissé.

Dans une déclaration, le Mouvement du 5 juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), un des groupes leaders de la contestation, a affirmé que le peuple du Mali avait “droit aux mêmes égards exprimés en faveur de ceux du Burkina Faso, de Gambie, d’Algérie, mais aussi du Liban face à des dirigeants corrompus et sans vision constructive”. “Cette façon de gérer (…) a conduit le Mali au bord du gouffre et compromet aujourd’hui la stabilité dans le Sahel, voire dans la sous-région”, affirme encore le communiqué du M5-RFP, une coalition hétéroclite de chefs religieux, de responsables politiques et de membres de la société civile.

En mai 2021, le colonel Assimi Goïta, porté à la tête du Mali par un premier coup d’État en aout 2020 et suite à des mois de mobilisation, est intronisé président “de la transition”. Le 25 mai 2021, Emmanuel Macron déclare que les troupes françaises quitteront le Mali suite à  l’échec du vœu de sanctions de la France lors du Conseil de Sécurité de l’ONU, et quelques jours avant le  Sommet extraordinaire de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le Mali.

Néanmoins, avec la réduction des troupes et des bases au Mali, la France prévoit de renforcer sa présence au sein d’une force opérationnelle européenne appelée Takuba, qui a été établie comme une opération de formation pour le Mali par les forces internationales occidentales. En réponse à cette déclaration de retrait partielle, les mobilisations ne cessent pas et le groupe politique “Yerewolo – Debout sur les remparts”  organise un rassemblement, dix jours plus tard, afin de demander le retrait total des forces françaises du pays.

Lors de l’ensemble de l’année 2021, de nombreux rassemblements auront lieu, demandant le retrait total des troupes françaises, considérant que le Mali est victime d’une guerre d’accrétion coloniale de la part de la France depuis 2012. Une guerre qui a causé la mort des milliers de militaires et civils, et qui a également provoqué la famine, de nombreux réfugiés et déplacés internes.

Dans le même temps, la rumeur d’un potentiel accord entre le Mali et le groupe de mercenaires russes Wagner se diffuse. Le 14 décembre 2021, alors que l’armée française venait de rendre la base militaire de Tombouctou, des soldats envoyés par Moscou au Mali se sont installés dans la base militaire de la « ville des 300 saints ». L’arrivée de ces militaires russes – des instructeurs de l’armée et des mercenaires de la société privée Wagner – à Tombouctou est une nouvelle douche froide pour la France qui avait remis cette base, les installations qu’elle avait construites et équipées sur ses propres fonds, aux Fama.

Le 9 janvier 2022, réunies à Accra (Ghana), les organisations ouest-africaines ont jugé inacceptable le calendrier proposé par les autorités pour un retour à l’ordre constitutionnel étalé sur cinq ans par le gouvernement de transition Malien. Pour contraindre les autorités de transition à accélérer, face à la proposition des militaires de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections, et de respecter sa promesse d’organiser le scrutin en février, la Cedeao a décidé de : fermer ses frontières aériennes et terrestres avec le Mali, de geler les avoirs du pays et de suspendre toute transaction commerciale, à l’exception de celles portant sur certains biens de consommation essentiels, produits pétroliers ou encore médicaux. Cette décision a ensuite été soutenue par les États-Unis, l’Union européenne et l’ancienne puissance coloniale française.

Le premier effet visible de cette décision, prise après que les autorités maliennes eurent demandé une prolongation de la période de transition comprise entre six mois et cinq ans, a été la ruée sur les derniers vols reliant les capitales des pays membres de la Cedeao à Bamako. De plus, Le gouvernement de transition a immédiatement répliqué en rappelant ses ambassadeurs accrédités dans les États membres de la Cedeao et menace désormais de se « réserver le droit de réexaminer sa participation à ces entités ».

À la suite de ces sanctions avec effet immédiat, plusieurs ressortissants maliens se sont retrouvés bloqués dans les pays de la région et plusieurs vols à destination de Bamako ont été annulés. Sur le plan économique, l’impact de ces sanctions pourrait s’avérer désastreux. Des commerçants dont les marchandises sont stockées dans les ports d’Abidjan ou de Dakar craignent des pertes importantes.

En 2019, selon des chiffres de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), les importations du Mali en provenance des pays de l’espace monétaire ouest-africain s’élevaient à 1 109,5 milliards de FCFA (1,6 milliard d’euros), dont 19 % depuis le Sénégal et 11 % pour la Côte d’Ivoire. Un responsable financier à Bamako dit redouter une situation « intenable » d’ici à quelques semaines : « Les banques s’approvisionnent auprès de la BCEAO . Si la situation perdure, ces banques ne pourront plus accorder de prêts aux clients et l’État aura des difficultés à payer les fonctionnaires. »

La junte d’Assimi Goïta, le pouvoir malien a qualifié les sanctions d'”extrêmes” et d'”inhumaines” et a appelé à des manifestations et ses ressortissants à descendre dans la rue. Ainsi le 14 janvier 2022, plusieurs milliers de Maliens ont répondu à l’appel à manifester du gouvernement de transition, pour montrer leur opposition aux sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) contre leur pays.

Les manifestants dirigent aussi leur colère contre la France, accusée de manœuvrer en coulisse. Dans une ambiance surchauffée, sous des concerts de vuvuzelas, les manifestants ont scandé des slogans hostiles à la Cedeao et à la France. Cette dernière est considérée comme ayant fait pression sur plusieurs pays de la région pour mettre au ban le Mali. Pour preuve, selon eux, la suspension des vols d’Air France vers Bamako, décidée par les autorités françaises. 

