ACTION DE BLOCAGE DE L’AGRO- INDUSTRIE EN BRETAGNE

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous vous proposons l’écoute de l’émission du pain et des parpaings diffusé en octobre 2022 sur radio pikez radio basé à Brest.

Avez pas entendu parler de cette histoire de train de céréales bloqué et vidé par des militant.e.s contre les fermes usines ? D’un mur de parpaings monté sur une voie ferrée pour symboliser l’impasse du modèle agro-industriel breton ?

On vous raconte tout ça avec du reportage, des interviews et des invités, réalisés par Du pain et des parpaings, une série d’émissions mensuelle sur les luttes contre l’accaparement des terres, la gentrification, l’agro-industrie, le capitalisme vert, le pourrissement des écosystèmes, le colonialisme, l’extractivisme des corps et des matières, le tout principalement en Bretagne, mais pas que. Parce que les luttes ne sont pas que locales, elles s’insèrent le plus souvent dans un système économique et politique global, délétère et injuste.

Cette deuxième émission donne la parole à des personnes ayant participé au bon déroulement de l’action d’arrêt du train de céréales à St Gérand, dans le Morbihan, en mars 2022, symbolisant ainsi la nécessité de l’arrêt de l’agro-industrie. Dans cette émission, nous entendons aussi l’avocat en charge de la défense des inculpé.es dans cette affaire, ainsi que plusieurs personnes du collectif Bretagne contre les fermes-usines.

Ressources :

  • https://bretagne-contre-les-fermes-usines.fr
  • Les soulèvements de la Terre
  • La carte participative de Reprendre la Bretagne aux machines
  • Livre « Reprendre la terre aux machines », de L’atelier paysan, Ed. du Seuil, 2021

Déclaration du 3 août 2022 devant le Tribunal Judiciaire de Lorient

Les participants et participantes à cette action constatent :

  1. L’alerte répétée de la communauté scientifique et de journalistes indépendant.e.s sur l’urgence sanitaire, sociale, écologique et climatique à prendre des décisions rapides modifiant radicalement les modes de production et de consommation issus de l’agriculture industrielle,
  2. L’absence de réponses réellement opérantes de la part de l’État et des entreprises de l’agro-industrie pour réduire les conséquences sanitaires, sociales, écologiques et climatiques de leur mode de production.

Les participant.e.s à cette action justifient de leurs actes par le contexte d’état de nécessité à agir pour stopper sans délai les modes de production de l’agro-industrie et leurs conséquences sanitaires, sociales, écologiques et climatiques.

Nous sommes couturière, paysans, ingénieur projets, enseignantes, retraités.ées, chomeurs.euses, éducateurs.trices, animateurs.trices, couvreuse, masseuses, maçonne, ingénieur du son, développeurs web, charpentier, ingénieure thermicienne, écologue, etc,

C’est aujourd’hui par nécessité que nous nous rendons acteurs du changement.