GRÈVE A LA BNF / CONTRE LA FUSION DES HÔPITAUX DU 95

Télécharger

Dans cette émission en deux parties, nous avons deux reportages sur des luttes en défense des services publics : sur le piquet de grève à la Bibliothèque Nationale de France le 9 juin, et sur le rassemblement contre la fusion des hôpitaux de Beaumont-sur-Oise, Saint-Martin et Pontoise le 10 juin.

Déclaration intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture au CHSCT BnF du 09/06/2022 :
“Le personnel de la BnF est en grève et en actions depuis le 2 mai contre la réorganisation du travail en service public, qui réduit fortement la communication directe des documents des magasins aux chercheurs et qui dégrade les conditions de travail des agents, mais aussi contre le sous-effectif, qui est particulièrement fort en catégorie C où beaucoup de postes ont été supprimés ces dernières années, contre le retour des contrats ultra-précaires pour les « vacataires », contre de mauvaises conditions de travail, contre le nouveau fonctionnement prévu du site de Richelieu et contre la remise en cause des missions de service public de la BnF (catalogage, communication des ouvrages, temps et moyens impartis à la conservation..).

C’est pour cela que nous sommes de nouveau en grève aujourd’hui, jeudi 9 juin. Cela montre la détermination du personnel et son opposition aux réorganisations imposées de façon autoritaires par la direction de la BnF. Nous ne sommes pas « inquiets » ou « interrogatifs », nous sommes en grève pour faire aboutir nos revendications et obtenir les moyens en personnel et financier nécessaires pour garantir la pleine mise en œuvre des missions de la BnF tout en garantissant de bonnes conditions de travail et l’arrêt de l’ultra-précarité.

De plus, à la mobilisation du personnel s’ajoute celle des lecteurs et lectrices, qui sont opposés depuis le début à la réorganisation du service public et qui soutiennent aussi pleinement les revendications du personnel.
Face à un mouvement social de cette ampleur, il n’est pas normal que la direction de la BnF attende aussi longtemps pour proposer une vraie réunion de négociation et se contente d’une communication provocatrice. Nous n’accepterons pas que la direction tente de contourner le cadre de la grève et des négociations avec le personnel en grève. Nous n’accepterons pas que la direction et le ministère jouent sur les délais pour laisser la situation se dégrader. Car il est aussi de la responsabilité sociale du ministère de la Culture d’intervenir réellement pour résoudre le conflit social en cours en donnant satisfaction au personnel en lutte.

Nous exigeons donc que le ministère de la Culture donne les moyens nécessaires à la BnF pour son fonctionnement et que la direction de la BnF dans le cadre de vraies négociations prenne pleinement en compte nos revendications :
– Le retrait immédiat de la réorganisation du travail en service public et le retour aux communications directes des documents toute la journée.
– La mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la BnF a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec la publication dès maintenant des postes vacants, puis l’organisation rapide d’un recrutement direct conséquent, avec un volet interne important.
– L’arrêt des chantiers internes supplémentaires, qui dégradent les conditions de travail, afin de permettre aux agents de pouvoir faire dans de bonnes conditions le travail en service public et leurs tâches internes fondamentales.
– L’abandon immédiat du recrutement des contractuels à temps incomplet sur besoins permanents sur des CDD d’un an, contrats ultra-précaires sans droit et retour à leur recrutement en CDI.
– L’augmentation des moyens en personnel et financiers de la BnF pour pouvoir remplir dans de bonnes conditions l’ensemble de ses missions (catalogage, SP…).
– Des engagements clairs et précis sur les primes.
– Une révision du fonctionnement prévu pour le site de Richelieu et le recrutement du personnel titulaire nécessaire.
Nous attendons des réponses précises et qui permettent de trouver des solutions positives sur l’ensemble de ces points lors de la réunion de négociation du 10 juin. En l’absence de réponses à la hauteur de la situation, nous serons de nouveau en grève les 15 et 16 juin prochain.”