Dans cette émission du 14 janvier 2022, nous vous diffusons donc un entretien réalisé le 26 novembre, avec Djané et Moktar, tous deux ressortissants maliens, autour des intérêts stratégiques de l’occupation militaire du territoire maliens par les puissances internationale et particulièrement française. Ce jour-là, le départ de notre conversation fût l’affirmation souvent entendue ” il n’y a pas de terrorisme au mali”; un moyen pour nous de revenir sur la manière dont les puissances étrangères utilisent et construisent les conflits armés sur place afin de servir leur propre intérêt malgré les discours humaniste proférés par leurs représentants et diffusés par les médias.

CONTRE SOMMET FRANCE AFRIQUE : MANIFESTATION DEVANT LES FOYERS DU 20EME ARRONDISSEMENT / TÉMOIGNAGE DU MALI/ ENTRETIEN AVEC LE CSP MONTREUIL

Télécharger

Crédit dessin https://lepoing.net/

Dans cette émission, nous souhaitons faire un appel au contre sommet Afrique France organisé a Montpellier le 8 octobre.

Pour cela nous vous diffusons plusieurs reportage et témoignage afin de faire le lien entre la question de la lutte pour la régularisation des sans papiers et l’ingérence de l’État français sur le territoire africain.

Dans une première partie d’émission nous vous diffusons donc un reportage réalisé vendredi 1er octobre lors de la manifestation qui avait lieu dans le 20e arrondissement de paris devant plusieurs foyers de travailleurs immigrés dans lesquels les expulsions sont de plus en plus fréquentes et dont la politique des gestionnaires est de plus en plus répressive.

Ensuite, nous vous diffuserons le témoignage de Seyba qui réside a Bamako et milite pour que l’armée française qui occupe le Mali à travers l’opération Serval en 2013, puis Barkhane 2014, et bientôt, à partir de janvier 2021 la force Takuba, quitte le pays.

Enfin, nous vous diffuserons un entretien réalisé avec deux membres de la CSP Montreuil à la suite de l’enregistrement du témoignage de Seyba le lundi 04 octobre, qui réagissent et expliquent pourquoi eux se rendront à Montpellier en cette fin de semaine.

Texte de la marche des solidarités :

  • Il est fini le temps des colonies, ouvrez les frontières !

Le 8 octobre, Macron organise à Montpellier le premier sommet Afrique-France de son mandat pour lequel il promet « le sommet du nouvel imaginaire entre pays » avec un « New Deal » de financement des économies africaines qui se fera « d’égal à égal » et mettra au centre la jeunesse africaine.

Il n’a pas prévu de parler des milliers de soldats français de l’opération Barkhane. Rien non plus sur les trois coups d’État militaires en Afrique de l’Ouest en treize mois (au Mali, au Tchad et en Guinée). Aucune solution proposée pour sauver les migrant.e.s de la mort en Méditerranée. Et encore rien pour les droits des centaines de milliers de sans-papiers qui vivent en France, dont la très grande majorité vient de quelques pays africains. Puisque ce n’est pas au programme du sommet, nous les mettons au cœur de notre contre-sommet !

Arrachons nos droits !

Alors que l’État français dénonce les violations des droits humains là où ses intérêts le lui permettent, il est bien plus complaisant avec les dirigeants des anciennes colonies françaises en Afrique subsaharienne qui réduisent les libertés publiques ou contournent la Constitution pour briguer un nouveau mandat. La France veut défendre son « pré-carré » en Afrique, mais son influence économique ne cesse d’y décliner face aux États-Unis, à la Chine et ou à d’autres européens.

Nos frères et sœurs en Afrique subissent toujours l’implantation de multinationales qui accaparent les terres, polluent, détruisent les forêts et spolient les richesses avec la complicité des dirigeants africains. S’ils et elles quittent leur pays, parviennent à survivre à la traversée et enfin arrivent dans les pays d’émigration comme la France, alors l’État les harcèle, les prive de droits et les livre à un patronat sans scrupules.

Les sans-papiers ont travaillé en 1re ligne pendant le confinement en France, dans les métiers de la livraison, du nettoyage, sur les chantiers ; ou alors ont été licencié.e.s, sans aucune chance d’aide financière et sans droits. Pourtant Macron n’a eu qu’un mot à leur égard : « Vous avez des devoirs avant d’avoir des droits ».

La solidarité n’a pas de papier, pas de frontières, pas de nationalité

Face à la politique meurtrière et au silence coupable de nos dirigeants, nous devons lutter pour nos libertés et pour l’égalité ! Ce contre-sommet est l’occasion de rappeler à ces gouvernements que nous refusons d’être la monnaie d’échanges de leur grand marché néocolonial.

Les collectifs de sans-papiers et la marche des Solidarités porteront leurs revendications à Montpellier lors d’une manifestation d’ouverture (7 octobre), de forums de rue (8 octobre)  et d’une grande manifestation de clôture (9 octobre à 15h au parking Arceaux) de ce contre-sommet Afrique-France.

Des autocars sont prévus au départ de Paris dans la nuit du 6 et du 8 octobre. Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez contacter Youssef (07 51 14 35 60) ou Khaled (07 53 91 61 66), membres de la Coordination des Sans-Papiers 75.

Rappelons aux gouvernants que la solidarité n’a pas de papier, n’a pas de frontières, et n’a pas de nationalité ! Que la solidarité, c’est la lutte ! Une lutte internationale contre le système injuste des frontières qui brise des communautés, des vies, qui dominent les plus pauvres et les plus précaires !

Le 9 octobre, marchons nombreu.x.ses à Montpellier pour exiger :

– La liberté de circulation et d’installation

– La fin des expulsions depuis la France

– La réciprocité des visas entre la France et les pays africains

– Régularisation de tou.te.s les sans-papiers

Pour contacter la marche des solidarités :