La catastrophe sanitaire surgit à nu dans tout le pays. Urgences hors d’état de fonctionnement, des dizaines de milliers de lits fermés, des services de santé essentiels disparus, des fusions-fermetures d’hôpitaux… Un taux de mortalité infantile en augmentation…

C’est un véritable désastre.

Ils nous ont dit : manque de médecins. Mais ils refusent la titularisation à plus de 30 000 en situation précaire. Et en cinq ans de gouvernement, s’ils l’avaient décidé, des dizaines de milliers de jeunes médecins, formés en 6 ans d’études, auraient pu être prêts dès l’année prochaine…

Messieurs Macron, Véran, quel est votre bilan ?

La santé de la population, la santé des vieux, des enfants, vous n’en avez que faire !

Et nous le prouvons :

  • L’hôpital de Saint Martin du Tertre, spécialisé dans les soins gériatriques, vous l’avez promis à la fermeture.
  • À l’hôpital de Beaumont, malgré toutes nos alertes, nos protestations, vous avez osé, en pleine pandémie, priver la population d’un service de réanimation, de lits de soins intensifs, que vous aviez fermés deux mois auparavant.
  • Vous avez osé, en plein confinement, quand des enfants perturbés dans leur scolarité étaient en pleine détresse, fermer 12 lits de pédiatrie.
  • Vous avez osé à la maternité de l’hôpital fermer le service de néonatalogie, mettant en péril les parturientes, les prématurés, face à toute situation imprévue…

Vous avez refusé d’entendre les besoins de la population. 180 000 habitants concernés…

Et puis, ces derniers mois, les choses se sont accélérées. Après l’urologie, ce sont les services de pneumologie, de diabétologie, de neurologie, de cardiologie, qui ont vu leurs chefs de services partie, certains à la retraite et d’autres dégoutés des conditions qui leur sont faites…

Et en fait de remplaçants, ce sera au mieux pour une journée dans la semaine.

Ce n’est plus un hôpital. C’est un naufrage !

Monsieur Macron, Monsieur Véran, Madame Borne et votre exécutant servile, le directeur Monsieur Aubert, vous avez organisé sciemment ce désastre. Et vous avez osé nous dire d’aller à Pontoise, malgré la distance et les embouteillages.

Mais voilà qu’à Pontoise, on a appris par un communiqué de presse de la CGT, que là aussi les services de néonatalogie, de pédiatrie et de réanimation avaient perdu des dizaines de lits depuis 3 ans, qu’avec le départ du chef de service de psychopathologie de l’adolescent, 10 lits allaient être fermés et comble de tout c’est la cancérologie qui devrait être réduite à peau de chagrin !

Et cette situation catastrophique menace non plus 180 000 habitants, mais près de 700 000.

Et ces forfaits accomplis, que vous restait-il à faire ?

La nouvelle est tombée. Le directeur Aubert vient d’annoncer la fusion administrative des hôpitaux de Saint-Martin-du-Tertre, Beaumont, Pontoise. Avec toutes les conséquences prévisibles de cette opération : la mobilité forcée des personnels soignants, administratifs, des services de restauration, de lingerie… la mise sur la touche des maires concernés.

Les syndicats CGT, UNSA, Solidaires, de l’hôpital, outrés, ont décidé dans l’unité une journée de protestation le 10 juin pour s’opposer à cette fusion. Nous, Comité de défense de l’hôpital de Beaumont, de Saint-Martin-du-Tertre, nous y serons et nous appelons la population à nous rejoindre.

La fusion, c’est non ! Le Comité de Défense de l’hôpital

Et ce vendredi 10 juin, l’actualité des luttes se trouvait sur le rassemblement de l’hôpital de Beaumont sur Oise et nous entendrons les prises de paroles et un entretien réalisé avec des soignantes de l’hôpital.